CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Nour El-Sherif
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Peter van Eyck



Date et Lieu de naissance : 16 juillet 1913 (Steinwehr, Empire Allemand)
Date et Lieu de décès : 15 juillet 1969 (Männedorf, Suisse)
Nom Réel : Peter Götz von Eick

ACTEUR
Image
1955 Sophie et le crime – de Pierre Gaspard-Huit avec Marina Vlady, Jean Gaven & Marcelle Géniat
Image
1957 Fric-frac en dentelles – de Guillaume Radot avec Anne Vernon, Darry Cowl & Pauline Carton
Image
1963 Mabuse attaque Scotland Yard (Scotland Yard jagt Dr. Mabuse) de Paul May avec Klaus Kinski
Image
1966 Commando d’assassins (comando de asesinos) de Julio Coll avec Antonio Vilar & Letícia Román

Acteur américain, d’origine allemande, Peter van Eyck, de son vrai nom Peter Götz von Eick, est né le 16 juillet 1913 à Steinwehr en Poméranie. Il suit à Berlin des études musicales qui le dirigent vers le cinéma par le biais du métier d’arrangeur. Un métier qu’il exerce aux Etats-Unis pendant dix années avant d’entamer une carrière d’acteur en pleine deuxième guerre mondiale. Avec son physique typiquement aryen - blondeur et haute stature - et son visage à l’expression vaguement dédaigneuse, il est repéré pour tenir des rôles d’officiers nazis, lui qui a quitté l’Allemagne deux ans avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Il débute ainsi avec «Les enfants d’Hitler» (1942) de Edward Dmytryk et Irving Reis, puis «Les cinq secrets du désert» (1943) de Billy Wilder auprès deAnne Baxter.

Mais très vite, il change de camp et se retrouve du côté des alliés dans «L’imposteur» (1943), film français de Julien Duvivier. À la fin de la guerre, et alors qu’il est retourné en Allemagne, son pays natal, il continue à tourner et, ironie de l’histoire, joue un officier américain dans «Hallo fräulein!» (1948) de Rudolf Jugert. C’est avec «Epilogue, le mystère de l’Orplid» (1950) de Helmut Käutner, dans lequel il incarne le steward, agent du FBI, qu’il se démarque et acquiert un certain succès.

Mais la notoriété, c’est en France qu’il l’obtient avec «Le salaire de la peur» (1952), film mythique de Henri-Georges Clouzot, dans lequel il campe Bimba, l’allemand taciturne, auprès de Yves Montand et Charles Vanel, chauffeurs de camions tragiquement victimes d’un transport de nitroglycérine. À partir de là, Peter van Eyck poursuit une carrière internationale et enchaîne les films, plus ou moins bons, et les rôles, plus ou moins notoires. Son allure virile et son air souvent dur lui permettent d’incarner des personnages ambigus. Mari soupçonné de meurtre, comme dans «Sophie et le crime» (1955) de Pierre Gaspard-Huit avec Marina Vlady, ou «Fric-frac en dentelles» (1957) de Guillaume Radot, aux côtés de Anne Vernon, il peut aussi se montrer charmant et séducteur dans «La fille Rosemarie» (1958) de Rolf Thiele, avec Nadja Tiller, ou dans «Ton corps m’appartient» (1958) de Wilm ten Haaf, avec Barbara Rütting. Il est plus sombre et inquiétant dans la série les films «Le diabolique docteur Mabuse» (1960) de Fritz Lang ou «Mabuse attaque Scotland Yard» (1963) de Paul May avec Klaus Kinski. Eclectique et se jouant des frontières, il tourne sous la direction de metteurs en scènes de toutes nationalités. Tantôt héros, tantôt bourreau, il est cependant tout au long de son parcours rattrapé par son physique de sbire de la Gestapo.

Sa carrière s’achève jusqu’à son dernier souffle avec deux films qui restent dans les mémoires. «Shalako» (1968) de Edward Dmytryk, où il côtoie Brigitte Bardot et Sean Connery, le distingue dans les atours d’un aristocrate européen, organisateur d’une partie de chasse. Et il triomphe en général Brock chargé de détruire «Le pont de Remagen» (1969), dans le film éponyme de John Guillermin, entouré par une distribution préstigieuse. La même année, en Suisse où il réside, il décède d’une septicémie, le 15 juillet 1969, la veille de ses 58 ans. Marié deux fois, dont la première avec une actrice américaine Ruth Ford, il est père de trois enfants. Acteur prolifique, qui a tourné sous tous les cieux, Peter van Eyck a prouvé qu’il n’était pas uniquement un «bon aryen»...

© Isabelle MICHEL

copyright
1942Les enfants d’Hitler ( Hitler’s children ) de Edward Dmytryk & Irving Reis avec Bonita Granville
La nuit sans lune ( the moon is down ) de Irving Pichel avec Cedric Hardwicke
L’ange des ténèbres / Au seuil des ténèbres ( edge of darkness ) de Lewis Milestone avec Errol Flynn
1943Les cinq secrets du désert / Les cinq tombeaux du désert ( five graves to Cairo ) de Billy Wilder avec Anne Baxter
Convoi vers la Russie ( action in the North Atlantic ) de Lloyd Bacon avec Humphrey Bogart
Hitler’s madman / Hitler’s hangman – de Douglas Sirk avec John Carradine
L’imposteur ( the impostor / bayonet charge / strange confession ) de Julien Duvivier avec Ellen Drew
1944Inconnu à l’adresse ( address unknown ) de William Cameron Menzies avec Paul Lukas
DO Resisting enemy interrogation – de Bernard Vorhaus avec Lloyd Nolan
    Seulement apparition
1948Hallo fräulen ! – de Rudolf Jugert avec Margot Hielsher
1949Enfants de roi ( königskinder ) de Helmut Käutner avec Jenny Jugo
Cargaison féminine ( export in blonde / eine nacht in Rio ) de Eugen York avec Lotte Koch
1950Epilogue, le mystère de l’Orplid ( epilog / der geheimnis der Orplid ) de Helmut Käutner avec Hilde Hildebrand
Furioso / Opfer des herzens – de Johannes Meyer avec Käthe Haack
Une fille du tonnerre ( die dritte von rechts ) de Géza von Cziffra avec Vera Molnár
1951Le renard du desert ( the desert fox : The story of Rommel / the desert fox / Rommel, desert fox ) de Henry Hathaway avec Jessica Tandy
Au cœur de la casbah – de Pierre Cardinal avec Viviane Romance
1952Le salaire de la peur – de Henri-Georges Clouzot avec Yves Montand
1953Marin du roi ( single-handed / sailor of the king / Brown on resolution ) de Roy Boulting avec Jeffrey Hunter
Alerte au sud – de Jean Devaivre avec Gianna Maria Canale
Les gens de la nuit / Décision à minuit ( night people ) de Nunnally Johnson avec Gregory Peck
Le grand jeu ( il grande gioco / card of fate / flesh and the woman ) de Robert Siodmak avec Gina Lollobrigida
1954La chair et le diable – de Jean Josipovici avec Rossano Brazzi
Tarzan chez les Soukoulous ( Tarzan’s hidden jungle ) de Harold D. Schuster avec Vera Miles
Monsieur Arkadin : Dossier secret / Dossier secret ( Mr. Arkadin / confidential report ) de Orson Welles avec Suzanne Flon
L’enfer de Dien Bien Phu ( jump into hell ) de David Butler avec Jacques Sernas
1955Un pruneau pour Joe ( a bullet for Joey ) de Lewis Allen avec Edward G. Robinson
Sophie et le crime – de Pierre Gaspard-Huit avec Marina Vlady
Les années sauvages / Les pirates du fleuve ( the rawhide years ) de Rudolph Maté avec Tony Curtis
Le trompette ( der cornet / die weise von liebe und tod / zärtliches abenteuer ) de Walter Reisch avec Anita Björk
1956La course au soleil ( run for the sun ) de Roy Boulting avec Richard Widmark
Attaque ! ( attack ! ) de Robert Aldrich avec Jack Palance
Le feu aux poudres – de Henri Decoin avec Françoise Fabian
1957Fric-frac en dentelles – de Guillaume Radot avec Anne Vernon
Retour de manivelle – de Denys de La Patellière avec Michèle Morgan
La tour de verre ( der gläserne turm ) de Harald Baum avec Lilli Palmer
Tous peuvent me tuer – de Henri Decoin avec Anouk Aimée
Docteur Crippen ( Dr. Crippen lebt ) de Erich Engels avec Elisabeth Müller
1958La fille Rosemarie / La fille Rosemarie Nitribitt ( das mädchen Rosemarie ) de Rolf Thiele avec Nadja Tiller
L’ange sale ( schmutziger engel ) de Alfred Vohrer avec Corny Collins
Crime sans indices / L’homme au masque de verre ( the snorkel ) de Guy Green avec Betta St. John
Nuits chaudes, nylon noir ( schwarze nylons – heiße nächte ) de Erwin Marno & Alfred Braun avec Susanne Cramer
Ton corps m’appartient ( du gehörst mir ) de Wilm ten Haaf avec Barbara Rütting
L’espion du Caire ( Rommel ruft Kairo ) de Wolfgang Schleif avec Adrian Hoven
1959Filles de proie ( lockvogel der nacht ) de Wilm ten Haaf avec Erika Remberg
La rage de vivre / Cœurs dans la boue ( verbrechen nach schulschluß ) de Alfred Vohrer avec Heidi Brühl
…Et tout le reste n’est que silence ( der rest ist schweigen ) de Helmut Käutner avec Hardy Krüger
À bout de nerfs / Labyrinthe ( labyrinth / labyrinth der leidenschaften / neurose ) de Rolf Thiele avec Elisabeth Flickenschildt
R.P.Z. appelle Berlin ( geheimaktion schwarze kapelle / the black chapel / i sicar di Hitler ) de Ralph Habib avec Dawn Addams
Le passager de la dernière heure / SOS train d’atterrissage bloqué ( abschied von den wolken / abschied der götter / angst im nacken ) de Gottfried Reinhardt avec Sonja Ziemann
1960Elle n’a pas hurlé avec les loups ( liebling der götter ) de Gottfried Reinhardt avec Ruth Leuwerik
Les mille yeux du docteur Mabuse / Le diabolique docteur Mabuse ( die 1000 augen des Dr. Mabuse / diabolical Dr. Mabuse / il diabolico Dr. Mabuse / eyes of evil / the thousand eyes of Dr. Mabuse / the shadow vs. the thousand eyes of Dr. Mabuse ) de Fritz Lang avec Gert Froebe
Foxhole in Cairo – de John Llewellyn Moxey avec James Robertson Justice
Vendredi, treize heures ( an einem freitag um halb zwölf / il mondo nella mia tasca / on Friday at eleven / the world in my pocket ) de Alvin Rakoff avec Rod Steiger
La loi de la guerre ( legge di guerra ) de Bruno Paolinelli avec Magali Noël
1961La fête espagnole – de Jean-Jacques Vierne avec Daliah Lavi
Les dernières roses ( die stunde, die du glücllisch bist ) de Rudolf Jugert avec Werner Hinz
La vérité d’un mensonge ( unter ausschluß der öffentlichkeit ) de Harald Philipp avec Eva Bartok
Le jour le plus long ( the longest day ) de Bernhard Wicki, Ken Annakin, Andrew Marton & Gerd Oswald avec John Wayne
Que pensez-vous de la conduite de Constance ? ( finden sie, daß Constanze sich richtig verhält ? ) de Tom Pevsner avec Dorian Gray
1962L’espion du diable / L’agent du diable ( the devil’s agent ) de John Paddy Carstairs avec Marianne Koch
La vengeance du Dr. Corrie / Vengeance ( ein toter sucht seinen mörder / the brain / a dead man seeks his murderer / over my dead body ) de Freddie Francis avec Anne Heywood
La blonde de la station 6 ( Station 6 Sahara / endstation 13 Sahara ) de Seth Holt avec Carroll Baker
Mission spéciale séduction / L’île du désir ( verführung am meer / ostrva ) de Jovan Zivanovic avec Elke Sommer
1963Mabuse attaque Scotland Yard / Scotland Yard traque Dr. Mabuse ( Scotland Yard jagt Dr. Mabuse / die scharlachrote dschunke ) de Paul May avec Klaus Kinski
Le grand jeu de l’amour ( das große liebesspiel ) de Alfred Weidenmann avec Hildegard Knef
Le dernier alibi ( ein alibi zerbricht ) de Alfred Vohrer avec Ruth Leuwerik
Kennwort... Reiher – de Rudolf Jugert avec Marie Versini
1964Dr. Mabuse et le rayon de la mort / Mission spéciale au deuxième bureau / Mission secrète deuxième bureau ( die todesstrahlen des Dr. Mabuse / the death ray mirror of Dr. Mabuse / the death ray of Dr. Mabuse / the devilish Dr. Mabuse / I raggi mortali del Dr. Mabuse / the secret of Dr. Mabuse ) de Hugo Fregonese avec Yoko Tani
Les repaires de la jungle noire ( i misteri della giungla nera / das geheimnis der lederschlinge / geheimnis der schlangeninsel ) de Luigi Capuano avec Guy Madison
1965Guerre secrète ( the dirty game / the dirty agents / la guerra segreta / spione unter sich ) de Terence Young , Carlo Lizzani & Christian-Jaque avec Annie Girardot
Die herren – de Franz Seitz, Rolf Thiele & Alfred Weidenmann avec Paul Hubschmid
Duel au crépuscule ( duell von sonnenuntergang ) de Leopold Lahola avec Terence Hill
L’espion qui venait du froid ( the spy who came in from the cold ) de Martin Ritt avec Richard Burton
1966À belles dents – de Pierre Gaspard-Huit avec Mireille Darc
Commando d’assassins ( comando de asesinos / fin de semana con la muerte / sechs pistolen jagen Professor Z / high season for spies ) de Julio Coll avec Letícia Róman
Un certain monsieur Bingo ( requiem per un agente segreto / der chef schickt seinen besten mann / consigna : Tánger 67 : requiem for a secret agent ) de Sergio Sollima avec Stewart Granger
1967L’homme qui valait des milliards – de Michel Boisrond avec Anny Duperey
Roses rouges pour le führer ( rose rosse per il fuehrer / code name, red roses / red roses for the fuhrer ) de Fernando Di Leo avec Pier Angeli
Tuvya et ses sept filles ( Tuvia vesheva benotav / טוביה ושבע בנותיו ) de Menahem Golan avec Betty Segal
1968Les tueurs sont lâchés / Crime sur commande ( assignment to kill ) de Sheldon Reynolds avec Joan Hackett
Shalako – de Edward Dmytryk avec Brigitte Bardot
1969Le pont de Remagen ( the bridge at Remagen ) de John Guillermin avec George Segal
Fiche créée le 16 juin 2013 | Modifiée le 3 juillet 2016 | Cette fiche a été vue 2958 fois
PREVIOUSDora van der Groen || Peter van Eyck || Jo Van FleetNEXT