CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Ángel de Andrés-López
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Philippe Castelli



Date et Lieu de naissance : 8 juin 1925 (Chaville, France)
Date et Lieu de décès : 16 avril 2006 (Paris, France)
Nom Réel : Philippe Charles Louis Castelli

ACTEUR
Image
1963 Les durs à cuire – de Jacques Pinoteau avec Roger Pierre, Michel Serrault, Jean Poiret & Mireille Darc
Image
1972 Quelques messieurs trop tranquilles – de Georges Lautner avec Jean Lefebvre & Michel Galabru
Image
1981 Le jour se lève et les conneries commencent – de Claude Mulot avec Arlette Didier & Robert Rollis
Image
1984 Par où t’es rentré? On t’a pas vu sortir! – de Philippe Clair avec Jerry Lewis & Marthe Villalonga

Philippe Castelli naît le 8 juin 1925, à Chaville chanté par les poètes, une petite bourgade, sur la route de Versailles, à moins de quinze kilomètres du centre de Paris. Grand échalas au physique ingrat, Philippe hante le monde du spectacle en faisant de la figuration pendant de très nombreuses années. À la fin des années cinquante, il se fait quelque peu remarquer dans une émission télévisée «Le petit conservatoire de Mireille». La «maîtresse», la talentueuse cinquantenaire, chanteuse et compositrice Mireille, tente d’inculquer les bases de son métier devant les spectateurs présents sur le plateau ou rivés derrière leur écran de télévision. Des chanteurs de l’époque yéyé y feront leurs premiers pas. Philippe dont les débuts sont tardifs, il a passé la trentaine, y apparaît déjà en souffre douleur de la classe!

Philippe Castelli fait sa première furtive apparition cinématographique, en 1960, dans deux films de Claude Chabrol avec Bernadette Lafont: «Les bonnes femmes» et «Les godelureaux». Il croise dans une aventure de cap et d’épée le bondissant «Cartouche» joué par Jean-Paul Belmondo, en 1961. Il va ensuite poursuivre sa carrière dans près de quatre-vingt dix films. Il est bien souvent consternant avec ses blagues vaseuses de «garçon de bain», quand on lui laisse le temps de parler. Il est foncièrement maladroit et la victime rêvée des patrons irascibles et des chefs de service odieux. Mais le public l’adore ainsi. On ne se rappelle pas tous les rôles qu’il a interprétés, on les intervertit même d’un film à l’autre, voire même on jure l’avoir vu alors qu’il ne fait pas parti de la distribution. Les metteurs en scène comme Georges Lautner pour «Les tontons flingueurs» (1963), André Hunebelle et la série des «Fantômas» avec Jean Marais et un Louis de Funès déchaîné, Philippe de Broca, Jean Renoir, Pierre Etaix, Jean-Pierre Mocky et bien d’autres s’en rendent compte. Ils l’apprécient à sa juste valeur et font souvent appel à lui. Philippe Castelli est le deuxième rôle par excellence des années 1960-1980. Il côtoie, toujours trop brièvement, Suzanne Flon, Edwige Feuillère, Melina Mercouri, Romy Schneider, Jean Gabin, Alain Delon, etc. Il est un excellent «duplicata raté» de Paul Meurisse dans «Doucement les basses» (1970) de Jacques Deray. On le voit même dans des productions anglo-saxonnes où son accent «so french» est paraît-il hilarant: «La nuit des généraux» (1966) avec Peter O’Toole et Omar Sharif. Pour «Par où t’es rentré ? On t’a pas vu sortir !» (1984) de Philippe Clair, on ose à peine imaginer le dialogue de sourds qui devait s’engager entre Jerry Lewis et notre Philippe quand les deux compères s’exprimaient dans la langue de l’autre!

Mais si Philippe Castelli tourne un peu moins à la fin des années soixante-dix, il devient l’un des membres de la célébrissime émission radiophonique et télévisée «Les grosses têtes» animée par Philippe Bouvard. Le petit Bouvard s’en donne à cœur joie pour charrier, avec les autres invités, le grand Castelli, toujours à la traîne d’une question. Les Français connaissent presque de mémoire les répliques qu’ils échangent. Un triomphe à l’âge de la retraite!

Philippe Castelli, malgré la notoriété, reste très simple. Il va toujours prendre son petit noir au comptoir du café du coin. il décède à quatre-vingts ans d’une insuffisante cardio-respiratoire le 16 avril 2006. C’est un grand comédien, par la taille et par le talent, qui nous quitte. Un de ceux qui servent magnifiquement le cinéma français en mettant en valeur leurs partenaires. Du Grand Art!

© Caroline HANOTTE

copyright
1960Les bonnes femmes – de Claude Chabrol avec Bernadette Lafont
Les godelureaux – de Claude Chabrol avec Jean Tissier
1961Cartouche – de Philippe de Broca avec Jean-Paul Belmondo
Le caporal épinglé – de Jean Renoir avec Jean-Pierre Cassel
À fleur de peau – de Claude Bernard-Aubert avec Paul Crauchet
1962Landru – de Claude Chabrol avec Michèle Morgan
Les bricoleurs – de Jean Girault avec Elke Sommer
Carambolages – de Marcel Bluwal avec Sophie Daumier
1963Une ravissante idiote – de Edouard Molinaro avec Brigitte Bardot
Des pissenlits par la racine – de Georges Lautner avec Francis Blanche
La porteuse de pain – de Maurice Cloche avec Suzanne Flon
Les durs à cuire / Comment supprimer son prochain sans perdre l’appétit – de Jacques Pinoteau avec Roger Pierre
Les tontons flingueurs – de Georges Lautner avec Bernard Blier
1964Aimez-vous les femmes – de Jean Léon avec Edwige Feuillère
Les barbouzes – de Georges Lautner avec Lino Ventura
Fantômas – de André Hunebelle avec Jean Marais
La grande frousse / La cité de l’indicible peur – de Jean-Pierre Mocky avec Jean-Louis Barrault
Une souris chez les hommes / Un drôle de caïd – de Jacques Poitrenaud avec Dany Saval
Un monsieur de compagnie – de Philippe de Broca avec Irina Demick
Yoyo – de Pierre Etaix avec Claudine Auger
1965La bourse et la vie – de Jean-Pierre Mocky avec Fernandel
Les bons vivants / Un grand seigneur – de Gilles Grangier & Georges Lautner avec Louis de Funès
Les enquiquineurs / Bon week-end – de Roland Quignon avec Marthe Mercadier
Galia – de Georges Lautner avec Mireille Darc
Fantômas se déchaîne / Fantômas revient /Fantômas contre Interpol – de André Hunebelle avec Mylène Demongeot
Monnaie de singe – de Yves Robert avec Robert Hirsch
Pas de caviar pour tante Olga – de Jean Becker avec Pierre Brasseur
Ne nous fâchons pas – de Georges Lautner avec Michel Constantin
La sentinelle endormie – de Jean Dréville avec Noël-Noël
1966Tant qu’on a la santé – de Pierre Etaix avec Pierre Etaix
La nuit des généraux ( the night of the generals ) de Anatole Litvak avec Peter O’Toole
1968La grande lessive [!] – de Jean-Pierre Mocky avec Bourvil
1969Borsalino – de Jacques Deray avec Alain Delon
La promesse de l’aube ( promise at dawn ) de Jules Dassin avec Melina Mercouri
1970Doucement les basses ! – de Jacques Deray avec Paul Meurisse
Laisse aller… c’est une valse – de Georges Lautner avec Jean Yanne
1971Le drapeau noir flotte sur la marmite – de Michel Audiard avec Jean Gabin
Le viager – de Pierre Tchernia avec Michel Serrault
1972Chut ! – de Jean-Pierre Mocky avec Michael Lonsdale
Les volets clos – de Jean-Claude Brialy avec Marie Bell
Quelques messieurs trop tranquilles – de Georges Lautner avec Jean Lefebvre
1973Les quatre Charlots mousquetaires – de André Hunebelle avec Gérard Rinaldi
À nous quatre, cardinal – de André Hunebelle avec Gérard Filipelli
Un amour de pluie – de Jean-Claude Brialy avec Romy Schneider
Deux grandes filles dans un pyjama – de Jean Girault avec Micheline Presle
1974Borsalino & Co. – de Jacques Deray avec Catherine Rouvel
Ce cher Victor – de Robin Davis avec Alida Valli
Les seins de glace – de Georges Lautner avec Claude Brasseur
Sexuellement vôtre – de Max Pécas avec Henri Genès
Soldat Duroc… ça va être ta fête ! – de Michel Gérard avec Pierre Tornade
Couche-moi dans le sable et fais jaillir ton pétrole – de Norbert Terry avec Claudine Beccarie
1975Les bidasses s’en vont-en guerre – de Claude Zidi avec Jean Sarrus
Black-out – de Philippe Mordacq avec Terence Stamp
C’est dur pour tout le monde – de Christian Gion avec Claude Piéplu
Bons baisers de Hong Kong – de Yvan Chiffre avec Mickey Rooney
1976L’homme pressé – de Edouard Molinaro avec Alain Delon
CM L’intrus – de Patrick Schulmann avec Muriel Catalá
1977Mort d’un pourri – de Georges Lautner avec Ornella Muti
One two two, 122 rue de Provence – de Christian Gion avec Nicole Calfan
On peut le dire sans se fâcher / La belle emmerdeuse – de Roger Coggio avec Madeleine Robinson
CM Dialogue sous la lampe – de Christian Riberzani avec Madeleine Bouchez
1978Le cavaleur – de Philippe de Broca avec Danielle Darrieux
Ils sont fous ces sorciers ! – de Georges Lautner avec Renée Saint-Cyr
Judith Therpauve / Une femme dangereuse – de Patrice Chéreau avec Simone Signoret
Le temps des vacances – de Claude Vital avec Nathalie Delon
Brigade mondaine – de Jacques Scandelari avec Olga Georges-Picot
Flic ou voyou – de Georges Lautner avec Marie Laforêt
1979Les aventures de guidon futé / Sois beau et tais-toi ! – de Jean-Marie Durand avec Henri Guybet
Brigade mondaine : La secte de Marrakech – de Eddy Matalon avec Christian Marquand
1980Le guignolo – de Georges Lautner avec Michel Galabru
Signé Furax – de Marc Simenon avec Coluche
Est-ce bien raisonnable ! – de Georges Lautner avec Gérard Lanvin
Une merveilleuse journée – de Claude Vital avec Daniel Ceccaldi
1981Le jour se lève et les conneries commencent – de Claude Mulot avec Arlette Didier
Prends ta Rolls et va pointer ! – de Richard Balducci avec Micheline Luccioni
Pour la peau d’un flic – de Alain Delon avec Anne Parillaud
DA Le secret des Sélénites – de Jean Image
    Seulement voix
1982Le battant – de Alain Delon avec François Périer
Plus beau que moi, tu meurs – de Philippe Clair avec Aldo Maccione
On s’en fout… nous on s’aime – de Michel Gérard avec Jackie Sardou
Rebelote – de Jacques Richard avec Jean-Pierre Léaud
1983Ça va pas être triste ! – de Pierre Sissier avec Catherine Lachens
Aldo et junior – de Patrick Schulmann avec Aldo Maccione
Retenez-moi… ou je fais un malheur ! – de Michel Gérard avec Michel Blanc
1984Par où t’es rentré ? On t’a pas vu sortir ! – de Philippe Clair avec Jerry Lewis
Ave Maria – de Jacques Richard avec Pascale Ogier
Liberté, égalité, choucroute – de Jean Yanne avec Ursula Andress
1985Banana’s boulevard – de Richard Balducci avec Popeck
1988À deux minutes prés – de Eric Le Hung avec Jacques Weber
Fiche créée le 21 avril 2006 | Modifiée le 19 avril 2015 | Cette fiche a été vue 9135 fois
PREVIOUSBruto Castellani || Philippe Castelli || Jacques CastelotNEXT