CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Philippe Hersent
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Pupella Maggio



Date et Lieu de naissance : 24 avril 1910 (Naples, Italie)
Date et Lieu de décès : 8 décembre 1999 (Rome, Italie)
Nom Réel : Giustina Maggio

ACTRICE
Image
1947 Le passeur (il passatore) de Duilio Coletti avec Gianni Baghino, Franco Balducci & Rossano Brazzi
Image
1962 La bataille de Naples (le quattro giornate di Napoli) de Nanni Loy avec Gian Maria Volonté & Lea Massari
Image
1968 Le gynéco de la mutuelle (il medico della mutua) de Luigi Zampa avec Alberto Sordi, Ida Galli & Claudio Gora
Image
1989 Cinéma Paradiso (nuovo cinema Paradiso) de Giuseppe Tornatore avec Philippe Noiret & Jacques Perrin

Clin d’œil du destin, l’actrice italienne Pupella Maggio, de son vrai nom Giustina Maggio, naît le 24 avril 1910 à Naples dans une loge de théâtre. Son père Domenico Maggio, dit Mimi, et sa mère, Antonietta Gravante, issue du milieu du cirque, sont tous deux artistes. Giustina n’a pas deux ans quand elle débute dans un spectacle d’Eduardo Scarpetta, portée sur les épaules de son père dans une boîte comme une poupée. «Mon sort était scellé», dira-t-elle avec humour dans ses mémoires. Ce baptême artistique sonne aussi celui de son prénom insolite «Pupella». La petite fille troque les bancs de l’école pour les planches d’un théâtre ambulant, en compagnie de son père et de ses six frères. Une vie bohème qui dure plus de trente ans! Après quoi, Pupella Maggio se rend à Rome et y exerce quelque temps le métier de modiste, puis se retrouve à Terni pour y travailler comme ouvrière dans une aciérie, avant de se poser à Naples. C’est là qu’elle rencontre, à l’aube des années 1950, son mentor, le dramaturge Eduardo De Filippo qui la fait jouer dans ses pièces dont l’audience s’étend à toute l’Italie.

Si le théâtre reste son univers, Pupella Maggio séduit aussi par son physique et par son jeu les cinéastes italiens. Elle fait sa première apparition sur grand écran, à 35 ans passés, auprès de l’acteur Vittorio De Sica dans «Perdus dans les ténèbres» de Camillo Mastrocinque, et tourne dès l’année suivante dans le film de Duilio Coletti, «Le passeur» (1947), qui relate le destin contrarié d’un homme, meurtrier par amour. Luigi Comencini la recrute pour «Femmes dangereuses» (1958) une réflexion pleine d’humour sur la fidélité conjugale. Jonglant entre le théâtre d’Eduardo et le cinéma, Pupella Maggio ne boude aucun genre. Dans la comédie «Petites femmes et finance» (1960) de Mastrocinque, elle est la belle-mère du chef comptable Paolo, aux côtés de Anita Ekberg et Francis Blanche. Elle campe une solide fermière pour «La Ciocciara» (1960), drame sur fond de guerre, signé Vittorio de Sica, avec Sophia Loren. Dans «La bataille de Naples» (1962) de Nanni Loy, film qui retrace l’insurrection de la ville en 1943, elle incarne la mère de l’émeutier Arturo. Pour la fresque historique de John Huston, «La Bible» (1965), récit des 22 premiers chapitres de la Genèse, elle décroche le rôle de la femme de Noé. Et c’est pour son inénarrable interprétation de la première patiente du médecin, joué par Alberto Sordi, dans la truculente satire de Luigi Zampa, «Le gynéco de la mutuelle» (1968), qu’elle est consacrée meilleur second rôle féminin par les journalistes de cinéma. Une reconnaissance d’un talent et d’une présence, forgées par les planches.

La comédienne est encore à l’affiche de films à forte notoriété, comme «Cosa Nostra» (1971) de Terence Young, avec Charles Bronson et Lino Ventura, ou «Amarcord» (1973) de Federico Fellini, dans lequel elle incarne la mère du héros Titta, joué par Bruno Zanin. Puis les tournages s’espacent, détrônés par la création théâtrale. «Cinema Paradiso» (1989) de Giuseppe Tornatore, hymne au cinéma, «Samedi, dimanche et lundi» de Lina Wertmüller, hommage à la pièce de Eduardo de Filippo, et «Fate come noi» (1999) de Francesco Apolloni, offrant un piquant portrait d’une vraie mamma italienne, signent les trois dernières apparitions d’une artiste insatiable. Epouse de l’acteur Luigi Dell’Isola, dont elle a une fille et dont elle divorce en 1976, Pupella Maggio décède d’une hémorragie cérébrale le 8 décembre 1999 à Rome. Le Président italien de l’époque a salué la mémoire de la plus grande actrice napolitaine du XXe siècle, dont le nom est indissociable de l’histoire du théâtre italien. N’y a-t-elle pas glissé une note de magie?

© Isabelle MICHEL

copyright
1946Perdus dans les ténèbres ( sperduti nel buio ) de Camillo Mastrocinque avec Vittorio De Sica
1947Le passeur / Brigand par amour ( il passatore ) de Duilio Coletti avec Rossano Brazzi
1954Le médecin des fous ( il medico dei pazzi ) de Mario Mattoli avec Totò
1958Femmes dangereuses / Epouses dangereuses ( mogli pericolose ) de Luigi Comencini avec Franco Fabrizi
Serenatella sciuè sciuè – de Carlo Campogalliani avec Gabriele Tinti
Il terrible Teodoro – de Roberto Bianchi Montero avec Nino Taranto
Sogno di una notte di mezza sbornia – de Eduardo De Filippo avec Pietro De Vico
1959La duchessa di Santa Lucia – de Roberto Bianchi Montero avec Raimondo Vianello
La terreur de l’Oklahoma ( il terrore dell’Oklahoma ) de Mario Amendola avec Maurizio Arena
Mariti in pericolo – de Mauro Morassi avec Mario Carotenuto
1960Petites femmes et haute finance ( anomina cocottes ) de Camillo Mastrocinque avec Francis Blanche
La paysanne aux pieds nus ( la ciocciara ) de Vittorio De Sica avec Sophia Loren
Caravan patrol – de Mario Amendola avec Gérard Landry
A qualcuna piace calvo – de Mario Amendola avec Antonio Cifariello
1962La bataille de Naples ( le quattro giornate di Napoli ) de Nanni Loy avec Gian Maria Volonté
1965La bible ( la bibbia / the bible / the bible… in the beginning ) de John Huston avec Stephen Boyd
1968Le gynéco de la mutuelle ( il medico della mutua ) de Luigi Zampa avec Alberto Sordi
    Ruban d’Argent du meilleur second rôle féminin par le syndicat des journalistes de cinéma, Italie

Il Prof. dott. Guido Tersilli primario della clinica Villa Celeste convenzionata con le mutue – de Luciano Salce avec Claudio Gora
1971Le dossier Valachi ( the Valachi papers / Cosa Nostra / carteggio Valachi / Joe Valachi / i segreti di Cosa Nostra ) de Terence Young avec Charles Bronson
1973Amarcord – de Federico Fellini avec Magali Noël
1980Lacrime napulitane – de Ciro Ippolito avec Mario Merola
1988I giorni del commissario Ambrosio – de Sergio Corbucci avec Ugo Tognazzi
1989Cinéma Paradiso ( nuovo cinema Paradiso ) de Giuseppe Tornatore avec Philippe Noiret
1990Samedi, dimanche et lundi ( sabato, domenica e lunedi ) de Lina Wertmüller avec Sophia Loren
1999Fate come noi – de Francesco Apolloni avec Ricky Tognazzi
Fiche créée le 19 septembre 2015 | Modifiée le 18 juillet 2017 | Cette fiche a été vue 968 fois
PREVIOUSClaire Mafféi || Pupella Maggio || Anna MagnaniNEXT