CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Ana María Campoy
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

René Bergeron



Date et Lieu de naissance : 7 octobre 1890 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 12 mars 1971 (Paris France)
Nom Réel : René Gustave Bergeron

ACTEUR
Image
1936 Pépé-le-Moko – de Julien Duvivier avec Jean Gabin, Mireille Balin, Line Noro & Marcel Dalio
Image
1939 Le café du port – de Jean Choux avec René Dary, Line Viala, Raymond Aimos & Alfred Baillou
Image
1943 L’homme de Londres – de Henri Decoin avec Fernand Ledoux, Suzy Prim & Jules Berry
Image
1955 Les aristocrates – de Denys de La Patellière avec Pierre Fresnay, Brigitte Auber & François Guérin

René Bergeron est né le 7 octobre 1890 à Paris, dans le XIVe arrondissement. Des lèvres minces, un long nez et un physique sec donnent un air peu avenant à sa physionomie. Aussi endosse-t-il assez souvent des personnages inquiétants ou peu recommandables. Le voilà ainsi caissier indélicat de «La banque Némo» (1934) de Marguerite Viel, officier de marine flambeur et criblé de dettes dans «Les mutinés de l’Elseneur» (1935) de Pierre Chenal, trafiquant dans «Alerte en Méditerranée» (1937) de Léo Joannon, père indigne dans «L’enfer des anges» (1939), de Christian-Jaque, ou encore bistrotier un peu louche dans «Le café du port» (1939) de Jean Choux.

Mais René Bergeron se met aussi souvent au service de la loi, ce qui ne le rend pas plus amène pour autant. Il revêt ainsi bien des fois le costume de l’inspecteur ou du commissaire de police: dans «Et moi j’te dis qu’elle t’a fait de l’œil» (1934) de Jack Forrester, dans «Pépé le Moko» (1936) de Julien Duvivier, où il se vante de pouvoir arrêter Jean Gabin quand il le déciderait, dans «L’entraîneuse» (1938) de Albert Valentin, dans «Le dernier tournant» (1939), de Pierre Chenal ou encore dans «Monsieur la souris» (1942) avec Raimu, adapté de Simenon par Georges Lacombe, où il compose un inspecteur Lognon moustachu et sanglé dans un imperméable. Mais il n’est pas toujours au sommet de la hiérarchie; il peut être aussi bien gendarme dans «Hôtel du nord» (1938) de Marcel Carné, simple gardien dans «Série noire» (1955) de Pierre Foucaud ou brigadier dans «Miss catastrophe» (1957) de Dimitri Kirsanoff.

Acteur de composition par excellence, René Bergeron a fait, durant sa longue et abondante carrière, tous les métiers au cinéma. Il peut lui arriver d’être en haut de l’échelle, et d’incarner un gérant de magasin, comme dans «Dédé» (1934) de René Guissart, un directeur d’aéroport, comme dans «Courrier Sud» (1936), de Pierre Billon ou encore un médecin, comme dans «La dame de Malacca» (1937) de Marc Allégret. Le plus souvent pourtant, il campe, dans de petits rôles ou, surtout après la guerre, de simples silhouettes, de petites gens, comme ce soldat de la Grande Guerre des «Croix de bois» (1931) de Raymond Bernard, d’après Roland Dorgelès, ce garagiste du «Mioche» (1936) de Léonide Moguy, l’huissier de «La maison des sept jeunes filles» (1941) de Albert Valentin, le concierge de «La femme que j’ai le plus aimée» (1942) de Robert Vernay ou encore le facteur des «Aristocrates» (1955) de Denys de La Patellière. On a pu aussi applaudir René Bergeron sur les planches, notamment au théâtre de la Michodière, où il a joué dans deux succès de Edouard Bourdet, «Les temps difficiles», en 1934 et, en 1958, «Père», dans une mise en scène de Pierre Fresnay. Le grand Firmin Gémier l’a également dirigé dans «Molière», une pièce d’Henry Dupuy-Mazel. Par contre, on l’a peu vu sur le petit écran, sauf dans un épisode de «L’inspecteur Leclerc enquête», avec Philippe Nicaud, en 1963.

Durant la guerre, René Bergeron se laisse entraîner par son ami Robert Le Vigan dans la voie douteuse de la collaboration et on l’entend sur les ondes de Radio Paris. Aussi, à la Libération, il est interdit d’écran et sa carrière est interrompue pendant une douzaine d’années. Il reparaît au milieu des années 1950, vieilli et amer, dans les tous petits rôles que lui offrent André Hunebelle ou André Berthomieu. René Bergeron décède le 12 mars 1971 à Paris. Il est enterré au cimetière d’Ivry.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1927Le capitaine Fracasse – de Alberto Cavalcanti & Henry Wulschleger avec Pierre Blanchar
1930La douceur d’aimer – de René Hervil avec Renée Devillers
1931Gagne ta vie – de André Berthomieu avec Dolly Davis
Les croix de bois – de Raymond Bernard avec Gabriel Gabrio
1932Cœurs joyeux – de Hanns Schwarz & Max de Vaucorbeil avec Josseline Gaël
La chanson d’une nuit – de Anatole Litvak & Pierre Colombier avec Magda Schneider
1933La rue sans nom – de Pierre Chenal avec Pola Illéry
Quatorze Juillet / 14 Juillet – de René Clair avec Annabella
Au bout du monde – de Henri Chaumette & Gustav Ucicky avec Käthe von Nagy
1934La banque Nemo – de Marguerite Viel & Jean Choux avec Mona Goya
Dédé – de René Guissart avec Mireille Perrey
Et moi, j’te dis qu’elle t’as fait de l’œil – de Jack Forrester avec Colette Darfeuil
1935La Bandera / La grande relève – de Julien Duvivier avec Jean Gabin
L’équipage – de Anatole Litvak avec Jean-Pierre Aumont
Lucrèce Borgia – de Abel Gance avec Edwige Feuillère
Mayerling – de Anatole Litvak avec Charles Boyer
Les mutinés de l’Elseneur – de Pierre Chenal avec Winna Winfried
Les hommes nouveaux – de Marcel L’Herbier avec Nathalie Paley
1936L’appel du silence – de Léon Poirier avec Jean Yonnel
Les deux gamines – de Maurice Champreux & René Hervil avec Alice Tissot
Le mioche – de Léonide Moguy avec Lucien Baroux
Quand minuit sonnera – de Léo Joannon avec Marie Bell
Pépé-le-Moko – de Julien Duvivier avec Marcel Dalio
Courrier Sud – de Pierre Billon avec Pierre Richard-Willm
Mademoiselle Docteur / Salonique, nid d’espions – de Georg Wilhelm Pabst avec Dita Parlo
Nuits de feu – de Marcel L’herbier avec Gaby Morlay
L’appel de la vie – de Georges Neveux avec Victor Francen
1937Marthe Richard / Marthe Richard, espionne au service de la France – de Raymond Bernard avec Erich von Stroheim
La bataille silencieuse – de Pierre Billon avec Pierre Fresnay
Gribouille – de Marc Allégret avec Raimu
La dame de Malacca – de Marc Allégret avec Edwige Feuillère
Feu ! – de Jacques de Baroncelli avec Jacques Baumer
Abus de confiance – de Henri Decoin avec Danielle Darrieux
L’affaire Lafarge – de Pierre Chenal avec Marcelle Chantal
Tarakanova ( la principessa Tarakanova ) de Fédor Ozep & Mario Soldati avec Annie Vernay
Alerte en Méditerranée – de Léo Joannon avec Jean Tissier
Prisons de femmes – de Roger Richebé avec Renée Saint-Cyr
1938Les nouveaux riches – de André Berthomieu avec Betty Stockfeld
Alexis gentleman chauffeur / Le grand raid / Taxi 38 – de Max de Vaucorbeil avec André Luguet
Monsieur Coccinelle – de Bernard-Deschamps avec Pierre Larquey
Hôtel du Nord – de Marcel Carné avec Annabella
Le récif de corail – de Maurice Gleize avec Gina Manès
La fin du jour – de Julien Duvivier avec Michel Simon
Eusèbe député – de André Berthomieu avec Elvire Popesco
L’entraîneuse – de Albert Valentin avec Michèle Morgan
1939Le jour se lève – de Marcel Carné avec Jacqueline Laurent
Le déserteur / Je t’attendrai – de Léonide Moguy avec Corinne Luchaire
Remorques – de Jean Grémillon avec Michèle Morgan
Le dernier tournant – de Pierre Chenal avec Fernand Gravey
Les musiciens du ciel – de Georges Lacombe avec René Lefèvre
Le chemin de l’honneur – de Jean-Paul Paulin avec Henri Garat
Paradis perdu – de Abel Gance avec Micheline Presle
Le café du port – de Jean Choux avec René Dary
L’enfer des anges – de Christian-Jaque avec Louise Carletti
1940Untel père et fils – de Julien Duvivier avec Louis Jouvet
Finance noire – de Félix Gandéra avec Marie Déa
1941Montmartre sur Seine – de Georges Lacombe avec Edith Piaf
La maison des sept jeunes filles – de Albert Valentin avec Gaby André
CM L’appel du stade – de Marcel Martin avec René Génin
1942La femme que j’ai le plus aimée – de Robert Vernay avec Mireille Balin
Monsieur La Souris – de Georges Lacombe avec Raimu
Le bienfaiteur – de Henri Decoin avec Suzy Prim
Le comte de Monte Cristo – de Robert Vernay avec Pierre Richard-Willm
    Film en 2 parties
    1 : Edmond Dantès
    2 : Le châtiment
1943L’homme de Londres – de Henri Decoin avec Fernand Ledoux
1954Les deux font la paire / Le mort en fuite – de André Berthomieu avec Jean Richard
Série noire – de Pierre Foucaud avec Henri Vidal
Le secret de sœur Angèle – de Léo Joannon avec Raf Vallone
1955Le crâneur – de Dimitri Kirsanoff avec Marina Vlady
L’impossible monsieur Pipelet – de André Hunebelle avec Etchika Choureau
Les aristocrates – de Denys de La Patellière avec Brigitte Auber
Mémoires d’un flic – de Pierre Foucaud avec Pascale Roberts
Ces sacrées vacances – de Robert Vernay avec Sophie Desmarets
1956La joyeuse prison – de André Berthomieu avec Paulette Dubost
Mannequins de Paris – de André Hunebelle avec Madeleine Robinson
L’irrésistible Catherine – de André Pergament avec Michel Auclair
Les lumières du soir – de Robert Vernay avec Gaby Morlay
Miss Catastrophe – de Dimitri Kirsanoff avec Philippe Nicaud
Les collégiennes – de André Hunebelle avec Sophie Daumier
1957Les espions – de Henri-Georges Clouzot avec Curd Jürgens
Le désert de Pigalle – de Léo Joannon avec Annie Girardot
1958Le gorille vous salue bien – de Bernard Borderie avec Bella Darvi
Et ta sœur ! – de Maurice Delbez avec Arletty
Tant d’amour perdu – de Léo Joannon avec Anne Doat
Madame et son auto – de Robert Vernay avec Jacques Fabbri
Drôles de phénomènes – de Robert Vernay avec Mary Marquet
Fiche créée le 4 juin 2014 | Modifiée le 5 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 1537 fois
PREVIOUSJacques Bergerac || René Bergeron || Ingmar BergmanNEXT