CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Roman Polanski
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

René Lefèvre



Date et Lieu de naissance : 6 mars 1898 (Nice, France)
Date et Lieu de décès : 23 mai 1991 (Poissy, France)
Nom Réel : René Paul Louis Lefèvre

ACTEUR

De jeune premier un peu gauche et timide à patriarche bonhomme et goguenard, René Lefèvre a déroulé sur cinq décennies une carrière prolifique. Acteur, scénariste et écrivain français, René Paul Louis Lefèvre naît le 6 mars 1898 à Nice. Ses parents le poussent à devenir marin, mais René a le mal de mer et de toute façon sa vocation est tout autre. Il veut être comédien. En attendant de percer dans cet univers sélectif, il ne boude aucun «petit boulot». Puis il a la chance de devenir l’assistant du réalisateur Julien Duvivier et fait ses premières armes au théâtre des Champs-Élysées à Paris. Il y apprend son métier avec un maître d’exception, Louis Jouvet, et rencontre le succès en jouant dans «Knock» de Jules Romains. C’est avec un film muet, adapté de cette pièce, «Knock ou le triomphe de la médecine» (1925) de René Hervil, que le néophyte se lance sur grand écran, auprès de Fernand Fabre dans le rôle du docteur Knock.

Dès lors, le cinéma lui ouvre grand ses portes. Les rôles qu’on lui confie s’inspirent autant de son visage débonnaire que de son œil narquois. Fiancé maladroit dans «Le mariage de mademoiselle Beulemans» (1926) de Julien Duvivier, il se mue en paysan matois dans «Pas si bête» (1927) de André Berthomieu, avec Madeleine Carroll, ou encore en précepteur timoré dans «Ces dames aux chapeaux verts» (1929) du même réalisateur. Pour la comédie musicale de René Clair «Le Million» (1930), il campe avec drôlerie un artiste peintre fauché qui se lance à la poursuite de l’escroc détenteur de son billet de loterie gagnant. «Jean de la Lune», dans le film éponyme (1931) de Jean Choux, le révèle en poète rêveur et candide, bienveillant, amoureux confiant de son épouse volage Marceline, jouée par Madeleine Renaud. Un registre qui imprègne nombre de petites comédies dans lesquelles l’acteur se commet au début des années 1930, comme «L’âne de Buridan» (1932) de Alexandre Ryder, ou «La femme idéale» (1933) de André Berthomieu. L’année 1934 marque une rupture dans la carrière de René Lefèvre. Passionné par les chevaux, il chute de son cheval au cours d’une course hippique et se brise le nez. Dès lors l’acteur renonce aux rôles de jeune premier pour se diriger vers des interprétations plus denses. Jean Renoir le convertit avec panache en employé justicier face à un éditeur véreux, sous les traits de Jules Berry, pour «Le crime de monsieur Lange» (1935). Dans «Gueule d’amour» (1937) de Jean Grémillon, il personnifie l’ami fidèle de Jean Gabin. Pendant l’Occupation, René Lefèvre se fait plus rare au cinéma pour entrer dans la Résistance, épopée qu’il narre non sans humour dans son autobiographie «Le film de ma vie» (1973).

Après la guerre l’acteur tourne moins, mais doué pour l’écriture, il concocte des scénarios et des romans. Deux d’entre eux sont adaptés au cinéma: «Les musiciens du ciel» (1939) de Georges Lacombe, dont il est le héros auprès de Michèle Morgan, et «Rue des prairies» (1959), réalisé par Denys de La Patellière, avec Jean Gabin. De grands noms font encore appel à lui, Jules Dassin pour «Celui qui doit mourir» (1956), Jean-Pierre Melville pour «Le Doulos» (1961), Costa-Gavras pour «Un homme de trop» (1966) ou Henri Verneuil pour «Le corps de mon ennemi» (1976). Séries télévisées, comme «Vive la vie» (1966/70), et animation d’émissions de radio sont quelques autres cordes à son arc. Entouré de sa femme et de ses chevaux, René Lefèvre s’éloigne des projecteurs et décède le 23 mai 1991 à Poissy en Île de France. Trop peu de rôles phare n’ont pas réussi à le hisser à une notoriété pourtant méritée. Mais par sa gouaille et son patronyme, il laisse l’image d’un Monsieur Sans Gêne du cinéma français...

© Isabelle MICHEL

copyright
1925Knock ou le triomphe de la médecine – de René Hervil avec Fernand Fabre
1926Le mariage de mademoiselle Beulemans – de Julien Duvivier avec André Brabant
1927Pas si bête – de André Berthomieu avec Madeleine Carroll
Le tourbillon de Paris – de Julien Duvivier avec Lil Dagover
Le sous-marin de cristal – de Marcel Vandal avec Félicien Tramel
Fleur d’amour / Fleurette – de Marcel Vandal avec Rose-Mai
    + scénario & assistant réalisateur
1928Le ruisseau – de René Hervil avec Olga Day
L’eau du Nil / La femme la plus riche du monde – de Marcel Vandal avec Jean Murat
Sa meilleure maîtresse – de René Hervil avec Danièle Parola
    Seulement assistant réalisateur
1929Rapacité – de André Berthomieu avec Florence Gray
Ces dames aux chapeau verts – de André Berthomieu avec Gabrielle Fontan
Un soir au Cocktail’s Bar / Une soirée au Cocktail’s Bar – de Roger Lion avec Gina Manès
CM Pivoine – de Albert Sauvage avec Line Noro
1930Mon ami Victor – de André Berthomieu avec Simone Bourday
Le chemin du paradis – de Wilhelm Thiele & Max de Vaucorbeil avec Henry Garat
Le million – de René Clair avec Annabella
Les deux mondes – de Ewald André Dupont avec Henri Garat
1931Un chien qui rapporte – de Jean Choux avec Arletty
Jean de la lune – de Jean Choux avec Madeleine Renaud
Les cinq gentlemen maudits – de Julien Duvivier avec Harry Baur
CM On opère sans douleur – de Jean Tarride avec Simone Simon
CM Seul – de Jean Tarride avec Julien Carette
1932L’âne de Buridan – de Alexandre Ryder avec Colette Darfeuil
Sa meilleure cliente – de Pierre Colombier avec André Alerme
Monsieur, madame et Bibi – de Jean Boyer & Max Neufeld avec Marie Glory
La fleur d’oranger – de Henry Roussell avec José Noguéro
1933Paprika – de Jean de Limur avec Germaine Michel
La femme idéale – de André Berthomieu avec Robert Le Vigan
Les deux canards – de Eric Schmidt avec Saturnin Fabre
CM La paix chez soi – de André Hugon avec Mireille
1934L’amour en cage – de Carl Lamac & Jean de Limur avec Anny Ondra
1935Vogue, mon cœur – de Jacques Daroy avec Tino Rossi
Le crime de monsieur Lange – de Jean Renoir avec Jules Berry
Le coup de trois – de Jean de Limur avec Véra Flory
Les époux scandaleux – de Georges Lacombe avec Jeanne Aubert
1936Mes tantes et moi – de Yvan Noé avec Pierrette Caillol
Trois…six…neuf… – de Raymond Rouleau avec André Luguet
CM Feu la mère de madame – de Germain Fried avec Arletty
CM Le pigeon – de Albert Riéra avec Colette Darfeuil
CM Ça n’a pas d’importance – de Gaston Vidié avec Colette Darfeuil
1937Gueule d’amour – de Jean Grémillon avec Jean Gabin
Le choc en retour – de Georges Monca & Maurice Kéroul avec Michel Simon
Nuits de princes – de Vladimir Strizhevsky avec Pauline Carton
CM Le gagnant / Amour Automobile – de Yves Allégret avec Ginette Leclerc
1938Sommes-nous défendus ? – de Jean Loubignac avec René Génin
Place de la Concorde – de Carl Lamac avec Bernard Blier
La piste du sud – de Pierre Billon avec Albert Préjean
Petite peste – de Jean de Limur avec Henri Rollan
Feux de joie – de Jacques Houssin avec Grégoire Aslan
CM À nous la jeunesse – de Eugene Deslaw avec Suzet Maïs
1939Les musiciens du ciel – de Georges Lacombe avec Michèle Morgan
    + nouvelle & scénario
1940Parade en sept nuits – de Marc Allégret avec Elvire Popesco
    Seulement dialogues & scénario
1941À la belle frégate – de Albert Valentin avec Paul Azaïs
Opéra-Musette – de René Lefèvre & Claude Renoir avec Paulette Dubost
    + dialogues & scénario
1942La femme que j’ai le plus aimée – de Robert Vernay avec Noël-Noël
1943La boîte aux rêves – de Yves Allégret & Jean Choux avec Simone Signoret
    + dialogues & scénario
Arlette et l’amour – de Robert Vernay avec André Luguet
1945Son dernier rôle – de Jean Gourguet avec Gaby Morlay
1946Le bataillon du ciel – de Alexandre Esway avec Pierre Blanchar
    Film en 2 parties
    1 : Ce ne sont pas des anges
    2 : Terre de France
1947La carcasse et le tord-cou – de René Chanas avec Louis Seigner
    Seulement dialogues & scénario
1948L’escadron blanc – de René Chanas avec Jean Chevrier
Le point du jour – de Louis Daquin avec Jean Desailly
1950Sous le ciel de Paris / Sous le ciel de Paris coule la Seine – de Julien Duvivier avec Paul Frankeur
    Seulement dialogues & scénario
Un sourire dans la tempête ( ein lächeln im sturm / sturm über Alaska ) de René Chanas avec Curd Jürgens
    Seulement dialogues & scénario
1951Trois femmes / Trois femmes, trois âmes – de André Michel avec Michel Bouquet
Seuls au monde – de René Chanas avec Madeleine Robinson
    + dialogues & scénario
1952Fille dangereuse ( bufere ) de Guido Brignone avec Silvana Pampanini
1954Bel Ami – de Louis Daquin avec Renée Faure
Bel Ami ( Bel-Ami der frauenheld von Paris ) de Louis Daquin avec Johannes Heesters
    Version allemande de « Bel Ami »
1955La lumière d’en face – de Georges Lacombe avec Brigitte Bardot
    Seulement dialogues & scénario
1956Celui qui doit mourir – de Jules Dassin avec Roger Hanin
1957La garçonne – de Jacqueline Audry avec Andrée Debar
Sois belle et tais-toi – de Marc Allégret & Henri Verneuil avec Henri Vidal
Liberté surveillée – de Henri Aisner & Vladimir Volchek avec Marina Vlady
1958C’est la faute d’Adam – de Jacqueline Audry avec Denise Grey
Le gorille vous salue bien – de Bernard Borderie avec Charles Vanel
1959Le secret du chevalier d’Eon – de Jacqueline Audry avec Isa Miranda
Douze heures d’horloge ( ihr verbrechen war liebe ) de Géza von Rádvanyi avec Eva Bartok
    Seulement dialogues & scénario
Rue des Prairies – de Denys de la Patellière avec Marie-José Nat
    Seulement sujet
1960Comme un poisson dans l’eau / Pauvre papa – de André Michel avec Philippe Noiret
1961Le doulos – de Jean-Pierre Melville avec Serge Reggiani
Une blonde comme ça / Miss Shumway jette un sort – de Jean Jabely avec Noël Roquevert
1962La foire aux cancres – de Louis Daquin avec Jean Poiret
1963Un gosse de la butte / Rue des cascades – de Maurice Delbez avec Madeleine Robinson
1964 DO Cinéma de notre temps : Jean Vigo – de Jacques Rozier avec Gilles Margaritis
    Seulement apparition
1965Angélique et le roi / Angélique et le roy – de Bernard Borderie avec Michèle Mercier
1966Un homme de trop – de Costa-Gavras avec Michel Piccoli
1970Le cinéma de papa – de Claude Berri avec Yves Robert
1976Le corps de mon ennemi – de Henri Verneuil avec Jean-Paul Belmondo
1977Un oursin dans la poche – de Pascal Thomas avec Bernard Menez
Fiche créée le 8 mai 2009 | Modifiée le 24 juin 2017 | Cette fiche a été vue 4159 fois
PREVIOUSJean Lefebvre || René Lefèvre || Denise LegeayNEXT