CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Darling Légitimus
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

René Wheeler



Date et Lieu de naissance : 8 février 1912 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 11 décembre 2000 (Equemauville, France)
Nom Réel : René Alfred Wheeler

SCENARISTE
Image
1944 La cage aux rossignols – de Jean Dréville avec Noël-Noël, Micheline Francey & Georges Biscot
Image
1947 La vie en rose – de Jean Faurez avec Louis Salou, François Périer, Simone Valère & Colette Richard
Image
1954 Du rififi chez les hommes – de Jules Dassin avec Jean Servais, Carl Möhner & Robert Manuel
Image
1960 Vers l’extase – de René Wheeler avec Pascale Petit, Giani Esposito, Serge Sauvion & Nelly Borgeaud

René Wheeler naît le 12 février 1912 à Paris. Arrivé dans le monde du cinéma comme figurant du film «Moutonnet» (1936) de René Sti, avec dans le rôle-titre le fantaisiste Noël-Noël. L’année suivante, le jeune homme participe avec Noël-Noël à l’écriture de «L’innocent» de Maurice Cammage, avec Madeleine Robinson et Fréhel. Puis il travaille avec Christian Stengel qui réalise la comédie musicale «Je chante» (1938) avec Charles Trénet, Margo Lion, Jean Tissier et Julien Carette ; puis c’est «La famille Duranton» (1938) avec de nouveau Noël-Noël mais aussi Blanchette Brunoy, Jules Berry, Alfred Adam, Sinoël et Jane Sourza. René Wheeler se fait également directeur de production notamment pour «Les Cinq de Lavarède» (1939) avec Fernandel.

Pendant la seconde guerre mondiale, René Wheeler est peu sollicité mais il propose néanmoins en 1944 à Noël-Noël une histoire d’enfants coécrite avec Georges Chaperot. C’est bientôt «La cage aux rossignols» de Jean Dréville. Scénariste désormais reconnu René Wheeler travaille encore pendant la décennie pour des réalisateurs comme Claude Autant-Lara, Gilles Grangier, Henri Decoin et Jacques Tati. En 1949, Wheeler scénariste décide de passer derrière la caméra et met en scène un film «Premières armes» avec Paul Frankeur, Michèle Alfa et le jeune Jean Cordier qui joue un apprenti jockey malmené par la vie et l’égoïsme des adultes. Ce film aurait fortement marqué François Truffaut. Vont suivre deux autres réalisations. «Châteaux en Espagne» (1953), avec pour la version espagnole les dialogues de Juan Antonio Bardem, présente en couleur l’univers des corridas truquées. Maurice Ronet y est un torero raté, jaloux et veule, Danielle Darrieux une Française fascinée malgré elle par la jeunesse et le panache d’un matador interprété par l’authentique matador Pepín Martín Vazquez qui parle le français avec un délicieux accent et qui est abusé par son imprésario plus vrai que nature joué par Juan Calvo. Puis en 1960 René Wheeler met en scène «Vers l’extase», une œuvre qui aborde les conséquences d’une enfance malheureuse et la recherche d’un absolu mystique, avec Pascale Petite, en plein crise ramenée à la raison et à son mari alias Gianni Esposito, par un père missionnaire plein de bon sens, Michel Etcheverry.

Mais René Wheeler, scénariste et dialoguiste de cinéma, c’est aussi une vingtaine de collaborations dans les années cinquante et soixante avec des réalisateurs comme Christian-Jaque, Robert Hossein, Jules Dassin, Jean Grémillon, Henri-Georges Clouzot, Yves Allégret, Gérard Oury et des films aussi célèbres que «Atoll K» (1950) avec Stan Laurel et Oliver Hardy, «Le Salaire de la peur» (1951), «Fanfan la Tulipe» (1951) et «Till l’Espiègle» (1956) de et avec Gérard Philipe, «Du rififi chez les hommes» (1954), «Le salaire de la peur» (1952). Puis c’est la télévision avec notamment «Les faucheurs de marguerites» (1974) de Marcel Camus, avec Bruno Pradal, «Les mystères de Paris» (1980) d’après Eugène Sue, sans oublier «La maison des bois» (1971) de Maurice Pialat, avec Fernand Gravey, un feuilleton tiré du propre livre que René Wheeler a écrit avec son épouse Maria Benedicto.

Installé depuis les années soixante à Honfleur, René Wheeler, trop peu connu comme metteur en scène mais scénariste très prolifique, décède le 11 décembre de l’an 2000, à l’hôpital d’Equemauville dans sa soixante-dix neuvième année.

© Caroline HANOTTE

copyright
1936Moutonnet – de René Sti avec Noël-Noël
    Seulement apparition
1937L’innocent – de Maurice Cammage avec Madeleine Robinson
1938Je chante – de Christian Stengel avec Charles Trénet
    + production
1939Les cinq sous de Lavarède – de Maurice Cammage avec Fernandel
La famille Duraton – de Christian Stengel avec Jules Berry
    + directeur de production
1941Le mariage de Chiffon – de Claude Autant-Lara avec Odette Joyeux
Nuits d’alerte – de Léon Mathot avec Gabrielle Dorziat
1942Une étoile au soleil – de André Zwoboda avec Pierre Larquey
1944La cage aux rossignols – de Jean Dréville avec Noël-Noël
1945Sylvie et le fantôme – de Claude Autant-Lara avec Odette Joyeux
1946L’ennemi sans visage – de Maurice Cammage & Robert-Paul Dagan avec Jim Gérald
Histoire de chanter – de Gilles Grangier avec Luis Mariano
1947Danger de mort – de Gilles Grangier avec Fernand Ledoux
Les amants du pont Saint-Jean – de Henri Decoin avec Michel Simon
La vie en rose – de Jean Faurez avec Louis Salou
    Prix du meilleur scénario original au festival international du cinéma de Locarno, Suisse
1948Jour de fête – de Jacques Tati avec Paul Frankeur
1949Premières armes – de René Wheeler avec Julien Carette
1950L’amant de paille – de Gilles Grangier avec Jean-Pierre Aumont
1951Atoll K. ( Utopia / escapade / Robinson Crusoeland ) de Léo Joannon avec Stan Laurel
L’auberge rouge – de Claude Autant-Lara avec Françoise Rosay
La plus belle fille du monde – de Christian Stengel avec Paul Bernard
Les sept péchés capitaux – de Yves Allégret, Eduardo De Filippo, Claude Autant-Lara, Jean Dréville, Roberto Rossellini, Georges Lacombe & Carlo Rim avec Robert Dalban
    Segment « Le huitième péché » de Georges Lacombe
1952Fanfan la Tulipe – de Christian-Jaque avec Gérard Philipe
Le salaire de la peur – de Henri-Georges Clouzot avec Yves Montand
Douze heures de bonheur / Jupiter – de Gilles Grangier avec Georges Marchal
Minuit… Quai de Bercy – de Christian Stengel avec Erich von Stroheim
Plume au vent ( pluma al viento ) de Louis Cuny & Ramón Torrado avec Carmen Sevilla
Quitte ou double – de Robert Vernay avec Jean Tissier
1953L’amour d’une femme – de Jean Grémillon avec Micheline Presle
Châteaux en Espagne ( el torero ) de René Wheeler avec Danielle Darrieux
Théodora, l’impératrice de Byzance ( Teodora, imperatrice di Bisanzio ) de Riccardo Freda avec Irene Papas
1954Du rififi chez les hommes – de Jules Dassin avec Jean Servais
1955Les salauds vont en enfer – de Robert Hossein avec Henri Vidal
1956Les aventures de Till l’Espiègle – de Gérard Philipe & Joris Ivens avec Françoise Fabian
Pardonnez nos offenses – de Robert Hossein avec Marina Vlady
Reproduction interdite – de Gilles Grangier avec Annie Girardot
Méfiez-vous fillettes ! – de Yves Allégret avec Antonella Lualdi
1957La belle et le tzigane – de Jean Dréville & Márton Keleti avec Nicole Courcel
Filous et compagnie – de Tony Saytor avec Marie Daëms
1958L’ambitieuse – de Yves Allégret avec Richard Basehart
1960Vers l’extase – de René Wheeler avec Pascale Petit
1961Le crime ne paie pas – de Gérard Oury avec Michèle Morgan
    Segment « L’affaire Hugues »
1962Terreur sur la savane / Les aventuriers du Kazaï / Konga-Yo – de Yves Allégret avec Roger Pigaut
1964La soupe aux poulets – de Philippe Agostini avec Jean Servais
1965Le journal d’une femme en blanc – de Claude Autant-Lara avec Marie-José Nat
1969Paix sur les champs – de Jacques Boigelot avec Georges Poujouly
Fiche créée le 27 février 2008 | Modifiée le 15 juin 2015 | Cette fiche a été vue 5196 fois
PREVIOUSJames Whale || René Wheeler || Arleen WhelanNEXT