CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Arthur Malet
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Renato Rascel



Date et Lieu de naissance : 28 avril 1912 (Turin, Italie)
Date et Lieu de décès : 2 janvier 1991 (Rome, Italie)
Nom Réel : Renato Umberto Eugenio Ranucci

ACTEUR
Image
1950 Le retour de Pancho Villa (io sono il capataz) de Giorgio Simonelli avec Silvana Pampanini & Sophia Loren
Image
1952 Le manteau (il cappotto) de Alberto Lattuada avec Yvonne Sanson, Antonella Lualdi & Giulio Stival
Image
1958 Polycarpe maître calligraphe (Policarpo, ufficiale di scrittura) de Mario Soldati avec Carla Gravina
Image
1960 Petites femmes et haute finance (anonima cocottes) de Camillo Mastrocinque avec Sophie Desmarets

Un des ses films les plus connus et en tous cas un des plus emblématiques de son talent si particulier, est «Le manteau» (1952), tiré par Alberto Lattuada d’une nouvelle de Gogol. L’acteur y incarne un modeste employé qui, bouleversé par le vol de son manteau, finit par en mourir avant que, devenu un spectre, il ne hante les nuits peureuses de ses tyranniques patrons. De même Rascel s’inspire-t-il encore du romancier russe pour bâtir lui-même un autre film, «La passegiatta» (1953), où il donne vie, avec son art de clown discret, à un instituteur timide, qui tombe sous le charme d’une prostituée.

Renato Ranucci, dit Renato Rascel, naît à Turin le 28 avril 1912. Celui que ses compatriotes baptisent, du fait de sa petite taille et de sa grande popularité, «Il piccoletto nazionale», montre dès le départ les talents multiples d’un homme orchestre. Héritant de parents chanteurs d’opéra un don pour la musique, il chante dans les chœurs de Saint-Pierre, puis joue des percussions dans les cabarets avant de chanter, en 1934, dans l’opérette de Ralph Benatzky et Erik Charell, «Al cavallino bianco». Il compose des chansons, comme «Arrivederci Roma», entonnée par Mario Lanza dans le film du même nom, dirigé par Roy Rowland en 1957, et où joue aussi Renato Rascel. On lui doit des chansons aussi populaires que «Venticello de Roma», ou «Romantica», que l’acteur chante au Concours Eurovision de la chanson en 1960. Homme de scène, il prête son talent multiforme à nombre de comédies musicales montées par un fameux duo d’artistes italiens, Pietro Garinei et Sandro Giovannini, dont l’une des premières et plus réussies, «Attanasio cavallo vanesio» (1952), jouée au Teatro Sistina de Rome, aux côtés de Lauretta Masiero. Une décennie auparavant, il avait créé sa propre compagnie théâtrale, rôdant son personnage de petit homme timoré, dont le corps menu flotte dans un vaste manteau couturé de grandes poches.

Au cinéma, l’acteur joue aussi de sa petite stature et de son humour pince-sans-rire, où le «non sense» le dispute à l’art effaré d’un pierrot lunaire. Dans «Pazzo d’amore» (1942) de Giacomo Gentilomo, il forme, avec Pietro Tordi, un duo disparate de chemineaux amateurs de trésors, qui n’est pas sans évoquer les deux vagabonds de «En attendant Godot». Dix ans plus tard, Renato Rascel incarne un autre nabot, génial celui-là, le petit caporal en personne, dans le «Napoleone» (1951) de Carlo Borghesio. Il croise aussi Totò en Figaro dans «Figaro qua, Figaro la» (1950), joue les amoureux timides et toujours évincés dans «L’eroe sono io!» (1951) et les prospecteurs malchanceux dans une parodie de western fort réussie de Fernando Cerchio, «Il bandolero stanco» (1952). Comme tous les grands comiques, il peaufine à l’écran un personnage pleutre et effacé, qui se nomme Renato dans «Rascel-Fifi» (1956) avec Dario Fo, ou même Rascel, dans «Rascel marine» (1958). Il apparaît aussi dans quelques films américains, comme «The secret of Santa Vittoria» (1968), de Stanley Kramer et dans des parodies de films d’horreur comme «Les temps sont durs pour les vampires» (1959) de Steno. On le voit aussi aux côtés de Eduardo De Filippo dans une réjouissante pochade historique, «Ferdinand 1er roi de Naples» (1959) de Gianni Franciolini, avec Vittorio De Sica et Peppino De Filippo dans le rôle du Roi Lazzarone. Sur le petit écran, Renato Rascel campe un inattendu Robespierre pour un téléfilm italien de 1964 et prête vie, en 1970, au savoureux héros de Chesterton, le prêtre détective Brown, dans six épisodes d’une série dirigée par Vittorio Cottafavi. C’est dans son domicile romain que Renato Rascel s’éteint le 2 janvier 1991.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1942Pazzo d’amore – de Giacomo Gentilomo avec Elena Grey
1949Marakatumba... ma non è una rumba – de Edmond Lozzi avec Marilyn Buferd
Je suis de la revue ( botta e risposta ) de Mario Soldati avec Suzy Delair
1950Figaro-ci, Figaro-là ( Figaro qua, Figaro là ) de Carlo Ludovico Bragaglia avec Isa Barzizza
Beautés à bicyclettes ( bellezze in bicicletta ) de Carlo Campogalliani avec Silvana Pampanini
Le retour de Pancho Villa ( io sono il capataz ) de Giorgio Simonelli avec Sophia Loren
1951L’eroe sono io ! – de Carlo Ludovico Bragaglia avec Delia Scala
Fiorenzo, il terzo uomo – de Stefano Canzio avec Aldo Fabrizi
Amor non ho... però... però – de Giorgio Bianchi avec Gina Lollobrigida
Napoleone – de Carlo Borghesio avec Marisa Merlini
J’ai choisi l’amour ( ho scelto l’amore ) de Mario Zampi avec Marisa Pavan
1952Il bandolero stanco – de Fernando Cerchio avec Lauretta Masiero
    + scénario
Le manteau ( il cappotto ) de Alberto Lattuada avec Yvonne Sanson
    Ruban d’Argent par le syndicat national italien des journalistes de cinéma, Italie

Chansons du demi-siècle / Un demi-siècle de chansons ( canzoni di mezzo secolo ) de Domenico Paolella avec Anna Maria Ferrero
1953Attanasio cavallo vanesio – de Camillo Mastrocinque avec Flora Medini
La passeggiata – de Renato Rascel avec Valentina Cortese
    + scénario & musique
Voleur malgré lui / Tombé du ciel ( piovuto dal cielo ) de Leonardo De Mitri avec Cécile Aubry
    + scénario
Gran varietà – de Domenico Paolella avec Nadia Gray
1954Alvaro piuttosto corsaro – de Camillo Mastrocinque avec Tina De Mola
Sacrés fantômes ( questi fantasmi ) de Eduardo De Filippo avec Franca Valeri
Le mariage ( il matrimonio ) de Antonio Petrucci avec Ave Ninchi
1955Rouge et noir ( rosso e nero ) de Domenico Paolella avec Paola Borboni
I pinguini di guardano – de Guido Leoni avec Isa Miranda
Io sono la primula rossa – de Giorgio Simonelli avec Kerima
Carrousel des variétés ( carosello del varietà ) de Aldo Quinti & Aldo Bonaldi avec Josephine Baker
1956Rascel-Fifì – de Guido Leoni avec Annie Fratellini
    + musique
Une histoire de Monte Carlo ( Montecarlo / the Monte Carlo story ) de Samuel Taylor avec Marlene Dietrich
    + musique & chansons
1957Les sept collines de Rome ( arrivederci Roma / the seven hills of Rome ) de Roy Rowland avec Mario Lanza
    + musique & chansons
L’impossible Isabelle ( la nonna Sabella / Oh ! Sabella ) de Dino Risi avec Tina Pica
1958Rascel marine – de Guido Leoni avec Célina Cély
    + musique
Come te movi, te fulmino ! – de Mario Mattoli avec Giovanna Ralli
Polycarpe maître calligraphe ( Policarpo, ufficiale di scrittura / Policarpo, calígrafo diplomado ) de Mario Soldati avec Carla Gravina
    + musique & chansons
    Plaque d’Or aux prix David di Donatello, Italie
1959Les temps sont durs pour les vampires ( tempi duri per i vampiri ) de Steno avec Sylva Koscina
    + sujet, scénario, musique & chansons
Un de la réserve ( un militare e mezzo ) de Steno avec Virna Lisi
Ferdinand roi de Naples ( Ferdinando 1, re di Napoli ) de Gianni Franciolini avec Titina De Filippo
San Remo, la grande sfida – de Piero Vivarelli avec Adriano Celentano
    Seulement apparition
1960Petites femmes et haute finance ( anonima cocottes ) de Camillo Mastrocinque avec Sophie Desmarets
L’ours – de Edmond Séchan avec Francis Blanche
Il corazziere – de Camillo Mastrocinque avec Anna Maria Bottini
1961En pleine bagarre ( mani in alto ) de Giorgio Bianchi avec Magali Noël
    + chansons
Le jugement dernier ( il giudizio universale / the last judgement ) de Vittorio De Sica avec Melina Mercouri
Gli attendenti – de Giorgio Bianchi avec Dorian Gray
1962La bataille de Naples ( le quattro giornate di Napoli ) de Nanni Loy avec Lea Massari
    Seulement apparition
1963Follie d’estate – de Edoardo Anton & Carlo Infascelli avec Monica Vitti
1966Dio, come ti amo ! / ¡ Cómo te amo ! / How do I love you ? – de Miguel Iglesias avec Mark Damon
    Seulement chansons
1968Le secret de Santa Vittoria ( the secret of Santa Vittoria ) de Stanley Kramer avec Anthony Quinn
1970On ne greffe pas que les cœurs / On vend bien des roues de secours / Un coup fumant ( il trapianto / trasplante a la italiana ) de Steno avec Graziella Granata
1971 DA Pinocchio ( un burattino di nome Pinocchio ) de Giuliano Cenci
    Seulement voix & narration
1972Commissariat de nuit ( commissariato di notturna ) de Guido Leoni avec Rosanna Schiaffino
    Seulement musique & chansons
1975La supplente – de Guido Leoni avec Dayle Haddon
    Seulement musique
1976Jésus de Nazareth ( Jesus of Nazareth / Gesù di Nazareth ) de Franco Zeffirelli avec Robert Powell
Fiche créée le 23 janvier 2012 | Modifiée le 21 février 2016 | Cette fiche a été vue 2060 fois
PREVIOUSJean-Paul Rappeneau || Renato Rascel || Fritz RaspNEXT