CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Betty Grable
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Robert Destain



Date et Lieu de naissance : 1er octobre 1919 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 20 décembre 2010 (Rodez, France)
Nom Réel : Pierre Robert Madoulé

ACTEUR

Né le 1er octobre 1919 à Paris, Robert Destain, de son vrai nom Pierre Madoulé, prend ce pseudonyme en référence au village de l’Aveyron dont sa famille est originaire. Artiste lyrique de formation au Conservatoire de Paris spécialisé dans les opérettes, il rencontre le compositeur Gérard Calvi au Casino de Cannes qui lui propose de le rejoindre à Paris pour la création d’un spectacle intitulé «Les Gaufrettes» avec Robert Dhéry et Colette Brosset.

Finalement, le spectacle créé en 1948 au Théâtre La Bruyère est rebaptisé «Les Branquignols», pièce inclassable basée sur le non-sens qui révèle bon nombre bon nombres de fantaisistes de l’après-guerre: Raymond Bussières et son épouse Annette Poivre, Christian Duvaleix et Micheline Dax rejoints pas Louis de Funès, Jacqueline Maillan, Pierre Tornade ou Jacques Legras. L’adaptation des «Branquignols» que réalise Robert Dhéry en 1949 est un triomphe, réalisateur qui le dirige à nouveau dans «Bertrand Cœur-de-Lion» (1950) où l’on retrouve le délicieux mannequin Capucine alors débutante au cinéma. À la même époque, Jean Boyer l’emploie à plusieurs reprises dans «Nous irons à Paris» (1949) avec Ray Ventura et son orchestre, «J’avais sept filles» (1954) avec Maurice Chevalier, «La Madelon» (1955) avec Line Renaud, «Le couturier de ces dames» (1956) et «Les vignes du seigneur» (1958) avec Fernandel et «La terreur des dames» (1956) avec Noël-Noël. Il apparaît dans des comédies dont Jean Richard est tête d’affiche comme «Arrêtez le massacre» (1957) de André Hunebelle ou «Tête folle» (1959) de Robert Vernay avec Annie Cordy.

Mais la carrière cinématographique de Robert Destain va être marquée par sa collaboration avec Louis de Funès qu’il avait rencontré dans le cabaret «La Tomate». S’ils figurent au générique de «Mon pote le gitan» (1959) de François Gir et «Les tortillards» (1959) de Jean Bastia où apparaît également Jean Richard, ils se côtoient surtout sur scène dans «Ah! Les belles bacchantes» (1954) avec la troupe des «Branquignols» au Théâtre Daunou adapté au cinéma la même année puis dans «Le grosse valse» (1962) qui consacre définitivement de Funès au Théâtre des Variétés. Devenue star du comique, Louis de Funès fait régulièrement appel à ses services le temps de courtes scènes dans ses productions comme il emploie pour des silhouettes Max Montavon ou Jean Droze. Ainsi, on le retrouve en client qui déjeune chez Septime avec son épouse incarnée par France Rumilly, la bonne sœur des «Gendarmes», dans «Le grand restaurant» (1966) de Jacques Besnard, surveillant général dans «Les grandes vacances» (1966) de Jean Girault, commandant qui se fait déchiqueter ses gants dans «Le gendarme se marie» (1968) de Jean Girault ou directeur d’hôtel dans «La zizanie» (1977) de Claude Zidi. Ironie du sort, c’est sous la direction de Pierre Tchérnia, un des scénaristes de Robert Dhéry, qu’il fait sa dernière apparition à l’écran dans «La gueule de l’autre» (1979) avec Michel Serrault et Jean Poiret.

Retiré de la vie publique, Robert Destain vit paisiblement au lieu dit La Closerie dans le sud de la France. Ce sympathique comédien décède à l’âge de quatre-vingt-treize ans le 20 décembre 2010 à Rodez. La date de sa disparition est communiquée discrètement par une publication dans le Carnet du Figaro quelques jours plus tard. Ses obsèques sont célébrées à Estaing dans l’Aveyron.

© Olivier SINQSOUS – Source & remerciements : http://autourdelouisdefunes.ifrance.com

copyright
1949Branquignols / Les Branquignols – de Robert Dhéry avec Julien Carette
Nous irons à Paris – de Jean Boyer avec Françoise Arnoul
1950Bertrand Cœur-de-Lion – de Robert Dhéry avec Capucine
1953Le portrait de son père – de André Berthomieu avec Brigitte Bardot
1954Ah ! Les belles Bacchantes ! / Femmes de Paris – de Jean Loubignac avec Jacqueline Maillan
    + chansons
Les deux font la paire / Le mort en fuite – de André Berthomieu avec Jean Richard
J’avais sept filles – de Jean Boyer avec Maurice Chevalier
1955La Madelon – de Jean Boyer avec Line Renaud
1956Le couturier de ces dames – de Jean Boyer avec Suzy Delair
La terreur de dames / Ce cochon de Morin – de Jean Boyer avec Noël-Noël
1957Arrêtez le massacre – de André Hunebelle avec Corinne Marchand
1958Les vignes du seigneur – de Jean Boyer avec Fernandel
1959Mon pote le gitan – de François Gir avec Simone Paris
Tête folle – de Robert Vernay avec Annie Cordy
Les tortillards – de Jean Bastia avec Louis de Funès
1961La belle américaine – de Robert Dhéry avec Jacques Charrier
1964Allez France ! – de Robert Dhéry avec Diana Dors
Les gorilles – de Jean Girault avec Francis Blanche
1966Les grandes vacances – de Jean Girault avec Louis de Funès
Le grand restaurant – de Jacques Besnard avec Bernard Blier
1968Le gendarme se marie – de Jean Girault avec Geneviève Grad
1977La zizanie – de Claude Zidi avec Annie Girardot
1979La gueule de l’autre – de Pierre Tchérnia avec Michel Serrault
    Remerciements à André (Les Gens du Cinéma), pour les informations d’état-civil.
Fiche créée le 4 janvier 2011 | Modifiée le 5 janvier 2011 | Cette fiche a été vue 3848 fois
PREVIOUSSuzanne Desprès || Robert Destain || Jean DevaivreNEXT