CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Maria Perschy
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Robert Enrico



Date et Lieu de naissance : 13 avril 1931 (Liévin, France)
Date et Lieu de décès : 23 février 2001 (Paris, France)
Nom Réel : Gino Robert Enrico

REALISATEUR
Image
1963 La belle vie – de Robert Enrico avec Frédéric de Pasquale, Josée Steiner, Odile Geoffroy & Françoise Giret
Image
1967 Les aventuriers – de Robert Enrico avec Lino Ventura, Alain Delon, Joanna Shimkus & Serge Reggiani
Image
1975 Le vieux fusil – de Robert Enrico avec Romy Schneider, Philippe Noiret & Madeleine Ozeray
Image
1992 Vent d’Est – de Robert Enrico avec Malcolm McDowell, Jean-François Balmer & Pierre Vaneck

Robert Enrico naît Gino Robert Enrico à Liévin (Pas de Calais). Il réside ensuite à Toulon (Var) où ses parents tiennent un magasin de cycles. D’abord instruit par les pères maristes de la ville, il poursuit ses études à Paris à l’Institut des Hautes Études Cinématographiques. En 1956, il tourne un court métrage sur l’iconographie consacrée à Sainte Jeanne d’Arc. Rattrapé par le service militaire, il est incorporé au Service Cinématographique des Armées. Rendu à la vie civile, il est primé grâce à un documentaire animalier sur les chenilles (1960) et à une fiction adaptée d’une nouvelle d’Ambrose Bierce, «La rivière du hibou» (1962) sur la guerre de sécession, qu’il transformera en long métrage («Au cœur de la vie»). L’année suivante, il reçoit le prix Jean Vigo pour «La belle vie» qui évoque les appelés de la guerre d’Algérie. Puis il travaille pour la télévision.

Le film «Les grandes gueules» (1965) est son premier succès en salle. Dans les paysages grandioses des Vosges, Robert Enrico évoque déjà des thèmes qui lui sont chers: le devoir, le respect de la parole donnée, la volonté d’entreprendre mais également la tolérance et le refus de s’arrêter aux apparences. Il attribue un très beau rôle à Bourvil mais aussi à Lino Ventura, Jess Hahn et Jean-Claude Rolland. Puis dans ses films noirs, Enrico va, à la manière de la tragédie antique, acheminer inexorablement ses héros vers un destin funeste, comme dans «Les aventuriers» (1967) avec Alain Delon ou «Ho!» (1968) d’après José Giovanni, avec Jean Paul Belmondo. Mais le cinéaste sait aussi évoquer des sujets intimistes: la veille mortuaire de «La tante Zita» (1968) avec Joanna Shimkus. Et l’on ne peut oublier Romy Schneider et Philippe Noiret dans «Le vieux fusil» (1975) dont Patricia Nény, Madame Enrico à la ville, a assuré le montage. Mais Robert Enrico met aussi son talent au service des plus faibles avec «Un neveu silencieux» (1976), réalisé d’abord pour la télévision, et dont le héros, bien avant «Le huitième jour» (1996) de Jaco van Dormael, est un trisomique.

Dans les années quatre-vingts, le téléfilm puis film «Au nom de tous les miens» (1982) retraçant la vie de Martin Gray, rescapé du ghetto de Varsovie, est bien accueilli. Par contre «Zone rouge» (1985), avec Richard Anconina et Sabine Azéma, que le cinéaste réalise sur les entreprises pollueuses, avec Jérôme Enrico, l’un de ses deux enfants, n’est pas un succès commercial. La décennie suivante, «Vent d’est» (1992) avec Malcolm McDowell, tourné en partie en Pologne, n’est pas apprécié de la critique, malgré la remarquable reconstitution d’un fait historique peu connu. En effet, même après la chute du mur de Berlin et la fin de l’URSS, il n’est pas encore de bon ton de parler des milliers de soldats d’origine ukrainienne, livrés par les alliés, conformément aux accords de Yalta, à l’Armée Rouge qui va s’empresser de les massacrer. «Fait d’hiver» (1998), où un père divorcé, interprété par Charles Berling, se barricade avec ses enfants en refusant d’obéir à une décision de justice, est le dernier grand cri du cœur que poussera Robert Enrico.

En effet, ce grand monsieur du cinéma français, un homme de bien dans toute l’acceptation du terme, décède à Paris le 23 février 2001 dans sa soixante-dixième année. Il laisse une vingtaine de longs métrages qui nous ont tous donné envie d’être meilleurs. Une magnifique leçon d’humanité!

© Caroline HANOTTE

copyright
1956 CM Jehanne – de Robert Enrico
    + scénario
DO Á chacun son paradis ( paradiso terrestre ) de Luciano Emmer & Robert Enrico
    + montage
1958 CM Villes lumières – de Robert Enrico & Paul de Roubaix
1959 CM Les trois amis – de Robert Enrico
TV The twilight zone : An occurance at Owl Creek Bridge – de Robert Enrico avec Rod Serling
    + montage & scénario – Série
CM L’or de la Durance – de Robert Enrico
1960 DO Thaumetopoea, la vie des chenilles processionnaires du pin et leur extermination contrôlée – de Robert Enrico
    Grand Prix au festival des ciné-Rencontres de Prades, France

    Prix Spécial du Jury de Tours, France
1961 CM Chickamauga – de Robert Enrico avec Pierre Boffety
CM L’oiseau moqueur – de Robert Enrico
DO Montagnes magiques – de Robert Enrico
    + scénario
    Grand Prix au festival des ciné-Rencontres de Prades, France
1962 CM La rivière du hibou – de Robert Enrico avec Anne Cornaly
    + montage & scénario
    Oscar du meilleur court métrage, USA

    Palme d’Or du court métrage au festival du cinéma de Cannes, France

    BAFTA du meilleur court métrage aux British Academy Awards, Grande-Bretagne

DO Allegro na troppo – de Paul de Roubaix
    Seulement montage
Au cœur de la vie – de Robert Enrico avec Stéphane Fey
    Prix du meilleur réalisateur au festival international du film de San Sebastián, Espagne

    Grand Prix de Tours, France
1963La belle vie – de Robert Enrico avec Frédéric de Pasquale
    + scénario
    Prix Jean Vigo, France
1964 TV La redevance du fantôme – de Robert Enrico avec Marie Laforêt
    + scénario
CM Contre point – de Robert Enrico
    + scénario
CM Daphné – de Robert Enrico
    + scénario
CM Le rempailleur de Saint-Sulpice – de Robert Enrico
1965Les grandes gueules – de Robert Enrico avec Bourvil
    + scénario
1967Les aventuriers – de Robert Enrico avec Lino Ventura
    + scénario
1968Ho ! – de Robert Enrico avec Jean-Paul Belmondo
    + scénario
Tante Zita – de Robert Enrico avec Joanna Shimkus
    + dialogues & scénario
1970Un peu, beaucoup, passionnément… – de Robert Enrico avec Maurice Ronet
1971Boulevard du rhum – de Robert Enrico avec Brigitte Bardot
    + lyriques & scénario
1972Les caïds – de Robert Enrico avec Serge Reggiani
1973Le secret – de Robert Enrico avec Jean-Louis Trintignant
    + scénario
1975Le vieux fusil – de Robert Enrico avec Romy Schneider
    + scénario
    César du meilleur film, France
1976Un neveu silencieux – de Robert Enrico avec Lucienne Hamon
1977 CM Plus vite que le soleil – de Robert Enrico
Coup de foudre – de Robert Enrico avec Philippe Noiret
    Inachevé
1978 CM Les sept îles de Frigg – de Robert Enrico & Paul de Roubaix
1979L’empreinte des géants – de Robert Enrico avec Philippe Léotard
    + adaptation, dialogues & scénario
1980Pile ou face – de Robert Enrico avec Philippe Noiret
1981 CM L’escale – de Robert Enrico
1982Au nom de tous les miens ( for those I love ) de Robert Enrico avec Michael York
    + production & scénario
1985Zone rouge – de Robert Enrico avec Sabine Azéma
    + scénario
1986 CM Le pari – de Robert Enrico
CM Un parfum d’aventure – de Robert Enrico
1987De guerre lasse – de Robert Enrico avec Nathalie Baye
    + scénario
CM Le chemin d’Azatoth – de Clément Delage avec Jean Bouise
    Seulement interprétation
1988La révolution française : Les années lumières – de Robert Enrico avec Jane Seymour
    + scénario
1992Vent d’Est – de Robert Enrico avec Malcolm McDowell
    + scénario
1994 TV Saint-Exupéry : La dernière mission – de Robert Enrico avec Bernard Giraudeau
    + scénario
1998Fait d’hiver – de Robert Enrico avec Claude Brasseur
    + scénario
Fiche créée le 20 janvier 2007 | Modifiée le 16 juin 2015 | Cette fiche a été vue 8246 fois
PREVIOUSMarla English || Robert Enrico || Nora EphronNEXT