CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Patrice Wymore
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Robert Lamoureux



Date et Lieu de naissance : 4 janvier 1920 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 29 octobre 2011 (Boulogne-Billancourt, France)
Nom Réel : Robert Marcel Adolphe Lamoureux

ACTEUR

Né le 4 janvier 1920 à Paris, Robert Lamoureux après de médiocres études se lance dans les cabarets parisiens de l’après-guerre où il interprète ses propres chansons et récite des monologues. Avec son phrasé particulier, on se souvient du sketch sur le «Canard» avec la réplique «le lendemain, le canard était toujours vivant!» et on le retrouve sur les ondes de Radio Luxembourg dans «C’est pour rire».

Devenu un chansonnier réputé, Robert Lamoureux accède aux premiers rôles au cinéma dans des comédies populaires. Il débute entre-autres dans «Le roi des camelots» (1951) de André Berthomieu qu’il retrouve pour «Chacun son tour» (1951) et «Allo, je t’aime!» (1952). Dans le même registre, inspiré d’une de ses chansons, il a le rôle-titre de «Papa, maman, la bonne et moi (1954) de Jean-Paul Le Chanois, chronique d’une famille modeste avec Gaby Morlay et Fernand Ledoux en parents et Nicole Courcel en bonne puis femme dans la suite «Papa, maman, ma femme et moi» (1955). Il incarne à deux reprises le héros de Maurice Leblanc dans «Les aventures d’Arsène Lupin» (1956) de Jacques Becker et «Signé Arsène Lupin» (1958) de Yves Robert. En 1959, il passe à la réalisation pour «Ravissante» avec Sylva Koscina et adapte, l’année suivante, une de ses pièces «La brune que voilà» créée au Théâtre des Variétés en 1958. Dans les années soixante, Robert Lamoureux se consacre au théâtre en tant qu’interprète. Il joue dans «Turlututu» (1962) et «Domino» (1969) de Marcel Achard, «Jo» (1964) de Claude Magnier et «Désiré» (1968) de Sacha Guitry. Il est également l’auteur-interprète de pièces de boulevard comme «La soupière» (1971) ou «Le charlatan» (1974) dont les mises en scènes sont assurées par Francis Joffo.

Au début des années soixante-dix, Robert Lamoureux effectue son retour au cinéma en tant que metteur en scène. En 1973, il tourne le premier volet de la trilogie de «Mais où est donc passée la 7ème compagnie?» avec Pierre Mondy dans le rôle du Chef Chaudard entouré de Jean Lefebvre en Pitivier et Aldo Maccione en Tassin suivi de «On a retrouvé la 7ème compagnie» (1976) et «La 7ème compagnie au clair de lune» (1977) où Henri Guybet reprend le rôle de Aldo Maccione. Films comiques qui deviennent cultes grâce à leurs multiples rediffusions à la télévision. Dans le même esprit de «comique troupier», il réalise «Impossible… pas français» (1974) et «Opération Lady Marlène» (1975). Par la suite, après le rôle-titre de «L’apprenti salaud» de Michel Deville en 1976, Robert Lamoureux délaisse le grand écran pour les planches. En 1990, il fait une ultime apparition dans «Le jour des rois» avec Danielle Darrieux, Paulette Dubost et Micheline Presle. Au théâtre, il enchaîne les succès dans des pièces dont il est l’auteur: «Diable d’homme» (1980) avec Marthe Mercadier, «La taupe» (1987) avec son épouse Magali de Vendeuil, «Adélaïde 90» (1989) avec Danielle Darrieux, «L’amour foot» (1993) une nouvelle fois avec Magali de Vendeuil et «Si je peux me permettre» (1996) avec Jacques Balutin, pièces jouées à chaque fois plusieurs saisons à Paris et en province.

Au début des années deux mille, Robert Lamoureux quitte le devant de la scène tandis que ses pièces sont reprises avec autant de succès comme «La soupière» (2001) avec Roger Pierre et Micheline Dax ou «Le charlatan» (2002) avec Michel Roux et Jacques Balutin. Sa femme Magali de Vendeuil décède en 2009 deux ans avant sa disparition le 29 octobre 2011 à Boulogne-Billancourt.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1950Au fil des ondes – de Pierre Gautherin avec Line Renaud
Le don d’Adèle – de Emile Couzinet avec Marguerite Pierry
Le roi des camelots – de André Berthomieu avec Colette Ripert
CM La nuit des étoiles – de Louis Fehr-Lutz avec Samia Gamal
    Seulement apparition
1951Chacun son tour – de André Berthomieu avec Marthe Mercadier
    + musique
La route du bonheur – de Maurice Labro & Giorgio Simonelli avec Juliette Gréco
1952Lettre ouverte / Lettre ouverte à un mari / Jaloux comme un tigre – de Alex Joffé avec Geneviève Page
Allô… je t’aime – de André Berthomieu avec Claude Farell
DO La mille et deuxième nuit de Paris – de Robert Alexandre
1953Femmes de Paris – de Jean Boyer avec Michel Simon
    Seulement apparition
Pattes de velours ( l’incantevole nemica ) de Claudio Gora avec Buster Keaton
Virgile – de Carlo Rim avec Geneviève Kervine
1954Le village magique / Le village imaginaire – de Jean-Paul Le Chanois avec Lucia Bosé
Escalier de service – de Carlo Rim avec Danielle Darrieux
Papa, maman, la bonne et moi – de Jean-Paul Le Chanois avec Gaby Morlay
Nana – de Christian-Jaque avec Martine Carol
    Seulement voix française de Walter Chiari
CM Un vrai champion – de Raoul André
1955Papa, maman, ma femme et moi – de Jean-Paul Le Chanois avec Elina Labourdette
Si Paris nous était conté – de Sacha Guitry avec Odette Joyeux
Rencontre à Paris – de Georges Lampin avec Betsy Blair
1956Les aventures d’Arsène Lupin – de Jacques Becker avec Liselotte Pulver
DA Une fée... pas comme les autres – de Jean Tourane
    Seulement voix
1957L’amour est en jeu / Ma femme, mon gosse et moi – de Marc Allégret avec Annie Girardot
1958La vie à deux – de Marc Allégret avec Lilli Palmer
Signé Arsène Lupin – de Yves Robert avec Alida Valli
    + dialogues
1959Ravissante – de Robert Lamoureux avec Sylva Koscina
    + adaptation, dialogues & scénario
Au voleur – de Ralph Habib avec Perrette Pradier
1960La brune que voilà – de Robert Lamoureux avec Françoise Fabian
    + adaptation, dialogues & scénario
La Française et l’amour – de Christian-Jaque, Henri Decoin, René Clair, Michel Boisrond, Jean Delannoy, Henri Verneuil & Jean-Paul Le Chanois avec Simone Renant
    Segment « La femme seule » de Jean-Paul Le Chanois
1964 DO Les esclaves existent toujours ( le schiave esistono ancora ) de Maleno Melanotti, Roberto Malenotti & Folco Quilici
    Seulement narration de la version française
1973Mais où est passé la septième compagnie ? – de Robert Lamoureux avec Aldo Maccione
    + scénario
1974Impossible… pas français – de Robert Lamoureux avec Jean Lefebvre
    + scénario
1975Opération Lady Marlène – de Robert Lamoureux avec Michel Serrault
    + scénario
1976On a retrouvé la septième compagnie ! – de Robert Lamoureux avec Pierre Mondy
    + scénario
L’apprenti salaud – de Michel Deville avec Claude Piéplu
    + scénario – Non crédité
1977La septième compagnie au clair de lune – de Robert Lamoureux avec Henri Guybet
    Seulement réalisation, dialogues & scénario
1990Le jour des rois – de Marie-Claude Treilhou avec Micheline Presle
Fiche créée le 14 janvier 2009 | Modifiée le 8 janvier 2015 | Cette fiche a été vue 6672 fois
PREVIOUSDorothy Lamour || Robert Lamoureux || Chus LampreaveNEXT