CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de André Pousse
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Roland Alexandre



Date et Lieu de naissance : 6 novembre 1927 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 1er février 1956 (Paris, France)
Nom Réel : Roland Alexandre

ACTEUR
Image
1950 L’étrange madame X – de Jean Grémillon avec Michèle Morgan, Henri Vidal, Arlette Thomas & Robert Vattier
Image
1952 Les plaisirs de Paris – de Ralph Baum avec Lucien Baroux, Jean Parédès & Geneviève Page
Image
1952 La dame aux camélias – de Raymond Bernard avec Micheline Presle, Gino Cervi & Mathilde Casadesus
Image
1954 La maison du souvenir (Casa Ricordi) de Carmine Gallone avec Micheline Presle & Myriam Bru

Roland Alexandre naît le 6 novembre 1927 à Paris. Son père Charles, dont il sera si proche a déjà 47 ans. Premier drame dans sa toute petite enfance, il a tout juste un an quand sa maman Berthe décède. Ses parents sont tous deux juifs. Mais il sera élevé par la seconde épouse de son papa, dans la religion chrétienne. Il grandit en petit parisien. La guerre est une seconde grande tragédie pour lui. Il est obligé de porter l’étoile jaune et réalise qu’il appartient à une confession de par sa naissance alors qu’il a été élevé dans une autre. Douloureuse situation pour le jeune adolescent, aggravée par le contexte idéologique de l’époque, qui le marque à jamais. Il rêve de devenir acteur et assume plusieurs petits boulots pour se payer des cours. Dans le même temps, il décroche quelques rôles sur scène. Volontaire, il va jusqu’au bout de son rêve et est admis au conservatoire dans la classe de Henri Rollan. Il en sort avec un premier prix.

De plus en plus présent sur scène, Roland Alexandre entre comme pensionnaire à la Comédie Française en 1950. Il se voit attribué les principaux rôles de jeunes premiers. On le retrouve dans des rôles classiques, Britannicus dans «Les fourberies de Scapin», Perdican dans «On ne badine pas avec l’amour», Clitandre dans «Les femmes savantes». Il est inévitable que le 7e art lui fait les yeux doux et on le remarque pour la première fois dans un film de Jean Grémillon qui réunit Michèle Morgan et Henri Vidal «L’étrange Madame X». Puis c’est «Un grand patron» où il campe le filleul du chirurgien Pierre Fresnay.

Il enchaîne avec une sympathique comédie «Monsieur Taxi», où on le retrouve en fils affectueux de Michel Simon et de Claire Olivier. Vient ensuite pour lui un rôle mythique, celui d’Armand Duval auprès de sa «Dame au Camélia », en l’occurrence Micheline Presle. Deux rôles costumés suivent: dans «Casa Ricordi» où il personnifie le compositeur italien Rossini, et dans le «Napoléon» de Sacha Guitry, c’est à lui que Talleyrand/Guitry s’adresse pour évoquer l’empereur. «Plaisirs de Paris» (1952) et «Fraulein Scudéri» (1955) lui donnent deux ravissantes partenaires : Geneviève Page et Anne Vernon. «Le témoin de minuit» (1952), film policier, lui fait changer de registre. Finissons d’évoquer sa carrière au cinéma avec le film «Les Duraton» (1955), amusant et léger, d’après la célèbre émission radiophonique.

Roland Alexandre exerce également son talent sur les ondes de la TSF et lit des textes littéraires avec sa belle voix bien placée. Par ailleurs, il se lance dans l’écriture, avec un roman policier qu’il a co-signé avec son père Charles, édité en 1946: «C’est moi qui l’ai tué». Roland en pleine gloire se voit proposé le sociétariat au Théâtre Français. Condition, signer un engagement de 20 ans. Il faut croire que cela lui fait peur et il refuse. Il a d’ailleurs l’intention de tenter sa chance au théâtre dit «de boulevard». Finalement il fixe son choix mais l’administrateur du Français refuse de le laisser partir. Il doit payer un dédit… Facilement joueur, il accumule quelques dettes. Côté sentimental, Roland Alexandre vit une idylle avec Juliette Gréco. Et puis l’immense chagrin arrive avec le décès de son papa si complice, courant janvier 1956. Tout se mélange dans sa tête le plongeant dans un tunnel dont il ne voit pas l’issue. Dans un moment de déprime et de solitude insupportable, il ouvre les robinets du gaz de son studio. Sa partenaire et amie Micheline Boudet le trouve décédé le matin du 1er février 1956 dans son appartement à Paris. Un mot sur la table pour expliquer: «je vais rejoindre mon père; personne n’est responsable».

© Donatienne ROBY – http://lachasseauxerreurs.blog4ever.com/film-roland-alexandre

copyright
1950L’étrange madame X – de Jean Grémillon avec Michèle Morgan
1951Un grand patron – de Yves Ciampi avec Pierre Fresnay
Monsieur Taxi – de André Hunebelle avec Michel Simon
1952Les plaisirs de Paris – de Ralph Baum avec Lucien Baroux
Le témoin de minuit – de Dimitri Kirsanoff avec Claude May
La dame aux camélias – de Raymond Bernard avec Micheline Presle
1954La maison du souvenir ( Casa Ricordi ) de Carmine Gallone avec Myriam Bru
Napoléon – de Sacha Guitry avec Raymond Pellegrin
1955Mademoiselle de Scudery ( das fräulein von Scuderi / die schätze des teufels ) de Eugen York avec Henny Porten
Les Duraton – de André Berthomieu avec Danik Patisson
Fiche créée le 21 mai 2017 | Modifiée le 21 mai 2017 | Cette fiche a été vue 412 fois
PREVIOUSManuel Alexandre || Roland Alexandre || Michèle AlfaNEXT