CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Run Run Shaw
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Roland Amstutz



Date et Lieu de naissance : 12 janvier 1942 (La Chaux-de-Fonds, Suisse)
Date et Lieu de décès : 21 mai 1997 (Recklinghausen, Allemagne)
Nom Réel : Roland Michel Amstutz

ACTEUR
Image
1976 La communion solennelle – de René Féret avec Véronique Silver, André Marcon & Marcel Dalio
Image
1978 À vendre – de Christian Drillaud avec André Marcon, Martine Kalayan, Gérard Chaillou & Ariane Ascaride
Image
1982 Les yeux des oiseaux – de Gabriel Auer avec Caroline Coste, Jean-Yves Dubois & Philippe Clévenot
Image
1997 Lucie Aubrac – de Claude Berri avec Carole Bouquet, Daniel Auteuil, Patrice Chéreau & Jean-Roger Milo

Fils d’agriculteur, Roland Amstutz naît le 12 janvier 1942, à la Chaux-de-Fonds, dans le canton de Neuchâtel. Jeune, il a déjà la passion des planches et, après avoir débuté sa formation théâtrale à Lausanne, il «monte» à Paris où il parvient à se faire engager au Théâtre du Soleil de Ariane Mnouchkine. Roland Amstutz participe ainsi à plusieurs créations comme «1789» et «1793», évocation de quelques pages de l’histoire de France qu’interprète également Philippe Caubère, entre autres. Parallèlement à ses débuts au théâtre, il commence à faire son apparition sur grand écran, grâce à l’un des réalisateurs-phare du nouveau cinéma suisse, Claude Goretta. Ce dernier le dirigera dans «Le fou» (1970) et «Pas si méchant que ça» (1974). Il a l’occasion de tourner avec d’autres grandes figures du cinéma helvétique: Alain Tanner pour «Le milieu du monde» (1973) et Michel Soutter pour «Repérages» (1976). Ariane Mnouchkine, passée à la réalisation, ne se prive pas non plus de l’engager pour «1789» (1973), adaptation cinématographique du spectacle homonyme joué au Théâtre du Soleil, puis pour «Molière» (1977), biographie du célèbre dramaturge que joue à la perfection un Philippe Caubère illuminé. Il est également de la distribution de «I… comme Icare» (1979), thriller politique de Henri Verneuil.

L’envol de sa carrière cinématographique n’empêche pourtant pas Roland Amstutz de pouvoir briller sur scène, où il est le plus à l‘aise. Il sert les plus grands, interprétant notamment August Strindberg, Henrik Ibsen, Shakespeare, Luigi Pirandello, Anton Tchekhov, et travaillant avec des metteurs en scène chevronnés: Patrice Chéreau, Robert Gironès, Jean-Pierre Vincent, Jacques Lassalle, ainsi que Luc Bondy. En 1984, il devient pensionnaire à la Comédie-Française, où il restera trois ans. Au cinéma, les réalisateurs font régulièrement appel à lui pour des rôles secondaires, où sa rondeur joviale, reconnaissable entre mille, donne naissance à des silhouettes souvent équivoques, l’acteur n’ayant aucun mal à inspirer l’inquiétude et à jouer la violence. On songe, par exemple, aux humiliations sexuelles qu’il inflige, d’un air dominateur, dans «Sauve qui peut (la vie)» (1979) de Jean-Luc Godard. Suivent «Le cimetière des voitures» (1981) de Fernando Arrabal, «Tir groupé» (1982) et «Ronde de nuit» (1983) de Jean-Claude Missiaen, ou encore «Hôtel de France» (1986) de Patrice Chéreau. Amstutz reste exclusivement spécialisé dans les seconds rôles, ce que l’on ne peut que déplorer, tant le talent de cet acteur sympathique, doté d’une grande sensibilité, aurait mérité d’être mieux mis en valeur.

Visage familier du petit comme du grand écran, Roland Amstutz reste pourtant abonné aux films marginaux. Devenu le troisième couteau attitré des jeunes cinéastes, dont Philippe Le Guay, François Dupeyron et Catherine Breillat, il a néanmoins l’occasion d’apparaître dans des films moins confidentiels: le très violent «Dobermann» (1996) de Jan Kounen et «Lucie Aubrac» (1997) de Claude Berri. Son dernier rôle est sans doute le plus conséquent de sa carrière cinématographique: dans «Alors voilà» (1997), premier film réalisé par Michel Piccoli, il incarne un ex-plombier hospitalisé après une tentative de suicide. Hélas, la réalité ne va pas tarder à dépasser la fiction. Ainsi, alors qu’il se trouve dans la ville allemande de Recklinghausen pour y interpréter, au théâtre, «Jouer avec le feu» de Strindberg, aux côtés de Emmanuelle Béart et Pascal Greggory, Roland Amstutz met fin à ses jours en se jetant sous un train de marchandises, le 21 mai 1997.

© Simon BENATTAR-BOURGEAY

copyright
1970Le fou – de Claude Goretta avec François Simon
1973Voyage en Grande Tartarie – de Jean-Charles Tacchella avec Lou Castel
1789 – de Ariane Mnouchkine avec Philippe Caubère
Le milieu du monde – de Alain Tanner avec Juliet Berto
1974La bulle / L’assassinat – de Raphaël Rebido avec Catherine Lachens
Que la fête commence… – de Bertrand Tavernier avec Jean Rochefort
Pas si méchant que ça – de Claude Goretta avec Marlène Jobert
Histoire de Paul – de René Féret avec Philippe Clévenot
1975Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère... – de René Allio avec Claude Hébert
1976Le gang – de Jacques Deray avec Alain Delon
La communion solennelle – de René Féret avec Marcel Dalio
Repérages – de Michel Soutter avec Lea Massari
1977La question – de Laurent Heynemann avec Nicole Garcia
Mémoire commune – de Patrick Poidevin avec Florence Camarroque
Molière / Molière ou la vie d’un honnête homme – de Ariane Mnouchkine avec Philippe Caubère
1978Les petites fugues – de Yves Yersin avec Michel Robin
Félicité – de Christine Pascal avec Dominique Laffin
À vendre – de Christian Drillaud avec Ariane Ascaride
CM Seize minutes vingt secondes – de Miroslav Sebestik avec Danièle Ajoret
    Seulement voix & narration
1979Un si joli village – de Etienne Périer avec Victor Lanoux
La femme flic – de Yves Boisset avec Miou-Miou
I... comme Icare – de Henri Verneuil avec Yves Montand
Il y a longtemps que je t’aime – de Jean-Charles Tacchella avec Marie Dubois
Sauve qui peut [la vie] – de Jean-Luc Godard avec Jacques Dutronc
Fernand – de René Féret avec Bernard Bloch
Plein sud – de Luc Béraud avec Patrick Dewaere
1980Un étrange voyage – de Alain Cavalier avec Camille de Casabianca
CM La découverte – de Arthur Joffé avec Dominique Pinon
CM Marcello – de Manuel Boursinhac avec Roland Blanche
1981Parti sans laisser d’adresse – de Jacqueline Veuve avec Jacques Zanetti
Itinéraire bis – de Christian Drillaud avec Claire Maurier
Le cimetière des voitures – de Fernando Arrabal avec Alain Bashung
1982Les yeux des oiseaux – de Gabriel Auer avec Caroline Coste
Tir groupé – de Jean-Claude Missiaen avec Gérard Lanvin
La petite bande – de Michel Deville avec Pierre Ascaride
CM La frite – de René Guillot avec Pierre Banderet
CM Le bonheur est une idée neuve en Europe – de Emmanuel Bonn avec Robin Renucci
1983L’allégement – de Marcel Schüpbach avec Anne-Marie Blanc
Ronde de nuit – de Jean-Claude Missiaen avec Eddy Mitchell
Le thé à la menthe – de Abdelkrim Bahloul avec Abdellatif Kechiche
CM Rendez-vous avec la marguerite – de Nicolas Klotz avec Fred Personne
1984Gwendoline – de Just Jaeckin avec Bernadette Lafont
1985Elsa, Elsa – de Didier Haudepin avec Lio
Le voyage de Noémie – de Michel Rodde avec Céline Bolomey
1986L’ogre – de Simon Edelstein avec Jessica Forde
Hôtel de France – de Patrice Chéreau avec Vincent Perez
1987La septième dimension – de Stephan Holmes, Olivier Bourbeillon, Peter Winfield, Laurent Dussaux, Manuel Boursinhac & Benoît Ferreux avec Hubert Deschamps
La loi sauvage – de Francis Reusser avec Michel Constantin
1988Les deux Fragonard – de Philippe Le Guay avec Philippine Leroy-Beaulieu
Bille en tête – de Carlo Cotti avec Kristin Scott Thomas
Mon cher sujet – de Anne-Marie Miéville avec Hélène Roussel
1989Nouvelle vague – de Jean-Luc Godard avec Alain Delon
Alberto Express – de Arthur Joffé avec Nino Manfredi
CM Le language des fleurs – de Manuel Boursinhac avec Héléna Noguerra
1990Sale comme un ange – de Catherine Breillat avec Claude Brasseur
Jacques & Françoise – de Francis Reusser avec Geneviève Pasquier
1991Un cœur qui bat – de François Dupeyron avec Dominique Faysse
CM Les surprises du ver à soie – de Jean-Claude Janer avec Lana Eteinger
CM L’autre Célia – de Irène Jouannet avec Jill Lucas
1992Les derniers jours d’Emmanuel Kant – de Philippe Collin avec André Wilms
CM Bowling – de Michael C. Huber avec Hanspeter Müller
CM Monologues : Artiste peintre – de Claire Simon
1993Les braqueuses – de Jean-Paul Salomé avec Clémentine Célarié
Joe & Marie – de Tania Stöcklin avec Aurore Clément
CM Cathodique – de Michel Kammoun avec Julie Arnold
CM La sieste – de François Koltès avec Myriam Boyer
1994Faut pas rire du bonheur – de Guillaume Nicloux avec Laura Morante
La merveilleuse odyssée de l’idiot toboggan – de Vincent Ravalec avec Elodie Bouchez
    Compilation de courts métrages « Never twice », « Le Masseur », « Les mots d’amour », « Portrait des hommes qui se branlent » & « Conséquence de la réalité des morts » (sortie en 2002)
CM Une femme dans l’ennui – de Michel Couvelard avec Catherine Frot
CM Bête de scène – de Bernard Nissile avec Bulle Ogier
1995Comment je me suis disputé… [ma vie sexuelle] – de Arnaud Desplechin avec Chiara Mastroianni
Le silence de Rak – de Christophe Loizillon avec François Cluzet
CM Quelque chose de différent – de Bruno Rolland avec Hélène Roussel
1996Dobermann – de Jan Kounen avec Vincent Cassel
1997Lucie Aubrac – de Claude Berri avec Carole Bouquet
Alors voilà – de Michel Piccoli avec Dominique Blanc
Fiche créée le 19 août 2010 | Modifiée le 13 juillet 2016 | Cette fiche a été vue 5647 fois
PREVIOUSRalph Amoussou || Roland Amstutz || Dev AnandNEXT