CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Joe E. Brown
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Roland Dubillard



Date et Lieu de naissance : 2 décembre 1923 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 14 décembre 2011 (Vert-le-Grand, France)
Nom Réel : Roland Henri Dubillard

ACTEUR

Roland Henri Dubillard, comédien, poète et auteur dramaturge, nait le 2 décembre 1923, à Paris. En 1939, lorsque la Seconde Guerre Mondiale éclate, il n’a que seize ans; parallèlement à ses études en philosophie pendant lesquelles il est influencé par son mentor, le professeur et philosophe Gaston Bachelard, il entre dans un réseau de résistance. Après l’obtention de sa licence en philosophie, Roland Dubillard s’oriente vers le théâtre, et devient, en 1942, auteur et metteur en scène à la Maison des Lettres.

À la fin de la guerre, Roland Dubillard fait partie de la Troupe Officielle d’Occupation. Bien qu’il ait déjà mis en scène ses premières pièces, qu’il ait participé comme comédien à un film de Alain Resnais et un autre de André Michel, qu’il ait été scénariste pour un film de Jean Aurel, il ne commence à se faire connaitre qu’en 1953, quand Jean Tardieu, écrivain et poète mis en tête du Club d’Essai de la Radiodiffusion française en 1946 avec pour mission de dénicher les nouveaux talents d’après-guerre, découvre Roland Dubillard. Il le sollicite pour la réalisation d’une série de sketches radiophoniques. Ainsi naissent Grégoire et Amédée, deux personnages plongés au cœur de sketches frais et cocasses, qu’il crée avec Claude Piéplu, et que toute la France écoute quotidiennement sur la toute jeune radio France Inter. Ces sketches deviendront plus tard «Les Diabloques et autres inventions à deux voix» (1975). La même année, il sort sa première œuvre théâtrale, une comédie d’opérette: «Si Camille me voyait».

En 1961 sa deuxième œuvre théâtrale, «Naïve hirondelle», remporte un véritable succès. Suivent ensuite d’autres succès tels «La maison d’os» (1962), «Le jardin aux betteraves» (1969), «Où boivent les vaches» (1973), ainsi que les fameux «Diabloques» (1975). Il écrira au total neuf pièces de théâtre. Roland Dubillard se consacre également à la poésie, et écrit deux recueils: «Je dirai que je suis tombé» (1966) et «La boîte à outils» (1985); son style littéraire, empreint de poésie absurde et d’humour noir, se distingue par une certaine jubilation dans le maniement des mots provoquant cascades de catastrophes et de malentendus, et peut être comparé à celui de Samuel Becket ou de Eugène Ionesco. En 1972, il publie un essai littéraire, «Méditation sur la difficulté d’être en bronze».

Roland Dubillard revient au cinéma principalement grâce à Jean-Pierre Mocky qui, en 1966, lui offre un rôle dans «Les compagnons de la marguerite». Le metteur en scène l’enrôlera dans deux autres films: «La grande lessive!» (1967) et «Le témoin» (1978). Il tourne aussi notamment avec Jules Dassin dans «La promesse de l’aube» (1969), Alain Corneau dans «France, société anonyme» (1974), Patrice Leconte dans «Les vécés étaient fermés de l’intérieur» (1975), Henri Verneuil dans «Peur sur la ville» (1975), Andrzej Zulawski dans «L’amour braque» (1984) ou Serge Gainsbourg dans «Charlotte for ever» (1986). En 1971, il interprète un rôle dramatique très remarqué dans le premier long-métrage de Yannick Bellon, «Quelque part quelqu’un», pour lequel il reçoit le Grand Prix d’interprétation masculine française de l’Académie du cinéma «Etoiles de cristal» l’année suivante. Sa carrière cinématographique s’étend au travers de plus de trente films. Condamné à se déplacer en fauteuil roulant depuis qu’il fût victime d’un accident cérébral en 1987, Roland Dubillard avait mis un terme à sa carrière de comédien. Il est décédé le mercredi 14 décembre 2011, à l’âge de quatre-vingt-huit ans.

© Franck VANDYSTADT

copyright
1946Ouvert pour cause d’inventaire / Assieds-toi, veux-tu ? / Affaire classée – de Alain Resnais avec Danièle Delorme
    inédit & disparu
CM L’alcool tue – de Alain Resnais avec Rémo Forlani
    + scénario
1948 CM Les jardins de Paris – de Alain Resnais avec Eddie Gaillard
    Seulement scénario
1951Trois femmes / Trois femmes, trois âmes – de André Michel avec Catherine Erard
CM L’affaire Manet – de Jean Aurel
    Seulement scénario
1964 DA Les temps morts – de René Laloux
    Seulement voix & narration
CM Statues – de François Weyergans
    Seulement voix & narration
1966Les compagnons de la marguerite – de Jean-Pierre Mocky avec Claude Rich
1967La grande lessive [!] – de Jean-Pierre Mocky avec Bourvil
1969La promesse de l’aube ( promise at dawn ) de Jules Dassin avec Melina Mercouri
1970La décharge / La ville bidon – de Jacques Baratier avec Bernadette Lafont
M comme Mathieu – de Jean-François Adam avec Brigitte Fossey
1971Elle court, elle court la banlieue – de Gérard Pirès avec Marthe Keller
Quelque part, quelqu’un / Les chemins de la ville – de Yannick Bellon avec Loleh Bellon
    Etoile de Cristal du meilleur acteur aux prix de l’Académie du cinéma Français, France
1973Un ange au paradis – de Jean-Pierre Blanc avec Tilda Thamar
Ursule et Grelu – de Serge Korber avec Annie Girardot
CM L’écho d’Alger – de Frank Cassenti avec Claude Melki
1974France société anonyme – de Alain Corneau avec Michel Bouquet
Le mâle du siècle – de Claude Berri avec Juliet Berto
Aloïse – de Liliane de Kermadec avec Delphine Seyrig
Lily, aime-moi – de Maurice Dugowson avec Miou-Miou
Sérieux comme le plaisir – de Robert Benayoun avec Jane Birkin
Peur sur la ville – de Henri Verneuil avec Jean-Paul Belmondo
1975Les vécés étaient fermés de l’intérieur – de Patrice Leconte avec Coluche
1978Le témoin – de Jean-Pierre Mocky avec Alberto Sordi
1979Ciao, les mecs ! – de Sergio Gobbi avec Charles Aznavour
Cherchez l’erreur – de Serge Korber avec Roland Magdane
1982La belle captive – de Alain Robbe-Grillet avec Gabrielle Lazure
Polar – de Jacques Bral avec Jean-François Balmer
CM La fonte de Barlaeus – de Pierre-Henry Salfati avec Rachel Salik
CM Envers du décors – de Marc Guiet avec Jacques Boudet
1983Debout les crabes, la mer monte ! – de Jean-Jacques Grand-Jouan avec Véronique Genest
Un bruit qui court – de Jean-Pierre Sentier & Daniel Laloux avec Alain Frérot
    Seulement voix & narration
1984 L’amour braque – de Andrzej Zulawski avec Sophie Marceau
Paulette, la pauvre petite milliardaire / Paulette – de Claude Confortès avec Mylène Demongeot
1986Le lien de parenté – de Willy Rameau avec Jean Marais
Charlotte for ever – de Serge Gainsbourg avec Charlotte Gainsbourg
1987Poisons – de Pierre Maillard avec Mimsy Farmer
2007Lucifer et moi – de Jean-Jacques Grand-Jouan avec Jean-François Balmer
2009Film socialisme – de Jean-Luc Godard avec Maurice Sarfati
    Seulement participation au scénario additionnel
Fiche créée le 14 décembre 2011 | Modifiée le 28 juillet 2013 | Cette fiche a été vue 3049 fois
PREVIOUSAnselmo Duarte || Roland Dubillard || Marie DuboisNEXT