CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Georges Géret
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Ross Alexander



Date et Lieu de naissance : 27 juillet 1907 (New York, New York, USA)
Date et Lieu de décès : 2 janvier 1937 (Los Angeles, Californie, USA)
Nom Réel : Alexander Ross Smith

ACTEUR
Image
1934 Mademoiselle Générale (flirtation walk) de Frank Borzage avec Ruby Keeler & Dick Powell
Image
1935 Capitaine Blood (captain Blood) de Michael Curtiz avec Errol Flynn, Olivia de Havilland & Lionel Atwill
Image
1936 Brides are like that – de William C. McGann avec Anita Louise, Joseph Cawthorn & Gene Lockhart
Image
1936 Courrier de Chine (China clipper) de Ray Enright avec Pat O’Brien & Humphrey Bogart

Ross Alexander, de son vrai nom Alexander Ross Smith, naît le 27 juillet 1907 à Brooklyn. Ce jeune artiste, au sourire franc et au visage juvénile, avait pour lui la fraîcheur sans apprêts de la jeunesse et tous les atouts pour devenir à l’écran un jeune premier plein de promesses. Mais l’usine à rêves cache parfois des tragédies, comme celle qui frappa Ross Alexander à la fleur de l’âge. Fils d’un marchand de cuir, il pratique de nombreux sports à l’université, comme le football ou la natation. En même temps, il fait, très jeune, ses débuts à Broadway et apparaît, aux côtés de la grande comédienne Blanche Yurka, dans une pièce à succès, «Enter Madame», et on le voit aussi dans «The ladder» (1926) ou, en 1929, dans «Let us be gay». Sa rencontre avec le producteur et imprésario John Golden lui vaut de participer à d’autres spectacles, comme «After tomorrow» en 1930, «The wiser sex» en 1932, qu’il reprendra pour ses débuts à l’écran, ou encore «Honeymoon», toujours en 1932, et «The party’s over», l’année suivante.

Remarqué dans «The wiser sex», il signe, en 1932, un contrat avec Paramount, qui n’est pas renouvelé. En 1934, c’est au tour de la firme des frères Warner de requérir les services de Ross Alexander. Leur collaboration est plus fructueuse. Le studio pense en effet faire participer le jeune acteur à ses fameux films sociaux, ancrés dans la réalité du moment. C’est le cas, par exemple, de «Maybe it’s love» (1934) de William C. McGann, où Ross Alexander et Gloria Stuart forment un jeune couple confronté, dans sa vie quotidienne, aux conséquences économiques de la Grande Dépression. Mais Jack Warner voit aussi Ross Alexander comme un succédané du fade Dick Powell, mal utilisé dans une brassée de comédies musicales sirupeuses et sans imagination. C’est dans l’une d’entre elles, «Mademoiselle générale» (1934) de Frank Borzage (une malheureuse exception dans sa carrière), qu’il campe un cadet de West Point, camarade de régiment d’un certain... Dick Powell. On confie pourtant quelques rôles plus intéressants à Ross Alexander: celui de Démétrius, amoureux d’Hermia - Olivia de Havilland - dans «Le songe d’une nuit d’été» (1935) de William Dieterle et Max Reinhardt et surtout celui de Jeremy Pitt, l’ami enthousiaste et franc comme l’or de Errol Flynn dans le film capricant de Michael Curtiz, «Capitaine Blood» (1935).

Mais le studio se lasse de l’instabilité de Ross Alexander et des désordres de sa vie privée, et le cantonne dans des séries B. Il est ainsi un saxophoniste fauché dans «Social register» (1933) de Marshall Neilan: un riche playboy pris pour un chauffeur par Joan Blondell dans «We’re in the money» (1935) de Ray Enright, un garagiste égoïste et cynique, qui tue son patron par accident, dans «Le grand barrage» (1935) de Frank McDonald ou encore le coéquipier de Pat O’Brien, soucieux d’ouvrir la première ligne aérienne commerciale au-dessus du Pacifique, dans «Courrier de Chine» (1936) de Ray Enright.

Soumis à des accès récurrents de dépression, Ross Alexander est forcé, tout au long de sa courte vie, de cacher son homosexualité, dans une Hollywood puritaine, qui ne plaisante pas avec les codes de la virilité. Comme Rock Hudson, et d’autres, il est obligé de faire un mariage de convenance avec l’actrice Aleta Freel, qui se suicide en 1936. Remarié à la belle Anne Nagel, rencontrée sur les plateaux de tournage, Ross Alexander ne peut résister plus longtemps à ses démons, et, le 2 janvier 1937, il se rend dans une grange, derrière sa maison, et se tire une balle dans la tête.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1932Le sexe le plus habile ( the wiser sex ) de Berthold Viertel & Victor Viertel avec Claudette Colbert
1933Social register – de Marshall Neilan avec Colleen Moore
1934Gentlemen are born – de Alfred E. Green avec Jean Muir
Mademoiselle Générale ( flirtation walk ) de Frank Borzage avec Ruby Keeler
Maybe it’s love – de William C. McGann avec Gloria Stuart
1935Going highbrow – de Robert Florey avec ZaSu Pitts
    + chansons
We’re in the money – de Ray Enright avec Joan Blondell
Songe d’une nuit d’été ( a midsummer night’s dream ) de William Dieterle & Max Reinhardt avec Olivia de Havilland
    + chansons
Amis pour toujours ( shipmates forever ) de Frank Borzage avec Dick Powell
Capitaine Blood ( captain Blood ) de Michael Curtiz avec Errol Flynn
Le grand barrage ( Boulder Dam ) de Frank McDonald avec Patricia Ellis
DO A dream comes true – de George Bilson avec Freddie Bartholomew
    Seulement apparition
1936Brides are like that – de William C. McGann avec Anita Louise
J’ai épousé un docteur ( I married a doctor ) de Archie Mayo avec Josephine Hutchinson
Hot money – de James W. Horne avec Beverly Roberts
Courrier de Chine ( China clipper ) de Ray Enright avec Humphrey Bogart
Here comes Carter / Loudspeaker lowdown / The voice of scandal – de William Clemens avec Glenda Farrell
    + chansons
CM Breakdowns of 1936 – de ? avec Bette Davis
    Seulement apparition
1937Ready, willing and able – de Ray Enright avec Louise Fazenda
    + chansons
Fiche créée le 12 octobre 2014 | Modifiée le 1 mars 2015 | Cette fiche a été vue 1370 fois
PREVIOUSPeter Alexander || Ross Alexander || Manuel AlexandreNEXT