CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Laurent Terzieff
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Sady Rebbot



Date et Lieu de naissance : 27 avril 1935 (Casablanca, Maroc)
Date et Lieu de décès : 12 octobre 1994 (Paris, France)
Nom Réel : Sadi Rebbot

ACTEUR

Sady Rebbot est né le 27 avril 1935 à Casablanca au Maroc à l’époque où le territoire est placé sous le double protectorat de la France et de l’Espagne. Alors que le Maroc acquiert l’indépendance en 1956, le jeune homme qui rêve de devenir comédien, gagne la métropole française où il exerce différents métiers pour subvenir à ses besoins.

Sady Rebbot débute au cinéma dans «Rue des prairies» (1959) de Denys de La Patellière avec Jean Gabin où il fait une apparition non créditée au générique dans le rôle d’un copain de Roger Dumas. On le retrouve brièvement dans «Les distractions» (1960) avec Jean-Paul Belmondo et «La fille aux yeux d’or» (1961) avec Marie Laforêt. Repéré par Jean-Luc Godard au théâtre, il partage avec Anna Karina l’affiche de «Vivre sa vie» (1962) où il interprète le rôle du souteneur d’une prostituée qu’il finit par abattre involontairement. Malheureusement, ce film quelque peu élitiste ne lui permet pas d’accéder aux rôles qu’il aurait pu mérité. Pire, il est ignoré par les cinéastes à l’exception de Denys de La Patellière qui le sollicite pour une apparition dans «Caroline Chérie» (1967) avec France Anglade et un personnage plus conséquent dans «Le tueur» (1971) avec Jean Gabin. Néanmoins, il joue dans la série «Thierry la Fronde» (1963) qui révèle Jean-Claude Drouot et multiplie les rôles sur les scènes des théâtres parisiens.

Dans les années soixante-dix, Sady Rebbot participe à l’écriture de deux films: l’adaptation d’un roman de James Hadley Chase «Trop petit, mon ami» (1970) de Eddy Matalon avec Jane Birkin et «Le bougnoul» (1974) de Daniel Moosman qui dénonce le racisme au quotidien. Il se consacre à la scène en jouant dans «La souricière» (1971) de Agatha Christie avec Christine Delaroche au Théâtre Hébertot. Il apparaît dans la première mise en scène de Andréas Voutsinas «Les jeux de la nuit» avec Claude Brasseur et Tanya Lopert au Théâtre Fontaine. Au cinéma, il est dirigé par Jean Marbœuf dans «Bel ordure» (1972) avec Bulle Ogier et Claude Brasseur tandis que Eddy Matalon l’intègre au casting de «Brigade Mondaine: La secte de Marrakech» (1979) piètre adaptation de Gérard de Villiers. Mais Sady Rebbot va acquérir une reconnaissance professionnelle par le biais de la télévision avec le rôle titre de «Papa poule» (1980) de Roger Kahane. Dans cette série en six épisodes, il incarne un père divorcé qui élève seul ses quatre enfants tout en poursuivant son métier de dessinateur dans la publicité. Le succès de cette comédie est tel qu’elle fait l’objet d’une deuxième saison en 1982. Cette popularité lui permet d’apparaître régulièrement sur le petit écran dont il devient une figure familière dans des épisodes de «Maigret» avec Jean Richard, «Navarro» avec Roger Hanin ou «Nestor Burma» avec Guy Marchand. Mais de nouveau, le cinéma l’ignore à l’exception d’un second rôle dans «Mes nuits sont plus belles que vos jours» (1988) de Andrzej Zulawski avec Jacques Dutronc et Sophie Marceau.

Parallèlement, Sady Rebbot mène une carrière important d’acteur de doublage au cinéma et à la télévision, il fut notamment la voix du capitaine Kirk dans «Star Trek». Un de ses trois enfants, Philippe Rebbot se spécialise aussi dans cette activité. On le retrouve au théâtre dans une comédie de boulevard «Durant avec un T» (1993) de Julien Vartet avec Christian Marin et Corinne Le Poulain. Il décède à l’âge de cinquante-neuf ans des suites d’un cancer le 12 octobre 1994 à Paris puis est inhumé à Thiais.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1959Rue des Prairies – de Denys de La Patellière avec Jean Gabin
1960Les distractions – de Jacques Dupont avec Jean-Paul Belmondo
Les moutons de Panurge – de Jean Girault avec Darry Cowl
La fille aux yeux d’or – de Jean-Gabriel Albicocco avec Marie Laforêt
1962Vivre sa vie / Vivre sa vie : Film en douze tableaux – de Jean-Luc Godard avec Anna Karina
1963Le bluffeur – de Sergio Gobbi avec Dany Carrel
Chi lavora è perduto / In capo al mondo – de Tinto Brass avec Pascale Audret
1965 DO La vie des criquets – de Pierre-Roger Lousteau
    Seulement voix & narration
1966Brigade antigangs – de Bernard Borderie avec Raymond Pellegrin
Un homme de trop – de Costa-Gavras avec Michel Piccoli
1967Caroline Chérie – de Denys de La Patellière avec France Anglade
1969Le dernier saut – de Edouard Luntz avec Maurice Ronet
1970Trop petit mon ami – de Eddy Matalon avec Jane Birkin
    + adaptation, dialogues & scénario
Deux enfants qui s’aiment ( friends ) de Lewis Gilbert avec Anicée Alvina
1971Le tueur – de Denys de La Patellière avec Jean Gabin
La révélation – de Alain Lavalle avec Olga Georges-Picot
1973Bel ordure – de Jean Marbœuf avec Bulle Ogier
1974Le bougnoul – de Daniel Moosmann avec Mohamed Zinet
    + scénario
1977L’imprécateur – de Jean-Louis Bertucelli avec Marlène Jobert
1978Once in Paris… – de Frank D. Gilroy avec Gayle Hunnicutt
1979An almost perfect affair – de Michael Ritchie avec Monica Vitti
Brigade mondaine : La secte de Marrakech – de Eddy Matalon avec Carole Chauvet
1981 DA Les maîtres du temps – de René Laloux
    Seulement voix
DA La revanche des humanoïdes – de Albert Barillé
    Seulement voix
1982 S.A.S. à San Salvador – de Raoul Coutard avec Dagmar Lassander
1988Mes nuits sont plus belles que vos jours – de Andrzej Zulawski avec Sophie Marceau
La révolution française : Les années lumières – de Robert Enrico avec Jane Seymour
Fiche créée le 25 juin 2011 | Modifiée le 25 juin 2011 | Cette fiche a été vue 4514 fois
PREVIOUSRex Reason || Sady Rebbot || James RebhornNEXT