CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de John Justin
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Silvia Monfort



Date et Lieu de naissance : 7 juin 1923 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 30 mars 1991 (Paris, France)
Nom Réel : Simonne Marguerite Favre-Bertin

ACTRICE

Silvia Monfort naît Simonne Marguerite Favre-Bertin, le 7 juin 1923, à Paris dans le quartier historique du Marais où sa famille est installée depuis plus de deux siècles. Elle perd sa mère très jeune, et son père Charles-Maurice Favre-Bertin, un célèbre sculpteur, décorateur et médailleur, doit la mettre en pension. Elève surdouée, elle passe son baccalauréat avec trois ans d’avance puis devient apprentie comédienne. Pendant la guerre elle participe activement à un réseau de résistance avec Maurice Clavel, son futur époux mais aussi dramaturge, journaliste, et philosophe. Pour son action, la jeune femme recevra des décorations prestigieuses au nom de la France mais aussi des États-Unis.

Silvia Monfort est, à partir de 1947, de la grande aventure du Théâtre National Populaire avec Jean Vilar. Elle sera notamment en 1954 la Chimène de Gérard Philipe dans «Le Cid» de Pierre Corneille. Et elle peut inscrire bientôt son nom à côté de celui de Sarah Bernhardt, parmi les grandes tragédiennes françaises du vingtième siècle. Mais la comédienne veut aussi renouer avec la tradition des théâtres ambulants et apporter la culture aux classes défavorisées. Avec Jean Danet et ses «Tréteaux de France» elle joue des tragédies de Sophocle dans les banlieues déshéritées. La décennie suivante, elle fonde sa propre salle «Le Carré Thorigny» puis à la fin des années quatre-vingts elle entreprend la construction d’un nouveau théâtre qui porte aujourd’hui son nom. Elle crée aussi, avec Alexis Gruss, la première école officielle de cirque et de mime en France.

Bien qu’étant essentiellement une femme de théâtre, Silvia Monfort sera au générique d’une quinzaine de longs métrages. Dès 1943, elle apparaît avec Renée Faure, Jany Holt et Mila Parély, dans le film de Robert Bresson «Les anges du pêché» réalisé à partir d’un scénario du Révérend Père Bruckberger et de Jean Giraudoux. Elle retrouve le cinéma en 1947 pour «La grande Maguet» de Roger Richebé avec Madeleine Robinson. En 1948, elle est aux côtés de Edwige Feuillère et Jean Marais, dans «L’aigle à deux têtes», pièce de Jean Cocteau qu’il adapte lui-même à l’écran. Puis c’est «Le secret de Mayerling» (1948) de Jean Delannoy, où elle joue l’épouse de l’archiduc Rodolphe, interprété par Jean Marais. Silvia revient au cinéma en 1952 pour travailler avec le nouvel homme de sa vie, le cinéaste Jean-Paul Le Chanois dont elle partage la sensibilité communiste. Ils tourneront ensemble six films dont «Les évadés» (1952) avec Pierre Fresnay; et avec Jean Gabin, «Le cas du Dr Laurent» (1956) et «Les misérables» (1957). Puis séparée du réalisateur, Silvia Monfort abandonne définitivement le grand écran en 1962. Elle tourne néanmoins quelques téléfilms dont «Le bunker» (1972) avec François Chaumette dans le rôle de Martin Bormann; et «Phèdre»(1982) de Jean Racine, où elle est l’héroïne, face à Alain Cuny, en Thésée.

Silvia Monfort écrit aussi plusieurs romans et entretient une correspondance très dense avec son dernier compagnon puis époux, Pierre Gruneberg, moniteur de ski et de natation. Cette grande Dame, toute de courage, de passion et de talent, décède d’un cancer des poumons, à l’âge de soixante-sept ans le 30 mars 1991. En son hommage, Pierre Gruneberg créé en 1996 l’«Association Prix Silvia Monfort» qui remet, tous les deux ans, une distinction à un espoir féminin de la tragédie.

© Caroline HANOTTE

copyright
1943Les anges du péché – de Robert Bresson avec Louis Seigner
1946La grande Maguet – de Roger Richebé avec Madeleine Robinson
1947L’aigle à deux têtes – de Jean Cocteau avec Edwige Feuillère
1948Le secret de Mayerling / Mayerling – de Jean Delannoy avec Jean Marais
1954Les évadés – de Jean-Paul Le Chanois avec Pierre Fresnay
1955La Pointe Courte – de Agnès Varda avec Philippe Noiret
Ce soir les jupons volent / Princesses de Paris – de Dimitri Kirsanoff avec Sophie Desmarets
1956Le cas du docteur Laurent – de Jean-Paul Le Chanois avec Jean Gabin
CM Le Théâtre National Populaire – de Georges Franju avec Jean Vilar
1957Les misérables – de Jean-Paul Le Chanois avec Jean Gabin
    Film en 2 parties
    1 : 1ère époque
    2 : 2ème époque
1958Du rififi chez les femmes – de Alex Joffé avec Eddie Constantine
1959Par-dessus le mur – de Jean-Paul Le Chanois avec Pierre Larquey
1960La Française et l’amour – de Christian-Jaque, Henri Decoin, René Clair, Michel Boisrond, Jean Delannoy, Henri Verneuil & Jean-Paul Le Chanois avec Robert Lamoureux
    Segment « La femme seule » de Jean-Paul Le Chanois
1962Mandrin – de Jean-Paul Le Chanois avec Georges Rivière
L’itinéraire marin – de Jean Rollin avec Anne Tonietti
1975 CM Jean Marais, artisan du rêve – de Gérard Devillers
    Seulement narration
1977Nuova colonia – de Patrick Bureau avec Jean-Claude Dreyfus
Fiche créée le 23 mai 2007 | Modifiée le 3 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 6586 fois
PREVIOUSPierre Mondy || Silvia Monfort || Mario MonicelliNEXT