CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jacques Morel
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Simone Renant



Date et Lieu de naissance : 19 mars 1911 (Amiens, France)
Date et Lieu de décès : 29 mars 2004 (Garches, France)
Nom Réel : Georgette Simone Alexine Buigny

ACTRICE

Fille d’un employé des Chemins de Fer et d’une patronne de bar-tabac, Simone Renant naît Georgette Buigny le 19 mars 1911, dans la ville picarde d’Amiens. Très tôt elle rêve de devenir actrice et fait ses premiers pas sur scène à douze ans pour un spectacle scolaire. Adolescente, elle persiste dans sa passion et entre au conservatoire de sa ville natale d’où elle sortira avec un premier prix. Convaincue qu’elle à trouvé sa voie, à seize ans, elle poursuit sa formation au Conservatoire de Paris. Pendant trois ans, elle apprend avec ferveur son métier, récompensée par un second prix, insuffisant pour signer un engagement à la Comédie-Française. C’est André Luguet qui lui donne sa première grande chance professionnelle en lui faisant jouer des pièces de boulevard. Elle est ensuite engagée par René Rocher au théâtre du Vieux Colombier pour interpréter les classiques. À cette époque, elle fait ses débuts au cinéma dans «La folle nuit» (1932), une petite comédie réalisée par Robert Bibal et supervisée par Léon Poirier, et épouse le journaliste Charles Gombault en 1933. Ils divorceront quatre ans plus tard.

Simone Renant est belle, élégante et son charme naturel attire de plus en plus les professionnels du Septième Art. Très accaparée par la scène, la comédienne rencontre le cinéaste Christian-Jaque (son mari de 1938 à 1940) et finie par accepter les propositions cinématographique dès la seconde moitié des années trente. Le réalisateur offre à Simone des rôles de premier plan dans «L’école des journalistes» (1936) avec Armand Bernard et dans «Les pirates du rail» (1937) auprès de Charles Vanel et Erich von Stroheim. Elle est également Madame Du Barry dans «Les perles de la couronne» (1937) coréalisé par Christian-Jaque et Sacha Guitry.

Jusqu’en 1980, le nom de Simone Renant est à l’affiche d’une quarantaine de films. Elle travaille, entres-autres, pour: Georges Lacombe dans «Elles étaient douze femmes» (1940), Jacques de Baroncelli dans «La duchesse de Langeais» (1941), Maurice Tourneur «Mam’zelle Bonaparte» (1941) et Claude Autant-Lara dans «Lettres d’amour» (1942). Elle retrouve Christian-Jaque pour «Voyage sans espoir» (1943) avec Jean Marais et joue son meilleur rôle en 1947, celui de la photographe Dora Monier, dans «Quai des Orfèvres» aux côtés de Louis Jouvet, Suzy Delair, Bernard Blier, superbement mis en scène par Henri-Georges Clouzot. Elle fait une incursion dans le cinéma italien dans «Le fils de Lagardère» avec Rossano Brazzi et tourne pour la MGM dans «Boulevard de Paris» de Mitchell Leisen. Par la suite, Simone Renant apparaît dans les fresques historiques de Sacha Guitry «Napoléon» (1954) et «Si Paris nous était conté» (1955) et elle donne notamment la réplique à: Pierre Fresnay dans «Les œufs de l’autruche» (1956), Paul Meurisse dans «Echec au porteur» (1957), Gérard Philipe dans «Les liaisons dangereuses» (1959) et Jean-Paul Belmondo dans «L’homme de Rio» (1963)

Mariée depuis 1975, au producteur Alexandre Mnouchkine, Simone Renant achève sa carrière cinématographie en interprétant la mère de Alain Delon dans «Trois hommes à abattre» en 1980. Elle se produit encore sur scène avant de s’éloigner définitivement. Atteinte de la maladie d’Alzheimer depuis une dizaine d’années, celle qui en son temps incarna la quintessence de la grâce et de l’élégance à la Française, disparaît le 29 mars 2004, dans une maison médicalisée de Garches, en région parisienne.

© Pascal DONALD

copyright
1932La folle nuit – de Robert Bibal avec Guy Parzy
1935L’escale – de Louis Valray avec Colette Darfeuil
CM La moule – de Jean Delannoy avec Léonce Corne
1936On ne roule pas Antoinette – de Paul Madeux avec Armand Bernard
La mystérieuse lady – de Robert Péguy avec Fernand Fabre
L’ange du foyer – de Léon Mathot avec Lucien Baroux
L’école des journalistes – de Christian-Jaque avec Armand Bernard
1937Les perles de la couronne – de Sacha Guitry & Christian-Jaque avec Jacqueline Delubac
Les pirates du rail – de Christian-Jaque avec Erich von Stroheim
1940Elles étaient douze femmes – de Georges Lacombe avec Françoise Rosay
1941La duchesse de Langeais – de Jacques de Baroncelli avec Pierre Richard-Willm
Mam’zelle Bonaparte – de Maurice Tourneur avec Edwige Feuillère
1942Lettres d’amour – de Claude Autant-Lara avec Louis Salou
Romance à trois – de Roger Richebé avec Fernand Gravey
1943Domino – de Roger Richebé avec Aimé Clariond
Voyage sans espoir – de Christian-Jaque avec Jean Marais
1945L’ange qu’on m’a donné – de Jean Choux avec Jean Chevrier
La tentation de Barbizon – de Jean Stelli avec François Périer
1946Le mystérieux monsieur Sylvain – de Jean Stelli avec Franck Villard
1947Quai des Orfèvres – de Henri-Georges Clouzot avec Louis Jouvet
Après l’amour – de Maurice Tourneur avec Pierre Blanchar
1948Bal Cupidon – de Marc-Gilbert Sauvageon avec Yves Vincent
1950Pas de pitié pour les femmes – de Christian Stengel avec Michel Auclair
L’homme de joie – de Gilles Grangier avec Jean-Pierre Aumont
1951Tapage nocturne – de Marc-Gilbert Sauvageon avec Raymond Rouleau
Le fils de Lagardère ( il figlio di Lagardere ) de Fernando Cerchio avec Rossano Brazzi
1953La nuit est à nous – de Jean Stelli avec Jean Danet
Boulevard de Paris ( bedevilled ) de Mitchell Leisen avec Victor Francen
1954Escale à Orly ( zwischenlandung in Paris ) de Jean Dréville avec François Périer
Napoléon – de Sacha Guitry avec Pierre Brasseur
1955Si Paris nous était conté – de Sacha Guitry avec Gérard Philipe
1956Les œufs de l’autruche – de Denys de La Patellière avec Pierre Fresnay
1957Echec au porteur – de Gilles Grangier avec Paul Meurisse
Sans famille – de André Michel avec Gino Cervi
1958Faibles femmes – de Michel Boisrond avec Noël Roquevert
1959Les liaisons dangereuses / Les liaisons dangereuses 1960 – de Roger Vadim avec Jeanne Moreau
1960La Française et l’amour – de Christian-Jaque, Henri Decoin, René Clair, Michel Boisrond, Jean Delannoy, Henri Verneuil & Jean-Paul Le Chanois avec Robert Lamoureux
    Segment « La femme seule » de Jean-Paul Le Chanois
Vive Henri IV… vive l’amour ! – de Claude Autant-Lara avec Vittorio De Sica
1961Cadavres en vacances / Pas si folles les guêpes – de Jacqueline Audry avec Gérard Séty
1963L’homme de Rio – de Philippe de Broca avec Jean Servais
1969Un homme qui me plaît – de Claude Lelouch avec Jean-Paul Belmondo
1977Tendre poulet – de Philippe de Broca avec Philippe Noiret
1980Trois hommes à abattre – de Jacques Deray avec Alain Delon
Fiche créée le 27 avril 2009 | Modifiée le 10 janvier 2016 | Cette fiche a été vue 5011 fois
PREVIOUSSergio Renán || Simone Renant || Colette RenardNEXT