CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Farid El Atrache
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Suzanne Dehelly



Date et Lieu de naissance : 1er octobre 1896 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 12 octobre 1968 (Paris, France)
Nom Réel : Suzanne Dehelly

ACTRICE
Image
1931 La fine combine – de André Chotin avec Edwige Feuillère, Suzanne Nivette, Raoul Marco & Fernandel
Image
1941 Croisières sidérales – de André Zwoboda avec Madeleine Sologne, Jean Marchat & Julien Carette
Image
1950 Olivia – de Jacqueline Audry avec Edwige Feuillère, Simone Simon, Marie-Claire Olivia & Yvonne de Bray
Image
1957 Sénéchal le magnifique – de Jean Boyer avec Fernandel, Nadia Gray, Robert Pizani & Madeleine Barbulée

Il n’y a pas de féminin au mot «clown», et c’est bien dommage, car il aurait été comme un gant à Suzanne Dehelly. La coupe à la garçonne, les yeux en boule de loto et la main sur la hanche, elle surgit sur l’écran comme un coup de vent et file ses répliques avec un débit de mitraillette qui provoque l’hilarité du public d’alors. Née le 1er octobre 1896 à Paris, elle débute chez Gémier, à L’Odéon. Mais, très vite, sa pétulance et ses talents vocaux l’orientent vers les revues et les opérettes. En 1927, elle est ainsi Nérine de Térac dans «Ketty boxeur», avec Gaston Gabaroche, Pirouette dans «Cinquante centimes» (1931), de Henri Christiné et Maurice Yvain, où elle chante «L’amour est un plaisir vraiment doux», avec Armand Dranem, ou encore «Normandie» (1936), opérette de Paul Misraki, sur un livret de Henri Decoin, où Suzanne Dehelly crée l’immortelle «Ça vaut mieux que d’attraper la scarlatine»!

Au cinéma, où elle débute vraiment à l’orée des années 1930, Suzanne Dehelly donne dans la gaudriole et la pochade militaire. Elle va des «Bleus de la marine» (1934) de Maurice Cammage, où elle croise le marin Lafraise, alias Fernandel, à «La mariée du régiment» (1935), du même réalisateur, en passant par «La petite dame du wagon lit» (1936), toujours de Cammage, ou encore «La brigade en jupons» (1936) de Jean de Limur. Tout un programme! Et puis voilà encore Victorine qui, dans «La reine des resquilleuses» (1934) de Marco de Gastyne, se fait passer pour un homme, ou bien cette Léonie Vigoulette qui, dans «Une de la cavalerie» (1937), terrorise Frédéric Duvallès, qui aimerait bien faire la bombe avec son conscrit, ou encore Totoche de «Titin des Martigues» (1937) de René Pujol.

Et puis, lassée des films de pioupious, des simagrées et des pasquinades, Suzanne Dehelly devient sérieuse et adopte un registre sobre qui dévoile des talents inattendus de comédienne dramatique. C’est en partie son mariage avec le scénariste Marcel Rivet qui donne ce tour nouveau à sa carrière. Dans «La belle aventure» (1942) de Marc Allégret, elle incarne ainsi Mme d’Eguzon, la tante de Giselle Pascal. Puis elle incarne Mlle Dubois, la maîtresse d’arithmétique au solide appétit d’«Olivia» (1950), l’histoire sagement saphique d’un pensionnat de jeunes filles, contée par Jacqueline Audry, et elle n’hésite pas à porter la cornette dans «La nuit est mon royaume» (1951) de Georges Lacombe, où elle campe une religieuse prête à aider Jean Gabin à lutter contre sa cécité. Elle figure dans d’autres drames, comme «Les amours finissent à l’aube» (1952) de Henri Calef ou «Châteaux en Espagne» (1953) de René Wheeler. Elle fait même partie de la distribution de «Huis-clos» (1954),de Jacqueline Audry, d’après la pièce de Sartre.

Mais c’est plus fort qu’elle! Sa nature débridée et le goût du public la ramènent vers la farce. Et la voilà reine de Neustrie en exil, tentée de donner son fils en mariage à un roi de la conserve dans «Pas un mot à la reine mère» (1946) de Maurice Cloche. Dans «Ma tante d’Honfleur» (1948) de René Jayet, elle vient perturber la vie peu studieuse de son neveu, Jean Parédès, et elle est une des dames patronnesses chargées de désigner une rosière dans «Le rosier de Mme Husson» (1950) de Jean Boyer, avec Bourvil. Dans «Ils sont dans les vignes» (1951) de Robert Vernay, elle soutient son mari Lucien Baroux dans sa croisade antialcoolique et sa promotion d’un nouveau breuvage tonique, le koku-colu! Cette championne de France d’échecs, en 1943, se retire des écrans vingt ans plus tard, et s’éteint le 12 octobre 1968 à Paris.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1930La prison en folie – de Henry Wulschleger avec Bach
Un trou dans le mur – de René Barberis avec Dolly Davis
Tout s’arrange – de Henri Diamant-Berger avec André Roanne
1931Mon ami l’assassin – de Solange Bussi avec Pierre Etchepare
La fine combine – de André Chotin avec Fernandel
1932Ma femme… Homme d’affaires – de Max de Vaucorbeil avec Robert Arnoux
1933Une nuit de folies / Une nuit de volupté – de Maurice Cammage avec Pierre Bertin
1934La reine des resquilleuses – de Marco de Gastyne avec Max Dearly
La crise est finie – de Robert Siodmak avec Albert Préjean
Les bleus de la marine – de Maurice Cammage avec Andrex
1935Un soir de bombe – de Maurice Cammage avec Pierre Larquey
La mariée du régiment – de Maurice Cammage avec André Berley
Retour au paradis – de Serge de Poligny avec Claude Dauphin
1936Prête-moi ta femme – de Maurice Cammage avec Pierre Brasseur
La petite dame des wagons-lits / La petite dame du wagon-lit – de Maurice Cammage avec Paul Pauley
La brigade en jupons – de Jean de Limur avec Paulette Dubost
CM Les frères Delacloche – de Maurice Kéroul & Jean Mugeli avec Alexandre Dréan
1937Titin des Martigues – de René Pujol avec Jacques Louvigny
Une de la cavalerie – de Maurice Cammage avec Frédéric Duvallès
Mon député et sa femme – de Maurice Cammage avec Tramel
Monsieur Bégonia – de André Hugon avec Josette Day
Cinderella – de Pierre Caron avec Maurice Escande
Arsène Lupin détective – de Henri Diamant-Berger avec Jules Berry
Chipée – de Roger Goupillères avec Andrée Guize
1938Ça… C’est du sport – de René Pujol avec Rellys
Vacances payées – de Maurice Cammage avec Andrex
La présidente – de Fernand Rivers avec Henri Garat
Gargousse – de Henry Wulschleger avec Saturnin Fabre
Mon oncle et mon curé – de Pierre Caron avec André Lefaur
CM À nous la jeunesse – de Eugene Deslaw avec René Lefèvre
1939Marseille mes amours – de Jacques Daniel-Norman avec Maximilienne
L’homme qui cherche la vérité – de Alexander Esway avec Raimu
1940Premier rendez-vous – de Henri Decoin avec Danielle Darrieux
1941Pension Jonas – de Pierre Caron avec Raymond Aimos
Croisières sidérales – de André Zwoboda avec Madeleine Sologne
À vos ordres, madame – de Jean Boyer avec Jean Tissier
1942La belle aventure – de Marc Allégret avec Micheline Presle
Le grand combat – de Bernard-Roland avec Lucien Baroux
1943Feu Nicolas – de Jacques Houssin avec Yves Deniaud
La collection Ménard – de Bernard-Roland avec Jean Brochard
1945Le roi des resquilleurs – de Jean Devaivre avec René Génin
Rouletabille joue et gagne – de Christian Chamborant avec Michel Vitold
Rouletabille contre la dame de pique – de Christian Chamborant avec Marie Déa
1946Pas un mot à la reine mère – de Maurice Cloche avec André Brunot
1947L’idole – de Alexander Esway avec Yves Montand
1948Ma tante d’Honfleur – de René Jayet avec Jean Parédès
Cinq tulipes rouges – de Jean Stelli avec René Dary
1949Au Grand Balcon – de Henri Decoin avec Pierre Fresnay
1950Olivia – de Jacqueline Audry avec Simone Simon
Le rosier de madame Husson – de Jean Boyer avec Bourvil
1951La nuit est mon royaume – de Georges Lacombe avec Jean Gabin
Ma femme est formidable – de André Hunebelle avec Noël Roquevert
Ils sont dans les vignes – de Robert Vernay avec Line Renaud
1952Quitte ou double – de Robert Vernay avec Roland Armontel
Les amours finissent à l’aube – de Henri Calef avec Jacques Castelot
1953La loterie du bonheur – de Jean Gehret avec Raymond Bussières
Châteaux en Espagne ( el torero ) de René Wheeler avec Maurice Ronet
1954Huis clos – de Jacqueline Audry avec Arletty
1955La bande à Papa – de Guy Lefranc avec Fernand Raynaud
1956Fumée blonde – de Robert Vernay avec Sophie Desmarets
1957La garçonne – de Jacqueline Audry avec Andrée Debar
Sénéchal le magnifique – de Jean Boyer avec Nadia Gray
Police judiciaire – de Maurice de Canonge avec Yves Vincent
1958Le temps des œufs durs – de Norbert Carbonnaux avec Darry Cowl
L’école des cocottes – de Jacqueline Audry avec Dany Robin
1959La valse du gorille – de Bernard Borderie avec Roger Hanin
1961Les livreurs – de Jean Girault avec Francis Blanche
1962Cadavres en vacances / Pas si folles les guêpes – de Jacqueline Audry avec Junie Astor
Fiche créée le 4 mai 2009 | Modifiée le 16 septembre 2015 | Cette fiche a été vue 3630 fois
PREVIOUSJean Dehelly || Suzanne Dehelly || Albert DekkerNEXT