CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jin Xie
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Suzy Solidor



Date et Lieu de naissance : 18 décembre 1900 (Saint-Servan-sur-Mer, France)
Date et Lieu de décès : 30 mars 1983 (Cagnes-sur-Mer, France)
Nom Réel : Suzanne Louise Marie Marion

ACTRICE
Image
1935 Escale – de Louis Valray avec Colette Darfeuil, Samson Fainsilber, Pierre Nay & Simone Renant
Image
1936 La garçonne – de Jean de Limur avec Marie Bell, Henri Rollan, Jaque-Catelain, Maurice Escande & Arletty
Image
1937 La femme du bout du monde – de Jean Epstein avec Charles Vanel, Germaine Roger & Jean-Pierre Aumont
Image
1940 Ceux du ciel – de Yvan Noé avec Marie Bell, Pierre Renoir, Jean Galland, Jean Servais & Raymond Aimos

Suzy Solidor, de son vrai nom Suzanne Louise Marie Marion, naît le 18 décembre 1900 (certains biographes lui donnent six ans de moins) à Saint-Servan-sur-Mer, faubourg hors-les-murs de Saint-Malo, chère à Surcouf. Elle serait d’ailleurs, selon ses dires, la fille d’un descendant du célèbre corsaire et d’une servante! Au début des années vingt, elle tente sa chance à Paris où elle se fait mannequin. Bientôt sa silhouette androgyne, ses cheveux courts coupés au carré et ses «amours particulières» en font l’archétype de la «femme libérée». Elle devient le modèle de peintres des deux sexes dont elle partage parfois la vie. Elle accumule ainsi une impressionnante collection de ses portraits signés de Dufy, Foujita, Laurencin, Lempicka, Picabia, Van Dongen.

Suzy qui a pris comme pseudonyme le nom d’une tour du XIV ème siècle qui domine sa ville natale, devient chanteuse dans les années trente. Elle se produit dans les music halls parisiens puis elle achète un cabaret. Sa voix grave fait sensation lorsqu’elle interprète, impassible, des chansons nostalgiques dont elle écrit parfois les textes. Elle parle de ses amours mais aussi de marins et de soldats comme dans «Mon légionnaire» (1936) sur une musique de Marguerite Monnot. Elle récite également des poèmes dont ceux de Jean Cocteau. En 1937, elle joue au théâtre de l’Etoile, aux côtés de Raymond Rouleau et Renée Saint-Cyr, «L’opéra de quat’sous» (1928) de Bertolt Brecht (musique de Kurt Weill).

L’artiste est dirigée pour la première fois à l’écran, en 1935, par Jean Valray dans «Escale», film dont le titre est aussi celui de la célèbre chanson où elle déclare: «Le ciel est bleu, la mer est verte. Laisse un peu la fenêtre ouverte». En 1936, la chanteuse apparaît dans la seconde version cinématographique de «La garçonne» de Jean de Limur d’après Victor Margueritte dont le roman a été jugé scandaleux lors de sa parution en 1922. Marie Bell y incarne l’héroïne, une jeune femme trompée qui décide d’avoir des aventures amoureuses variées. Dans la distribution l’on découvre aussi Arletty, Vanda Gréville et un inénarrable Jean Tissier. Puis c’est, en 1937, encore une histoire de marins, «La femme du bout du monde» de Jean Epstein.

Le dernier film de Suzy Solidor sort pendant l’occupation allemande: «Ceux du ciel» de Yvan Noé, sur les déboires d’une famille de constructeurs d’avions, avec Pierre Renoir et Jean Servais. Suzy écrit également un roman: «Le Fortuné de l’Amphitrite» (1943) illustré par Marin-Marie. Mais elle chante aussi à «Radio-Paris», en français, «Lili Marlène» d’après le poème «Das Lied eines jungen Soldaten auf der Wacht» écrit en 1915 par Hans Leip, soldat de la Grande Guerre et mis en musique en 1938 par Norbert Schultze. Et, la «Wehrmacht» fréquente assidûment son établissement «La vie parisienne». Ce dont elle aura à répondre à la Libération. Suzy Solidor va ensuite tenir un cabaret très en vu jusque dans les années soixante tout en continuant à chanter. Elle finit ses jours sur la côte d’Azur à Cagnes-sur-Mer où elle décède le 30 mars 1983, non sans avoir légué à la ville son importante collection de tableaux. Cette étonnante artiste, aux rôles et à la filmographie certes limités, mais à la forte personnalité, ne risque sans doute pas de tomber dans l’oubli, ne serait-ce que par les très beaux textes et musiques dont elle s’est faite l’interprète.

© Caroline HANOTTE

copyright
1935Escale – de Louis Valray avec Colette Darfeuil
1936La garçonne – de Jean de Limur avec Marie Bell
1937La femme du bout du monde – de Jean Epstein avec Charles Vanel
1940Ceux du ciel – de Yvan Noé avec Pierre Renoir
Fiche créée le 24 décembre 2006 | Modifiée le 2 mars 2014 | Cette fiche a été vue 6968 fois
PREVIOUSAmparo Soler Leal || Suzy Solidor || Sergio SollimaNEXT