CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Emil Jannings
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Sylvia Kristel



Date et Lieu de naissance : 28 septembre 1952 (Utrecht, Pays-Bas)
Date et Lieu de décès : 18 octobre 2012 (Amsterdam, Pays-Bas)
Nom Réel : Sylvia Maria Kristel

ACTRICE
Image
1973 Emmanuelle – de Just Jaeckin avec Alain Cuny, Marika Green, Daniel Sarky & Christine Boisson
Image
1977 Goodbye, Emmanuelle – de François Leterrier avec Jean-Pierre Bouvier & Olga Georges-Picot
Image
1980 L’amant de Lady Chatterley (Lady Chatterley’s lover) de Just Jaeckin avec Nicholas Clay
Image
1984 Mata Hari – de Curtis Harrington avec Christopher Cazenove, Oliver Tobias & Vernon Dobtcheff

Née le 28 septembre 1952 à Utrecht aux Pays-Bas, Sylvia Kristel suit une éducation rigoureuse dans un établissement religieux. Elle souhaite devenir professeur d’anglais mais abandonne rapidement ses études pour exercer divers métiers comme secrétaire, aide-soignante, vendeuse ou hôtesse. À dix-neuf ans, elle part à la découverte de l’Europe et se fait remarquer par une agence de mannequin. Après des débuts dans des films néerlandais, Sylvia Kristel va connaître une notoriété internationale avec l’adaptation du roman d’Emmanuelle Arsan, «Emmanuelle» (1973), sous la direction de Just Jaeckin qui réalise ici son premier film épaulé par le Jean-Louis Richard pour le scénario. Engagée pour personnifier l’héroïne, elle demeure définitivement associée à ce personnage. Le succès considérable de ce film, qui bénéficie de la suppression de la censure cinématographique, tient l’affiche treize ans sur les Champs-Elysées et donne naissance à une franchise. Avec plus ou moins de réussite, elle reprend son rôle dans «Emmanuelle: L’antivierge» (1975) de Francis Giacobetti, «Good bye Emmanuelle» (1977) de François Leterrier ou «Emmanuelle 4» (1983) de Francis Leroi. Entre-temps, elle donne naissance le 10 février 1975 à son fils Arthur, fruit de sa relation avec l’écrivain belge Hugo Claus.

En 1976, Sylvia Kristel est alors sollicitée par des metteurs en scène spécialistes du même genre cinématographique Roger Vadim pour «Une femme infidèle» ou Walerian Borowiczyk pour «La marge». Cette popularité lui permet de partager l’affiche avec Charles Vanel dans «Alice ou la dernière fugue» de Claude Chabrol ou avec Gérard Depardieu et Michel Piccoli dans «René la Canne» de Francis Girod. Mais cette incursion dans un cinéma traditionnel s’avère décevante. Elle va se perdre dans des productions européennes insipides: «The The fifth musketeer» (1977), «Les monstresses» (1978) ou «Airport 80 Concorde» (1978) avec Alain Delon. Parallèlement, sa vie privée est un désastre: une relation tumultueuse avec Ian McShane où elle sombre dans la drogue, puis son mariage avec le producteur Philippe Blot qui l’escroque. En 1980, elle retrouve Just Jaeckin pour une nouvelle adaptation du chef-d’œuvre de la littérature érotique «L’amant de Lady Chatterley», et reste malgré tout cantonnée dans des films du même genre: «L’amour en première classe» (1979) ou «Leçons très particulières» (1980). Dans «Mata Hari» (1984) de Curtis Harrington, elle personnifie la célèbre espionne. À la fin de la décennie, elle intègre la distribution d’une mini-série de prestige «Casanova» où Richard Chamberlain incarne le rôle-titre tandis que Faye Dunaway, Ornella Muti et Hanna Schygulla complètent le casting.

En 1992, Sylvia Kristel reprend son rôle d’Emmanuelle dans une série éponyme réalisée par Francis Leroi et diffusée sur M6. Le temps de courtes scènes, elle se remémore ses prouesses amoureuses auprès d’un homme d’affaires incarné par George Lazenby tandis que Marcela Walerstein endosse son rôle jeune. Peu à peu, elle s’éloigne de son métier de comédienne. On l’aperçoit, notamment, en sexologue dans «Sexy boys» (2001) de Stéphane Kazandjian. Elle se consacre avec un certain talent à la peinture. Soignée pour un cancer de la gorge puis du poumon, elle évoque son parcours chaotique dans son autobiographie «Nue» publiée en 2006. Le 30 juin 2012, elle est retrouvée inconsciente à son domicile à la suite d’un accident vasculaire cérébral. Hospitalisée où son traitement contre le cancer est interrompu à cause de son extrême faiblesse. Sylvia Kristel décède à l’âge de soixante ans, le 18 octobre 2012.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1972Scènes de la vie amoureuse d’un couple / Frank et Eva ( Frank en Eva ) de Pim de la Parra avec Willeke van Ammelrooy
À cause des chats ( niet voor de poezen / because of the cats ) de Fons Rademakers avec Alexandra Stewart
1973Lilly ( naakt over de schutting ) de Frans Weisz avec Rijk de Gooyer
    + chansons
Emmanuelle – de Just Jaeckin avec Alain Cuny
Julia et les hommes ( es war nicht die nachtigall / der liebesschüler / Cynthia / die nichte der O ) de Sigi Rothemund avec Jean-Claude Bouillon
1974Un linceul n’a pas de poches – de Jean-Pierre Mocky avec Jean Carmet
Le jeu avec le feu – de Alain Robbe-Grillet avec Philippe Noiret
Vous ne l’emporterez pas au paradis – de François Dupont-Midi avec Charles Denner
1975Emmanuelle : L’antivierge / Emmanuelle 2 – de Francis Giacobetti avec Umberto Orsini
    + chansons
1976Une femme fidèle – de Roger Vadim avec Jon Finch
La marge – de Walerian Borowczyk avec Joe Dallesandro
Alice ou la dernière fugue / Alice – de Claude Chabrol avec Charles Vanel
René la Canne – de Francis Girod avec Michel Piccoli
1977Goodbye, Emmanuelle / Emmanuelle 3 – de François Leterrier avec Jean-Pierre Bouvier
Pastorale 1943 – de Wim Verstappen avec Rutger Hauer
Le cinquième mousquetaire ( the fifth musketeers / behind the iron mask ) de Ken Annakin avec Cornel Wilde
1978Mysteries / Evil mysteries – de Paul de Lussanet avec David Rappaport
Airport 80 ( the Concorde : Airport’79 / airport’79 / airport’ 80 : The Concorde / the Concorde affair / the Concorde / S.O.S. Concorde ) de David Lowell Rich avec Alain Delon
Les monstresses ( letti selvaggi ) de Luigi Zampa avec Monica Vitti
1979Le plus secret des agents secrets ( the nude bomb / Maxwell Smart and the nude bomb / the return of Maxwell Smart ) de Clive Donner avec Vittorio Gassman
L’amour en première classe ( un amore in prima classe ) de Salvatore Samperi avec Enrico Montesano
1980L’amant de Lady Chatterley ( Lady Chatterley’s lover ) de Just Jaeckin avec Nicholas Clay
Leçons très particulières ( private lessons ) de Alan Meyerson avec Ed Begley Jr.
1982Le collège s’envoie en l’air ( private school / private school… for girls ) de Noel Black avec Matthew Modine
1983Emmanuelle 4 – de Francis Leroi & Iris Letans avec Patrick Bauchau
1984Mata Hari – de Curtis Harrington avec Christopher Cazenove
Chaleur rouge ( red heat / red heat : Unschuld hinter gittern) de Robert Collector avec Linda Blair
1985Le grand pari ( the big bet ) de Bert I. Gordon avec Lance Sloane
1987The arrogant / Sylvia Kristel’s desires – de Philippe Blot avec Gray Graham
1988Dracula’s widow – de Christopher Coppola avec Marc Coppola
1989Hot blood – de Philippe Blot avec Aldo Sambrell
1990À l’ombre des châteaux de sable ( in the shadow of the sandcastle ) de Philippe Blot avec Godfrey James
1991Silence of the body ( seong-ae-ui chimmuk / 성애의 침묵 ) de In-yeob Jeong avec Scott Mitchell
1992Beauty school / Sylvia Kristel’s beauty school – de Ernest G. Sauer avec Kevin Bernhardt
Emmanuelle pour toujours / Eternelle Emmanuelle ( Emmanuelle forever ) de Francis Leroi avec George Lazenby
La revanche d’Emmanuelle ( Emmanuelle’s revenge ) de Francis Leroi avec Marcela Walerstein
Emmanuelle à Venise ( Emmanuelle in Venice ) de Francis Leroi avec Joel Bui
1993L’amour d’Emmanuelle / Un amour d’Emmanuelle ( Emmanuelle’s love ) de Francis Leroi avec George Lazenby
Emmanuelle au septième ciel / Emmanuelle 7 – de Francis Leroy avec Roberto Malone
Magique Emmanuelle ( Emmanuelle’s magic ) de Francis Leroi avec Marcela Walerstein
Le parfum d’Emmanuelle ( Emmanuelle’s perfume ) de Francis Leroi avec George Lazenby
Le secret d’Emmanuelle ( Emmanuelle’s secret ) de Francis Leroi avec Tony Senegal
1997Gaston’s war – de Robbe de Hert avec Peter Firth
1998Piranha Blues ( film 1 ) de Willem Wallyn avec Carl Ridders
DA Harry rents a room – de Hisko Hulsing
    Seulement voix
1999An Amsterdam tale – de Dorna van Rouveroy avec Joe Maruzzo
2000Lijmen ( Lijmen/Het been ) de Robbe de Hert avec Mike Verdrengh
Vergeef me – de Cyrus Frisch avec Ellen Ten Damme
2001De vriendschap – de Nouchka van Brakel avec Gerard Cox
Sexy boys – de Stéphane Kazandjian avec Jérémie Elkaïm
2002Bank – de Sinan Çetin avec Daryl Hannah
2003 DA Topor et moi – de Sylvia Kristel
    Seulement réalisation & voix
    Mention Spéciale du Jury pour la narration d’un court-métrage au festival du cinéma Tribeca de New York, USA
2004 DO Sylvia Kristel : Paris – de Manon de Boer
2006Chacun son cinéma ou ce petit coup au cœur quand la lumière s’éteint et que le film commence – de Theo Angelopoulos, Olivier Assayas, Bille August, Jane Campion, Youssef Chahine, Kaige Chen, Michael Cimino, Ethan Coen, Joel Coen, David Cronenberg, Jean-Pierre Dardenne, Luc Dardenne, Manoel de Oliveira, Raymond Depardon, Atom Egoyan, Amos Gitai, Alejandro González Iñárritu, Hsiao-hsien Hou, Aki Kaurismäki, Abbas Kiarostami, Takeshi Kitano, Andrei Konchalovsky, Claude Lelouch, Ken Loach, David Lynch, Nanni Moretti, Roman Polanski, Raoul Ruiz, Walter Salles, Elia Suleiman, Ming-liang Tsai, Gus Van Sant, Lars von Trier, Wim Wenders, Kar Wai Wong & Zhang Yimou
    Seulement apparition segment « Cinéma érotique » de Roman Polanski
2009 DO Parradox – de In-soo Radstake avec Pim de la Parra
    Seulement apparition
DO Le plus beau métier du monde – de Daniel Lainé & Valérie Stroh avec Michel Blanc
    Seulement apparition
2010Two sunny days ( dva suncana dana ) de Ognjen Svilicic avec Bristol Pomeroy
Fiche créée le 18 octobre 2012 | Modifiée le 11 août 2016 | Cette fiche a été vue 3570 fois
PREVIOUSDorit Kreysler || Sylvia Kristel || Hardy KrugerNEXT