CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jicey Carina
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Tomás Blanco



Date et Lieu de naissance : 10 novembre 1910 (Bilbao, Espagne)
Date et Lieu de décès : 16 juillet 1990 (Madrid, Espagne)
Nom Réel : Tomás Blanco García

ACTEUR
Image
1949 El santuario no se rinde – de Arturo Ruiz Castillo avec Alfredo Mayo, Beatriz de Añara & Mary Lamar
Image
1950 Mystère à Barcelone (apartado de correos 1001) de Julio Salvador avec Conrado San Martín & Elena Espejo
Image
1965 Posición avanzada – de Pedro Lazaga avec Ángela Bravo, Antonio Ferrandis & Manuel Zarzo
Image
1970 Don Erre que erre – de José Luis Sáenz de Heredia avec Paco Martínez Soria & José Sacristán

Tomás Blanco García naît le 10 novembre 1910, dans la grande cité portuaire de Bilbao d’où s’élancèrent tant de Basques à la découverte du monde. Lui, c’est en devançant l’appel, à peine âgé de dix-huit ans, et en s’engageant dans un «Tercio» (régiment) de la Légion Étrangère de son pays, qu’il part trois ans au Maroc du Protectorat Espagnol. Libéré de ses obligations militaires, il signe des contrats successifs avec des compagnies théâtrales célèbres comme celle de María Fernanda Ladrón de Guevara, en tournées en Espagne mais aussi dans l’Amérique hispanophone, après avoir fait ses débuts notamment dans la pièce d’Alejandro Casona, «Nuestra Natacha» (1935).

Tomás Blanco n’apparaît sur les grands écrans qu’au cours des années 40 et dans une petite dizaine de films mais de grande qualité. Encore très jeune il a pourtant souvent des rôles d’hommes mûrs. Mais quelle présence à l’écran, de par le regard, la voix, et malgré sa silhouette menue! Dans un «Un caballero famoso» (1942) de José Buchs, il affronte même en duel, l’acteur-héros incontesté de toutes les productions espagnols de l’époque, Alfredo Mayo, là, amoureux d’une coquette jouée par Amparo Rivelles. Notons aussi «El santuario no se rinde» (1949) de Arturo Ruiz Castillo, un film, certes à la gloire du camp non gouvernemental pendant la Guerre Civile, mais qui permet à l’acteur de montrer son excellence dramatique, entouré de José María Lado et Ángel de Andrés, tout aussi émouvants.

Dans les années 50 et 60 Tomás Blanco est d’une bonne soixantaine de films même s’il a parfois des rôles très secondaires voire n’est même pas mentionné au générique, mais d’une phrase il prend toute sa place. Et de nous fait rire à l’occasion quand il met en avant son côté pince-sans-rire avec des personnages particulièrement coincés ou originaux tel le psychanalyste de «S.O.S abuelita» (1959) de León Klimovsky, avec la lumineuse Paquita Rico délaissée par son trop beau mari, Gustavo Rojo. Il participe aussi à de nombreuses productions internationales comme des péplums, il joue Ovide dans «Les légions de Cléopâtre» (1959) de Vittorio Cottafavi, avec Georges Marchal en Marc Antoine; des films d’espionnage et des policiers; des westerns comme «Et pour quelques dollars de plus» (1965) avec Clint Eastwood; et sans oublier en 1966 son personnage de gouverneur de l’Île de France (aujourd’hui Île Maurice), au côté de Gérard Barray alias «Surcouf, le tigre des sept mers» récidivant dans «Tonnerre sur l’Océan Indien».

Mais alors que le cinéma commercial n’offre plus les mêmes possibilités d’expression aux acteurs, Tomás Blanco continue, grâce à la télévision des années 60 et 70, à montrer l’ampleur de son talent, sa capacité à jouer tous les personnages, des plus attendrissants aux plus machiavéliques, des plus vulnérables aux plus intraitables. Véritable pilier du petit écran, il est des adaptations des grands classiques du théâtre espagnol mais également de pièces étrangères contemporaines comme «Les fiancés du Havre» (1968) d’Armand Salacrou ou «L’aigle à deux têtes» (1977) de Jean Cocteau, sans oublier des feuilletons populaires comme «Curro Jiménez» (1978) avec Sancho Gracia. Le dernier rôle cinématographique de cet immense comédien est celui d’un ambassadeur basque dans «Los autonosuyas» (1983) de Rafael Gil, avec Alfredo Landa, une parodique comédie sur l’autonomie des provinces espagnoles de l’après-franquisme. Tomás Blanco décède le 16 juillet 1990 à Madrid.

© Caroline HANOTTE

copyright
1942Un caballero famoso – de José Buchs avec Amparo Rivelles
1946Mariona Rebull – de José Luis Sáenz de Heredia avec Sara Montiel
1947Nada – de Edgar Neville avec Mary Delgado
Cuatro mujeres / Le quattro mogli – de Antonio del Amo avec Amparo Guerrero
Amanhã como hoje / Mañana como hoy – de Mariano Pombo avec Ana Marsical
Las aguas bajan negras – de José Luis Sáenz de Heredia avec Rosario Granados
1948El huésped de las tinieblas – de Antonio del Amo avec Irene Caba Alba
Le bourreau ( el verdugo ) de Enrique Gómez avec Silvia Morgan
1949Une femme comme tant d’autres ( una mujer cualquiera ) de Rafael Gil avec Maria Félix
Alas de juventud – de Antonio del Amo avec Antonio Vilar
El santuario no se rinde – de Arturo Ruiz Castillo avec Alfredo Mayo
    Prix CEC du meilleur acteur par le cercle des écrivains de cinéma, Espagne

Yo no soy la Mata-Hari – de Benito Perojo avec Niní Marshall
Bagatelles ( pequeñeces ) de Juan de Orduña avec Aurora Bautista
La révoltée ( la revoltosa ) de José Díaz Morales avec Carmen Sevilla
Tempestad en el alma – de Juan de Orduña avec Julia Pachelo
1950El pasado amenaza – de Antonio Román avec Fernando Fernández de Córdoba
Mystère à Barcelone ( apartado de correos 1001 ) de Julio Salvador avec Conrado San Martín
La fuente enterrada – de Antonio Román avec Ana Marsical
El señorito Octavio – de Jerónimo Mihura avec Elena Espejo
1951La llamada de África – de César Fernández Ardavín avec Tony Hernández
1952Quema el suelo – de Luis Marquina avec Annabella
La laguna nera – de Arturo Ruiz Castillo avec Maruchi Fresno
1953Pasaporte para un ángel [ órdenes secretas ] – de Javier Setó avec Florinda Chico
1954La patrulla – de Pedro Lazaga avec Marisa de Leza
Le serment de l’épée / la vengeance des frères Corses ( los hermanos corsos ) de Leo Fleider avec Analía Gadé
La cigüeña dijo sí – de Enrique Carreras & Julio Porter avec Susana Campos
1955Sangre y acero – de Lucas Demare avec Virginia Luque
1956Faustina – de José Luis Saénz de Heredia avec Maria Félix
1957Héroes del aire – de Ramón Torrado avec Lina Rosales
Rapsodia de sangre – de Antonio Isasi-Isasmendi avec María Rosa Salgado
1958La Violetera ( la bella fioraia di Madrid ) de Luis César Amadori avec Sara Montiel
Tu seras reine ( ¿ Dónde vas, Alfonso XII ? ) de Luis César Amadori avec Mercedes Vecino
S.O.S. grand-mère ( S.O.S., abuelita ) de León Klimovsky avec Paquita Rico
1959Les légions de Cléopâtre ( le legioni di Cleopatra ) de Vittorio Cottafavi avec Linda Cristal
Pescando millones – de Manuel Mur Oti avec Katia Loritz
Baïonnette au canon / Assaut colline 408 / Colline 408 ( la fiel infantería ) de Pedro Lazaga avec Laura Valenzuela
L’amour que je t’ai donné ( el amor que yo te di ) de Tulio Demicheli avec Amparo Rivelles
El hombre que perdió el tren / Marcelino perdio el tren – de León Klimovsky avec Rosa Arenas
Juanito ( 3 kerle geh’n durch dick und dünn / unsere heimat ist die ganze welt ) de Fernando Palacios avec Pablito Calvo
1960Le petit colonel ( el pequeño coronel ) de Antonio del Amo avec Joselito
¿ Dónde vas triste de ti ? / Pasión de locura – de Alfonso Balcázar & Guillermo Cases avec Marga López
Un paso al frente – de Ramón Torrado avec German Cobos
La paz empieza nunca – de León Klimovsky avec Concha Velasco
La fureur d’Hercule ( Ursus ) de Carlo Campogalliani avec Ed Fury
La révolte des mercenaires / La fureur des mercenaires ( la rivolta del mercenari / los mercenarios / revolt of the mercenaries ) de Piero Costa avec Virginia Mayo
1961Le gladiateur invincible ( il gladiatore invincibile ) de Alberto De Martino & Antonio Momplet avec Richard Harrison
Sissi 63 ( cariño mio / die liebe ist ein seltsames spiel ) de Rafael Gil avec Marianne Hold
Madame Sans-Gêne – de Christian-Jaque avec Sophia Loren
Les coupables ( los culpables ) de José María Forn avec Susana Campos
Racket sous la ville / Les onze gangsters ( la pandilla de los once ) de Pedro Lazaga avec Rafael Luis Calvo
1962Cupido contrabandista – de Esteban Madruga avec Antonio Ozores
Rogelia – de Rafael Gil avec Pina Pellicer
Occidente y sabotaje – de Ana Mariscal avec Georges Rigaud
La vallée des épées / Le Castillan ( the Castillan / el valle de las espadas / valley of the swords ) de Javier Setó avec Alida Valli
Pacto de silencio – de Antonio Román avec Yvonne Bastien
1963Casablanca, nid d’espions – de Henri Decoin avec Maurice Ronet
Les sept invincibles ( gli invincibili sette / los invencibles / the invincible seven / the secret seven ) de Alberto De Martino avec Helga Liné
Le secret de la veuve noire ( das geheimnis der schwarzen witwe ) de Franz Josef Gottlieb avec Karin Dor
La revoltosa – de José Díaz Morales avec Teresa Lorca
Gli eroi del West / Los héroes del Oeste – de Steno avec Silvia Solar
Billy le Kid ( fuera de la ley / Billy the Kid ) de León Klimovsky avec George Martin
Alféreces provisionales / Un puente sobre el tiempo – de José Luis Merino avec Alfredo Mayo
Un tiro por la espalda – de Antonio Román avec Perla Cristal
Monsieur de la Salle ( el señor de la Salle ) de Luis César Amadori avec Mel Ferrer
1964L’ange noir du Mississippi / Lynchage à Golden City ( bienvenido, padre Murray / black angel of the Mississippi ) de Ramón Torrado avec Howard Vernon
Le salaire du crime ( el salario del crimen ) de Julio Buchs avec Françoise Brion
Historias de la televisión – de José Luis Sáenz de Heredia avec Alfredo Landa
À l’assaut du fort Worth / À l’assaut de Fort Texan ( gli eroi di Fort Worth / el séptimo de caballería / assault on Fort Texan / charge of the seventh cavalery / heroes of Fort Worth ) de Alberto De Martino avec Edmund Purdom
Muere una mujer – de Mario Camus avec Gisia Paradis
1965Texas Jim ( los cuatreros ) de Ramón Torrado avec Frank Latimore
Más bonita que ninguna – de Luis César Amadori avec Rocío Dúrcal
077 espionnage à Tanger ( Marc Mato, agente S. 077 ) de Gregg G. Tallas avec Luis Dávila
Opération lotus bleu ( agente 077 missione Bloody Mary / agent 077 – Mission Bloody Mary / agente 077 / misión Bloody Mary / mission Bloody Mary / la muerte espera en Atenas / operación loto azul ) de Sergio Grieco avec Ken Clark
Fureur sur le Bosphore / Pleins pouvoirs à Istanbul ( agente 077 dall‘oriente con furore / SOS agente 017 plenos poderes en Estambul / Paris-Estambul, sin regreso ) de Sergio Grieco avec Margaret Lee
Posición avanzada – de Pedro Lazaga avec Ángela Bravo
    Prix du meilleur second rôle masculin aux prix du syndicat national du spectacle, Espagne

Mi canción es para ti – de Ramón Torrado avec Manolo Escobar
Et pour quelques dollars de plus ( per qualche dollaro in più ) de Sergio Leone avec Clint Eastwood
Surcouf, le tigre des sept mers ( Surcouf, d’eroe dei sette mari / el tigre de los siete mares / the fighting corsair / the sea pirate ) de Sergio Bergonzelli & Roy Rowland avec Gérard Barray
Tonnerre sur l’Océan Indien / Tonnerre sur l’océan/ La vengeance de Surcouf / Le retour de Surcouf ( il grande colpodi di Surcouf / tormenta sobre el Pacífico ) de Sergio Bergonzelli avec Antonella Lualdi
Fantasía... 3 – de Eloy de la Iglesia avec Magda Rotger
    Segment « Los tres pelos del diablo »
Opération Dalila ( operción Delilah / operation Dalila ) de Luis de los Arcos avec Rory Calhoun
Le secret du capitaine O’Hara ( el secreto del capitán O’Hara / il segreto di Ringo) de Arturo Ruiz Castillo avec Germán Cobos
1966L’affaire Lady Chaplin / Mission spéciale Lady Chaplin ( missione speciale Lady Chaplin / operación Lady Chaplin / Operation Lady Chaplin ) de Alberto De Martino & Sergio Grieco avec Daniela Bianchi
Querido profesor / Mi querido profesor – de Javier Setó avec Irene Gutiérrez Caba
L’homme qui a tué Billy the Kid ( el hombre que mató a Billy el Niño / ...e divenne il più spietato bandito del sud / a few bullets more / I’ll kill him and return alone / the man who killed Billy the Kid ) de Julio Buchs avec Peter Lee Lawrence
Le canard en fer blanc – de Jacques Poitrenaud avec Roger Hanin
Las cicatrices – de Pedro Lazaga avec Conchita Núñez
Superargo contre les robots / L’invincible Superman ( il re dei criminali / l’invincible Superman / the king of criminals / Superargo / Superargo and the faceless giants / Superargo the giant / Superargo, el gigante ) de Paolo Bianchini avec Guy Madison
1967Operación cabaretera – de Mariano Ozores avec José Luis López Vázquez
Pero... ¿ en qué país vivimos ? – de José Luis Sáenz de Heredia avec Gracita Morales
Quinze potences pour un salopard ( quindici forche per un assassino / quince horcas para un asesino ) de Nunzio Malasomma avec Craig Hill
Amore en el aire – de Luis César Amadori avec Fernando Rey
Agonizando en el crimen – de Enrique López Eguiluz avec Ángel Soler
1968Clayton l’implacable ( lo voglio morto / lo quiero muerto ) de Paolo Bianchini avec Lea Massari
Los que tocan el piano – de Javier Aguirre avec Tony Leblanc
La dinamita está servida – de Fernando Merino avec Laura Valenzuela
La esclava del paraíso – de José María Elorrieta avec Luciana Paluzzi
Juicio de faldas – de José Luis Sáenz de Heredia avec Concha Velasco
Susana – de Mariano Ozores avec Juanjo Menéndez
El último día de la guerra – de Juan Antonio Bardem avec George Maharis
1969Soltera y madre en la vida – de Javier Aguirre avec Lina Morgan
Educando a una idiota – de Ramón Torrado avec Conchita Núñez
Tengo que abandonarte – de Antonio del Amo avec Ana María Mendoza
Con ella llegó el amor – de Ramón Torrado avec Rafaela Aparicio
La résidence / Horreur au pensionnat ( la residencia ) de Narciso Ibáñez Serrador avec Lilli Palmer
Le reliquaire ( el relicario ) de Rafael Gil avec Carmen Sevilla
1970La tonta del bote – de Juan de Orduña avec Lina Morgan
Los hombres las prefieren viudas – de León Klimovsky avec María Isbert
Don Erre que erre – de José Luis Sáenz de Heredia avec Paco Martínez Soria
    Prix du meilleur second rôle masculin aux prix du syndicat national du spectacle, Espagne

La orilla – de Luis Lucia avec Julián Mateos
La montaña rebelde – de Ramón Torrado avec Tamy Saad
1971Les pirates de l’île verte ( los corsarios / i pirati dell’isola verde ) de Ferdinando Baldi avec Annabella Incontrera
Les amants du diable ( las amantes del diablo / i diabolici convegni ) de José María Elorrieta avec Krista Nell
Una chica casi decente – de Germán Lorente avec Rocío Jurado
Ça va chauffer, Sartana revient ! ( un dolar para Sartana / manos arriba, cadaver, estas detenido / su le mani cadavere ! Sei in arresto) de León Klimowski avec Peter Lee Lawrence
Nada menos que todo un hombre – de Rafael Gil avec Francisco Rabal
¡ Qué noche de bodas, chicas ! – de Fernando Merino avec Manuel Alexandre
1972Le manoir aux filles / Cette maudite maison à côté de la champignonnière ( ragazza tutta nuda assassinata nel parco / joven de buena familia sospechosa de asesinato ) de Alfonso Brescia avec Irina Demick
Ricco ( un tipo con una faccia strana ti cerca ucciderti / ajuste de cuentas / cauldron of death / the dirty mob / Gangland / mean machine ) de Tulio Demicheli avec Arthur Kennedy
Proceso a Jesús – de José Luis Sáenz de Heredia avec Diana Lorys
1973Vida conyugal sana – de Roberto Bodegas avec Ana Belén
El mejor alcalde, el rey – de Rafael Gil avec Ray Lovelock
1975Solo ante el streaking – de José Luis Sáenz de Heredia avec Lina Canalejas
El caballero de la mano en el pecho – de Juan Guerrero Zamora avec José María Prada
1976Adulterio a la española – de Arturo Marcos avec Elisa Ramírez
Batida de raposas – de Carlos Serrano avec Maria Perschy
1978La boda del señor cura – de Rafael Gil avec José Sancho
1982Las autonosuyas – de Rafael Gil avec Ismael Merlo
AUTRES PRIX :
      
    Prix du Meilleur acteur de la télévision nationale aux Prix Ondas de Barcelone, Espagne ( 1969 )
Fiche créée le 26 septembre 2016 | Modifiée le 26 septembre 2016 | Cette fiche a été vue 597 fois
PREVIOUSDorothée Blanck || Tomás Blanco || Sally BlaneNEXT