CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Corinne Calvet
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Van Heflin



Date et Lieu de naissance : 13 décembre 1910 (Walters, Oklahoma, USA)
Date et Lieu de décès : 23 juillet 1971 (Hollywood, Californie, USA)
Nom Réel : Emmett Evan Heflin Jr.

ACTEUR
Image
1941 Johnny, roi des voleurs (Johnny Eager) de Mervyn LeRoy avec Robert Taylor & Lana Turner
Image
1952 L’homme des vallées perdues (Shane) de George Stevens avec Alan Ladd & Jean Arthur
Image
1957 Trois heures dix pour Yuma (3 :10 to Yuma) de Delmer Daves avec Glenn Ford & Felicia Farr
Image
1960 L’épave (il relitto) de Michael Cacoyannis avec Ellie Lambetti, Franco Fabrizi & Fosco Giachetti

Van Heflin est un grand, un très grand acteur, méconnu et souvent dédaigné par la critique et le public. Et pourtant, cet homme solide, au regard intense, n’a pas son pareil pour exprimer ce qui est le plus délicat pour un comédien, la simple humanité d’un homme ordinaire. Van Heflin, qui est né à Walters, en Oklahoma, le 13 décembre 1910, commence par faire du théâtre, d’abord à l’Université, où il s’inscrit aux cours de la Yale Dramatic School. Au début des années 1930, il fait partie d’une troupe itinérante en Pennsylvanie et finit par créer sa propre compagnie, à Denver. Après un premier essai, en 1928, ce sont ensuite les vrais débuts à Broadway, en 1934, dans une pièce de Ruth Langner, avec Jean Arthur. Pendant trente ans, Van Heflin reste fidèle à la scène, interprétant notamment, toujours à Broadway, la célèbre pièce de Philip Barry «The Philadelphia story» (1939/40) avec Katharine Hepburn et Joseph Cotten, et aussi «A view from the bridge» (1955) de Arthur Miller.

Au cinéma, où il débute en 1936, il s’impose peu à peu et, dès le milieu des années 1940, obtient des rôles principaux, sans jamais devenir une star. Peut-être parce que ses rôles emblématiques sont ceux de gens simples et qu’il a su leur conférer une telle vérité qu’on a fini par oublier l’acteur. On ne se souvient pas toujours de Van Heflin, mais on n’a pas oublié Joe Starret, le rancher de «L’homme des vallées perdues» (1952), qui doit lutter, avec l’aide de Alan Ladd, contre un tueur patibulaire engagé par des éleveurs voisins et on se rappelle aussi Dan Evans, le fermier qui , dans «Trois heures dix pour Yuma» (1957), doit se battre contre un sol ingrat et acheminer un bandit dangereux, Glenn Ford, vers le train.

Il y a, au fond de la prunelle de Van Heflin, comme un éclat d’angoisse et c’est peut-être pour cela qu’au cinéma il est souvent victime des hommes ou du destin. Ainsi, dans «La possédée» (1947) de Curtis Bernhardt, est-il tué par une Joan Crawford à demi folle et jalouse de sa belle-fille. C’est aussi la haine que lui voue Robert Ryan qui, dans «Acte de violence» (1948) de Fred Zinnemann, persuadé de la lâcheté de Van Heflin durant la guerre, provoque sa mort brutale. Dans son dernier film, «Airport» (1969) de George Seaton, il incarne un chômeur désespéré qui, pour permettre à sa femme de toucher sa police d’assurance-vie, a prévu de faire exploser l’avion dans lequel il a pris place. Même quand il est du côté de l’ordre, il cède à l’ambiguïté. Comme ce détective de «Ville haute, ville basse» (1949) de Mervyn LeRoy, qui, enquêtant sur la mort de la maîtresse de James Mason - Ava Gardner - tombe amoureux de sa femme ou ce policier corrompu qui, dans «Le rôdeur» (1950) de Joseph Losey, ourdit une machination pour s’emparer de la fortune d’un animateur de radio. Van Heflin a aussi incarné des personnages célèbres, tirés d’œuvres littéraires, comme l’Athos des «Trois mousquetaires» (1948) de George Sidney ou, dans le «Madame Bovary» (1949) de Vincente Minnelli, un extraordinaire Charles Bovary, ou bien de l’Histoire comme Pougatchev, révolté contre la Grande Catherine dans «La tempête» (1958) de Alberto Lattuada.

Sur le petit écrans, on l’a vu dans des séries comme «Playhouse 90» (1957/60) ou «The Dick Powell show» (1961) dans lesquelles il joue des militaires, ou dans des téléfilms comme «Neither are we enemies» (1970), où il incarne Joseph d’Arimathie. Victime d’un malaise cardiaque alors qu’il nage dans sa piscine d’Hollywood, Van Heflin décède le 23 juillet 1971.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1936La rebelle ( a woman rebels ) de Mark Sandrich avec Katharine Hepburn
1937La ville de l’or / Les exilés de Poker Flat ( the outcasts of Poker Flat ) de Christy Cabanne avec Jean Muir
Flight from glory – de Lew Landers avec Whitney Bourne
Annapolis salute / Salute to romance – de Christy Cabanne avec Marsha Hunt
Les héros du samedi ( Saturday’s heroes ) de Edward Killy avec Marian Marsh
1938La marque du destin / Frankie ( back door to heaven ) de William K. Howard avec Aline MacMahon
1940La piste de Santa Fé / La terre des révoltés ( Santa Fe Trail ) de Michael Curtiz avec Olivia de Havilland
1941Quand une femme s’en mêle ( the feminine touch ) de W.S. Van Dyke avec Rosalind Russell
Souvenirs ( H.M. Pulham, Esq. ) de King Vidor avec Hedy Lamarr
    + chansons
Johnny, roi des voleurs / Johnny, roi des gangsters ( Johnny Eager ) de Mervyn LeRoy avec Lana Turner
    Oscar du meilleur second rôle masculin, USA
1942L’assassin au gant de velours ( kid glove killer ) de Fred Zinnemann avec Marsha Hunt
Grand Central murder – de S. Sylvan Simon avec Cecilia Parker
Sept amoureuses ( seven sweethearts / tulip time ) de Frank Borzage avec Kathryn Grayson
Tennessee Johnson ( the man on American’s conscience ) de William Dieterle avec Ruth Hussey
1943Lily Mars, vedette ( presenting Lily Mars ) de Norman Taurog avec Judy Garland
CM Screen snapshots series 23, No. 1: Hollywood in uniform – de Ralph Staub avec Gene Autry
    Seulement apparition
1944 CM Land and live in the jungle – de ? avec Mel Ford
CM Land and live in the desert – de ? avec Craig Stevens
    Seulement voix & narration
1946L’emprise du crime ( the strange love of Martha Ivers ) de Lewis Milestone avec Barbara Stanwyck
La pluie qui chante ( till the clouds rolls by ) de Richard Whorf avec Lena Horne
1947La possédée ( possessed ) de Curtis Bernhardt avec Joan Crawford
    + chansons
Le pays du dauphin vert ( Green Dolphin Street ) de Victor Saville avec Donna Reed
L’indomptée ( B.F.’s daughter / Polly Fulton ) de Robert Z. Leonard avec Barbara Stanwyck
1948Le sang de la terre / Et tant que la terre vivra / L’héroïque résistance ( tap roots ) de George Marshall avec Susan Hayward
Les trois mousquetaires ( the three musketeers ) de George Sidney avec June Allyson
Acte de violence ( act of violence ) de Fred Zinnemann avec Mary Astor
DO The secret land – de ? avec Chester W. Nimitz
    Seulement voix & narration
1949Madame Bovary – de Vincente Minnelli avec Jennifer Jones
Ville haute, ville basse ( east side, west side ) de Mervyn LeRoy avec Ava Gardner
DO Some of the best: Twenty-Five years of motion picture leadership – de ? avec Lionel Barrymore
    Seulement apparition
1950La révolte des Sioux ( Tomahawk / battle of Powder River ) de George Sherman avec Yvonne De Carlo
Le rôdeur ( the prowler ) de Joseph Losey avec Evelyn Keyes
1951Parents apprivoisés ( week-end with father ) de Douglas Sirk avec Patricia Neal
Mon fils John ( my son John ) de Leo McCarey avec Helen Hayes
1952Au sud d’Alger ( south of Algiers / the golden mask ) de Jack Lee avec Wanda Hendrix
L’homme des vallées perdues ( Shane ) de George Stevens avec Jean Arthur
1953Révolte au Mexique / Les ailes du vautour ( wings of the hawk ) de Budd Boetticher avec Julia Adams
Tanganyika – de André De Toth avec Ruth Roman
1954Le raid / Par le feu et par l’épée ( the raid ) de Hugo Fregonese avec Anne Bancroft
Les femmes mènent le monde ( woman’s world / a woman’s world ) de Jean Negulesco avec Lauren Bacall
La veuve noire ( black widow ) de Nunnally Johnson avec Ginger Rogers
Le cri de la victoire ( battle cry ) de Raoul Walsh avec Dorothy Malone
CM Screen snapshot : Memories in uniform – de Ralph Staub avec Clark Gable
    Seulement apparition
1955L’étreinte du destin ( count three and pray / the Calico Pony ) de George Sherman avec Joanne Woodward
Les rapaces ( patterns / patterns of power ) de Fielder Cook avec Beatrice Straight
1957Trois heures dix pour Yuma ( 3 :10 to Yuma ) de Delmer Daves avec Glenn Ford
1958Le salaire de la violence ( gunman’s walk ) de Phil Karlson avec Tab Hunter
La tempête ( la tempesta / tempest ) de Alberto Lattuada avec Silvana Mangano
1959Ceux de Cordura / Les héros de Cordura ( they came to Cordura ) de Robert Rossen avec Rita Hayworth
Cinq femmes marquées ( five banded women / Jovanka e le altre ) de Martin Ritt avec Jeanne Moreau
1960Sous dix drapeaux ( sotto dieci bandiere ) de Duilio Coletti avec Mylène Demongeot
L’épave ( il relitto ) de Michael Cacoyannis avec Ellie Lambetti
1963Une fille dans la bataille ( cry of battle / to be a man ) de Irving Lerner avec Rita Moreno
1964La plus grande histoire jamais contée ( the greatest story ever told ) de George Stevens avec Max von Sydow
1965Les tueurs de San Francisco ( on a thief ) de Ralph Nelson avec Ann-Margret
La diligence vers l’Ouest / Ringo Kid ( stagecoach ) de Gordon Douglas avec Bing Crosby
1967The man outside – de Samuel Gallu avec Peter Vaughan
1967Chacun pour soi ( ognuso per se / das gold von Sam Cooper / Sam Cooper’s gold / the goldseekers / each man for himself / each one for himself / the ruthless four ) de Giorgio Capitani avec Gilbert Roland
1968Une si belle garce ( the big bounce ) de Alex March avec Ryan O’Neal
1969Airport – de George Seaton avec Jacqueline Bisset
Fiche créée le 18 octobre 2011 | Modifiée le 27 janvier 2015 | Cette fiche a été vue 3145 fois
PREVIOUSJohannes Heesters || Van Heflin || Paul HeidemannNEXT