CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Georgia Hale
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Victor Boucher



Date et Lieu de naissance : 24 août 1877 (Rouen, France)
Date et Lieu de décès : 21 février 1942 (Ville-d’Avray, France)
Nom Réel : Victor Louis Armand Boucher

ACTEUR
Image
1930 La douceur d’aimer – de René Hervil avec Renée Devillers, Henri Bosc & Simone Bourday
Image
1935 Bichon – de Fernand Rivers avec Marguerite Deval, Marcel Vallée, Dolly Davis & Rivers Cadet
Image
1936 L’habit vert – de Roger Richebé avec Elvire Popesco, Jules Berry, André Lefaur & Pierre Larquey
Image
1941 Ce n’est pas moi – de Jacques de Baroncelli avec Ginette Leclerc, Jean Tissier & Léon Bélières

Victor Boucher voit le jour à Rouen, le 24 août 1877, à Rouen dans la grande ville normande. Après son certificat d’études le jeune Victor travaille comme aide-comptable. Mais il fait en parallèle ses premiers pas sur scène en amateur. Au tout début du vingtième siècle, il se décide à franchir le pas et s’installe à Paris où il décroche un premier contrat dans un théâtre de boulevard. Précis, élégant, au comique s’appuyant sur les quiproquos, il obtient vite le succès et rentre dans la compagnie de Lucien Guitry. Il est mobilisé pendant la première guerre mondiale d’où il reviendra décoré de la croix de guerre. La paix revenue, il reprend son métier de comédien et triomphe dans tous les grands succès de l’époque. Il devient en 1927 directeur du célèbre théâtre de la Michodière. .

Côté cinéma, Victor Boucher participe à deux tournages au temps du muet. Mais ses expériences restent sans lendemain jusqu’à l’avènement du parlant et sa participation, en 1930, au film de René Hervil «La douceur d’aime » avec Renée Devillers et Alexandre Mihalesco, incontournable second rôle de l’époque, mais aussi Arletty dont c’est l’un de ses premières interprétations cinématographiques. En 1932, toujours sous la direction de René Hervil, Victor Boucher reprend, à l’écran, une pièce où il a triomphé pendant plusieurs années «Les vignes du seigneur» d’après l’œuvre de Francis de Croisset et Robert de Flers. Fort de ce succès, il tourne en 1933, l’adaptation par Robert Siodmak de la pièce de Edouard Bourdet «Le sexe faible» avec notamment Pierre Brasseur, Marguerite Moreno et Mireille Balin encore débutante. Victor Boucher qui approche de la soixantaine, va tourner dès lors une quinzaine de films, généralement tirés de pièces, souvent de boulevard, qu’il a lui-même créées à la scène. Grâce à son grand professionnalisme il marque indubitablement de sa présence les films de l’époque. Et pourtant les rôles qu’il doit interpréter sont souvent ceux de personnages effacés face à de grandes personnalités. Il forme ainsi un duo contrasté des plus efficaces avec Elvire Popesco dans «L’amant de Madame Vidal» (1935) de André Berthomieu et dans «L’habit vert» (1936) adapté pour l’écran par Roger Richebé. En 1939, le comédien retrouve la célèbre actrice roumaine dans «Ils étaient neuf célibataires» (1939) où Sacha Guitry parle déjà de mariages blancs pour des étrangères voulant rester en France. Par contre, alors que Victor Boucher avait créé le rôle sur les planches, Claude Autant-Lara, toujours la même année, préfère embaucher à sa place Fernandel pour lui faire jouer le héros naïf de «Fric Frac» face aux escrocs que sont Arletty et Michel Simon. Enfin juste avant l’invasion allemande, Victor Boucher est encore l’époux de «La Popesco» dans «Le bois sacré» (1939) avec Gaby Morlay et Marcel Dalio.

Pendant l’occupation les spectateurs le verront encore dans une oeuvre de Marc Allégret «Parade en sept nuits» (1941) au sujet original d’un chien, enfermé à la fourrière, qui raconte ses aventures avec les humains; et dans «Ce n’est pas moi» réalisé par Jacques de Baroncelli, avec Jean Tissier où un banquier et un artiste peintre qui se ressemblent échangent leur état-civil.

Mais le 21 février 1942 Victor Boucher décède d’une hémorragie cérébrale à Ville d’Avray en région parisienne. Le souvenir de ce grand acteur de théâtre nous reste cependant grâce aux quelques films qu’il a pu tourner.

© Caroline HANOTTE

copyright
1913La petite chocolatière – de André Liabel avec Gilbert Dalleu
1914L’idée de Françoise – de Emile Chautard avec Renée Sylvaire
1930La douceur d’aimer – de René Hervil avec Renée Devillers
1931Gagne ta vie – de André Berthomieu avec Dolly Davis
1932Les vignes du seigneur – de René Hervil avec Jean Dax
1933Le sexe faible – de Robert Siodmak avec Marguerite Moreno
1934Votre sourire – de Pierre Caron avec Marie Glory
La banque Nemo – de Marguerite Viel & Jean Choux avec Mona Goya
1935Bichon – de Fernand Rivers avec Clara Tambour
L’amant de madame Vidal – de André Berthomieu avec Louis Florencie
1936L’habit vert – de Roger Richebé avec Pierre Larquey
Faisons un rêve – de Sacha Guitry avec Raimu
1937Chipée – de Roger Goupillères avec Andrée Guize
1938Le train pour Venise – de André Berthomieu avec Huguette Duflos
1939Le bois sacré – de Léon Mathot avec Gaby Morlay
Ils étaient neuf célibataires – de Sacha Guitry avec Elvire Popesco
1940Parade en sept nuits – de Marc Allégret avec Jean-Louis Barrault
1941Ce n’est pas moi – de Jacques de Baroncelli avec Ginette Leclerc
Fiche créée le 13 octobre 2006 | Modifiée le 16 juillet 2016 | Cette fiche a été vue 6670 fois
PREVIOUSHedi Bouchenafa || Victor Boucher || Chili BouchierNEXT