CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Rikar Gil
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Viola Dana



Date et Lieu de naissance : 26 juin 1897 (Brooklyn, New York, USA)
Date et Lieu de décès : 3 juillet 1987 (Woodland Hills, Californie, USA)
Nom Réel : Virginia Flugrath

ACTRICE
Image
1916 The flower of no man’s land – de John H. Collins avec Ducan McRae, Harry C. Browne & Mitchell Lewis
Image
1920 The off-shore pirate – de Dallas M. Fitzgerald avec Jack Mulhall, Edward Jobson & Edward Cecil
Image
1922 Seeing’s believing – de Harry Beaumont avec Allan Forrest, Gertrude Astor & Josephine Crowell
Image
1926 Bigger than Barnum’s – de Ralph Ince avec Ralph Lewis, George O’Hara, Ralph Ince & Lucille Mendez

Les sœurs Flugarth, Edna la plus âgée, Viola la cadette et Shirley la benjamine, ont toutes les trois pris des cours de danse et sont devenues des actrices. Viola, née le 26 juin 1897 à Brooklyn dans l’état de New-York, sera la plus connue, dans le monde du spectacle. La famille Flugrath, dont le père est imprimeur, vit près des studios Edison, et c’est grâce à leur mère que les trois filles sont embauchées par Edison Studios. Au début de sa carrière, elle se produit sur scène comme danseuse et actrice de vaudeville, puis au cinéma, en 1910, sous son véritable patronyme. C’est Eleanor Gates, auteur de «La pauvre petite fille riche» (1913), une pièce dans laquelle elle apparaît à l’Hudson Theatre, qui la surnomme Viola Dana.

Son premier mari, John H. Collins qu’elle à rencontré aux studios Edison, la met en scène dans le mélodrame «Children of Eve» (1915), elle y est la fille du propriétaire d’un magasin miteux, sans issue de secours, qui emploie des jeunes travailleuses, un incendie se déclare, elle aide les filles à s’échapper mais pris au piège, elle perd la vie. Dans le drame «The innocence of Ruth» (1915), après la mort de son père, elle est placée sous la tutelle d’un jeune et riche célibataire, un jour ce dernier tente de la violée, elle est sauvé par Jimmy, Edward Earle, et les deux jeunes gens trouvent l’amour. En 1916, dans «The cossack whip» de John H. Collins, elle est Darya la sœur de Katerina qui a été fouettée à mort par une bande de cosaques, ayant réussit à leur échapper, elle jure de la venger. Elle campe une japonaise amoureuse d’un anglais, séparés par la guerre, elle espère son retour dans «La légende du saule» (1919) de Henry Otto. Dans «Love in the dark» (1922) un mélodrame de Harry Beaumont, elle est Mary une orpheline engagée dans une famille de voleurs pour s’occuper de leur petit garçon.

Lasse de se voir offrir toujours les mêmes personnages, Viola Dana quitte La MGM et tourne pour la Paramount Pictures, la comédie «Les gaîtés du cinéma» (1924) de James Cruze, l’adaptation d’une pièce de George S. Kaufman et Marc Connelly, elle y est Flips une star de l’écran qui aide Glenn Hunter à devenir une vedette de cinéma, une idylle amoureuse naît entre eux deux. Dans le mélodrame «Wild Oats Lane» (1925) de Marshall Neilan, la veille de leur mariage, son fiancé, Robert Agnew, est emmené en prison pour avoir commis un vol, perdue, elle tombe dans la prostitution, mais un prêtre va l’aider a s’en sortir, libéré, son prétendant revient vers elle et le prêtre les marient. Dans «Bigger than Barnum’s» (1926) de Ralph Ince, elle est Juanita, voltigeuse dans un cirque qui travaille sans filet pour attirer davantage de clients, mais un jour le drame se produit.

Le cinéma parlant ralentit sa carrière, sa voix fluette ne correspond pas à son image. Elle fait encore forte impression dans «La dévoyée» (1928) de Scott Pembroke, où elle joue deux sœurs jumelles, l’une est un bandit féminin audacieux, l’autre une fille douce et vertueuse, toutes les deux sont soupçonnées quand un meurtre est commis. Le rideau se ferme en 1929 après «Une heure splendide» de Burton L. King, où elle incarne une fille casse-cou à la recherche de sensations fortes. Par deux fois, elle sort de sa retraite pour apparaître dans des épisodes des séries télévisées «Lux Video Theatre» (1959) et «My three sons» (1963). Elle décède à l’age de 90 ans. En seconde noce, Viola Dana épousa le joueur de football américain Lefty Flynn. Son troisième mari fut le joueur de golf professionnel Jimmy Thomson.

© Gary RICHARDSON

copyright
1910 CM A Christmas Carol – de J. Searle Dawley, Charles Kent & Ashley Miller avec Marc McDermott
1911 CM Children who labor – de Ashley Miller avec Herbert Yost
1912 CM The butler and the maid – de ? avec Harry Beaumont
CM How father accomplished his work – de ? avec William Wadsworth
CM The lord and the peasant – de J. Searle Dawley avec Augustus Phillips
CM The third Thanksgiving – de J. Searle Dawley avec Charles Ogle
1914 CM Molly the drummer boy – de Georg Lessey avec Edwin Clarke
CM Treasure trove – de Ashley Miller avec Edward Boulden
CM The blind fiddler – de Richard Ridgely avec Bigelow Cooper
CM The adventure of the hasty elopement – de Charles M. Seay avec Julian Reed
CM Seth’s sweetheart – de Charles Ransom avec William Wadsworth
CM Who goes there ? – de Ashley Miller avec Walter Perkins
CM The champion process server – de Charles Ransom avec Arthur Housman
CM Lena – de Charles M. Seay avec Dan Mason
CM A thorn among roses – de ? avec Harry Linson
CM The stone heart – de John H. Collins avec Augustus Phillips
CM The glory of Clementina – de Ashely Miller avec Robert Brower
CM A spiritual elopement – de Charles Ransom avec William Wadsworth
1915The house of the lost court – de Charles Brabin avec Robert Conness
Cohen’s luck – de John H. Collins avec Johnnie Walker
On dangerous paths – de John H. Collins avec William West
Gladiola – de John H. Collins avec Charles Sutton
Children of Eve / Fifty-Fifty Mamie – de John H. Collins avec Tom Blake
The innocence of Ruth – de John H. Collins avec Edward Earle
CM The portrait in the attic – de John H. Collins avec William Betchell
CM A theft in the dark – de Charles Brabin avec Marc McDermott
CM The stoning – de Charles Brabin avec Charles Sutton
CM The slavey student – de John H. Collins avec Pat O’Malley
CM Her happiness – de Harry Beaumont avec Charles Sutton
1916The flower of no man’s land – de John H. Collins avec Ducan McRae
The light of happiness – de John H. Collins avec George D. Melville
The gates of eden – de John H. Collins avec Robert Walker
The cossack whip – de John H. Collins avec Richard Tucker
Threads of fate – de Eugene Nowland avec Augustus Phillips
Rosie O’Gradie – de John H. Collins avec James Harris
1917The mortal sin – de John H. Collins avec Henry Leone
God’s law and man’s – de John H. Collins avec Frank Currier
Lady Barnacle – de John H. Collins avec Fred Jones
Aladdin’s other lamp – de John H. Collins avec Robert Walker
The girl without a soul – de John H. Collins avec Fred C. Jones
Blue Jeans – de John H. Collins avec Clifford Bruce
The winding trail – de John H. Collins avec Hayward Mack
Rêve brisé ( a weaver of dreams ) de John H. Collins avec Mildred Davis
1918Breakers ahead – de Charles Brabin avec Russell Simpson
Riders of the night – de John H. Collins avec Monte Blue
The only road – de Frank Reicher avec Casson Ferguson
Opportunity – de John H. Collins avec Hale Hamilton
Flower of the dusk – de John H. Collins avec Howard Hall
The gold cure – de John H. Collins avec John McGowan
1919Satan Junior – de Herbert Blaché & John H. Collins avec George King
The parisian tigress – de Herbert Blaché avec Darrell Foss
False evidence – de Edwin Carewe avec Wheeler Oakman
Some bride – de Henry Otto avec Irving Cummings
The microbe – de Henry Otto avec Kenneth Harlan
Please get married – de John Ince avec Harry Todd
La légende du saule ( the willow tree ) de Henry Otto avec Edward Connolly
1920Dangerous to men – de Dallas M. Fitzgerald avec Milton Sills
The chorus girl’s romance – de William C. Dowlan avec William Quinn
Blackmail – de Dallas M. Fitzgerald avec Edward Cecil
Cinderella’s twin – de Dallas M. Fitzgerald avec Wallace MacDonald
The off-shore pirate – de Dallas M. Fitzgerald avec Jack Mulhall
1921Puppets of fate – de Dallas M. Fitzgerald avec Edward Kennedy
Home stuff – de Albert H. Kelley avec Tom Gallery
Life’s darn funny – de Dallas M. Fitzgerald avec Gareth Hughes
The match-breaker – de Dallas M. Fitzgerald avec Jack Perrin
There are no villains – de Bayard Veiller avec Gaston Glass
Fourteenth lover – de Harry Beaumont avec Jack Mulhall
Glass house – de Harry Beaumont avec John Steppling
1922Seeing’s believing – de Harry Beaumont avec Allan Forrest
They like’em rough – de Harry Beaumont avec W.E. Lawrence
The five dollar baby – de Harry Beaumont avec Ralph Lewis
June madness – de Harry Beaumont avec Bryant Washburn
Love in the dark – de Harry Beaumont avec John Harron
CM Screen snapshots, series 3, No. 17 – de ? avec William Farnum
    Seulement apparition
1923Crinoline and romance – de Harry Beaumont avec Claude Gillingwater
Her fatal millions – de William Beaudine avec Huntley Gordon
Rouged lips – de Harold M. Shaw avec Tom Moore
Hollywood / Joligud – de James Cruze avec George K. Arthur
    Seulement apparition
The social code – de Oscar Apfel avec Malcolm McGregor
In search of a thrill – de Oscar Apfel avec Warner Baxter
A noise in Newboro – de Harry Beaumont avec David Butler
The heart of a bandit / The heart bandit – de Oscar Apfel avec Milton Sills
CM Screen snapshots, series 3, No. 17 – de ? avec Milton Sills
    Seulement apparition
1924Don’t doubt your husband – de Harry Beaumont avec John Patrick
Le prix de beauté ( the beauty prize ) de Lloyd Ingraham avec Eddie Phillips
Revelation – de George D. Baker avec Lew Cody
Les gaietés du cinéma ( Merton of the movies ) de James Cruze avec Glenn Hunter
Open all night / One parisian night – de Paul Bern avec Adolphe Menjou
Une femme d’affaires ( along came Ruth ) de Edward F. Cline avec Tully Marshall
As man desires – de Irving Cummings avec Milton Sills
Raymond, le chien et la jarretière ( forty winks ) de Frank Urson & Paul Iribe avec William Boyd
CM Screen snapshots, series 4, No. 10 – de ? avec Mabel Balin
    Seulement apparition
1925The necessary evil – de George Archainbaud avec Ben Lyon
Terre maudite ( winds of chance ) de Frank Lloyd avec Hobart Bosworth
The great love – de Marshall Neilan avec Robert Agnew
Wild Oats Lane – de Marshall Neilan avec George Barnum
CM Screen snapshots No. 2 – de ? avec Clarence Brown
    Seulement apparition
CM Screen snapshots, series 5, No. 14 – de ? avec Douglas Fairbanks
    Seulement apparition
1926Bigger than Barnum’s – de Ralph Ince avec Ralph Lewis
Kosher Kitty Kelly – de James W. Horne avec Tom Forman
The ice flood – de George B. Seitz avec Kenneth Harlan
The silent lover – de George Archainbaud avec Charles Murray
Le gagnant du Derby ( bred in old Kentucky ) de Edward Dillon avec Jerry Miley
Home struck – de Ralph Ince avec Alan Brooks
1927Salvation Jane – de Phil Rosen avec J. Parks Jones
Naughty Nanette – de James Leo Meehan avec Eddie Brownell
Lure of the night club – de Tom Buckingham avec Robert Ellis
La madone des sandwiches ( that certain thing ) de Frank Capra avec Ralph Graves
1928La dévoyée ( two sisters ) de Scott Pembroke avec Boris Karloff
1929One splendid hour / Her mad adventure – de Burton L. King avec George Periolat
The show of shows – de John G. Adolfi avec Richard Barthelmess
    Seulement apparition
1932 CM Encore roulés ( foiled again ) de Charles Lamont avec Jack Duffy
1933 CM The strange case of Poison Ivy – de Lester Neilson
1980 DO Hollywood – de Kevin Brownslow & David Gill avec King Vidor
    Seulement apparition
1986 DO Buster Keaton : A hard act to follow – de Kevin Brownlow & David Gill avec Claude Autant-Lara
    Seulement apparition
Fiche créée le 19 octobre 2011 | Modifiée le 12 janvier 2019 | Cette fiche a été vue 4045 fois
PREVIOUSVic Damone || Viola Dana || Maurizio d’AncoraNEXT