CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Luis Arroyo
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Wendell Corey



Date et Lieu de naissance : 20 mars 1914 (Dracut, Massachusetts, USA)
Date et Lieu de décès : 8 novembre 1968 (Woodland Hills, Californie, USA)
Nom Réel : Wendell Reid Corey

ACTEUR
Image
1949 La femme à l’écharpe pailletée (Thelma Jordon) de Robert Siodmak avec Barbara Stanwyck & Paul Kelly
Image
1951 Tonnerre sur le Pacifique (the wild blue yonder) de Allan Dwan avec Vera Ralston & Forrest Tucker
Image
1954 Fenêtre sur cour (rear window) de Alfred Hitchcock avec Grace Kelly & James Stewart
Image
1955 Le brave et le téméraire (the bold and the brave) de Lewis R. Foster avec Nicole Maurey & Mickey Rooney

Wendell Corey est né à Dracut, dans le Massachusetts, le 20 mars 1914. Très attiré par le théâtre, il participe à des représentations d’été et travaille, dans les années 1930, pour le «Federal Theatre Project», qui fait partie du «Work Progress Administration», une des nombreuses agences gouvernementales qui, à l’époque du New Deal, s’efforcent de donner du travail aux chômeurs. En 1942, il fait ses débuts à Broadway, dans «Comes the revelation» de Louis Vittes, avec Will Geer, qui fait un four, puis joue dans des succès comme «Strip for action» de Russel Crouse et Howard Lindsay, dans une mise en scène de Bretaigne Windust ou encore «The wind is ninety» (1945) avec un certain Kirk Douglas. C’est dans «Dream girl», de Elmer Rice, en 1945, qu’il est remarqué par le producteur Hal Wallis. Dès lors, commence pour l’acteur une riche et abondante carrière au cinéma.

Masque un peu froid et visage impassible, Wendell Corey est de ces acteurs qui semblent brûler d’une force intérieure, qui irradie autour d’eux. Un mouvement des lèvres ou un léger battement de paupières suffisent dès lors à exprimer une émotion qu’il n’a nullement besoin d’extérioriser. Cette présence marmoréenne confère d’ailleurs à l’acteur une aura énigmatique qui ajoute à son charme. Il ne réussit jamais à devenir une star, mais on lui confie nombre de rôles denses en intéressants. À commencer par des emplois de policiers ou de militaires: dans le très beau film noir de Robert Siodmak, «La femme à l’écharpe pailletée» (1949), il incarne un inspecteur qui tombe amoureux de Barbara Stanwyck, dont l’amant est coupable d’un meurtre, par amour pour elle, il efface les preuves et briser sa carrière. Il interprète aussi le Lieutenant Dorgan, chargé de l’enquête sur l’accident d’un jeune homme tombé d’une falaise, mais en réalité tué par son professeur, Loretta Young, qu’il essaie de violer; dans «Les mirages de la peur» (1949) de William Dieterle et dans «Au pays de la peur» (1951) de Andrew Marton, il incarne un autre policier plus sensible à ses émotions qu’à son devoir, qui se prend de sympathie pour le meurtrier (mais c’est pour les beaux yeux de Cyd Charisse!) incarné par Stewart Granger. Le voilà encore en directeur strict mais toujours humain d’un camp de prisonniers, avec James Stewart, qui incarne l’inventeur d’un nouveau fusil, dans «L’homme à la carabine» (1952) de Richard Thorpe.

Il arrive que Wendell Corey enfreigne la loi. Et d’abord en incarnant, à lui seul, les célèbres frères James, Frank d’abord, dans «Les rebelles du Missouri (1950) de Gordon Douglas, puis Jesse, dans «Ne tirez pas sur le bandit» (1958) de Norman Z. McLeod. Dans «Le tueur s’est évadé» (1955) de Budd Boetticher, il est impressionnant dans sa furie vengeresse contre le policier, incarné par Joseph Cotten, qui l’a arrêté. À partir des années 1960, Wendell Corey s’égare dans des séries B, dont les titres sont évocateurs: «Zontar the thing from Venus» (1968) ou «The astro-zombies» (1967). À la télévision, on le voit dans des séries, comme «The eleventh hour», un feuilleton médical, «Westinghouse playhouse» (1961), où il est le mari d’une star de Broadway, Nanette Fabray, «Perry Mason» ou «Les mystères de l’Ouest».

Homme de pouvoir, Wendell Corey est président de l’«Academy of Motion Pictures Arts et Sciences», de 1961 à 1963, et conseiller municipal de Santa Monica de 1956 à sa mort. Il meurt d’une cirrhose du foie le 8 novembre 1968 à Los Angeles.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1947La furie du désert ( desert fury ) de Lewis Allen avec Lizabeth Scott
L’homme aux abois ( I walk alone ) de Byron Haskin avec Kirk Douglas
1948Les anges marqués ( the search ) de Fred Zinnemann avec Montgomery Clift
Le mangeur d’hommes de Kumaon ( man-eater of Kumaon ) de Byron Askin avec Sabu
Raccrochez c’est une erreur ( sorry wrong number ) de Anatole Litvak avec Burt Lancaster
Mirages de la peur ( the accused / strange deception ) de William Dieterle avec Loretta Young
1949Faites vos jeux ( any number can play ) de Mervyn LeRoy avec Clark Gable
Mariage compliqué ( holiday affair ) de Don Hartman avec Janet Leigh
La femme à l’écharpe pailletée ( Thelma Jordon / the file of Thelma Jordon ) de Robert Siodmak avec Barbara Stanwyck
La flamme qui s’éteint ( no sad songs for me ) de Rudolph Maté avec Margaret Sullavan
1950Les furies ( the furies ) de Anthony Mann avec Walter Huston
La perfide / Le mensonge d’Harriet Craig ( Harriet Craig ) de Vincent Sherman avec Joan Crawford
Les rebelles du Missouri ( the great Missouri raid ) de Gordon Douglas avec Ellen Drew
CM Screen snapshot : Thirtieth anniversary special – de Ralph Staub avec Diana Lynn
    Seulement apparition
1951Riche, jeune et jolie ( rich, young and pretty ) de Norman Taurog avec Danielle Darrieux
Tonnerre sur le Pacifique ( the wild blue yonder / thunder across the Pacific ) de Allan Dwan avec Vera Ralston
Au pays de la peur ( the wild North / the big North ) de Andrew Marton avec Cyd Charisse
1952L’homme à la carabine ( Carbine Williams ) de Richard Thorpe avec James Stewart
La femme sans loi ( my man and I ) de William A. Wellman avec Shelley Winters
La belle de la Jamaïque / Courrier pour la Jamaïque ( Jamaica run ) de Lewis R. Foster avec Arlene Dahl
1953Le tropique du désir ( laughing Anne / between the tides ) de Herbert Wilcox avec Margaret Lockwood
Les bas-fonds d’Hawaii ( hell’s half acre ) de John H. Auer avec Evelyn Keyes
1954Fenêtre sur cour ( rear window / Alfred Hitchcock’s rear window ) de Alfred Hitchcock avec Grace Kelly
Le grand couteau ( the big knife ) de Robert Aldrich avec Ida Lupino
1955Le tueur s’est évadé / Le tueur s’est échappé ( the killer is loose ) de Bud Boetticher avec Rhonda Fleming
Le brave et le téméraire / La patrouille de l’enfer ( the bold and the brave ) de Lewis R. Foster avec Nicole Maurey
CM Screen snapshots : Hollywood premiere – de Ralph Staub avec Gary Cooper
    Seulement apparition
1956Supplice des aveux ( the rak ) de Arnold Laven avec Anne Francis
Le faiseur de pluie ( the rainmaker ) de Joseph Anthony avec Katharine Hepburn
1957Amour frénétique ( loving you ) de Hal Kanter avec Elvis Presley
1958La lueur dans la forêt / Le rebelle de la prairie ( the light in the forest ) de Herschel Daugherty avec Jessica Tandy
Ne tirez pas sur le bandit ( alias Jesse James ) de Norman Z. McLeod avec Bob Hope
1964La flèche sanglante / Mille dollars pour une Winchester ( blood on the arrow ) de Sidney Salkow avec Martha Hyer
1965Le mur des espions ( agent for H.A.R.M. ) de Gerd Oswald avec Barbara Bouchet
Women of the prehistoric planet / Prehistoric planet women – de Arthur Pierce avec John Agar
1966La loi des hors-la-loi ( Waco ) de R.G. Springsteen avec Jane Russell
Cyborg 2087 ( man from tomorrow ) de Franklin Adreon avec Michael Rennie
Picture mommy dead / Color mommy dead – de Bert I. Gordon avec Zsa Zsa Gabor
Fort Bastion ne répond plus ( red tomahawk ) de R.G. Springsteen avec Joan Caulfield
1967Astro-Zombies ( the space vampires / space zombies ) de Ted V. Mikels avec John Carradine
Le pistolero de l’enfer ( Buckskin / the frontiersman ) de Michael D. Moore avec Barbara Hale
The star maker – de John Carr avec Barbara Valentin
Fiche créée le 19 novembre 2013 | Modifiée le 8 juillet 2015 | Cette fiche a été vue 1883 fois
PREVIOUSJeff Corey || Wendell Corey || Roger CormanNEXT