CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Lee Strasberg
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Winnie Markus



Date et Lieu de naissance : 16 mai 1921 (Prague (Tchécoslovaquie)
Date et Lieu de décès : 10 mars 2002 (Munich, Allemagne)
Nom Réel : Winifred Maria Eveline Markus

ACTRICE

C’est à Prague, alors capitale de la République Tchécoslovaque, que Winifred Maria Eveline Markus dite «Winnie» voit le jour le 16 mai 1921. Après sa scolarité, la jeune fille s’inscrit à l’école des Ballets de Vienne et, parallèlement, suit des cours de comédie au séminaire de Max Reinhardt. En 1939, elle débute sur les planches du théâtre du Josefstadt de la capitale autrichienne. La même année, elle apparaît pour la première fois à l’écran dans «Mutterliebe» de Georg Jacoby.

Durant la seconde guerre mondiale, Winnie Markus continue sa carrière cinématographique avec succès et devient une des actrices les plus importantes de la UFA. Elle alterne, pour le plus grand plaisir du public, les rôles secondaires et les têtes d’affiche dans une vingtaine de productions, parmi lesquelles: «La fille au vautour» (1940) de Hans Steinhoff, «Wen die götter lieben» (1942) de Karl Hartl, «Sommerliebe» de Erich Engel, «Gefährlicher frühling» (1943) de Hans Deppe, «Tonelli» (1943) de Victor Tourjansky et «Philine» (1945) de Theo Lingen.

Après la chute du troisième Reich, Winnie Markus fonde, avec son ami Viktor de Kowa, sa propre maison de production: le «Studio 45-Film GmbH». Ensemble, ils produisent «Sag’ die wahrheit» (1946) avec Gustav Fröhlich, mais le film est un échec. Winnie se consacre alors au théâtre. En 1947, Helmut Käutner lui offre le rôle de Sybille dans «In jenen Tagen», l’histoire d’une voiture qui passe entre les mains de sept propriétaires. Le film est un succès et Winnie est de nouveau une comédienne de premier plan. Elle enchaîne les rôles, notamment avec «Entre hier et demain» (1947) de Harald Braun, aux côtés de Willy Birgel et «Morituri» (1948) de Eugen York.

Dans les années cinquante, Winnie Markus demeure l’une des vedettes les plus populaires de l’écran germanique. Elle partage alors l’affiche avec les plus grands acteurs et accumule les triomphes. Nous pouvons citer: «Mille roses rouges fleurissent» (1952) avec Rudolf Prack, «Il n’est jamais trop tard» (1955) avec Bernhard Wicki, «Le diable en personne» (1955) avec Curd Jürgens, «Liebe, die den kopf verliet» (1956) avec Paul Hubschmid et «Frauenarzt Dr. Bertram» (1957) avec Willy Birgel.

En 1960, Winnie épouse Adi Vogel, un richissime homme d’affaires. Elle abandonne le cinéma et aide son époux dans la gestion de sa compagnie. En 1976, l’empire des Vogel s’effondre. Les dettes s’accumulent et un mandat d’arrêt est lancé à l’encontre du couple qui fuit les créanciers en parcourant le monde. Devant l’urgence financière, Winnie effectue un come back en 1980, sur la scène du Théâtre de la Renaissance de Berlin et, une nouvelle fois, rencontre le succès. Elle est âgée de soixante-dix ans, et sa carrière retrouve un second souffle grâce à la télévision où elle se produit dans des séries populaires. En 1986, l’Académie du Cinéma Germanique l’honore d’un prix pour l’ensemble de sa carrière.

Le dimanche 10 mars 2002, Winnie Markus meurt à Munich, victime d’un abus de médicaments. Dépressive depuis 1982, date de la mort accidentelle de son fils unique, elle tentait d’oublier la tragédie en absorbant des anti-dépresseurs.

© Philippe PELLETIER

copyright
1939Une mère ( mutterliebe ) de Gustav Ucicky avec Paul Hörbiger
L’océan en feu ( brand im ozean ) de Günther Rittau avec René Deltgen
1940La fille au vautour ( die geierwally ) de Hans Steinhoff avec Sepp Rist
Les risque-tout – de Alois Johannes Lippl avec Attila Hörbiger
Im schatten des berges – de Alois Johannes Lippl avec Elise Aulinger
Herz geht vor Anker – de Joe Stöckel avec Gustav Fröhlich
1941Alerte incendie / La grande alarme ( alarmstufe V ) de Alois Johannes Lippl avec Albert Lippert
Anna la serveuse / Le secret d’Anna Rottner ( die kellnerin Anna ) de Peter Paul Brauer avec Hermann Brix
L’implacable destin ( der große schatten ) de Paul Verhoeven avec Heinrich George
Querelles fraternelles ( brüderlein fein ) de Hans Thimig avec Marte Harell
1942Kleine residenz – de Hans H. Zerlett avec Johannes Riemann
Amour d’été ( sommerliebe ) de Erich Engel avec O.W. Fischer
Aimé des dieux / Les amours de Mozart ( wen die götter lieben ) de Karl Hartl avec Hans Holt
Der verkaufte großvater – de Joe Stöckel avec Oskar Sima
1943Dangereux printemps ( gefährlicher frühling ) de Hans Deppe avec Siegfried Breuer
La coupole de la mort ( Tonelli ) de Victor Tourjansky avec Ferdinand Marian
Fahrt ins abenteuer – de Jürgen von Alten avec Gerhard Dammann
1944Der verzauberte tag – de Peter Pewas avec Hans Brausewetter
Dir zuliebe – de Martin Fric avec Paul Kemp
La vieille chanson ( das alte lied ) de Fritz Peter Buch avec Karl Martell
1944La vie d’un autre ( das fremde leben / zwischen herz und gewissen ) de Johannes Meyer avec Viktor Staal
Philine ( ein mädel für frohe stunden ) de Theo Lingen avec Lucie Englisch
1946Sag’ die wahrheit – de Helmut Weiss avec Mady Rahl
    Seulement production
1947In jenen tagen – de Helmut Käutner avec Werner Hinz
Entre hier et demain ( zwischen gestern und morgen ) de Harald Braun avec Viktor de Kowa
The Mozart story – de Karl Hartl & Frank Wisbar avec Irene von Meyendorff
1948Morituri – de Eugen York avec Lotte Koch
Liebesheirat – de Theo Lingen avec Beppo Brem
1949Je n‘oublierai jamais cette nuit ( diese nacht vergess ich nie ) de Johannes Meyer avec Hardy Kruger
Der bagnosträfling – de Gustav Fröhlich avec Paul Dahlke
1950Dieser mann gehört mir – de Paul Verhoeven avec Gustav Fröhlich
1951Cela commença à minuit ( es begann um mitternacht ) de Peter Paul Brauer avec Heli Finkenzeller
Begierde / Die perlenkette – de Karl Georg Külb avec Richard Häussler
1952Mille roses rouges fleurissent / Mille roses rouges en fleur ( tausend rote rosen blüh’n ) de Alfred Braun avec Rudolf Prack
J’attendrai ( komm zurück... / vor meinem vaterhaus steht eine linde ) de Alfred Braun avec Hans Stüwe
1953Maria et ses amoureux ( man nennt es liebe ) de John Reinhardt avec Curd Jürgens
Une valse pour l’empereur ( kaiserwalzer ) de Franz Antel avec Maria Holst
Liebeserwachen – de Hans Heinrich avec Carl Esmond
Le soleil de Saint-Moritz / La faute du Dr. Frank ( die sonne von St. Moritz ) de Arthur Maria Rabenalt avec Karlheinz Böhm
1954Die große starparade – de Paul Martin avec Adrian Hoven
Manœuvres imperiales ( kaisermanöver ) de Franz Antel avec Hans Moser
Docteur de femmes / Docteur pour femmes ( roman eines frauenarztes ) de Falk Harnack avec Anne-Marie Blanc
1955Il n’est jamais trop tard ( du mein stilles tal ) de Leonard Steckel avec Bernhard Wicki
Le diable en personne ( teufel in seide ) de Rolf Hansen avec Lilli Palmer
Le dernier amour du prince Rodolphe ( Kronprinz Rudolfs letzte liebe / Mayerling ) de Rudolf Jugert avec Rudolf Prack
1956Vergiß wenn du kannst / Sag nicht addio – de Hans H. König avec Georges Guétary
Nichts als ärger mit der liebe – de Thomas Engel avec Ursula Herking
Mademoiselle Marion ( das mädchen Marion / preis der nationen ) de Wolfgang Schleif avec Carl Raddatz
Liebe, die den kopf verliet – de Thomas Engel avec Paul Hubschmid
Made in Germany : Ein leben für zeiss / Made in Germany : Die dramatische geschichte des hauses zeiss – de Wolfgang Schleif avec Hans Nielsen
1957Mémoires d’un médecin pour femmes / Filles interdites ( frauenarzt Dr Bertram ) de Werner Klingler avec Willy Birgel
1958Le prêtre et la jeune fille ( der priester und das mädchen ) de Gustav Ucicky avec Marianne Hold
Man ist nur zweimal jung – de Helmut Weiss avec Wolf Albach-Retty
La marche de Radetzky ( hoch klingt der Radetzkymarsch / Radetzkymarsch ) de Géza von Bolváry avec Lotte Lang
Was eine frau im frühling träumt / Leichte muse – de Erik Ode & Arthur Maria Rabenalt avec Ivan Desny
Melodie und rhythmus – de John Olden avec Peter Kraus
    Seulement apparition
1959Ein herz braucht liebe – de Harald Röbbeling avec Rudolf Prack
1973Diana : Leidenschaft und abenteuer – de Melton Parisch avec Rodolfo Drago
AUTRES PRIX :
      
    Prix d’honneur aux Prix du cinéma Germanique, Allemagne ( 1986 )
Fiche créée le 4 juin 2005 | Modifiée le 9 mars 2017 | Cette fiche a été vue 5834 fois
PREVIOUSJane Marken || Winnie Markus || Trude MarlenNEXT