CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Betty Garrett
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Yvonne Gaudeau



Date et Lieu de naissance : 22 juin 1921 (Saint-Nicolas-de-Redon, France)
Date et Lieu de décès : 1er Juin 1991 (Kremlin-Bicêtre, France)
Nom Réel : Yvonne Anne Marie Gaudeau

ACTRICE
Image
1943 Le bossu – de Jean Delannoy avec Pierre Blanchar, Paul Bernard & Jacques Louvigny
Image
1945 Peloton d’exécution – de André Berthomieu avec Pierre Renoir, Lucien Coëdel & Georges Lannes
Image
1947 Monsieur Vincent – de Maurice Cloche avec Pierre Fresnay, Aimé Clariond, Jean Debucourt & Jean Carmet
Image
1959 Le mariage de Figaro – de Jean Meyer avec Jean Piat, Louis Seigner, Jean Meyer & Georges Descrières

L’allure altière, la mise en plis impeccable et trois rangs de perles au cou, Yvonne Gaudeau est la grande bourgeoise idéale qui, sur la scène comme à l’écran, pérore et fait la roue. Née le 22 juin 1921 à Saint-Nicolas-de-Redon, elle semble faite pour le théâtre de Feydeau, incarnant Yvonne, la femme du mari décavé de «Feu la mère de Madame» (1954), dans une mise en scène de Fernand Ledoux, ou la baronne d’«Un fil à la patte», monté en 1973 par Jacques Charon. Mais cette 416e sociétaire de la Comédie-Française, entrée en 1946 dans la Maison de Molière, se coule sans effort dans les personnages loufoques de Labiche, comme Mme Perrichon dans «Le voyage de Monsieur Perrichon» (1966) ou Mme Champbaudet dans «La station Champbaudet» (1972). Si Molière l’avait connu, il aurait écrit pour elle le rôle de Bélise, ce bas-bleu des «Femmes savantes» (1973), qui, malgré les rides, se croit encore irrésistible.

Mais Yvonne Gaudeau se frotte aussi à la tragédie et sert Racine, en interprétant Junie dans «Britannicus» (1946), mis en scène par Julien Bertheau, Céphise dans une «Andromaque» (1949) dirigée par Maurice Escande ou encore Ismène dans «Phèdre» (1949). Soucieuse d’échapper à son emploi de vieille coquette, elle fréquente aussi le théâtre de Tchékov, jouant «Oncle Vania», en 1961, dans une mise en scène de Jacques Mauclair, ou celui de Marivaux, avec «Le jeu de l’amour et du hasard» (1953), où elle incarne Silvia, ou «La seconde surprise de l’amour» (1957), mise en scène par Hélène Perdrière. Elle s’essaie aussi aux textes de Montherlant, avec «Port-Royal», en 1980. Cinq ans plus tard, Yvonne Gaudeau couronne sa carrière en devenant la première femme à occuper les fonctions de Doyen de la Comédie-Française, suivie, un peu plus tard, par Catherine Samie ou Catherine Hiégel.

Comme on peut s’y attendre, cette grande dame de la scène ne prête qu’une attention distraite au cinéma et à la télévision. Et encore n’est-ce que pour y continuer, le plus souvent, à y faire du théâtre. D’abord dans le cadre d’une des émissions les plus populaires de la télévision française, «Au théâtre ce soir», où elle joue encore du Feydeau: «Le dindon» (1969), «chat en poche» (1975) ou encore «Monsieur chasse» (1978). Puis elle reprend pour le petit écran ses rôles de Bélise des «Femmes savantes» (1972) ou, la même année, de Mme Champbaudet, de «La station Champbaudet». Au cinéma, elle incarne la comtesse Almaviva dans «Le mariage de Figaro» (1959) réalisé par Jean Meyer, avec Jean Piat dans le rôle-titre ou bien Mme Jourdain dans le «Bourgeois gentilhomme» (1981), téléfilm de Pierre Badel.

La carrière de Yvonne Gaudeau au cinéma débute par deux rôles notables: un double personnage d’abord, Aurore de Caylus et sa fille, Claire de Nevers, dans la version de Jean Delannoy du «Bossu» (1943), puis cette Louise de Marillac dans le film de Maurice Cloche, «Monsieur Vincent» (1947), et qui fonda avec saint Vincent de Paul, les Filles de la Charité. Elle incarne encore la mère de Stéphane Audran dans «Folies bourgeoises» (1976) de Claude Chabrol et, la même année, dans «Le corps de mon ennemi», de Henri Verneuil, l’impérieuse Madame Liégeard, dite la «Reine Mère» et femme du magnat du textile Bernard Blier. Gérard Oury lui donne un de ses emplois de bourgeoise dans «La carapate» (1978) et elle finit sa carrière au cinéma par un rôle de grand-mère dans le film de Francis Perrin, «Tête à claques» (1981), avec Fanny Cottençon. Yvonne Gaudeau s’éteint le 1er juin 1991 au Kremlin-Bicêtre.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1943Le bossu – de Jean Delannoy avec Pierre Blanchar
1945Peloton d’exécution – de André Berthomieu avec Pierre Renoir
1947Monsieur Vincent – de Maurice Cloche avec Pierre Fresnay
1948Les souvenirs ne sont pas à vendre – de Robert Hennion avec Franck Villard
1959Le mariage de Figaro – de Jean Meyer avec Louis Seigner
1976Folies bourgeoises – de Claude Chabrol avec Bruce Dern
Le corps de mon ennemi – de Henri Verneuil avec Jean-Paul Belmondo
1978La carapate – de Gérard Oury avec Pierre Richard
1981Tête à claques – de Francis Perrin avec Jacques François
Fiche créée le 25 décembre 2014 | Modifiée le 21 novembre 2015 | Cette fiche a été vue 1706 fois
PREVIOUSDanièle Gaubert || Yvonne Gaudeau || Jacqueline GauthierNEXT