CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Lucilla Morlacchi
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Yvonne Sanson



Date et Lieu de naissance : 1er janvier 1926 (Thessalonique, Grèce)
Date et Lieu de décès : 23 juillet 2003 (Bologne, Italie)
Nom Réel : Yvonne Sanson

ACTRICE

Issue d’un doux mélange de sang franco-russe par son père et turco-polonais par sa mère, Yvonne Sanson naît le jour de l’an 1926, à Thessalonique grand port cosmopolite du nord de la Grèce. Elle grandit et étudie dans plusieurs casernes du pays, au grès des affectations de son père, officier de l’armée. Après la Seconde Guerre Mondiale, ses parents fuient la guerre civile et s’installe à Rome. Après un court passage dans une école religieuse, celle qui rêve de devenir actrice depuis longtemps déjà, frappe à toutes les portes des studios avec l’espoir d’être engagée sur un tournage.

Ces efforts sont finalement récompensés. En 1946, Yvonne Sanson décroche des petits rôles dans «La grande aurore» de Giuseppe Maria Scotese et «L’aigle noir» de Riccardo Freda. Sa beauté plantureuse est remarquée par Federico Fellini, jeune scénariste à l’époque, qui la recommande à Alberto Lattuada pour être la belle aventurière du «Crime de Giovanni Episcopo» (1947), adaptation de l’œuvre de Gabriele d’Annunzio, avec Aldo Fabrizi dans le rôle-titre. Le film est un succès et en quelques rôles, Yvonne devient l’actrice la plus en vue de Cinecittà. Elle devient une vedette lorsque Raffaello Matarazzo lui offre la tête d’affiche aux côtés de Amedeo Nazzari dans «Le mensonge d’un mère» (1949), mélodrame larmoyant qui triomphe au box-office. Au cours des années cinquante, l’actrice tourne sept autres films avec Raffaello Matarazzo de la même veine, dont six avec Amedeo Nazzari, tous démontés par la critique mais qui rapporterons des millions de lires à leurs producteurs.

Pendant un dizaine d’années, Yvonne Sanson resté l’indétrônable «mama» italienne, splendide et aux formes généreuses, auprès de millions d’admirateurs transalpins. outres les drames de Matarazzo, elle est la principale protagoniste d’autres grands succès, tels que: «Wanda, la pécheresse» (1952) avec Franck Villard, «La femme est la même pour tous» (1954) avec Ugo Tognazzi et «Par-dessus les moulins» (1955) avec Marcello Mastroianni. Elle sert également de séduisant faire-valoir à Totò, dans deux comédie en 1949 et 1962, et fait une incursion dans une coproduction anglo-saxonne «L’étoile des Indes» (1953) avec Cornel Wilde et Jean Wallace. La Sanson travaille aussi avec des cinéastes français: André Cayatte dans la version italienne de «Nous sommes tous des assassins» (1952), Jean-Pierre Melville dans «Quand tu liras cette lettre» (1953), André Hunebelle dans «Les trois mousquetaires» (1953) et René Clément dans «Barrage contre le Pacifique» (1957).

Au début des années soixante, Yvonne Sanson s’éloigne progressivement des plateaux de cinéma, préférant la tranquillité de sa maison et de sa vie familiale aux paillettes de la «dolce vita» italienne. Sa popularité s’amenuise. Elle apparaît encore dans, entre autres, «Âme noire » (1962) le dernier grand film de Roberto Rossellini, «La bande à César» (1966) de Ken Annakin et «Le conformiste» (1970) de Bernardo Bertolucci. Après un dernier rôle dans un mauvais film en 1972, elle abandonne sa carrière artistique et sombre peu a peu dans l’oubli.

Yvonne Sanson meurt le 23 juillet 2003 dans l’indifférence générale, à Bologne, ville d’Emilie Romagne où elle s’était installée depuis une dizaine d’années pour se rapprocher de sa fille unique Giulia.

© Pascal DONALD

copyright
1946La grande aurore ( la grande aurora ) de Giuseppe Maria Scotese avec Rossano Brazzi
L’aigle noir ( aquila nera ) de Riccardo Freda avec Gino Cervi
1947Le crime de Giovanni Episcopo ( il delitto di Giovanni Episcopo ) de Alberto Lattuada avec Aldo Fabrizi
1948Le chevalier mystérieux ( il cavaliere misterioso ) de Riccardo Freda avec Vittorio Gassman
Néron, tyran de Rome / Néron et Messaline ( Nerone e Massalina ) de Primo Zeglio avec Steve Barclay
Le tocsin ( campane a martello ) de Luigi Zampa avec Eduardo De Filippo
1949L’empereur de Capri ( l’imperatore di Capri ) de Luigi Comencini avec Totò
La ceinture de chasteté ( cintura di castità ) de Camillo Mastrocinque avec Piero Lulli
Le mensonge d’une mère ( catene ) de Raffaello Matarazzo avec Amedeo Nazzari
1950Mon frère a peur des femmes ( l’inafferrabile 12 ) de Mario Mattoli avec Walter Chiari
    Seulement apparition
Bannie du foyer ( tormento ) de Raffaello Matarazzo avec Folco Lulli
1951L’île des passions ( Menzogna ) de Ubaldo Del Colle avec Mario Ferrari
Le fils de personne ( i figli di nessuno ) de Raffaello Matarazzo avec Amedeo Nazzari
Qui est sans péché ? ( chi è senza peccato ) de Raffaello Matarazzo avec Françoise Rosay
1952Nous sommes tous des assassins – de André Cayatte avec Raymond Pellegrin
Wanda, la pécheresse / Le prix du péché ( Wanda la peccatrice ) de Duilio Coletti avec Franck Villard
Nous… les coupables ( noi peccatori ) de Guido Brignone avec Marc Lawrence
Le manteau ( il cappotto ) de Alberto Lattuada avec Renato Rascel
1953Quand tu liras cette lettre – de Jean-Pierre Melville avec Philippe Lemaire
Les trois mousquetaires – de André Hunebelle avec Georges Marchal
Larmes d’amour ( torna ! ) de Raffaello Matarazzo avec Franco Fabrizi
L’étoile des Indes ( star of India ) de Arthur Lubin avec Cornel Wilde
1954Pain, amour et jalousie ( pane, amore e… gelosia ) de Luigi Comencini avec Vittorio De Sica
La moglie è uguale per tutti – de Giorgio Simonelli avec Ugo Tognazzi
Il campanile d’oro – de Giorgio Simonelli avec Roberto Risso
1955Prigioniero della montagna / Flucht in die Dolomiten – de Luis Trenker avec Luis Trenker
Par-dessus les moulins ( la bella mugnaia ) de Mario Camerini avec Marcello Mastroianni
La femme aux deux visages ( angelo bianco ) de Raffaello Matarazzo & Silvio Amadio avec Amedeo Nazzari
1956L’ultima violenza – de Raffaello Matarazzo & Silvio Amadio avec Aldo Silvani
1957Barrage contre le Pacifique ( this angry age / la diga sul Pacifico / the sea wall ) de René Clément avec Anthony Perkins
Mia zoi tin echome / Μια ζωή την έχουμε – de Yorgos Javellas avec Dimitris Horn
1958Malinconico autunno / Café de puerto – de Raffaello Matarazzo avec Miguel Gil
1959I mondo dei miracoli – de Luigi Capuano avec Jacques Sernas
1960Les brigands ( i masnadieri ) de Mario Bonnard avec Antonio Cifariello
1961Le roi des truands ( il re di poggioreale ) de Duilio Coletti avec Ernest Borgnine
L’amnésique de Collegno ( lo smemorato di Collegno ) de Sergio Corbucci avec Nino Taranto
1962Âme noire ( anima nera ) de Roberto Rossellini avec Vittorio Gassman
Le jour le plus court ( il giorno più corto / il giorno più corto commedia umoristica ) de Sergio Corbucci avec Walter Pidgeon
1966La bande à César ( the biggest bundle of them all ) de Ken Annakin avec Robert Wagner
1967Le dernier jour de la colère / On m’appelle Saligo ( i giorni dell’ira ) de Tonino Valerii avec Lee Van Cleef
Il profeta – de Dino Risi avec Ann-Margret
1968L’année de la contestation ( Don Franco e Don Ciccio nell’anno della contestazione ) de Mario Girolami avec Franco Franchi
Il ragazzo che sorride – de Aldo Grimaldi avec Riccardo Garrone
1969Pensando a te – de Aldo Grimaldi avec Romina Power
1970Le conformiste ( il conformista ) de Bernardo Bertolucci avec Jean-Louis Trintignant
1971Un apprezzato professionista di sicuro avvenire – de Giuseppe De Santis avec Massimo Serato
1972Caresses à domicile ( A.A.A. Massaggiatrice bella presenza offresi... ) de Demofilo Fidani avec Ettore Manni
Fiche créée le 23 avril 2009 | Modifiée le 16 mars 2016 | Cette fiche a été vue 5412 fois
PREVIOUSAdele Sandrock || Yvonne Sanson || Jacques SantiNEXT