CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fętons aujourd'hui l'anniversaire de Krzysztof Kieslowski
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Zoltán Latinovits



Date et Lieu de naissance : 9 septembre 1931 (Budapest, Hongrie)
Date et Lieu de décčs : 4 juin 1976 (Balatonszemes, Hongrie)
Nom Réel : Latinovits Zoltán

ACTEUR

Zoltán Latinovits naît ŕ Budapest, le 9 septembre 1931. Le Royaume de Hongrie est alors dirigé d’une main de fer par l’Amiral Miklós Horthy, instaurant un régime autoritaire qui rappelle l’Italie fasciste de Mussolini. Zoltán Latinovits ne connaîtra pas son pčre car ce dernier, un propriétaire foncier, abandonne sa famille juste aprčs la naissance de son fils. Apprenant tout d’abord le métier de menuisier, il pratique également le basketball avec aisance. En 1952, il entre ŕ l’Université polytechnique de Budapest, oů il suit des études d’architecture. C’est ŕ cette époque qu’il commence ŕ suivre des cours de théâtre. En 1956, aprčs avoir obtenu son diplôme, il débute sa carričre artistique au Théâtre Csokonai, ŕ Debrecen, puis au Théâtre National de Miskolc.

C’est en 1959 que Zoltán Latinovits fait ses débuts au cinéma. Son premier grand rôle, il le doit ŕ Miklós Jancsó: l’acteur interprčte en effet le médecin désabusé de «Cantate» (1962). En 1964, il tourne pour l’américain Richard Thorpe, dans «The golden head», dont l’action se déroule en Hongrie. Des débuts prometteurs que confirment des films comme «Le nabab hongrois» (1965) ou «Les murs» (1967). Jancsó lui offre ŕ nouveau l’occasion de tourner dans deux films marquants: «Les sans-espoir» (1965), évocation glaciale des partisans de la révolution hongroise de 1848, traqués aprčs le compromis austro-hongrois de 1867, et «Silence et cri» (1967), oů Latinovits incarne un officier ambigu. Ces films ont d’ailleurs fait connaître la production magyare ŕ l’étranger, révélant des śuvres caractérisées par une certaine froideur mais aussi par une beauté plastique saisissante. Le succčs des films de Miklós Jancsó permet ŕ Zoltán Latinovits de devenir un acteur incontournable du paysage cinématographique hongrois. Notons que l’acteur reste attaché au théâtre, interprétant «Roméo et Juliette» de Shakespeare, «Dent pour dent» de Ferenc Molnár, «Oncle Vania» de Tchekhov, «Mort d’un commis voyageur» de Arthur Miller...

Ténébreux, austčre, voué aux rôles complexes et torturés, servi en cela par un profil tourmenté, Zoltán Latinovits apparaît surtout dans des drames sociaux ou historiques, comme «Etoiles d’Eger» (1968), et tourne avec les meilleurs cinéastes du moment, dont András Kovács, Zoltán Várkonyi et Márton Keleti. Il devient ainsi le plus grand comédien de langue magyare de sa génération. «La famille Tňt» (1969), satire de Zoltán Fábri, confirme la grandeur de son talent. En 1970, Latinovits trouve son meilleur rôle, celui de Sinbad dans le film de Zoltán Huszárik. Śuvre nostalgique, sensuelle, généreuse, traduisant un grand appétit de vivre en męme temps qu’une profonde mélancolie, «Sinbad» marque la rencontre entre deux esprits, ŕ savoir Latinovits et Huszárik (les deux hommes connaîtront d’ailleurs une fin dramatique). Cette collaboration restera sans lendemain. Dans ce film, il joue avec sa compagne, l’actrice Éva Ruttkai, avec qui il forme un couple célčbre auprčs du public hongrois. Il est impressionnant en officier nazi dans «Le cinquičme sceau» (1976), dont l’intrigue se situe dans la Hongrie occupée de 1944. Ce sera son dernier film puisqu’il disparaîtra avant sa sortie. En effet, le 4 juin 1976, Zoltán Latinovits se jette sous un train ŕ Balatonszemes, commune située sur les bords du lac Balaton. Les circonstances de sa mort, troublantes, ne sont pas sans évoquer le suicide du počte Attila József (1905-1937), décédé sur la męme voie de chemin de fer, dans une commune voisine. Le décčs de Latinovits, monstre sacré jouissant d’une immense popularité, suscita une émotion considérable en Hongrie.

© Simon BENATTAR-BOURGEAY

copyright
1959Ŕ pied au ciel ( gyalog a mennyországba ) de Imre Fehér avec Mari Töröcsik
1962Un homme en or ( az aranyember ) de Viktor Gertler avec Ilona Béres
Une rue comme il faut ( kertes házak utcája ) de Tamás Fejér avec Margit Bara
Cantate ( oldás és kötés ) de Miklós Jancsó avec Gyula Bodrogi
1963Fotó Háber – de Zoltán Várkonyi avec Éva Ruttkai
Collision ( karambol ) de Félix Máriássy avec György Bősze
Alouette ( pacsirta ) de László Ranódy avec Klári Tolnay
1964The golden head / Az Aranyfej – de Richard Thorpe avec George Sanders
Une lueur derričre le store ( fény a redöny mögött ) de László Nádasy avec Attila Nagy
Sellö a pecsétgyürün I – de Imre Mihályfi avec Judit Halász
1965Horreur ( iszony ) de György Hintsch avec Antal Páger
Les sans-espoir ( szegénylegények ) de Miklós Jancsó avec Tibor Molnár
Les débuts sont toujours difficiles ( minden kezdet nehéz ) de György Révész avec Zsuzsa Csala
Le nabab hongrois ( egy magyar nábob ) de Zoltán Várkonyi avec Ferenc Bessenyei
1966Et alors le type... ( és akkor a pasas... ) de Viktor Gertler avec János Görbe
Le cerf-volant d’or ( aranysárkány ) de László Ranódy & Imre Gyöngyössy avec László Mensáros
Az orvos halála – de Frigyes Mamcserov avec Elma Bulla
Une nuit pour rien ( sok hüség semmiért ) de György Palásthy avec Zoltán Greguss
Zoltan Karpathy ( Kárpáthy Zoltán ) de Zoltán Várkonyi avec István Kovács
Les jours glacés ( hideg napok ) de András Kovács avec Tibor Szilágyi
1967Silence et cri ( csend és kiáltás ) de Miklós Jancsó avec Mari Töröcsik
Les femmes / Etude sur les femmes ( tanulmány a nökröl ) de Márton Keleti avec Gyöngyi Polónyi
Fiúk a térröl – de Péter Szász avec István Kovács
Trois nuits d’amour ( egy szerelem három éjszakája ) de György Révész avec Vera Venczel
Les murs ( falak ) de András Kovács avec Miklós Gábor
Le château de cartes ( kártyavár ) de György Hintsch avec György Kálmán
1968Etoiles d’Eger, 1čre partie ( Egri csillagok I ) de Zoltán Várkonyi avec Imre Sinkovits
Etoiles d’Eger, 2čme partie ( Egri csillagok II ) de Zoltán Várkonyi avec György Bárdy
Baptęme ( keresztelő ) de István Gaál avec Éva Ruttkai
Hazai pálya – de György Palásthy avec Mária Goór Nagy
L’héritier ( az örökös ) de György Palásthy avec Imre Sinkovits
1969Alfa Romeó és Júlia – de Frigyes Mamcserov avec Éva Ruttkai
Le professeur de la pčgre ( az alvilág professzora ) de Mihály Szemes avec Edit Domján
La famille Tňt ( isten hozta örnagy úr ) de Zoltán Fábri avec Márta Fónay
    Meilleur acteur ŕ la semaine du cinéma hongrois, Hongrie

Franz Liszt, les ręves d’amour / Les amours de Liszt ( szerelmi álmok – Liszt ) de Márton Keleti avec Imre Sinkovits
    Seulement voix – Non crédité
Voyage autour de mon crâne ( utazás a koponyám körül ) de György Révész avec Mari Töröcsik
    Prix du meilleur acteur au festival international du cinéma de San Sebastián, Espagne

Szemtöl szemben / Szemtől szemben – de Zoltán Várkonyi avec Lajos Básti
1970Le grand signe bleu ( a nagy kék jelzés ) de László Nádasy avec Nóra Káldi
Sinbad ( Szindbád ) de Zoltán Huszárik avec Eva Leelossy
1971La princesse Csardas ( die Czardasfürstin ) de Miklós Szinetár avec Anna Moffo
A legszebb férfikor – de Sándor Simó avec István Bujtor
1972Harminckét nevem volt – de Márton Keleti avec Erika Bodnár
Volt egyszer egy család – de György Révész avec Klári Tolnay
Terre en friche / Sur la jachčre hongroise ( a magyar ugaron ) de András Kovács avec Sándor Horváth
1973A dunai hajós – de Miklós Markos avec Gábor Koncz
1974La légende de Pendragon ( a Pendragon legenda ) de György Révész avec Iván Darvas
141 perc a befejezetlen mondatból – de Zoltán Fábri avec András Bálint
Az öreg – de György Révész avec Gábor Harsányi
1975Un torse américain ( Amerikai anzix ) de Gábor Bódy avec Sándor Csutoros
    Seulement voix
Ballagó idö / Ballagó idő – de Tamás Fejér avec Sándor Tóth
1976Le cinquičme sceau ( az ötödik pecsét ) de Zoltán Fábri avec Sándor Horváth
Qui m’a vu ? ( ki látott engem ? ) de György Révész avec Judit Hernádi
    Seulement voix
Fiche créée le 30 novembre 2011 | Modifiée le 3 décembre 2011 | Cette fiche a été vue 2222 fois
PREVIOUSFrank Latimore || Zoltán Latinovits || Alberto LattuadaNEXT