CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jacques Balutin
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Albert Dieudonné



Date et Lieu de naissance : 26 novembre 1889 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 19 mars 1976 (Boulogne-Billancourt, France)
Nom Réel : Albert Alfred Sorré

ACTEUR
Image
1908 L’assassinat du duc de Guise – de André Calmettes avec Charles Le Bargy, Albert Lambert & Gabrielle Robinne
Image
1910 La bouteille de lait – de Albert Capellani avec Fernand Tauffenberger, Henri Etiévant & Georges Desmoulins
Image
1927 Napoléon – de Abel Gance avec Gina Manès, Edmond Van Daële, Antonin Artaud & Suzanne Bianchetti
Image
1941 Madame Sans-Gêne – de Roger Richebé avec Arletty, Henri Nassiet, Aimé Clariond & Maurice Escande

Albert Dieudonné est né à Paris le 26 novembre 1889. Adolescent fasciné par son oncle, l’acteur de vaudeville Alphonse Dieudonné, il décide de devenir lui aussi comédien. Il suit des cours d’art dramatique et très vite il est engagé au Théâtre de la Renaissance et au Théâtre des Arts. Il est alors l’un des jeunes premiers les plus en vue de la scène parisienne avec des pièces de, entres autres, François Coppée, Frank Wedekind, Alfred de Vigny et Henri-René Lenormand.

En 1908, Albert Dieudonné fait ses débuts devant les cameras, pour la société des Films d’Art des frères Pathé, dans trois transcriptions de succès théâtraux: «L’empreinte ou la main rouge» de Paul Henri Burguet avec Mistinguett, «L’assassinat du duc de Guise» de André Calmettes avec Charles Le Bargy, et «Le baiser de Judas» de André Calmettes et Armand Bour avec Gabrielle Robinne. Jusqu’au milieu des années dix, l’acteur participe à plusieurs dizaines de courts-métrages réalisés par des grands noms du cinéma muet français: Albert Capellani, Michel Carré, Georges Monca, Georges Denola, Victorin Jasset, Alfred Machin, etc. En 1915, il tourne dans quelques films dirigés par un tout jeune cinéaste, Abel Gance.

Pendant la Première Guerre Mondiale, Albert Dieudonné s’essaie à la réalisation avec «Sous la griffe» et «Gloire rouge» qui ne seront achevés et montrés au public qu’au début des années vingt. Il joue encore dans des pièces et quelques films sans importance puis écrit des scénarii pour André Hugon. En 1924, il met en scène un sujet écrit par Jean Renoir pour sa femme Catherine Hessling, «Catherine / Une vie sans joie», les deux hommes s’attribuent un rôle dans le film et Renoir est également chargé d’assister Dieudonné. Mais très vite la discorde est évidente sur le plateau car Jean Renoir s’implique de plus en plus dans la réalisation. Lors d’un interview en 1927, Albert Dieudonné déclare: «Je suis le seul réalisateur d’un scénario que j’ai composé d’après un argument que Monsieur Renoir imagina avec ma collaboration. En outre, Jean Renoir a été mon commanditaire et mon élève».

En 1925, Albert Dieudonné est engagé par Abel Gance pour «Napoléon», film monumental sur la vie du jeune Bonaparte étudiant à Brienne jusqu’à la fin de la bataille d’Italie. La distribution est prestigieuse, plus de cinq heures d’images sur trois écrans et une notoriété planétaire pour le cinéaste et son principal interprète. L’acteur est et restera pour longtemps la meilleure incarnation de Bonaparte du Septième Art. Le film ressortira en 1934 dans une version sonorisée avec des scènes additionnelles.

Par la suite, Albert Dieudonné publie «Le tzar Napoléon» aux éditions Baudinière en 1928, puis rédige des scénarios pour René Hervil, Jean de Limur, Jacques de Baroncelli et Emile Couzinet. En 1941, il interprète une dernière fois l’Empereur à l’écran dans «Madame Sans-Gêne» de Roger Richebé avec Arletty dans le rôle-titre, puis abandonne le cinéma. Une gloire lourde de conséquences, qui se transforme vite en fardeau pour le comédien, trop marqué par son rôle du jeune Bonaparte. Par la suite, il écrit «Moi, Napoléon» une pièce en un acte qu’il joue de nombreuses fois à Paris et en tournée. Plus tard, tombé dans l’oubli, il fait des conférences sur Napoléon pour gagner sa vie. Finalement persuadé qu’il était la réincarnation du célèbre Corse, Albert Dieudonné meurt à Boulogne-Billancourt le 19 mars 1976.

© Pascal DONALD

copyright
1908 CM L’empreinte ou la main rouge – de Paul Henry Burguet avec Mistinguett
CM L’assassinat du duc de Guise – de André Calmettes avec Charles Le Bargy
CM Le baiser de Judas – de André Calmettes & Armand Bour avec Gabrielle Robinne
1909 CM Sir John Melmoth / Les vacances de Pâques d’un caissier – de Victorin Jasset & Maurice de Féraudy avec Armand Lurville
CM Le trait d’union – de Maurice de Féraudy avec Renée Pré
CM Le petit soldat – de Maurice de Féraudy
CM Jim Backwood, jockey / Jim Blackwood, jockey – de Georges Monca avec Paulette Lorsy
CM Le roi s’amuse – de Albert Capellani & Michel Carré avec Marcelle Géniat
1910 CM La puissance du souvenir / Le monstre – de Albert Capellani avec Regina Sandri
CM Pour les beaux yeux de la voisine – de Georges Denola avec Madeleine Andral
CM La libératrice – de Georges Monca avec Louis Ravet
CM La bouteille de lait – de Albert Capellani avec Fernand Tauffenberger
CM Le voleur volé – de Emile Chautard avec Thérèse Cernay
CM Le cas de conscience du docteur Geoffroy – de Victorin Jasset avec Emile Keppens
CM Robe de fiançailles – de ? avec Jeanne Fusier-Gir
CM Petit rouquin et Totor / Les deux copains – de ? avec Marcel Dupré
CM Le courrier de Lyon ou l’attaque de la malle-poste – de Albert Capellani avec Paul Capellani
CM L’heureux accident / L’accident – de Georges Denola avec Georges Tréville
1911 CM Le secret du passé – de Georges Monca avec Maria Fromet
CM Le bon roi Dagobert – de Georges Monca avec Gabrielle Lange
CM Le mensonge de Jean le manchot / Pieux mensonge / Le mensonge – de Michel Carré avec Marie Ernestine
1913 CM Le diamant noir – de Alfred Machin avec Blanche Derval
CM Toinon la ruine – de Alexandre Devarennes avec Jean Toulout
CM L’idole brisée – de Albert Dieudonné
1914 CM La joie fait peur – de Jacques Roullet avec Louise Sylvie
1915 CM Le fou de la falaise – de Abel Gance avec Georges Raulin
CM L’héroïsme de Paddy – de Abel Gance avec Louise Colliney
CM Ce que les flots racontent – de Abel Gance avec Yvonne Sergyl
CM La folie du docteur Tube – de Abel Gance avec Digono
CM Le périscope – de Abel Gance avec Henri Maillard
1916Alsace – de Henri Pouctal avec Albert Dieudonné
CM Cœur de Française – de Gaston Leprieur avec Maxime Desjardins
1917Angoisse – de André Hugon avec Marie-Louise Derval
    + scénario
Sous la griffe – de Albert Dieudonné avec Harry Baur
Gloire rouge – de Albert Dieudonné avec Eugénie Nau
    Seulement pièce, scénario & réalisation
Les chacals / Chacals – de André Hugon avec Musidora
    Seulement scénario
1918A woman of impulse – de Edward José avec Lina Cavalieri
    Seulement scénario
1919Jacques Landauze – de André Hugon avec Severin-Mars
    Seulement scénario
1921Son crime – de Albert Dieudonné avec Suzy Pierson
    + scénario
1924 Catherine / Une vie sans joie – de Albert Dieudonné & Jean Renoir avec Catherine Hessling
    + scénario
1927Napoléon / Napoléon Bonaparte / Napoléon vu par Abel Gance – de Abel Gance avec Gina Manès
1930La douceur d’aimer – de René Hervil avec Victor Boucher
    Seulement adaptation & scénario
1932La saisie – de Jean Margueritte avec Robert Arnoux
    Seulement pièce
1936La garçonne – de Jean de Limur avec Marie Bell
    Seulement scénario & production
1939L’homme du Niger – de Jacques de Baroncelli avec Victor Francen
    Seulement scénario
1941Madame Sans-Gêne – de Roger Richebé avec Arletty
1942Le brigand gentilhomme – de Émile Couzinet avec Gaston Modot
    Seulement adaptation & scénario
CM Notre-Dame de Paris – de René Hervouin avec Lise Donat
Fiche créée le 23 octobre 2009 | Modifiée le 12 août 2016 | Cette fiche a été vue 5608 fois
PREVIOUSMarlene Dietrich || Albert Dieudonné || Hélène DieudonnéNEXT