CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de André Nox
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Andrés Mejuto



Date et Lieu de naissance : 30 janvier 1909 (Olivenza, Espagne)
Date et Lieu de décès : 22 février 1991 (Madrid, Espagne)
Nom Réel : Severino Andrés Mejuto Carballo

ACTEUR
Image
1938 L’espoir / Espoir, Sierra de Teruel – de André Malraux & Boris Peskine avec Miguel Del Castillo
Image
1962 L’épée du Cid (la spada del Cid) de Miguel Iglesias avec Roland Carey, Sandro Moretti & Daniela Bianchi
Image
1970 Et.... Sabata les tua tous (un par de asesino) de Rafael Romero Marchent avec Gianni Garko & María Silva
Image
1986 La monja alférez – de Javier Aguirre avec Esperanza Roy, Conrado San Martín & Blanca Marsillach

Severino Andrés Mejuto Carballo nait le 30 janvier 1909 à Olivenza, gros bourg d’Estrémadure, près de la frontière portugaise. Encore adolescent, il monte sur les planches pour «Les cornes de don Friolera» (1925) de Ramón María del Valle-Inclán, une farce sur l’adultère au féminin, puis il est de l’aventure de «La Barraca», le théâtre ambulant universitaire, créé à l’initiative d’intellectuels de la bourgeoisie aisée dont Federico García Lorca, Eduardo Ugarte et le futur cinéaste Arturo Ruiz Castillo, qui sillonne la péninsule à partir de l’été 1932, pour porter la culture même dans les «périphéries».

Le comédien déjà confirmé découvre les caméras pendant la Guerre Civile en devenant le capitaine Múñoz, dans le film «L’espoir» que, André Malraux aidé de Max Aub, tourne en zone républicaine, entre juillet 1938 et janvier 1939. Mais avec l’avancée des troupes adverses, une partie de l’équipe se replie en France où le film ne sortira qu’en 1945 (et en 1977 en Espagne). Contrairement à certains autres acteurs de la distribution qui poursuivent leur carrière dans l’Espagne franquiste, Andrés Mejuto préfère quitter l’Espagne et outre-Atlantique il rejoint la compagnie théâtrale de Margarita Xirgu puis participe, en 1944, à son premier film argentin, «La Dama Duende» de Luis Saslavsky, au scénario librement inspiré de Calderón de la Barca. Suivra une vingtaine d’autres titres dont «Une veuve presque joyeuse» (1949) de Román Viñoly Barreto, avec Elina Colomer et Carlos Thompson, et «Le serment de Lagardère» (1954) de León Klimovsky. Andrés Mejuto retrouve son pays natal en 1956 d’abord au théâtre puis au cinéma où il interprète dans «Pasos de angustia» (1957) de Clemente Pamplona, le rôle principal d’un mari devenu accidentellement muet et qui provoque un drame en croyant à tort que sa femme le trompe avec son employeur, Alfredo Mayo. Puis pendant trente ans, le comédien, qui privilégie toujours les planches où il joue le répertoire espagnol et des adaptations de grandes œuvres étrangères classiques comme contemporaines, va aussi travailler énormément pour le petit et le grand écran.

Côté cinéma, Andrés Mejuto est d’une soixantaine de films dont quelques productions internationales tournées en Espagne comme «Falstaff» (1965) de Orson Welles mais aussi des westerns spaghetti, des comédies chantantes et des «horreurs érotiques» à la mode de l’époque, tandis que le dirigent les meilleurs réalisateurs espagnols, tant populaires que plus anticonformistes. Il reprend parfois des rôles qu’il a interprétés dans les théâtres madrilènes ou barcelonais comme «Procès à Jésus» (1972) tourné par José Luis Sáenz de Heredia dans la vieille ville de Tolède et adapté de la pièce du dramaturge italien Diego Fabbri. En 1986, dans «La monja alférez» de Javier Aguirre, pour sa dernière interprétation cinématographique, il est le pape Urbain VIII qui autorise, en 1626, Catalina de Erauso, interprétée par Esperanza Roy, héroïne romancée mais historique et ex-novice, à continuer à s’habiller en homme.

Mais Andrés Mejuto se produit sur scène plus longtemps encore et presque jusqu’à son dernier souffle. En effet il décède à Madrid, le 22 février 1991, de complications postopératoires (vésicule biliaire). C’était après avoir participé, 17 jours plus tôt, à la reprise au Théâtre María Guerrero, de «Voces de Gesta», une pièce de Ramón María del Valle-Inclán, un auteur qui avait rythmé ses premiers succès. Un magnifique exemple d’homme de théâtre comme il n’en existe peut-être plus…

© Caroline HANOTTE

copyright
1938L’espoir / Espoir, Sierra de Teruel – de André Malraux & Boris Peskine avec Miguel Del Castillo
1944La femme fantôme ( la dama duende ) de Luis Saslavsky avec Delia Garcés
1945Les trois mousquetaires ( los tres mosqueteros ) de Julio Saraceni avec Armando Bo
El gran amor de Bécquer – de Alberto De Zavalia avec Josefina Díaz
1946Inspiración – de Jorge Jantus avec Silvana Roth
Milagro de amor – de Francisco Múgica avec María Duval
Sérénade espagnole ( Albéniz ) de Luis César Amadori avec Pedro López Lagar
1947Recuerdos de un ángel – de Enrique Cahen Salaberry avec Pepe Iglesias
Dolores, la femme errante ( la copla de la Dolores / lo que fue de la Dolores ) de Benito Perojo avec Imperio Argentina
1948Don Juan Tenorio – de Luis César Amadori avec Virginia Luque
Café cantante – de Antonio Momplet avec Imperio Argentina
1949La barca sin pescador – de Mario Soffici avec Raúl del Valle
Une veuve presque joyeuse ( una viuda casi alegre ) de Román Viñoly Barreto avec Carlos Thompson
1950Captura recomendada – de Don Napy avec Margarita Corona
El heroico Bonifacio – de Enrique Cahen Salaberry avec Nélida Romero
1954Mi viudo y yo – de Enrique Cahen Salaberry avec Blanquita Amaro
Le serment de Lagardère ( el juramento de Lagardere ) de León Klimovsky avec Elsa Daniel
1955La quintrala – de Hugo del Carril avec Antonio Vilar
1957Pasos de angustía – de Clemente Pamplona avec Alfredo Mayo
1961Toujours le dimanche ( siempre es domingo ) de Fernando Palacios avec Mara Cruz
1962L’épée du Cid ( la spada del Cid / las hijas del Cid ) de Miguel Iglesias avec Daniela Bianchi
Dulcinée ( Dulcinea / Dulcinea incantesimo d’amore ) de Vicente Escrivá avec Millie Perkins
1963Scaramouche / Le masque de Scaramouche ( la máscara de Scaramouche / le avventure di Scaramouche / the adventures of Scaramouche ) de Antonio Isasi-Isasmendi avec Michèle Girardon
Les révoltés de Tolède ( sfida al re di Castiglia / Pedro el cruel / el rey cruel / the tyrant of Castile ) de Ferdinando Baldi avec Mark Damon
1965Falstaff ( campanadas a medianoche / chimes at midnight ) de Orson Welles avec Margaret Rutherford
Palomo Linares ( nuevo en esta plaza ) de Pedro Lazaga avec Sebastián Palomo Linares
1966Sœur Citroën ( Sor Citroen ) de Pedro Lazaga avec Gracita Morales
Los guardiamarinas – de Pedro Lazaga avec Albert de Mendoza
Un doigt sur la gâchette / La furia de Johnny Kid ( dove si spara di più ) de Gianni Puccini avec Peter Lee Lawrence
Le canard en fer blanc – de Jacques Poitrenaud avec Roger Hanin
Les aventures extraordinaires de Cervantes ( Cervantes / avventure e gli amori di Miguel Cervantes / young rebel ) de Vincent Sherman avec Gina Lollobrigida
1967Le journal intime d’une nonne ( encrucijada para una monja / violenza per una monaca ) de Julio Buchs avec Rosanna Schiaffino
1968Le commando du sergent Blynn ( commando attack / giugno’44 : Sbarcheremo in Normandia / junio 44 : desembarcaremos en Normandia ) de Léon Klimovsky avec Michael Rennie
1969El día de mañana – de Agustín Navarro avec Lola Gálvez
Les quatre desperados ( los desperados / quei disperati che puzzano di sudore e di morte / a bullet for Sandoval / desperate men / those desperate men who smell of dirt and death / vengeance is mine ) de Julio Buchs avec Ernest Borgnine
Zorro le justicier ( el Zorro justiciero / e continuavano a chiamarlo figlio di... ) de Rafael Romero Marchent avec Fabio Testi
1970Et.... Sabata les tua tous ( un par de asesino / lo irritarono... e Sartana fece piazza pulita ) de Rafael Romero Marchent avec Gianni Garko
Trasplante de un cerebro / Crystalbrain, l’uomo dal cervello di cristallo / Il segreto del Dr. Chalmers / L’uomo che visse due volte – de Juan Logar avec Simón Andreu
1971Tirarse al monte – de Alfonso Ungría avec Julieta Serrano
Tu seras la proie des vautours / La proie des vautours ( un dólar de recompensa / la preda e l’avvoltoio / la presa y la buitre ) de Rafael Romero Marchent avec Orchidea de Santis
1972Flor de santidad – de Adolfo Marsillach avec Eliana de Santis
Proceso a Jesús – de José Luis Sáenz de Heredia avec Diana Lorys
1973El mejor alcalde, el rey – de Rafael Gil avec Analía Gadé
CM Don Juan – de Antonio Mercero avec Carmen Maura
1974Un hombre como los demás – de Pedro Masó avec Mary Carrillo
Gatti rossi in un labirinto di vetro / The devil’s eye / The eye / Eyeball / The secret killer / El ojo en la oscuridad / Wide-Eyed in the Dark – de Umberto Lenzi avec John Richardson
Les oiseaux de Baden-Baden ( los pájaros de Baden-Baden ) de Mario Camus avec Catherine Spaak
1975Largo retorno / A long return – de Pedro Lazaga avec Concha Cuetos
1976La tercera puerta – de Álvaro Forqué avec Jean-Marie Rivière
1978La carabine nationale ( la escopeta nacional ) de Luis García Berlanga avec José Luis López Vázquez
Tobi – de Antonio Mercero avec Norma Aleandro
1982Buenas noches, señor monstruo – de Antonio Mercero avec Luis Escobar
1984S.A.D.E. ( Poppers ) de José María Castellví avec Miguel Ortiz
1986La monja alférez – de Javier Aguirre avec Esperanza Roy
Fiche créée le 21 mai 2015 | Modifiée le 30 mai 2015 | Cette fiche a été vue 1867 fois
PREVIOUSJosef Meinrad || Andrés Mejuto || Smaïl MekkiNEXT