CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Katharina Mayberg
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Anna Karina



Date et Lieu de naissance : 22 septembre 1940 (Solbjerg, Danemark)
Date et Lieu de décès : 14 décembre 2019 (Paris, France)►
Nom Réel : Hanne Karin Bayer

ACTRICE
Image
1960 Une femme est une femme – de Jean-Luc Godard avec Jean-Paul Belmondo & Jean-Claude Brialy
Image
1962 Vivre sa vie – de Jean-Luc Godard avec Sady Rebbot, André S. Labarthe, Peter Kassovitz & Henri Attal
Image
1969 Chambre obscure (laughter in the dark) de Tony Richardson avec Nicol Williamson & Siân Phillips
Image
1994 Haut bas fragile – de Jacques Rivette avec Bruno Todeschini, Marianne Denicourt & André Marcon

Indissociable de son pygmalion, le cinéaste Jean-Luc Godard, Anna Karina est une actrice, scénariste et chanteuse née le 22 septembre 1940, à Solbjerg au Danemark, sous le nom de Hanne Karin Bayer. Pour fuir une mère défaillante et un beau-père violent, elle part pour Paris que les chansons de Edith Piaf lui ont fait découvrir. Elle a 17 ans, peu de ressources et ne parle pas le français! Mais elle est née sous une bonne étoile. Sa beauté ne passe pas inaperçue. Échouée dans un café, elle est repérée par la directrice d’une agence de mannequins qui lui propose de poser pour le magazine «Elle». S’ensuit une double rencontre qui entérine son entrée dans l’univers artistique. Coco Chanel troque son nom pour celui, plus glamour de Anna Karina, et Jean-Luc Godard, jette son dévolu sur cette joliesse au regard d’un bleu intense. Le rôle qu’il veut lui confier dans «À bout de souffle» (1959) exige qu’elle se déshabille. Anna refuse. Mais le cinéaste est tenace et amoureux. Pour «Le petit soldat» (1960), sur fond de Guerre d’Algérie, il lui offre le rôle principal et… une bague au doigt! Si le film subit un temps la censure, il sonne pour Anna Karina le tocsin d’une riche carrière dans le cinéma, et pas seulement sous l’égide de son mari.

Sept films les uniront jusqu’à la rupture de leur couple, avec quelques pépites, d’une Nouvelle Vague en plein essor. Dans «Une femme est une femme» (1960), Anna Karina joue avec les sentiments de Jean-Claude Brialy et de Jean-Paul Belmondo pour assouvir son désir d’enfant. Une interprétation subtile, mélange de fragilité et d’effronterie, couronnée du prix de la meilleure actrice au festival de Berlin. Dans «Vivre sa vie» (1962), elle se livre à la prostitution, puis se lance avec son amant, joué par Jean-Paul Belmondo, dans un périple semé d’embûches à travers la France dans «Pierrot le fou» (1965). La même année, Anna Karina incarne une troublante Suzanne Simonin dans le film de Jacques Rivette, autre figure de la Nouvelle Vague, «La religieuse», d’après le roman de Denis Diderot. Un drame jugé scandaleux à sa sortie et censuré par le Ministre de la culture André Malraux. Pour Anna Karina l’un des plus beaux rôles de sa carrière. D’autres grands réalisateurs la courtisent. Luchino Visconti la choisit pour être Marie, l’amie amoureuse du héros Meursault, dans sa fidèle adaptation de l’œuvre d’Albert Camus «L’étranger» (1967). Et Tony Richardson pour «Chambre obscure» (1969) ou encore Rainer Werner Fassbinder pour «Roulette chinoise» (1976) nimbent leurs héroïnes de son jeu très féminin.

Artiste inspirée et passionnée, Anna Karina s’attelle à un film dont elle écrit le scénario, la musique et qu’elle réalise et produit «Vivre ensemble» (1972). Elle y est Julie, femme libre et fantasque, détournant de sa vie bien rangée un professeur d’histoire qui sombre peu à peu dans l’alcool et la drogue. Partenaire de Ava Gardner et Anthony Quinn dans le film américain de Jean-Yves Prate «Regina Roma» (1984), elle retrouve Jacques Rivette dans «Haut bas fragile» (1994), histoire de trois jeunes femmes aux destins croisés, dont elle signe la musique. Entre cinéma, théâtre, télévision, écriture de romans et de chansons, l’actrice déploie ses talents dans tous les registres et réitère la mise en scène avec «Victoria» en 2008. Après son idylle avec Jean-Luc Godard, assombrie par la perte d’un enfant mort-né, elle se remarie trois fois. Dans un documentaire intitulé «Anna Karina, souviens-toi» (2017), Dennis Berry, son dernier mari, lui rend hommage et raconte une destinée de conte de fées. Anna a chanté Gainsbourg «Sous le soleil exactement». Décédée le 14 décembre 2019, elle repose désormais sous les étoiles exactement...

© Isabelle MICHEL

copyright
1959 CM La fille avec des chaussures ( pigen og skoene ) de Ib Schmedes
1960Une femme est une femme – de Jean-Luc Godard avec Jean-Paul Belmondo
    + chansons
    Ours d’Argent de la meilleure actrice au festival international du cinéma de Berlin, Allemagne

Ce soir ou jamais – de Michel Deville avec Claude Rich
Le petit soldat – de Jean-Luc Godard avec Michel Subor
CM Charlotte et son steack / Présentation – de Eric Rohmer avec Jean-Luc Godard
    Seulement voix
CM Petit jour – de Jacques Pierre avec Jacques Brel
1961Cléo de 5 à 7 – de Agnès Varda avec Corinne Marchand
    Seulement apparition
She’ll have to go / Maid for murder – de Robert Asher avec Clive Dunn
Le soleil dans l’œil – de Jacques Bourdon avec Jacques Perrin
CM Les fiancés du pont Mac Donald ou méfiez-vous des lunettes noires – de Agnès Varda avec Jean-Luc Godard
1962Vivre sa vie / Vivre sa vie : Film en douze tableaux – de Jean-Luc Godard avec Sady Rebbot
    Etoile de Cristal de la meilleure actrice aux prix de l’Académie du cinéma Français, France

Les quatre vérités ( las cuatro verdades / le quattro verità / three fables of love ) de Alessandro Blasetti, René Clair, Luis García Berlanga & Hervé Bromberger avec Jean Poiret
    Segment « Le corbeau et le renard » de Hervé Bromberger
Shéhérazade – de Pierre Gaspard-Huit avec Gérard Barray
1963Dragées au poivre – de Jacques Baratier avec Guy Bedos
    + chansons
Un mari à prix fixe – de Claude de Givray avec Roger Hanin
DO Le joli mai – de Chris Marker avec Yves Montand
    Seulement apparition
1964Le voleur du Tibidabo ( la vida es magnífíca ) de Maurice Ronet avec Maurice Ronet
    + chansons
Bande à part – de Jean-Luc Godard avec Claude Brasseur
La ronde – de Roger Vadim avec Jane Fonda
De l’amour – de Jean Aurel avec Jean Sorel
Alphaville / Alphaville, une étrange aventure de Lemmy Caution – de Jean-Luc Godard avec Eddie Constantine
1965Des filles pour l’armée ( le soldatesse ) de Valerio Zurlini avec Tomas Milian
Pierrot le fou – de Jean-Luc Godard avec Jean-Paul Belmondo
    + chansons
La religieuse / Suzanne Simonin, la religieuse de Denis Diderot – de Jacques Rivette avec Francisco Rabal
1966Made in U.S.A. – de Jean-Luc Godard avec Yves Afonso
Tendres requins ( tender sharks / zärtliche haie ) de Michel Deville avec Mario Adorf
Le plus vieux métier du monde / L’amour à travers les âges ( the oldest profession / the oldest profession in the world / l’amore attraverso i secoli / love trough the centuries / das älteste gewerbe der welt ) de Michel Pfleghar, Franco Indovina, Jean-Luc Godard, Mauro Bolognini, Philippe de Broca & Claude Autant-Lara avec Jean-Pierre Léaud
    Segment « Anticipation » de Jean-Luc Godard
DO Carl Th. Dreyer – de Jørgen Roos avec Carl Theodor Dreyer
    Seulement apparition
1967Lamiel – de Jean Aurel avec Jean-Claude Brialy
L’étranger ( lo straniero / amare per vivere ) de Luchino Visconti avec Marcello Mastroianni
1968Jeux pervers ( the magus ) de Guy Green avec Michael Caine
Avant que vienne l’hiver ( before winter comes ) de Jack Lee Thompson avec David Niven
Michael Kohlhaas, le rebelle ( Michael Kohlhaas : Der rebell ) de Volker Schlöndorff avec David Warner
1969Chambre obscure ( laughter in the dark ) de Tony Richardson avec Nicol Williamson
Justine – de George Cukor avec Dirk Bogarde
Le temps de mourir – de André Farwagi avec Bruno Cremer
1970L’alliance – de Christian de Chalonge avec Jean-Pierre Darras
1971Rendez-vous à Bray – de André Delvaux avec Mathieu Carrière
Notre agent à Salzburg ( the Salzburg connection / top secret ) de Lee H. Katzin avec Klaus Maria Brandauer
1972Vivre ensemble – de Anna Karina avec Jean Aurel
    + scénario, musique & production
CM In conversation: Anna Karina and Alistair Whyte – de ? avec Alistair Whyte
1973L’invention de Morel ( l’invenzione di Morel ) de Emidio Greco avec John Steiner
Pain et chocolat ( pane e cioccolata ) de Franco Brusati avec Nini Manfredi
1975L’assassin musicien – de Benoît Jacquot avec Howard Vernon
Les œufs brouillés – de Joël Santoni avec Jean Carmet
1976Roulette chinoise ( chinesisches roulette ) de Rainer Werner Fassbinder avec Ulli Lommel
1977L’affaire louche ( ausgerechnet bananen ) de Ulli Lommel avec Willy Kübler
1978Chaussette surprise – de Jean-François Davy avec Marcel Dalio
Comme chez nous ( olyan mint ottho ) de Márta Mészáros avec Jan Nowicki
L’histoire d’une mère ( historien om en moder ) de Claus Weeke avec Daniel Duval
1980Charlotte, dis à ta mère que je l’aime – de Aly Borgini avec Philippe Naud
1982Regina ( Regina Roma ) de Jean-Yves Prate avec Anthony Quinn
1983L’ami de Vincent – de Pierre Granier-Deferre avec Jean Rochefort
1984Ave Maria – de Jacques Richard avec Féodor Atkine
1985L’île au trésor ( treasure island ) de Raoul Ruiz avec Martin Landau
CM Blockhaus USA – de Christian Le Hémonet avec Gérard Lecaillon
1986Last song – de Dennis Berry avec Gabrielle Lazure
    + scénario & chansons
Dernier été à Tanger – de Alexandre Arcady avec Thierry Lhermitte
    + chansons
1987Cayenne palace – de Alain Maline avec Jean Yanne
1988L’œuvre au noir – de André Delvaux avec Gian Maria Volonté
1990L’homme qui voulait être coupable ( manden der ville være skyldig) de Ole Roos avec Jesper Klein
1994Haut bas fragile – de Jacques Rivette avec Bruno Todeschini
    + chansons
2000 CM Nom de code : Sacha – de Thierry Jousse avec Eric Barbosa
    + musique
CM Une histoire de K – de Nicolas Ruffault avec Philippe Katerine
2002La vérité sur Charlie ( the truth about Charlie ) de Jonathan Demme avec Mark Wahlberg
    + chansons
Moi César, 10 ans ½, 1m39 – de Richard Berry avec Jean-Philippe Ecoffey
2005 DO Douce France – de Anne-Marie Lallement avec Philippe Katerine
    Seulement apparition
2008Victoria – de Anna Karina avec Jean-François Moran
    + scénario
2017 DO Anna Karina, souviens-toi – de Dennis Berry avec Sophie Pouleau
2019 DO Lilos Lachen – de Jan Tenhaven avec Liselotte Pulver
    Seulement apparition
AUTRES PRIX :
      
    Prix Mikeldi d’Honneur au festival international du documentaire et du court métrage de Bilbao, Espagne (2003)

    Prix Hand Printing au festival international du cinéma de Busan, Corée du Sud ( 2008 )
Fiche créée le 22 avril 2013 | Modifiée le 11 mars 2020 | Cette fiche a été vue 7749 fois
PREVIOUSBabak Karimi || Anna Karina || Roger KarlNEXT