CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Georges Méliès
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Bibi Andersson



Date et Lieu de naissance : 11 novembre 1935 (Stockholm, Suède)
Date et Lieu de décès : 14 avril 2019 (Stockholm, Suède)
Nom Réel : Berit Elisabeth Andersson

ACTRICE
Image
1958 Au seuil de la vie (nära livet) de Ingmar Bergman avec Barbro Hiort af Ornäs & Erland Josephson
Image
1965 Persona – de Ingmar Bergman avec Liv Ullmann, Margaretha Krook & Gunnar Björnstrand
Image
1974 La rivale – de Sergio Gobbi avec Jean Piat, Geneviève Fontanel, Maurice Biraud & Valentine Tessier
Image
1978 L’amour en question – de André Cayatte avec Annie Girardot, Michel Galabru & Michel Auclair

Berit Elisabeth Andersson, dite Bibi Andersson, est née à Stockholm le 11 novembre 1935. Encouragée par sa mère, elle étudie l’art dramatique dans sa ville natale et dès 1951 se lance dans le cinéma. Sa fraîcheur, son sourire, sa beauté nordique séduisent le réalisateur Ingmar Bergman. S’il a d‘abord la fantaisie de la faire tourner dans des publicités pour une marque de savon, il lui ouvre les portes du théâtre de Malmö et surtout en fait la muse de son propre cinéma, à l’instar de Liv Ullmann, Harriet Andersson ou Ingrid Thulin. La présence rayonnante de Bibi Andersson, entrevue dans «Sourires d’une nuit d’été» (1955), se révèle dans «Le septième sceau» (1956), drame ésotérique autour d’un chevalier tentant de repousser la Mort par une partie d’échecs. Et dans «Les fraises sauvages» (1957), elle apaise les derniers moments d’un vieux médecin rongé par son passé. Ingmar Bergman s’ingénie à répandre dans son univers tourmenté une lumière salvatrice, personnifiée par cette actrice solaire et délicate, incarnation du bonheur de vivre. Retrouvant la force de garder son enfant après avoir tenté d’avorter dans «Au seuil de la vie» (1958), elle contrecarre les desseins de Satan dans «L’œil du diable» (1960), symbolisant la vie contre la mort et l’amour vertueux triomphant de la noirceur du monde.

D’autres réalisateurs s’emparent du charme ingénu de la comédienne, tel Vilgot Sjöman dans «La maîtresse» (1961) ou «Ma sœur, mon amour» (1965), avec récompenses à la clé. Mais c’est son maître qui la hisse au faîte de la notoriété avec un film majeur, «Persona» (1965). Bibi Andersson y incarne Alma, la fascinante infirmière au chevet d’une actrice devenue muette, jouée par Liv Ullmann, à laquelle elle confie ses secrets. Pour Ingmar Bergman, c’est un chef-d’œuvre. Pour son égérie un rôle unique. Commence alors pour Bibi Andersson une carrière internationale, jalonnée d’expériences variées, qu’elle initie avec un western américain de Ralph Nelson «La bataille de la vallée du diable» (1966). «Une passion» (1969), «Le lien» (1971) et «Scènes de la vie conjugale» (1973) sont les derniers films que l’actrice tourne avec son mentor autour des thèmes favoris du cinéaste: l’amour, le couple, l’infidélité, les faux-semblants.

«Je n’appartiens qu’à moi-même»: si Bibi Andersson doit à Ingmar Bergman sa plus belle histoire d’amour avec le cinéma, elle garde sa liberté. Ses choix sont éclectiques et font fi des frontières. Espiègle compagne de Jean Piat dans le film de Sergio Gobbi «La rivale» (1974), elle est médecin psychiatre dans «Jamais je ne t’ai promis un jardin de roses» (1976) de Anthony Page, épouse soupçonnée du meurtre de son mari dans le thriller de André Cayatte «L’amour en question» (1978), avec Annie Girardot, happée dans l’univers du fantastique avec «Quintet» (1978) de Robert Altman, auprès de Paul Newman. Et se retrouve embarquée, avec Alain Delon aux commandes, dans le Concorde pour le film catastrophe de David Lowell Rich «Airport 80» (1978). Petit rôle mémorable dans le drame danois de Gabriel Axel «Le festin de Babette» (1986) ou mère du héros dans «Rêve de papillon» (1993) de l’italien Marco Bellocchio, elle décroche encore un prix à plus de 70 ans pour son interprétation d’une religieuse inflexible dans la saga médiévale de Peter Flinth, «Arn, chevalier du temple» (2006). Trois maris et une fille ont partagé sa joie de vivre jusqu’en 2009, année funeste qui la laisse handicapée à la suite d’un AVC. Elle décède à Stockholm dix ans plus tard, le 14 avril 2019. Reste une carrière miroir de son amour pour la vie. Chapeau Bibi!

© Isabelle MICHEL

copyright
1951Mademoiselle Julie ( fröken Julie ) de Alf Sjöberg avec Anita Björk
1952Le sous-marin 39 ( ubåt 39 ) de Hampe Faustman avec Karl-Arne Holmsten
Vingslag i natten – de Kenne Fant avec Lars Ekborg
1953Dum-Bom – de Nils Poppe avec Inga Landgré
1954Le trésor d’Arne ( herr Arnes penningar ) de Gustaf Molander avec Ulf Palme
Une nuit au château de Glimminge ( en natt på Glimmingehus ) de Torgny Wickman avec Edvard Persson
Une fille sous la pluie ( flickan i regnet ) de Alf Kjellin avec Annika Tretow
1955Sourire d’une nuit d’été ( sommarnattens leende ) de Ingmar Bergman avec Jarl Kulle
Entrée réservée ( egen ingång ) de Hasse Ekman avec Alf Kjellin
1956Le dernier couple qui court ( sista paret ut ) de Alf Sjöberg avec Harriet Andersson
Le septième sceau ( det sjunde inseglet ) de Ingmar Bergman avec Max von Sydow
1957On cherche une villa / On demande une villa pour l’été ( sommarnöje sökes ) de Hasse Eckman avec Eva Dahlbeck
Les fraises sauvages ( smultronstället ) de Ingmar Bergman avec Victor Sjöström
Tu es mon aventure ( du är mitt äventyr ) de Stig Olin avec Gunnar Björnstrand
1958Au seuil de la vie ( nära livet ) de Ingmar Bergman avec Barbro Hiort af Ornäs
    Prix d’interprétation féminine au festival du cinéma de Cannes, France

Le visage ( ansiktet ) de Ingmar Bergman avec Ingrid Thulin
1959Le jeu de l’amour ( den kära leken ) de Kenne Fant avec Sven Lindberg
1960Jour de noces ( bröllopsdagen ) de Kenne Fant avec Edvin Adolphson
L’œil du diable ( djävulens öga ) de Ingmar Bergman avec Stig Järrel
Carnaval ( karneval ) de Lennart Olsson avec Gunnar Hellström
La nuit des otages ( square of violence / nazilje na trugu ) de Leonardo Bercovici avec Broderick Crawford
1961Le jardin des plaisirs ( lustgården ) de Alf Kjellin avec Gunnar Björnstrand
La maîtresse ( älskarinnan ) de Vilgot Sjöman avec Per Myrberg
    Ours d’Argent de la meilleure actrice au festival international du cinéma de Berlin, Allemagne
1962L’amour sous le soleil de minuit / Le garçon entre deux mondes ( kort är sommaren ) de Bjarne Henning-Jensen avec Jarl Kulle
1963Toutes ses femmes ( för att inte tala om alla dessa kvinnor ) de Ingmar Bergman avec Eva Dahlbeck
1964Nuit de juin ( juninatt ) de Lars-Erik Liedholm avec Bengt Virdestam
L’île ( ön ) de Alf Sjöberg avec Jan-Olof Strandberg
1965De l’amour ( o lyubvi / О любви ) de Mikhail Bogin avec Oleg Yankovski
Ma sœur, mon amour ( syskonbädd 1782 / syskonbädd ) de Vilgot Sjöman avec Per Oscarsson
    Etoile de Cristal de la meilleure actrice étrangère aux prix de l’Académie du cinéma Français, France

Persona – de Ingmar Bergman avec Liv Ullmann
    Guldebagge de la meilleure actrice, Suède

    Prix NSFC de la meilleur actrice par la société nationale des critiques de cinéma, USA
1966La bataille de la vallée du diable ( duel at Diablo / Ralph Nelson’s duel at Diablo ) de Ralph Nelson avec James Garner
Scusi, lei è favorevole o contrario ? – de Alberto Sordi avec Anita Ekberg
1967Le viol – de Jacques Doniol-Valcroze avec Bruno Cremer
1968Les filles ( flickorna ) de Mai Zetterling avec Harriet Andersson
Les palmiers noirs ( svarta palmkronor ) de Lars-Magnus Lindgren avec Thommy Berggren
Pense à un nombre ( tænk på et tal ) de Palle Kjærulff-Schmidt avec Henning Moritzen
Une histoire d’une femme ( the story of a woman / storia di una donna ) de Leonardo Bercovici avec Robert Stack
1969La partenaire / Quatre face à l’amour (violenza al sole / un’estate in quattro ) de Florestano Vancini avec Giuliano Gemma
Une passion ( en passion ) de Ingmar Bergman avec Erland Josephson
La lettre du Kremlin ( the Kremlin letter ) de John Huston avec Orson Welles
1971Le lien ( the touch / beröringen ) de Ingmar Bergman avec Elliott Gould
L’homme de l’autre côté ( chelovek s drugoj storony / Человек с другой стороны ) de Yuri Yegorov avec Patrick Wymark
1972Afskedens time – de Per Holst avec Ove Sprogøe
1973Scènes de la vie conjugale ( scener ur ett äktenskap ) de Ingmar Bergman avec Gunnel Lindblom
    Prix NSFC du meilleur second rôle féminin par la société nationale des critiques de cinéma, USA
1974La rivale – de Sergio Gobbi avec Jean Piat
1975Il pleut sur Santiago – de Helvio Soto avec Laurent Terzieff
Blondy ( germicide / vortex ) de Sergio Gobbi avec Rod Taylor
1976Je ne t’ai jamais promis un jardin de roses ( I never promised you a rose garden ) de Anthony Page avec Dennis Quaid
Un ennemi du peuple ( an enemy of the people ) de George Schaefer avec Steve McQueen
DO A look at Liv – de Richard Kaplan avec Peter Finch
    Seulement apparition
1978L’amour en question – de André Cayatte avec Annie Girardot
Quintet – de Robert Altman avec Paul Newman
Femme… d’une autre / Un homme et deux femmes / Une étrange méprise ( twee vrouwen / twice a woman ) de George Sluizer avec Anthony Perkins
Airport 80 ( the Concorde : Airport’79 / airport’79 / airport’ 80 : The Concorde / the Concorde affair / the Concorde / S.O.S. Concorde ) de David Lowell Rich avec Alain Delon
Fais donc l’amour, on en meurt pas ! / La révolution de la confiture ( marmeladupproret ) de Erland Josephson avec Ulf Palme
1979Barnförbjudet – de Marie-Louise De Geer Bergenstråhle avec Fred Åkerström
1980Jag Rodnar – de Vilgot Sjöman avec Larry Hagman
1982Surexposé ( exposed ) de James Toback avec Rudolf Nureyev
Les oiseaux noirs ( svarta fåglar ) de Lasse Glomm avec Bjørn Skagestad
1983Une colline sur la face sombre de la lune ( berget på månens baksida ) de Lennart Hjulström avec Roland Hedlund
Le dernier été ( sista leken ) de Jon Lindström avec Jacob Hirdwall
1985Demain ( huomenna ) de Juha Rosma avec Markku Maalismaa
Pauvre papillon ( pobre mariposa ) de Raúl de la Torre avec Fernando Fernán Gómez
1986Los dueños del silencio / Svart gryning – de Carlos Lemos avec Thomas Hellberg
Le festin de Babette ( Babette’s feast / Babette gæstebud ) de Gabriel Axel avec Stéphane Audran
1988Les créanciers ( fordringsägare ) de Stefan Böhm, Keve Hjelm & John Olsson avec Tomas Bolme
1992Quand tu me reviendras ( una estación de paso ) de Gracia Querejeta avec Omero Antonutti
1993Rêve de papillon ( il sogno della farfalla ) de Marco Bellocchio avec Henry Arnold
CM Musikbussen – de Stig Lasseby
1994Le songe ( drømspel ) de Unni Straume avec Bjørn Willberg Andersen
1995 DO I rollerna tre – de Christina Olofson avec Harriet Andersson
    Seulement apparition
1998 DO Little Big Sister ( achot k’tanah achot g’dolah ) de David Fisher
    Seulement voix & narration
1999Det blir aldrig som man tänkt sig – de Måns Herngren & Hannes Holm avec Gösta Ekman Jr.
    Guldebagge du meilleur second rôle féminin, Suède
2000Anna – de Erik Wedersøe avec Pernilla August
DO Ljuset håller mig sällskap / Light keeps me company – de Carl-Gustav Nykvist avec Woody Allen
    Seulement apparition
2002Elina ( Elina : Som om jag inte fanns ) de Klaus Härö avec Henrik Rafaelsen
    Guldebagge du meilleur second rôle féminin, Suède
2005Quand la nuit tombe ( när mörkret faller / when darkness falls ) de Anders Nilsson avec Reuben Sallmander
2006Arn, chevalier du temple ( Arn: Tempelriddaren ) de Peter Flinth avec Joakim Nätterqvist
    Guldebagge du meilleur second rôle féminin, Suède
2007Arn 2: Le voyage à la fin de la route ( Arn: Riket vid vägens slut ) de Peter Flinth avec Stellan Skarsgård
2008The Frost – de Ferran Audí avec Jordi Cortés
2009 CM Bilder från lekstugan – de Stig Björkman avec Harriet Andersson
Fiche créée le 15 avril 2019 | Modifiée le 2 juillet 2019 | Cette fiche a été vue 1750 fois
PREVIOUSRichard Anderson || Bibi Andersson || Fern AndraNEXT