CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Eric Barclay
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Bruno Pradal



Date et Lieu de naissance : 17 juillet 1949 (Rabat, Maroc)
Date et Lieu de décès : 19 mai 1992 (Saran, France)
Nom Réel : Bruno Jacques Marie Darius Pradal

ACTEUR
Image
1970 Mourir d’aimer – de André Cayatte avec Annie Girardot, Claude Cerval, Jean Bouise & Yves Barsacq
Image
1972 Pas folle la guêpe – de Jean Delannoy avec Françoise Rosay, Philippe Clay, Daniel Ceccaldi & Anny Duperey
Image
1976 Une fille cousue de fil blanc – de Michel Lang avec France Dougnac, Marie Daëms & Serge Reggiani
Image
1987 Adieu, je t’aime – de Claude Bernard-Aubert avec Marie-Christine Barrault & Bruno Cremer

Né le 17 juillet 1949 à Rabat au Maroc, Bruno Pradal revient en France à l’âge de neuf ans à Saint-Germain-en-Laye où il poursuit ses études jusqu’à l'âge de dix-sept ans. Il entre au Conservatoire de Saint-Germain dans le cours de Jacqueline Rouillard avant de suivre les cours d’Art Dramatique du Centre de la Rue Blanche. En 1969, il arpente pour la première fois les planches au Théâtre des Célestins à Lyon dans «Le soldat inconnu et sa femme» de et mis en scène par Peter Ustinov avec Jean-François Prévand et fait une apparition non créditée dans «La maison de campagne» de Jean Girault avec Danielle Darrieux et Jean Richard.

À son retour du service militaire, Bruno Pradal est choisi par André Cayatte pour interpréter l’amant de Annie Girardot dans «Mourir d’aimer» (1970) inspiré de «L’affaire Gabrielle Russier», le triomphe du film permet à Annie Girardot de confirmer son statut de star tandis que Bruno Pradal s’impose du jour au lendemain comme le jeune premier sur qui il faut compter. Ce film fait l’objet d’un remake en 2009, téléfilm où Muriel Robin reprend le rôle de Annie Girardot accompagnée du jeune Sandor Funtek. Malheureusement, Bruno Pradal n’arrive pas à négocier l’après «Mourir d’aimer», il obtient des premiers rôles dans des films qui passent totalement inaperçus comme «La saignée» (1971) de Claude Mulot ou «Les anges» (1972) de Jean Desvilles. Il enchaîne les seconds rôles avec des réalisateurs prestigieux dans des films mineurs: Roger Vadim pour «Hellé» (1971) ou Jean Delannoy pour «Pas folle la guêpe» (1972) avec Françoise Rosay et Anny Duperey. Néanmoins, on peut retenir sa participation à la comédie «Quelques messieurs trop tranquilles» (1972) de Georges Lautner avec Jean Lefebvre, André Pousse, Renée Saint-Cyr et Michel Galabru.

Ces échecs successifs au cinéma cantonnent la carrière de Bruno Pradal au petit écran, il incarne le personnage fictif Edouard Dabert qui revisite l’histoire de l’aviation dans quatre séries: «Les faucheurs de marguerite» (1973), «Le temps des as» (1978), «La conquête du ciel» (1980) et «L’adieu aux as» (1981). Il incarne un avocat au caractère bien trempé, personnage récurrent du soap «Cas de divorce» (1991) et apparaît dans des épisodes de séries à succès telles que: «Commissaire Moulin» (1989) avec Yves Rénier ou «Le JAP, juge d’application des peines» (1992) avec le chanteur Carlos dans le rôle-titre. Il retrouve Annie Girardot dans la saga estivale «Le vent des moissons» (1987) de Jean Sagols et a le rôle principal du téléfilm «Dis maman, tu m’aimes?» (1991) de Jean-Louis Bertucelli avec Eva Darlan. Au cinéma, il interprète des rôles secondaires dans des productions qui n’ont qu’un faible écho auprès du public: «Adieu je t’aime» (1987) de Claude Bernard-Aubert où Bruno Cremer marié à Marie-Christine Barrault est troublé par un jeune homme incarné par Stéphane Bonnet, puis «Sans défense» (1988) de Michel Nerval avec Michel Galabru à la recherche de son petit-fils disparu.

Alors qu’il revient du tournage de la mini-série «Secret de famille» avec Véronique Genest, Bruno Pradal percute un poids lourd sur l’autoroute A10 à Saran près d’Orléans et décède sur le coup le 19 mai 1992 à l’âge de quarante-trois ans. L’acteur se maria puis divorça de Joëlle Portal, mère de ses deux enfants dont le futur comédien Yann Pradal.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1969La maison de campagne – de Jean Girault avec Danielle Darrieux
1970Mourir d’aimer – de André Cayatte avec Annie Girardot
1971La saignée – de Claude Mulot avec Françoise Prévost
A cuore freddo – de Riccardo Ghione avec Enrico Maria Salerno
Hellé – de Roger Vadim avec Maria Schneider
1972Pas folle la guêpe – de Jean Delannoy avec Françoise Rosay
Quelques messieurs trop tranquilles – de Georges Lautner avec Renée Saint-Cyr
Les anges – de Jean Desvilles avec Michel Bouquet
1976L’arriviste – de Samy Pavel avec Anicée Alvina
Une fille cousue de fil blanc – de Michel Lang avec France Dougnac
1978Éclipse sur un ancien chemin vers Compostelle – de Bernard Férié avec Martine Chevallier
1979Charlie Bravo – de Claude Bernard-Aubert avec Jean-François Poron
1985Lune de novembre ( novembermond ) de Alexandra Von Grote avec Danièle Delorme
Rue du Départ – de Tony Gatlif avec Christine Boisson
1986La rumba – de Roger Hanin avec Michel Piccoli
1987Adieu, je t’aime – de Claude Bernard-Aubert avec Marie-Christine Barrault
1988Sortis de route – de Bruno Mattei avec France Anglade
Sans défense – de Claude Nerval avec Pascale Petit
Fiche créée le 16 août 2010 | Modifiée le 16 août 2010 | Cette fiche a été vue 8768 fois
PREVIOUSRudolf Prack || Bruno Pradal || Manuel PradalNEXT