CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Andrzej Wajda
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Caroline Cellier



Date et Lieu de naissance : 7 août 1945 (Montpellier, France)►
Date et Lieu de décès : 15 décembre 2020 (Paris, France)►
Nom Réel : Monique Marie-Louise Cellier

ACTRICE
Image
1984 L’année des méduses – de Christopher Frank avec Bernard Giraudeau, Valérie Kaprisky & Jacques Perrin
Image
1987 Charlie Dingo – de Gilles Béhat avec Guy Marchand, Laurent Malet, Niels Arestrup & Jean-Claude Dauphin
Image
1991 Le zèbre – de Jean Poiret avec Thierry Lhermitte, Annir Grégorio, Philippe Khorsand & Brigitte Chamarande
Image
2009 Thelma, Louise et Chantal – de Benoît Pétré avec Jane Birkin, Catherine Jacob & Thierry Lhermitte

Prénommée Monique à l’état-civil, Caroline Cellier est née le 7 août 1945 à Montpellier. Elle fait ses études au Lycée Molière de Paris avant d’entrer au cours de René Simon. Elle débute au théâtre dans «On ne peut jamais dire» (1963) de George Bernard Shaw puis est engagée pour un petit rôle dans le téléfilm «Une fille dans la montagne» (1964) qui lui permet de donner la réplique à Giani Esposito et Jacques Higelin. Couronnée par les Prix Gérard-Philipe et Suzanne-Bianchetti, elle triomphe dans «Pygmalion» (1967) de George Bernard Shaw avec Pierre Vaneck. Dès lors, elle enchaîne les pièces de boulevard comme «La fille de Stockholm» (1969) avec Rosy Varte, «Le ciel de lit» (1971) avec Jean-Claude Brialy ou «L’ouvre-boîte» (1972) avec Jacques Duby.

Au cinéma, Caroline Cellier débute dans la comédie «La tête du client» (1965) de Jacques Poitrenaud où elle rencontre Jean Poiret qui devient son compagnon et la père de son fils Nicolas né en 1978. À la fin des années soixante, elle interprète la maîtresse de Amidou rattrapé par son passé de tueur dans «La vie, l’amour, la mort» (1968) de Claude Lelouch. Dans «Que la bête meurt» (1969) de Claude Chabrol, elle est impliquée dans l’accident qui a causé la mort du fils de Michel Duchaussoy. Elle obtient un rôle plus conséquent dans le film policier «Les aveux les plus doux» (1970) de Edouard Molinaro avec Marc Porel et interprète la femme de Jacques Brel dans «L’emmerdeur» (1973) de Francis Veber.

Accaparée par le cinéma et la télévision, Caroline Cellier effectue un retour remarqué sur scène dans «Trahisons» (1982) avec Sami Frey et André Dussollier et «L’âge de monsieur est avancé» (1985) avec François Périer et Bernard Haller. À partir des années quatre-vingts, elle enchaîne les rôles au cinéma. Elle interprète la femme de Patrick Dewaere dans «Mille milliards de dollars» (1981) ou participe au portrait de «Femmes de personne» (1983) de Christopher Frank avec Marthe Keller et Fanny Cottençon. Elle retrouve le réalisateur pour «L’année des méduses» (1984) où Bernard Giraudeau séduit par Valérie Kaprisky succombe au charme de sa mère interprétée par Caroline Cellier. Elle obtient pour ce rôle le César du meilleur second rôle. Elle joue aussi la maîtresse de Michel Bouquet dans «Poulet au vinaigre» (1984) de Claude Chabrol. Elle enchaîne les premiers rôles sous la direction de Catherine Corsini, Bernard Stora ou Isabel Sébastian sans vraiment rencontrer le succès. Elle renoue avec le théâtre en interprétant «Les liaisons dangereuses» (1988) d’après Choderlos de Laclos avec Bernard Giraudeau. Avec Thierry Lhermitte, elle participe à l’unique réalisation de Jean Poiret: «Le zèbre» (1992) adaptée avec Martin Lamotte d’un roman de Alexandre Jardin.

Après la mort de Jean Poiret en mars 1992, Caroline Cellier limite ses apparitions au cinéma et au théâtre. Sur le grand écran, elle est dirigée par Gérard Corbiau, Claude Lelouch ou Alain Chabat dans des rôles secondaires. Sur scène, elle reprend «Un tramway nommé désir» (1999) de Tennessee Williams ou «L’éventail de Lady Windermere» (2003) de Oscar Wilde. Dans son dernier film «Thelma, Louise et Chantal» (2009), une comédie de Benoît Pétré, elle partage l’affiche avec Jane Birkin et Catherine Jacob. Le 15 décembre 2020, le décès de Caroline Cellier, à l’âge de 75 ans est annoncé par son fils sur les réseaux sociaux.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1965La tête du client – de Jacques Poitrenaud avec Francis Blanche
1968La vie, l’amour, la mort – de Claude Lelouch avec Amidou
1969Que la bête meure – de Claude Chabrol avec Jean Yanne
1970Les aveux les plus doux – de Edouard Molinaro avec Philippe Noiret
1973L’emmerdeur – de Edouard Molinaro avec Jacques Brel
1974Mariage – de Claude Lelouch avec Rufus
1975Une femme, un jour – de Léonard Keigel avec Jean-Luc Bideau
1976Les fougères bleues – de Françoise Sagan avec Gilles Segal
1977Certaines nouvelles – de Jacques Davilla avec Roger Hanin
1981Mille milliards de dollars – de Henri Verneuil avec Patrick Dewaere
1982Surprise party – de Roger Vadim avec Michel Duchaussoy
1983P’tit con – de Gérard Lauzier avec Guy Marchand
Femmes de personne – de Christopher Frank avec Jean-Louis Trintignant
1984L’année des méduses / Méduses – de Christopher Frank avec Jacques Perrin
    César du meilleur second rôle féminin, France

Poulet au vinaigre / Coq au vin – de Claude Chabrol avec Michel Bouquet
1986Grand guignol – de Jean Marbœuf avec Michel Galabru
Poker – de Catherine Corsini avec Pierre Arditi
1987Charlie Dingo – de Gilles Béhat avec Guy Marchand
Vent de panique – de Bernard Stora avec Bernard Giraudeau
1990La contre-allée – de Isabel Sebastian avec Jacqueline Maillan
1991Le zèbre – de Jean Poiret avec Thierry Lhermitte
1993Délit mineur – de Francis Girod avec Claude Brasseur
1994Farinelli ( Farinelli : Il castrato ) de Gérard Corbiau avec Stefano Dionisi
1996L’élève – de Olivier Schatzky avec Vincent Cassel
Hommes, femmes, mode d’emploi – de Claude Lelouch avec Fabrice Luchini
Didier – de Alain Chabat avec Jean-Pierre Bacri
1997Le plaisir [et ses petits tracas] – de Nicolas Boukhrief avec Mathieu Kassovitz
2004 CM Transit – de Julien Leclercq avec Pierre Richard
2005Jean-Philippe – de Laurent Tuel avec Johnny Hallyday
2006Fragile[s] – de Martin Valente avec François Berléand
2009Thelma, Louise et Chantal – de Benoît Pétré avec Jane Birkin
AUTRES PRIX :
      
    Prix Suzanne Bianchetti de la révélation de l’année, France (1967)
Fiche créée le 16 décembre 2020 | Modifiée le 29 décembre 2020 | Cette fiche a été vue 764 fois
PREVIOUSAdolfo Celi || Caroline Cellier || Simone CerdanNEXT