CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Marguerite Deval
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Christian Duvaleix



Date et Lieu de naissance : 13 mars 1923 (Tunis, Tunisie)►
Date et Lieu de décès : 28 juillet 1979 (Garches, France)►
Nom Réel : Christian Jean Frédéric Duvaleix

ACTEUR
Image
1949 Nous irons à Paris – de Jean Boyer avec Ray Ventura, Françoise Arnoul, Maryse Martin & Henri Genès
Image
1952 La tournée des grands-ducs – de André Pellenc avec Denise Grey, Louis de Funès & Lily Fayol
Image
1957 La Tour, prends garde! – de Georges Lampin avec Jean Marais, Eleonora Rossi Drago & Nadja Tiller
Image
1974 Vos gueules les mouettes! – de Robert Dhéry avec Colette Brosset, Robert Castel & Micheline Dax

Christian Duvaleix naît le 13 mars 1923 à Tunis, alors que son père, acteur et fantaisiste connu, se produit dans une tournée en Afrique du Nord. C’est cependant en France qu’il grandit. Il suit des études secondaires et passe le bac dans cette période d’entre-deux guerres. Arrivé à l’âge adulte, avant les événements tragiques, il a envie de suivre les traces de son célèbre père, il faut dire qu’il est tombé dans la marmite tout petit. Il sort et s’amuse avec toute une bande de jeunes dont Colette Brosset. C’est elle qui le traîne par la main jusqu’au Cours Simon. On connaît la suite! Colette y rencontre son futur époux Robert Dhéry, d’autres joyeux drilles qui deviendront par la suite les fameux Branquignols. Celui que tout le monde appellera «Cricri» se joint à eux. C’est un électron libre, un fantaisiste imprévisible, malicieux, drôle et terriblement sympathique. Il fait partie du trio «Les Trois Socquettes» avec Dhéry et Jacques Emmanuel pour «faire» la première partie du spectacle de Charles Trenet à l’ABC. Toujours avec les mêmes, il joue la pièce de Alfred Adam «Sylvie et son fantôme» pour y incarner... un fantôme.

Musicien, chanteur gouailleur, Christian Duvaleix est un artiste complet qui, après le music hall et la scène, vient au cinéma. Entraîné par toute une bande qui, en ce terrible début de guerre, a élu cantine chez Bouboute, (les parents Brosset qui travaillent aux halles), il fait la connaissance des Gélin, Périer , Blier, Reggiani et de bien d’autres. Il se retrouve sur le générique de «Premier rendez-vous» (1940) de Henri Decoin où élève, il est le condisciple de Georges Marchal et de Daniel Gélin. Enfin la Libération et l’avènement des Branquignols! Il en est l’un des piliers et bien sûr figure sur le générique du film qui sort en 1949. Il fait partie des fameux spectacles de la troupe en France comme en Angleterre et aux USA: «Ah! les Belles Bacchantes», «Dugudu», «La plume de ma tante», etc. Il participe à des opérettes, il se produit dans des cabarets, fait de la radio et même un numéro de cirque à Médrano, avec Buster Keaton.

Cela ne l’empêche pas de participer aussi à de joyeuses comédies sur les écrans comme: «Les aventures des Pieds Nickelés» (1947) de Marcel Aboulker. Un de ses rôles les plus importants est certainement celui du compositeur et pianiste de la radio clandestine qui s’illustre dans le charmant «Nous irons à Paris» (1949) de Jean Boyer, sur les airs entraînants de Ray Ventura. Grâce à Robert Dhéry, il rencontre Louis de Funès et partage avec lui l’affiche de plusieurs opus: «Au diable la vertu» (1952) de Jean Laviron, «La tournée des Grands Ducs» (1952) de André Pellenc, «Les Corsaires du bois de Boulogne» (1954) de Norbert Carbonnaux, «Comme un cheveu sur la soupe» (1957) de Maurice Régamey, «La Belle américaine» (1961) de Robert Dhéry, pour y camper furtivement un curé. Il rejoint Luis Mariano «À la Jamaïque» (1957) de André Berthomieu, Annie Cordy dans «Bonjour sourire» (1955) de Claude Sautet, Jean Marais dans «La Tour prend garde» (1957) de George Lampin, où il est le joyeux Passelacet. Il joue en tandem avec Jacques Jouanneau, chargés de retrouver des couples heureux, dans «La vie à deux» (1958), le film posthume de Sacha Guitry réalisé par Clément Duhour. Par deux fois, il tourne sous la houlette de Jean-Pierre Mocky. Même s’il n’a jamais tenu de premier rôle, il laisse le souvenir d’un joyeux luron, léger, souriant que l’on repère très facilement. Une bien cruelle maladie l’emporte trop prématurément, à 56 ans seulement, nous privant d’un amusant et tendre Zébulon de comédie. Il décède à Garches le 28 juillet 1979 et repose au cimetière de cette ville, à côté de son père.

© Donatienne ROBY

copyright
1940Premier rendez-vous – de Henri Decoin avec Danielle Darrieux
1942À vos ordres, madame – de Jean Boyer avec Suzanne Dehelly
1943Mademoiselle Béatrice – de Max de Vaucorbeil avec Gaby Morlay
1946 CM Le bâton – de Marcel Gibaud avec Georges Demas
1947Les aventures des Pieds Nickelés / Les Pieds Nickelés – de Marcel Aboulker avec Rellys
CM Boite de nuit – de Pierre Blondy avec Dany Fontenay
1948Docteur Laënnec – de Maurice Cloche avec Pierre Blanchar
Bal Cupidon – de Marc-Gilbert Sauvageon avec Simone Renant
1949Branquignols / Les Branquignols – de Robert Dhéry avec Julien Carette
Nous irons à Paris – de Jean Boyer avec Françoise Arnoul
CM La fabrication du savon – de Bernard Borderie avec Roger Saget
1950Le roi du bla-bla-bla – de Maurice Labro avec Roger Nicolas
Le rosier de madame Husson – de Jean Boyer avec Bourvil
Pas de vacances pour monsieur le Maire – de Maurice Labro avec André Claveau
    Seulement scénario
1952Au diable la vertu – de Jean Laviron avec Simone Paris
La tournée des grands-ducs – de André Pellenc avec Denise Grey
1953La route du bonheur ( saluti e baci ) de Maurice Labro & Giorgio Simonelli avec Philippe Lemaire
1954Les corsaires du Bois de Boulogne – de Norbert Carbonnaux avec Annette Poivre
1955Bonjour sourire / Sourire aux lèvres – de Claude Sautet avec Henri Salvador
    Seulement apparition
1956Dry rot – de Maurice Elvey avec Peggy Mount
Trois hommes dans un bateau ( three men in a boat ) de Ken Annakin avec Shirley Eaton
Mademoiselle et son gang – de Jean Boyer avec Line Renaud
1957À la Jamaïque – de André Berthomieu avec Luis Mariano
Comme un cheveu sur la soupe – de Maurice Regamey avec Louis de Funès
C’est arrivé à trente-six chandelles – de Henri Diamant-Berger avec Jane Sourza
    Seulement apparition
La Tour, prends garde ! – de Georges Lampin avec Jean Marais
1958La vie à deux – de Clément Duhour avec Edwige Feuillère
1959Un couple – de Jean-Pierre Mocky avec Juliette Mayniel
1961La belle américaine – de Robert Dhéry avec Colette Brosset
1963Paris qui pétille / Deux têtes folles ( Paris – When it sizzles ) de Richard Quine avec Audrey Hepburn
CM Le wagon-lit – de Christian Duvaleix avec Paul Mercey
    + scénario
1964 TV Félix – de Christian Duvaleix avec Bernard Musson
    Série – + scénario
CM Premier avril – de Christian Duvaleix avec Paul Le Person
    + scénario
CM Le cinéma – de Christian Duvaleix avec Max Montavon
    + scénario
CM Le gain du temps – de Christian Duvaleix avec Pierre Vernier
    + scénario
1968Isadora ( the loves of Isadora ) de Karel Reisz avec Vanessa Redgrave
1969Solo – de Jean-Pierre Mocky avec Anne Deleuze
La promesse de l’aube ( promise at dawn ) de Jules Dassin avec Melina Mercouri
1973Le plumard en folie / Les farfelous – de Jacques Lemoine avec Alice Sapritch
1974Un linceul n’a pas de poches – de Jean-Pierre Mocky avec Sylvia Kristel
Vos gueules les mouettes ! – de Robert Dhéry avec Micheline Dax
1976La vie parisienne – de Christian-Jaque avec Dany Saval
1977 DA Les fabuleuses aventures du baron de Munchausen – de Jean Image
    Seulement voix
Fiche créée le 29 août 2013 | Modifiée le 23 juillet 2019 | Cette fiche a été vue 3474 fois
PREVIOUSAlbert Duvaleix || Christian Duvaleix || Frédéric DuvallèsNEXT