CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Leonardo Favio
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Fernand Raynaud



Date et Lieu de naissance : 19 mai 1926 (Clermont-Ferrand, France)
Date et Lieu de décès : 28 septembre 1973 (Riom, France)
Nom Réel : Fernand André Gustave Raynaud

ACTEUR
Image
1957 Fernand clochard – de Pierre Chevalier avec Renée Devillers, Jean-Marc Tennberg & Magali de Vendeuil
Image
1958 Le sicilien – de Pierre Chevalier avec Pascale Roberts, Marcel Bozzuffi, Mario David & Jess Hahn
Image
1959 La marraine de Charley – de Pierre Chevalier avec Annie Auberson, Albert Michel & Jean-Pierre Cassel
Image
1961 Auguste – de Pierre Chevalier avec Valérie Lagrange, Jean Poiret, Roger Carel & Pierre Palau

Fernand Raynaud né le 19 mai 1926, à Clermont-Ferrand en Auvergne, est le fils cadet d’un ouvrier des usines de pneumatiques Michelin. Il n’a pas le goût aux études et quitte l’école dès quinze ans mais rien ne le motive. Après une dernière semonce paternelle, il enfourche son vélo, direction Paris où il va y tenter sa chance en pleine occupation nazie. Il subsiste en faisant les petits métiers de la rue et des pitreries devant les terrasses des cafés. En 1946 il décroche un contrat comme mime dans un petit cabaret. Découvert par Jean Nohain, célèbre animateur de varietés, au début des années cinquante, Fernand Raynaud fait bientôt la conquête du public avec son air benêt, sa gabardine éculée et son chapeau informe.

Fernand Raynaud commence à faire son cinéma sur grand écran, en 1955, dans un film en noir et blanc de Guy Lefranc «La bande à Papa». Il y joue Fernand tandis que le patriarche de la famille est Noël Roquevert. Bref le film n’engendre pas la mélancolie. L’année suivante notre Auvergnat part dans l’Ouest lointain pour «Fernand cow-boy» avec Dora Doll, mais aussi le comédien Bernard Noël. Fernand devient «Clochard» en 1957 sous la direction de Pierre Chevalier. Il joue la même année son propre rôle dans «C’est arrivé à trente-six chandelles» de Henri Diamant-Berger, avec une multitude de vedettes, un vrai régal! Il devient Fernand de Chalamond dans «Arènes joyeuses» de Maurice de Canonge, avec Colette Ripert, mais aussi la toute jeune Marie-José Nat. Il est encore excellent dans l’univers carcéral du «Mouton» (1960) de Pierre Chevalier avec l’élégante Danièle Lebrun et l’inquiétant Jean-Pierre Marielle. Dans «Auguste» (1961), toujours de Chevalier, il oppose son humour à celui de Jean Poiret qu’il retrouve aux côtés de Micheline Dax et de Henri Virlojeux, en interprétant un double rôle dans «C’est pas moi c’est l’autre» en 1962, dirigé par Jean Boyer.

Fernand Raynaud en parallèle se produit en solo au Théâtre des Variétés à Paris, pendant plus d’un an et demi, dans son «Fernand Raynaud chaud» qu’il présente ensuite sur toute la planète francophone. Il est acclamé régulièrement à l’Olympia et à Bobino dans des spectacles marathon aux sketches inoubliables sur sa sœur, le téléphone, les impôts, le défilé du quatorze juillet. Il joue Molière et son Monsieur Jourdain dans «Le bourgeois gentilhomme» qu’il produit en 1962, puis c’est le Sganarelle de «Dom Juan», face à Georges Descrières de la Comédie Française. Quelle revanche pour ce gugusse formé à l’école de la rue! Fernand tourne encore deux films de son vieux complice Guy Lefranc: «Salut Berthe!» (1968) avec Rosy Varte et Darry Cowl; «L’Auvergnat et l’autobus» (1969).

Mais Fernand Raynaud, humoriste perfectionniste, qui se donne sans compter, veut prendre du recul par rapport à un métier qu’il exerce déjà depuis trente ans. Il se considère harcelé par le fisc et envisage de s’installer en Nouvelle Calédonie pour lui échapper. Alors qu’en toute discrétion, il conduit personnellement sa voiture pour rejoindre sa ville natale où il compte annoncer ses adieux à la scène en donnant gratuitement un spectacle dans une maison de retraite, il percute un mur près de Riom (Puy de Dôme) le 28 septembre 1973. Il laisse son épouse et ses deux enfants, sa famille et la France entière éplorée, mais il reste à jamais dans nos cœurs, notre Très Cher Fernand.

© Caroline HANOTTE

copyright
1955La bande à Papa – de Guy Lefranc avec Suzanne Dehelly
CM 33 tours et puis s’en vont – de Henri Champetier avec Juliette Gréco
1956Fernand cow-boy – de Guy Lefranc avec Dora Doll
Assassins et voleurs – de Sacha Guitry avec Magali Noël
1957Fernand clochard – de Pierre Chevalier avec Renée Devillers
C’est arrivé à trente-six chandelles – de Henri Diamant-Berger avec Jane Sourza
Arènes joyeuses – de Maurice de Canonge avec Marie-José Nat
1958Houla-houla ! – de Robert Darène avec Maximilienne
Le sicilien – de Pierre Chevalier avec Pascale Roberts
Minute papillon ! – de Jean Lefèvre avec Françoise Delbart
1959La marraine de Charley – de Pierre Chevalier avec Annie Auberson
1960Le mouton – de Pierre Chevalier avec Danièle Lebrun
1961Auguste – de Pierre Chevalier avec Valérie Lagrange
1962Nous irons à Deauville – de Francis Rigaud avec Mary Marquet
C’est pas moi, c’est l’autre – de Jean Boyer avec Geneviève Kervine
1968Salut Berthe ! – de Guy Lefranc avec Rosy Varte
1969L’Auvergnat et l’autobus – de Guy Lefranc avec Christiane Minazzoli
Fiche créée le 24 septembre 2006 | Modifiée le 21 septembre 2015 | Cette fiche a été vue 10317 fois
PREVIOUSRaymone || Fernand Raynaud || Ronald ReaganNEXT