CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Esther Fernández
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Gérard Hérold



Date et Lieu de naissance : 10 septembre 1939 (Mulhouse, France)
Date et Lieu de décès : 19 août 1993 (Paris, France)
Nom Réel : Gérard Georges Hérold

ACTEUR
Image
1979 Ciao, les mecs! – de Sergio Gobbi avec Jean Piat, Michel Galabru, Charles Aznavour & Dany Saval
Image
1982 Le battant – de Alain Delon avec Alain Delon, Anne Parillaud, Andréa Ferréol & François Périer
Image
1983 Retenez-moi… ou je fais un malheur! – de Michel Gérard avec Jerry Lewis, Charlotte de Turckheim & Michel Blanc
Image
1988 Rouget le braconnier – de Gilles Cousin avec Jean-Michel Noirey, Olivia Brunaux & Nicolas Silberg

Le 10 septembre 1939, Gérard Hérold nait à Mulhouse. Son père, Georges Hérold, contremaitre dans une usine de textile le jour, écrit, le soir, des poèmes et des pièces de théâtre en dialecte alsacien. Sa mère, Charlotte, travaille comme secrétaire. Il a un frère Roland qui ayant gravi tous les échelons deviendra chef typographe aux DNA (Dernières Nouvelles d’Alsace). Bien que Georges Hérold écrit et met en scène, il n’approuve pas particulièrement le choix de son fils d’être comédien mais, le jeune Gérard, éperdu d’admiration pour un autre Gérard, Gérard Philipe, ne rêve que de marcher dans les pas de celui ci. Finalement il obtient gain de cause et apprend le métier de comédien à l’école du TNS (Théâtre national de Strasbourg) où il rencontre celle qui va devenir sa femme et qui est également comédienne. Après leur formation ils s’installent enfin dans la capitale.

Gérard Hérold à la chance de débuter au Théâtre Montparnasse dans «Richard III» de Shakespeare sous la direction de Jean Anouilh (qu’il retrouvera pour sa pièce «Beckett»), puis il joue à plusieurs reprises sous la direction de Antoine Vitez dans «Electre» de Sophocle, «Le dragon» d’Evgueni Schwartz et «Le précepteur» d’après Jacob Lenz. Il travaille ensuite avec Gérard Vergez («Ce soir on improvise» dans la cour d’honneur du Palais des Papes), Bernard Blier («Galapagos» de Jean Chatenet), Claude Régy («Se trouver» de Luigi Pirandello, «Rosencrantz et Guildenstern sont morts» de Tom Stoppard), Claude Santelli («Les Rustres» de Goldoni). Giorgio Strehler, qui vient de fonder la compagnie du «Théâtre de l’Europe», l’engage pour jouer 3 personnages (Dorante, Géronte, le geôlier) dans «L’illusion Comique» de Corneille au Théâtre de l’Odéon, aux cotés de Gérard Desarthe, Henri Virlojeux, Nathalie Nell. Enfin Pierre Mondy, qu’il connaît bien pour avoir souvent joué avec lui, le dirige dans «L’Amuse gueule» de Gérard Lauzier au Théâtre du Palais Royal.

Parallèlement à son parcours théâtral, Gérard Hérold fait ses débuts à l’écran en 1967 dans le feuilleton «La Vie commence à minuit». En 1973, il est le héros dans «Les Fraises d’automne» et le roi Alphonse V dans le feuilleton «Le secret des Flamands». Son premier rôle au cinéma lui est donné par Edouard Molinaro dans «Le téléphone rose» (1975) avec Mireille Darc et Pierre Mondy. Il le retrouve pour le rôle d’Alain Valdez dans deux épisodes de la série des Claudine en 1978: «Claudine s’en va» et «Claudine en ménage» avec Marie-Hélène Breillat. Il est le «poulet» d’«Adieu poulet» (1975) de Pierre Granier-Deferre aux côtés de Lino Ventura et Patrick Dewaere. Il tourne plusieurs fois avec Alain Delon, notamment dans «Pour la peau d’un flic» (1981) et «Le battant» (1982). Il incarne le commandant Gilles dans «La septième compagnie au clair de lune» (1977) réalisé par Robert Lamoureux. Il tient un des premiers rôles dans le téléfilm de Michel Berny «Les Marloupins» (1979) et joue le rôle principal dans une comédie «à l’italienne» de Sergio Gobbi intitulée «Ciao les mecs» (1979), aux côtés de Daniel Russo, Ann Lonnberg, Charles Aznavour, Jean Piat

Son dernier rôle, Patrick, Gérard Hérold le joue en 1991 aux côtés de Gérard Depardieu dans «Mon père, ce héros» (1990) de Gérard Lauzier. Il a aussi prêté sa voix à de nombreux documentaires, films institutionnels et publicités. Il meurt prématurément à l’aube de ses 54 ans d’une crise cardiaque.

© Anne HEROLD, sa fille.

copyright
1975Le téléphone rose – de Edouard Molinaro avec Mireille Darc
Parlez-moi d’amour – de Michel Drach avec Nathalie Roussel
Adieu poulet – de Pierre Granier-Deferre avec Lino Ventura
1976Comme un boomerang – de José Giovanni avec Charles Vanel
1977Monsieur Papa – de Philippe Monnier avec Claude Brasseur
L’imprécateur – de Jean-Louis Bertucelli avec Marlène Jobert
Mort d’un pourri – de Georges Lautner avec Alain Delon
La septième compagnie au clair de lune – de Robert Lamoureux avec Jean Lefebvre
1979Ciao, les mecs ! – de Sergio Gobbi avec Dany Saval
1980T’inquiète pas, ça se soigne – de Eddy Matalon avec Rosy Varte
1981Madame Claude II – de François Minet avec Alexandra Stewart
Pour la peau d’un flic – de Alain Delon avec Anne Parillaud
Une jeunesse – de Moshé Mizrahi avec Charles Aznavour
1982Le battant – de Alain Delon avec Andréa Ferréol
Polar – de Jacques Bral avec Jean-François Balmer
1983Si elle dit oui… je ne dis pas non ! – de Claude Vital avec Pierre Mondy
Retenez-moi… ou je fais un malheur ! – de Michel Gérard avec Jerry Lewis
1984La triche – de Yannick Bellon avec Anny Duperey
1987 CM Eden 2 – de Dante Desarthe avec Christian Bobet
1988À deux minutes prés – de Eric Le Hung avec Charlotte de Turckheim
Tank you Satan – de André Farwagi avec Carole Laure
Rouget le braconnier – de Gilles Cousin avec Olivia Brunaux
1990Mon père ce héros – de Gérard Lauzier avec Gérard Depardieu
Fiche créée le 15 mars 2019 | Modifiée le 2 mai 2019 | Cette fiche a été vue 718 fois
PREVIOUSJuano Hernandez || Gérard Hérold || Blake HeronNEXT