CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de André Brulé
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Georges Staquet



Date et Lieu de naissance : 15 septembre 1932 (Bruille-lez-Marchiennes, France)
Date et Lieu de décès : 3 janvier 2011 (Paris, France)
Nom Réel : Jules Georges Lehingue

ACTEUR

Né le 15 septembre 1932 à Bruille-lez-Marchiennes dans le pays des corons, Georges Staquet, de son vrai nom Jules Lehingue se prédestine au travail dans les mines où il remplit des wagons de charbon poursuivant la tradition familiale de son père qui conduisait les chevaux menant ces wagons. Parallèlement, dans cette immédiate après-guerre, il joue la comédie dans une troupe de théâtre amateur.

Quittant le nord de la France pour Paris à l’aube des années cinquante, Georges Staquet travaille en tant que chef de chauffe pour alimenter les chaudières. Par hasard, il rencontre Pierre Prévert qui le présente à Georges Brassens et Marcel Mouloudji. Confronté au monde du spectacle, il s’oriente vers le cinéma et le théâtre. Prenant le nom de jeune de fille de sa mère pour pseudonyme, avec son accent ch’timi, il apparaît dans des dramatiques télévisées parfois diffusées en direct comme dans l’émission «La caméra explore le temps» (1962). La même année, il joue un aubergiste dans «Le jour et l’heure» de René Clément, son premier rôle au cinéma. Parallèlement, il mène une carrière exigeante sur les planches se refusant au théâtre de boulevard. Il devient l’un des interprètes privilégiés de Antoine Bourseiller à Paris ou au Festival d’Avignon. Il est également mise en scène par Roger Planchon à Villeurbanne, Georges Wilson au Nouveau TNP ou Patrice Chéreau à Marseille.

Au cinéma, Georges Staquet va faire une rencontre déterminante en la personne de Jean-Luc Godard qui fait appel à ses services à trois reprises au moment de l’explosion de la «Nouvelle Vague» dans «Bande à part» (1964), «Pierrot le fou» (1965) et «Week-end» (1967). Il retrouvera le cinéaste beaucoup plus tard pour «Je vous salue Marie» (1983). Parallèlement, il mène une carrière importante pour le petit écran où il apparaît dans des feuilletons mythiques de la télévision française tels que «Belphégor» (1964) ou «Les rois maudits» (1972) réalisés par Claude Barma et des épisodes de la série «Les cinq dernières minutes» avec Raymond Souplex.

Devenu un visage familier du petit écran, Georges Staquet est régulièrement sollicité par le cinéma dès les années soixante-dix. «Troisième couteau», il est dirigé à plusieurs reprises par Yves Boisset mais est également employé par Claude Lelouch, Alain Corneau ou Henri Verneuil. Peu à peu, ses rôles vont s’étoffer devenant ainsi un des seconds rôles indispensables du cinéma français associé à de gros succès publics comme: «La zizanie» (1977) de Claude Zidi en délégué du personnel confronté à Louis de Funès, «La guerre des polices» (1979) de Robin Davis avec Claude Brasseur et Marlène Jobert ou «Le maître d’école» (1981) de Claude Berri en père de Coluche. Cette carrière fructueuse se concentre ensuite quasi-exclusivement à la télévision qui lui offre des rôles conséquents, souvent sous la direction de Jean-Louis Bertucelli, On le remarque dans «IP5 – L’île aux pachydermes» (1991) de Jean-Jacques Beineix avec Yves Montand et apparaît furtivement dans l’adaptation de «Germinal» (1992) réalisée par Claude Berri. En 2002, il compose un jardinier dans «Quelqu’un de bien» de Patrick Timsit avec José Garcia, son dernier rôle à l’écran. À l'image de son parcours professionnel, Georges Staquet décède discrètement le 3 janvier 2011 à Paris laissant derrière lui un parcours relevant d’un travail d’artisan de qualité. Fidèle à ses origines ouvrières, il mena sa carrière en toute simplicité mais de façon toujours exemplaire.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1962Le jour et l’heure ( the day and the hour / today we live ) de René Clément avec Simone Signoret
1964Bande à part – de Jean-Luc Godard avec Anna Karina
Marie-Soleil – de Antoine Bourseiller avec Danièle Delorme
1965Paris brûle-t-il ? – de René Clément avec Leslie Caron
Pierrot le fou – de Jean-Luc Godard avec Jean-Paul Belmondo
1967Week-end – de Jean-Luc Godard avec Mireille Darc
1968Le temps de vivre – de Bernard Paul avec Marina Vlady
1970Le mur de l’Atlantique – de Marcel Camus avec Bourvil
1971L’œuf – de Jean Herman avec Marie Dubois
1972Le tueur – de Denys de La Patellière avec Jean Gabin
L’attentat – de Yves Boisset avec Jean Seberg
R.A.S. – de Yves Boisset avec Jacques Spiesser
Le sex shop – de Claude Berri avec Juliet Berto
Sans sommation – de Bruno Gantillon avec Anny Duperey
1973La bonne année – de Claude Lelouch avec Lino Ventura
Salut l’artiste – de Yves Robert avec Marcello Mastroianni
1974France société anonyme – de Alain Corneau avec Michel Bouquet
Un jour, la fête / Big bazar – de Pierre Sissier avec Michel Fugain
1976Si c’était à refaire – de Claude Lelouch avec Anouk Aimée
1977La zizanie – de Claude Zidi avec Annie Girardot
1978Au bout du bout du banc – de Peter Kassovitz avec Jane Birkin
Opération Ogre ( operación Ogro / Ogro ) de Gillo Pontecorvo avec Gian Maria Volonté
1979La guerre des polices – de Robin Davis avec Marlène Jobert
I... comme Icare – de Henri Verneuil avec Yves Montand
La femme flic – de Yves Boisset avec Miou-Miou
1980 CM Karim Ben Abdallah – de François Ode avec Yvonne Dany
1981Le maître d’école – de Claude Berri avec Coluche
1983Je vous salue Marie – de Jean-Luc Godard avec Myriem Roussel
1984Rouge baiser – de Véra Belmont avec Marthe Keller
1988Un été d’orage – de Charlotte Brandström avec Marie-Christine Barrault
La vie et rien d’autre – de Bertrand Tavernier avec Philippe Noiret
1990Aujourd’hui peut-être… – de Jean-Louis Bertucelli avec Giulietta Masina
1991IP5 : L’île aux pachydermes – de Jean-Jacques Beineix avec Yves Montand
1992Germinal – de Claude Berry avec Gérard Depardieu
1985 CM Le poids du ciel – de Laurent Herbiet avec Olivia Brunaux
1999La taule – de Alain Robak avec Claude Brasseur
2002Quelqu’un de bien – de Patrick Timsit avec Marianne Denicourt
2005 CM Mort à l’écran – de Alexis Ferrebeuf avec Lambert Wilson
Fiche créée le 4 janvier 2011 | Modifiée le 9 janvier 2011 | Cette fiche a été vue 3008 fois
PREVIOUSMaureen Stapleton || Georges Staquet || Graham StarkNEXT