CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Fernando Guillén
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Gianna Maria Canale



Date et Lieu de naissance : 13 septembre 1927 (Reggio di Calabria, Italie)
Date et Lieu de décès : 4 janvier 2009 (Sutri, Italie)
Nom Réel : Maria Canale

ACTRICE
Image
1951 Le passé d’une mère (vedi Napoli e poi muori) de Riccardo Freda avec Vittorio Sanipoli & Franca Marzi
Image
1955 La châtelaine du Liban – de Richard Pottier avec Jean-Claude Pascal, Jean Servais & Juliette Gréco
Image
1959 Aventuriers des tropiques (gli avventurieri dei tropici) de Sergio Bergonzelli avec Frank Latimore & John Kitzmiller
Image
1963 Le lion de Saint-Marc (il leone di San Marco) de Luigi Capuano avec Gordon Scott & Rik Battaglia

Gianna Maria Canale voit le jour le 13 septembre 1927 sur les bords du détroit de Messine, à Reggio di Calabria, ville de la région calabraise, à la pointe de la botte italienne face à la Sicile. À dix-huit ans, alors qu’elle occupe un poste de secrétaire pour une petite société romaine, elle fait une figuration dans un film de Carmine Gallone et rêve de devenir actrice. En 1947, elle se présente au concours de Miss Italie. Elle devance trois autres jolies jeunes femmes: Gina Lollobrigida, Silvana Mangano et Eleonora Rossi Drago, et arrive seconde derrière Lucia Bosé. Toutes feront une belle carrière au cinéma.

Tout aurai pu s’arrêter là si Gianna Maria Canale ne fut remarquée par Riccardo Freda. Fasciné par son charme et ses grands yeux émeraudes, le cinéaste ne tarde pas, par amour pour elle, à se séparer de sa femme. Les deux amants partent au Brésil tourner «Guarany» (1947) avec Antonio Vilar et «O caçula do barulho» (1948) avec Grande Otelo. De retour en Italie, ils finissent par se marier. Freda impose sa femme en vedette dans une dizaine d’autres productions, parmi lesquelles: «Le chevalier mystérieux» (1948) avec Vittorio Gassman, «Trahison» (1949) avec Amedeo Nazzari, «Spartacus» (1952) avec Massimo Girotti, «Théodora, l’impératrice de Byzance» (1953) avec Georges Marchal et le premier grand film d’horreur italien «Les vampires» (1956).

La beauté de Gianna Maria Canale, souvent comparée à celle de Ava Gardner, attire d’autres artistes italiens. Elle est la partenaire de Totò dans «Totò le Moko» (1949) et de Marcello Mastroianni dans «L’ange du péché» (1952). Vittorio De Sica dirige l’actrice avec Alberto Sordi dans «Il boom» en 1963. Hollywood la sollicite pour «Tout ou rien» (1951) un film de guerre avec Van Johnson, le cinéma britannique aussi pour «L’ennemi silencieux» (1958) avec Laurence Harvey. Elle est également à l’affiche des films français «Alerte au sud» (1953) de Jean Devaivre, «Madame du Barry» (1954) de Christian-Jaque, «Napoléon» (1954) de Sacha Guitry, «La châtelaine du Liban» (1955) de Richard Pottier et «Le chevalier de Pardaillan» (1962) de Bernard Borderie . Mais c’est surtout par ses interprétations dans des péplums et des films d’aventures, que le nom de La «Canale» s’inscrit en lettres d’or dans le cinéma italien, à partir de la seconde moitié des années cinquante. Elle est entre autres la vedette de: «Les esclaves de Carthage» (1957) avec Jorge Mistral, «Les travaux d’Hercule» (1957) avec Steve Reeves, «La révolte des gladiateurs» (1958) avec Georges Marchal, «La reine des Amazones» (1959) avec Rod Taylor, «Les nuits de Raspoutine» (1960) avec John Drew Barrymore, «Le secret de Monte Cristo» (1961) avec Rory Calhoun et «Le lion de Saint-Marc» (1963) avec Gordon Scott. Un palmarès de rôles exotiques qui fait de Gianna Maria Canale, la star incontestée de ce genre de productions.

En 1965, Gianna Maria Canale abandonne définitivement le cinéma et refuse, par la suite, toute interview. Les plus folles rumeurs courent à son sujet et alimentent les tabloïdes: rupture avec Freda pour un coiffeur, accident de voiture qui la laisse défigurée, maladie dégénérescente, ... Après de longues décennies d’oubli, ses admirateurs apprennent son décès, le 4 janvier 2009 à Sutri (Latium), par quelques lignes dans les journaux. Pourtant, quelques mois plus tôt, sa ville natale lui avait consacré un hommage en projetant la plupart de ses films et avec une exposition photographique, où elle brilla par son absence.

© Philippe PELLETIER

copyright
1945Rigoletto – de Carmine Gallone avec Tito Gobbu
1946L’aigle noir ( aquila nera ) de Riccardo Freda avec Gino Cervi
1947Guarany – de Riccardo Freda avec Antonio Vilar
1948Le chevalier mystérieux ( il cavaliere misterioso ) de Riccardo Freda avec Vittorio Gassman
Le comte Ugolin ( il conte Ugolino ) de Riccardo Freda avec Carlo Ninchi
O caçula do barulho – de Riccardo Freda avec Grande Otelo
Le baiser d’une morte ( il bacio di una morta ) de Guido Brignone avec Paul Müller
1949Trahison ( il tradimento / passado che uccide ) de Riccardo Freda avec Amedeo Nazzari
Totò le Moko – de Carlo Ludovico Bragaglia avec Totò
Le fils de d’Artagnan ( il figlio di d’Artagnan ) de Riccardo Freda avec Paolo Stoppa
1950La vengeance de l’aigle noir ( la vendetta di aquila nera ) de Riccardo Freda avec Rosanno Brazzi
1951Le passé d’une mère ( vedi Napoli e poi muori ) de Riccardo Freda avec Vittorio Sanipoli
Tout ou rien ( go for broke ! ) de Robert Pirosh avec Van Johnson
Chantage ( la leggenda del piave ) de Riccardo Freda avec Renato Baldini
1952L’ange du péché ( l’eterna catena ) de Anton Guilio Majano avec Marcello Mastroianni
Spartacus ( Spartaco / Sparcaco, il gladiatore della Tracia ) de Riccardo Freda avec Massimo Girotti
1953Le secret de la casbah ( dramma nella Kasbah / man from Cairo ) de Edoardo Anton & Ray Enright avec George Raft
Alerte au sud – de Jean Devaivre avec Erich von Stroheim
Théodora, l’impératrice de Byzance ( Teodora, imperatrice di Bisanzio ) de Riccardo Freda avec Georges Marchal
1954Madame du Barry – de Christian-Jaque avec André Luguet
Le fils de l’autre / L’ombre / Le serment d’une mère ( l’ombra ) de Giorgio Bianchi avec Pierre Cressoy
Napoléon – de Sacha Guitry avec Orson Welles
1955Femme seule ( donne sole ) de Vittorio Sala avec Ettore Manni
Le courage ( il coraggio ) de Domenico Paolella avec Gabriele Tinti
La châtelaine du Liban – de Richard Pottier avec Jean-Claude Pascal
1956La muraille de feu ( la Gerusalemma liberata ) de Carlo Ludovico Bragaglia avec Francisco Rabal
Les vampires ( i vampiri / the devil’s commandment / evil’s commandment / lust of the vampire / the vampires ) de Riccardo Freda avec Antoine Balpêtré
Les esclaves de Carthage / Sous le signe de la croix ( le schiave di Cartagine ) de Guido Brignone avec Jorge Mistral
1957La belle et le corsaire ( il corsaro della mezzaluna ) de Giuseppe Maria Scotese avec John Derek
Les travaux d’Hercule ( le fatiche di Ercole ) de Pietro Francisci avec Steve Reeves
1958L’ennemi silencieux ( the silent enemy ) de William Fairchild avec Laurence Harvey
Le crime était signé / Le crime ne paie pas ( the whole truth ) de John Guillermin & Dan Cohen avec Stewart Granger
La révolte des gladiateurs ( la rivolta dei gladiatori ) de Vittorio Cottafavi avec Georges Marchal
1959Aventuriers des tropiques ( gli avventurieri dei tropici ) de Sergio Bergonzelli avec Frank Latimore
Le cavalier à l’armure d’or / Les cavaliers du diable ( i cavalieri del diavolo ) de Siro Marcellini avec Antonio De Teffè
La reine des Amazones ( la regina delle Amazzoni ) de Vittorio Sala avec Rod Taylor
1960La reine des pirates ( la venere dei pirati ) de Mario Costa avec Massimo Serato
Les nuits de Raspoutine ( l’ultimo zar / nights of Rasputin / the night they killed Rasputin / giant monster ) de Pierre Chenal avec John Drew Barrymore
Les conquérants de l’Orient ( il conquistatore dell’Oriente ) de Tanio Boccia avec Rik Battaglia
1961La bataille de Corinthe ( il conquistatore di Corinto / the centurion / conqueror of Corinth ) de Mario Costa avec Jacques Sernas
Maciste contre le fantôme ( Maciste contro il vampiro / Goliath and the island of vampires / the vampires / Goliath and the vampires / Maciste vs. the vampires ) de Giacomo Gentillomo et Sergio Corbucci avec Gordon Scott
Le secret de Monte Cristo ( the treasure of Monte Cristo / the secret of Monte Cristo ) de Robert Baker & Monty Berman avec Rory Calhoun
1962Le chevalier de Pardaillan – de Bernard Borderie avec Gérard Barray
Le tigre des mers ( la tigre dei sette mari ) de Luigi Capuano avec Anthony Steel
Le fils de Spartacus ( il figlio di Spartacus ) de Sergio Corbucci avec Steve Reeves
DO Lyyke og krone – de Colbjörn Helander & Stein Sælen avec Gary Cooper
    Seulement apparition
1963Scaramouche / Le masque de Scaramouche ( la máscara de Scaramouche / le avventure di Scaramouche / the adventures of Scaramouche ) de Antonio Isasi-Isasmendi avec Gérard Barray
Il boom – de Vittorio De Sica avec Alberto Sordi
Le lion de Saint-Marc ( il leone di San Marco / the lion of St. Mark / the marauder ) de Luigi Capuano avec Gordon Scott
Le pont des Soupirs ( il ponte des Sospiri ) de Piero Pierotti & Carlo Campogalliani avec Brett Halsey
1964I treno del sabato – de Vittorio Sala avec Philippe Leroy
Fiche créée le 18 janvier 2009 | Modifiée le 9 février 2016 | Cette fiche a été vue 6135 fois
PREVIOUSAna María Campoy || Gianna Maria Canale || José CanalejasNEXT