CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Gladys Cooper
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jean Grémillon



Date et Lieu de naissance : 3 octobre 1901 (Bayeux, France)
Date et Lieu de décès : 25 novembre 1959 (Paris, France)
Nom Réel : Jean Alexandre Louis Eugène Grémillon

REALISATEUR
Image
1930 La petite Lise – de Jean Grémillon avec Pierre Alcover, Nadia Sibirskaïa, Julien Bertheau & Joe Alex
Image
1937 Gueule d’amour – de Jean Grémillon avec Jean Gabin, Mireille Balin, René Lefèvre & Jean Ayme
Image
1937 L’étrange monsieur Victor – de Jean Grémillon avec Raimu, Pierre Blanchar & Madeleine Renaud
Image
1950 L’étrange madame X – de Jean Grémillon avec Michèle Morgan, Henri Vidal & Maurice Escande

Jean Grémillon naît le 3 octobre 1901, à Bayeux où son père travaille à la Compagnie des Chemins de Fer de l’Ouest. Après ses années de lycée à Brest, Jean, excellent musicien, poursuit ses études à la «Schola Cantorum» de Paris. Le soir, il accompagne au violon les films muets des cinémas de quartier avant de réaliser la musique de «Quatorze juillet» (1933) de René Clair.

Entre temps, Jean Grémillon se lance dans la réalisation de documentaires. Puis, grâce au soutien de Charles Dullin, il tourne «Maldonne» (1928), histoire d’un jeune homme de bonne famille amoureux d’une bohémienne interprétée par Genica Athanasiou. Il réalise ensuite «Gardiens de phare» (1929) film aux décors naturels saisissants et au scénario original d’un père dont le fils est devenu fou. Isolés dans leur phare, ils attendant la relève. «La petite Lise» (1930) est le premier parlant de Grémillon: Pierre Alcover, bagnard repenti, s’accuse d’un nouveau crime pour sauver sa fille jouée par Nadia Sibirskaïa. «Dainah la métisse» (1931) raconte un crime sur un paquebot avec Laurence Clavius, Habib Benglia et Charles Vanel. «Pour un sou d’amour» (1932) permet à Jean Grémillon d’aborder la comédie avec Josseline Gaël et André Baugé, un milliardaire qui change d’identité pour être aimé pour lui-même. À l’inverse, dans «Gonzague ou l’accordeur» (1933) avec Julien Carette, c’est un miséreux que l’on fait passer par superstition pour un quatorzième convive fortuné. Le cinéaste travaille également en Espagne. Dans «La Dolorosa» (1934), Agustín Godoy joue un jeune peintre qui a pour modèle Rosita Díaz Gimeno. L’histoire se termine dans le drame et le peintre se fait moine. Suit une comédie chantée, financée par Luis Buñuel, «¡Centinela Alerta !» (1936), avec Ana Maria Custodio en femme abandonnée avec son enfant. Mais deux braves soldats appelés, chanteurs dans le civil, la prennent sous leur protection. Dans le même genre, Grémillon réalise en France «Valse Royal » (1935), avec Henri Garat, qu’accompagnent Renée Saint-Cyr et Mila Parély qui sont aussi de la distribution de «Pattes de mouche» avec Pierre Brasseur. 1937, c’est bien sûr dans «Gueule d’amour», un magnifique Jean Gabin en Spahi, l’Arc de Triomphe d’Orange en toile de fond et Mireille Balin en femme fatale. La même année, Raimu est en contre-emploi dans «L’étranger Monsieur Victor». Pour «Remorques» (1939-1940) Jean Gabin, mobilisé, bénéficiera d’une permission exceptionnelle pour finir le film.

Pendant l’occupation Jean Grémillon réussit à faire deux films. À la libération, son documentaire «Le six juin à l’aube» montre le martyr des Normands sous le feu de la résistance acharnée des Allemands et des bombardements alliés. Par la suite le réalisateur tourne encore «Pattes blanches» (1948) avec Suzy Delair que se disputent Paul Bernard et Maurice Bouquet, avec la complicité de Fernand Ledoux; «L’étrange Madame X» (1950) alias Michèle Morgane dont l’amant, Henri Vidal, est un jeune homme pauvre; et enfin «L’amour d’une femme» (1953) avec Micheline Presle, femme médecin sur l’île d’Ouessant, qui préfère sacrifier son amour pour Massimo Girotti, aux biens de la communauté.

Puis Jean Grémillon faute de moyens financiers ne tourne plus que des documentaires dont une dernière réalisation sur son ami peintre surréaliste André Masson en 1958. Ce cinéaste à la filmographie éclectique et originale bien que peu importante, décède le 25 novembre 1959, à Paris.

© Caroline HANOTTE

copyright
1923 DO Chartres – de Jean Grémillon
    + montage
DO Le revêtement des routes / La construction des chaussées modernes – de Jean Grémillon
    + montage
1924 DO La fabrication du fil – de Jean Grémillon
    + montage
DO Du fil à l’aiguille – de Jean Grémillon
    + montage
DO La fabrication du ciment artificiel – de Jean Grémillon
    + montage
DO La bière – de Jean Grémillon
    + montage
DO Le roulement à billes – de Jean Grémillon
    + montage
DO Les parfums – de Jean Grémillon
    + montage
DO L’étirage des ampoules électriques – de Jean Grémillon
    + montage
DO La photogénie mécanique – de Jean Grémillon
    + montage
1925 DO L’éducation professionnelle des conducteurs de tramway – de Jean Grémillon
    + montage
DO L’électrification de la ligne Paris-Vierzon – de Jean Grémillon
    + montage
DO L’Auvergne – de Jean Grémillon
    + montage
DO Les aciéries de la marine et d’Homecourt – de Jean Grémillon
    + montage
1926 DO La vie des travailleurs italiens en France – de Jean Grémillon
    + montage
DO La naissance des cigognes – de Jean Grémillon
    + montage
DO La croisière de l’Atalante – de Jean Grémillon
    + montage
DO Gratuités – de Jean Grémillon
DO Tour au large – de Jean Grémillon
    + montage & scénario
DO Bobs – de Jean Grémillon
    + montage
1927Maldone – de Jean Grémillon avec Charles Dullin
    + musique
1928Gardiens de phare – de Jean Grémillon avec Genica Athanasiou
    + montage
1930La petite Lise – de Jean Grémillon avec Pierre Alcover
1931Pour un sou d’amour – de Jean Grémillon avec André Baugé
1932Dainah la métisse – de Jean Grémillon avec Charles Vanel
CM Le petit babouin – de Jean Grémillon avec Armand Bernard
    + montage
1933Quatorze Juillet / 14 Juillet – de René Clair avec Annabella
    Seulement musique
Gonzague ou l’accordeur – de Jean Grémillon avec Julien Carette
    + adaptation, dialogues & scénario
1934La dolorosa – de Jean Grémillon avec Rosita Diaz
    + scénario
1935Valse royale – de Jean Grémillon avec Henri Garat
Pattes de mouches – de Jean Grémillon avec Pierre Brasseur
    + scénario
1937¡ Centinela, alerta ! – de Jean Grémillon avec Pablo Hidalgo
Gueule d’amour – de Jean Grémillon avec Jean Gabin
    + adaptation & montage
L’étrange monsieur Victor – de Jean Grémillon avec Raimu
1940Remorques – de Jean Grémillon avec Michèle Morgan
    + dialogues & scénario
1942Lumière d’été – de Jean Grémillon avec Madeleine Renaud
1943Le ciel est à vous – de Jean Grémillon avec Jean Debucourt
1945 DO Le six juin à l’aube – de Jean Grémillon
    + scénario, commentaires & musique
1947 CM Le printemps de la liberté – de Jean Grémillon
    + scénario, dialogues & musique
1948Pattes blanches – de Jean Grémillon avec Fernand Ledoux
    Prix Spécial pour la mise en scène au festival international du cinéma de Locarno, Suisse
1949 DO Les charmes de l’existence – de Jean Grémillon
    + scénario & commentaires
1950L’étrange madame X – de Jean Grémillon avec Henri Vidal
DO Désastre de la guerre – de Pierre Kast
    Seulement commentaires, apparition & musique
1951Caf’ Con’ – de Jean Grémillon
    Inachevé
1952 DO Astrologie ou le miroir de la vie – de Jean Grémillon
    + musique
CM Encyclopédie filmée : Lettre A (première partie) : Alchimie – de Jean Grémillon
    + scénario
1953 DO Au cœur de l’Ile de France – de Jean Grémillon
    + musique
L’amour d’une femme – de Jean Grémillon avec Micheline Presle
    + adaptation, dialogues & scénario
1955 DO La maison aux images – de Jean Grémillon
    + commentaires & musique
1956 DO Haute lisse – de Jean Grémillon
    + commentaires & musique
1958 DO André Masson et les quatre éléments – de Jean Grémillon avec André Masson
    + commentaires & musique
Fiche créée le 13 novembre 2006 | Modifiée le 18 mai 2013 | Cette fiche a été vue 7697 fois
PREVIOUSDick Gregory || Jean Grémillon || Joyce GrenfellNEXT