CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Noël Roquevert
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Madeleine Sologne



Date et Lieu de naissance : 27 octobre 1912 (La Ferté-Imbault, France)
Date et Lieu de décès : 31 mars 1995 (Vierzon, France)
Nom Réel : Madeleine Simonne Vouillon

ACTRICE

Fille d’un tailleur, Madeleine Sologne naît Madeleine Simonne Vouillon, le 27 octobre 1912, dans un petit village du centre de la France, au cœur de la Sologne. Elle commence à gagner sa vie comme couturière.

À vingt ans, la jeune femme épouse Jean Douarinou, un technicien du cinéma, sous le «Front Populaire», coalition communiste, radicale et socialiste qui a gagné les élections législatives en mars 1936. Dans l’euphorie des accords de Matignon qui reconnaissent aux salariés, surtout urbains, quinze jours de congés payés et des semaines de quarante heures, Madeleine qui porte désormais comme nom de scène celui de sa région natale, tourne ses premiers films. Il s’agit d’œuvres commanditées par le parti communiste et très marquées par les préoccupations sociales de l’époque. «La vie est à nous», est un travail collectif de metteurs en scène comme Jean Renoir, Jacques Becker et André Zwoboda. «Le temps des cerises» de Jean-Paul Le Chanois, au titre de la chanson symbole des «Communards» de 1871, met en scène des paysans et des ouvriers dans la misère face à une famille de riches industriels malhonnêtes. L’année suivante, Madeleine travaille beaucoup au cinéma mais il ne s’agit encore que de rôles de figuration: «Forfaiture» avec Sessue Hayakawa, «Les gens du voyage» de Jacques Feyder avec Françoise Rosay ou «Conflit» réalisé par Léonide Moguy. L’année 1938 lui apporte de la fantaisie avec «Raphaël le tatoué» joué par Fernandel et «Remontons les Champs-Élysées» de Sacha Guitry. En 1939, Madeleine Sologne accède au vedettariat aux côtés de Erich von Stroheim et Robert Le Vigan dans «Le monde tremblera». Elle est également une belle Tzigane, au son de l’orchestre de Alfred Rode, dans «Le beau Danube bleu», aux côtés de José Noguéro.

L’invasion allemande ralentit la production cinématographique de 1940. Mais dès l’année suivante, dans «Fièvres» de Jean Delannoy, une histoire dramatiquement romanesque avec Ginette Leclerc, Madeleine meurt d’amour pour Tino Rossi, qui se retire dans un couvent! Pour «Les hommes sans peur» (1941), Jean Murat en médecin qui découvre les rayons X, malade, renonce à sa fiancée, mais l’amour triomphe! En 1942 Madeleine Sologne joue dans une histoire d’anticipation «Croisières Sidérales» de André Zwoboda, dans «L’appel du bled» et sa vie de garnison en Afrique du Nord, et dans l’inquiétant «Le loup de Malveneur» avec Pierre Renoir. Mais c’est «L’éternel retour» (1943) qui fait entrer l’actrice dans la légende du cinéma française. Les cheveux blonds, elle est Yseult dans une vision moderne de Jean Cocteau, face à un Tristan joué par Jean Marais. Cette œuvre connaît un immense succès. La magie du noir et blanc, la beauté des jeunes acteurs, l’époque du tournage….

Puis Madeleine Sologne poursuit sa carrière pendant une dizaine d’années avec des films qui ne sont pas dénués d’intérêt. Elle fait un peu de théâtre. Elle réapparaît dans «Les naufrageurs» (1959) avec Henri Vidal. Elle a un petit rôle auprès de Robert Hossein pour «Le temps des loups» (1969). Elle fait quelques télévisions dans les années 1970. En 1976, elle perd son second mari. Elle se retire alors dans la Sologne de son enfance. Elle décède, le 31 mars 1995, dans une résidence pour personnes âgées de Vierzon, à quelques kilomètres de son lieu de naissance: «Un éternel retour».

© Caroline HANOTTE

copyright
1936La vie est à nous – de Jean Renoir, Jacques Becker, Jacques B. Brunius, Maurice Lime, Jean- Paul Le Chanois, Henri Cartier-Bresson, André Zwoboda & Pierre Unik avec Charles Blavette
Le temps des cerises – de Jean-Paul Le Chanois avec Gaston Modot
CM Une femme par intérim – de André Hugon avec Félix Oudart
1937Forfaiture – de Marcel L’Herbier avec Sessue Hayakawa
Franco de port – de Dimitri Kirsanoff avec Robert Le Vigan
Les filles du Rhône – de Jean-Paul Paulin avec Alexandre Rignault
La plus belle fille du monde – de Dimitri Kirsanoff avec Georges Rollin
Conflit – de Léonide Moguy avec Claude Dauphin
Les gens du voyage – de Jacques Feyder avec Françoise Rosay
CM Le réserviste improvisé – de André Hugon avec Félix Oudart
1938Raphaël le tatoué – de Christian-Jaque avec Fernandel
Adrienne Lecouvreur – de Marcel L’Herbier avec Yvonne Printemps
Remontons les Champs-Élysées – de Sacha Guitry & Robert Bibal avec Lucien Baroux
1939Le monde tremblera / La révolte des vivants – de Richard Pottier avec Erich von Stroheim
Le père Lebonnard – de Jean de Limur avec Jean Murat
Le beau Danube bleu / Le Danube bleu – de Emil Edwin Reinert & Alfred Rode avec Jean Galland
CM Les compagnons de Saint-Hubert – de Jean Georgesco avec Gaston Orbal
1940Départ à zéro – de Maurice Cloche avec Yves Deniaud
1941Fièvres – de Jean Delannoy avec Tino Rossi
Les hommes sans peur – de Yvan Noé avec Jean Murat
CM Nous les jeunes – de Maurice Cloche avec Pierre Louis
1942Croisières sidérales – de André Zwoboda avec Julien Carette
L’appel du bled – de Maurice Gleize avec Jean Marchat
Le loup des Malveneur – de Guillaume Radot avec Pierre Renoir
1943L’éternel retour – de Jean Delannoy avec Jean Marais
Vautrin – de Pierre Billon avec Michel Simon
1944Mademoiselle X – de Pierre Billon avec André Luguet
1945Marie la misère – de Jacques de Baroncelli avec Paul Meurisse
Un ami viendra ce soir – de Raymond Bernard avec Paul Bernard
La femme fatale – de Jean Boyer avec Pierre Brasseur
1946La foire aux chimères – de Pierre Chenal avec Louis Salou
1947Le dessous des cartes – de André Cayatte avec Serge Reggiani
La figure de proue – de Christian Stengel avec Georges Marchal
1948Une grande fille toute simple – de Jacques Manuel avec Jean Desailly
1951Le bouquet de la Saint-Jean – de ? avec Raymond Pellegrin
    Inachevé
1959Les naufrageurs – de Charles Brabant avec Charles Vanel
1960Il suffit d’aimer – de Robert Darène avec Bernard Lajarrige
1969Le temps des loups – de Sergio Gobbi avec Robert Hossein
Fiche créée le 8 mai 2006 | Modifiée le 5 septembre 2014 | Cette fiche a été vue 9980 fois
PREVIOUSSergio Sollima || Madeleine Sologne || Anatoli SolonitsyneNEXT