CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Mareike Carrière
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Agnès Laurent



Date et Lieu de naissance : 28 janvier 1936 (Lyon, France)►
Date et Lieu de décès : 16 février 2010 (Grenoble, France)►
Nom Réel : Josette Chouleur

ACTRICE
Image
1957 Mademoiselle strip-tease – de Pierre Foucaud avec Philippe Nicaud, Dora Doll, Junie Astor & Moustache
Image
1958 Péché de jeunesse – de Louis Duchesne avec Gil Vidal, René Dary, Robert Vattier & Madeleine Robinson
Image
1959 Dans les griffes des Borgia (la notte del g rande assalto) de Giuseppe Maria Scotese avec Fausto Tozzi
Image
1960 Amour au collège (a french mistress) de Roy Boulting avec Cecile Parker & James Robertson Justice

Agnès Laurent, née Josette Clouleur, voit le jour à Lyon, le 28 janvier 1936. Après des études de sténodactylo, elle travaille un temps comme secrétaire. Le hasard de la vie lui fait rencontrer le producteur René Thévenet qui lui conseille de prendre des cours de comédie. Forte de cette recommandation, elle part tenter sa chance à Paris. Elle s’inscrit au cours de Charles Dullin, trouve un impresario et court les auditions, tout en faisant des petits boulots pour survivre.

En 1956, Agnès Laurent débute à l’écran sous la direction de André Hunebelle dans «Mannequins de Paris» et «Les collégiennes», son premier rôle important. Ces deux films sont encadrés par René Thévenet pour la production. Lorsque ce dernier décide de produire «Mademoiselle strip-tease» de Pierre Foucaud, en 1957, c’est tout naturellement qu’il pense à sa protégée pour interpréter le rôle principale auprès de Philippe Nicaud et Dora Doll. Elle accède ainsi au statut de vedette. Piquante et sexy, elle s’inscrit dans la lignée de Brigitte Bardot et elle est alors l’interprète de «Marchands de filles» (1957) de Maurice Cloche, où elle incarne une jeune Française qui se rend en Amérique du Sud pour une offre d’emploi et se retrouve prisonnière dans un camp d’esclaves pour femmes dirigé par un gangster sadique; «Un amour de poche» (1957) de Pierre Kast, où elle tombe amoureuse de son professeur interprété par Jean Marais; et «Péché de jeunesse» (1958) de Louis Duchesne, où elle est la jeune maîtresse de Gil Vidal.

Par la suite, sa carrière s’internationalise. Agnès Laurent tourne en Allemagne «Les diables verts de Monte Cassino» (1957), film de guerre de Harald Reinl, avec Joachim Fuchsberger et Ewald Balser; en Espagne «Tentations» (1958) drame de José Antonio de la Loma, avec Armand Mestral et Vicente Parra, et «Cibles vivantes» (1959) drame sentimental de Francisco Rovira Beleta avec Christian Marquand et Ángel Aranda; en Italie «Dans les griffes des Borgia» (1959) film de cape et d’épée de Giuseppe Maria Scotese, avec Fausto Tozzi. En octobre 1958, la jeune actrice est victime d’un terrible accident de la route qui lui vaut plusieurs semaines d’hospitalisation. Un évènement qui amorce le déclin de sa carrière naissante. Par la suite, en Angleterre, elle trouble la population mâle d’un collège dans «Amour au collège» (1960), de Roy Boulting, et est la protagoniste de «Marie avait un petit agneau» (1961), une comédie loufoque, réalisée par l’américain Edward Buzzell, considérée à l’époque comme assez osée pour que la censure britannique l’interdise aux moins de seize ans. En France, on ne la voit plus que dans le sketch «Lauzun» du film «Les amours célèbres» (1961) de Michel Boisrond, avec Jean-Paul Belmondo dans le costume de ce séducteur invétéré qui accumule les conquêtes féminines. Ce film marque la fin de son parcours cinématographique.

Par après, Agnès Laurent se rappelle à notre bon souvenir à travers quelques potins dans les journaux, comme sa liaison avec le richissime américain Arthur Loewy Jr., avant de se consoler dans les bras de Tommy Gallagher. Après des années d’anonymat, on apprend son décès le 16 février 2010, à son domicile de Grenoble. Elle avait 74 ans. Contrairement à ce que l’on peut lire dans certaines filmographies, elle n’apparaît pas dans «Nina» de Jean Boyer en 1958, ni dans «Alice Constant» de Christine Laurent en 1976.

© Marlène PILAETE & Philippe PELLETIER

copyright
1956Mannequins de Paris – de André Hunebelle avec Mischa Auer
Club de femmes – de Ralph Habib avec Ivan Desny
Les collégiennes – de André Hunebelle avec Gaby Morlay
CM Axelle et son clochard – de Pierre Foucaud avec Jacques Dynam
CM Bonjour, Monsieur La Bruyère – de Jacques Doniol-Valcroze avec Jean-Claude Arnaud
1957Marchands de filles – de Maurice Cloche avec Georges Marchal
Amour de poche / Un amour de poche – de Pierre Kast avec Jean Marais
Mademoiselle strip-tease – de Pierre Foucaud avec Philippe Nicaud
Les diables verts de Monte Cassino ( die grünen teufel von Monte Cassino ) de Harald Reinl avec Ewald Balser
1958Péché de jeunesse / Amour, mon cher amour – de Louis Duchesne & René Thévenet avec Gil Vidal
Tentations ( un mondo para mí ) de José Antonio de la Loma avec Armand Mestral
1959Cibles vivantes ( altas variedades ) de Francisco Rovira Beleta avec Christian Marquand
Dans les griffes des Borgia / Dans les griffes de Borgia ( la notte del g rande assalto ) de Giuseppe Maria Scotese avec Fausto Tozzi
1960Amour au collège ( a french mistress ) de Roy Boulting avec James Robertson Justice
1961Marie avait un petit agneau ( Mary had a little… ) de Edward Buzzell avec John Maxim
Les amours célèbres – de Michel Boisrond avec Jean-Paul Belmondo
    Segment « Lauzun »
Fiche créée le 4 mars 2010 | Modifiée le 12 janvier 2021 | Cette fiche a été vue 9535 fois
PREVIOUSStan Laurel || Agnès Laurent || Jacqueline LaurentNEXT