CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Germaine Risse
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Carl Brisson



Date et Lieu de naissance : 23 décembre 1893 (Copenhague, Danemark)
Date et Lieu de décès : 28 septembre 1958 (Copenhague, Danemark)
Nom Réel : Carl Frederik Ejner Pedersen

ACTEUR
Image
1928 L’homme de l’Île de Man (the Manxman) de Alfred Hitchcock avec Anny Ondra & Malcolm Keen
Image
1929 Le triomphe du cœur (hjärtats triumf) de Gustaf Molander avec Lissy Arna & Edvin Adolphson
Image
1934 Rythmes d’amour (murder at the vanities) de Mitchell Leisen avec Victor McLaglen & Gertrude Michael
Image
1934 Sa Majesté s’amuse (all the king’s horses) de Frank Tuttle avec Mary Ellis & Edward Everett Horton

Carl Brisson est né Carl Frederik Ejner Pedersen, le 23 décembre 1893 à Copenhague, au Danemark. Son père, Carl Pedersen, est ouvrier, sa mère Kirsten (née Madsdatter), femme au foyer. Après ses études, il exerce plusieurs métiers comme distributeur de lait, coursier ou portier d’hôtel. Sportif accompli, il devient boxeur professionnel en 1912. Dans la catégorie poids welter, il participe à plusieurs combats jusqu’en 1916 mais reste professionnel jusqu’en 1922.

En 1916, Carl Brisson fait ses premiers ses premiers pas comme chanteur et danseur. Très vite, il connaît ses premiers triomphes au Palais d’Hiver de Tivoli où il fait sensation avec une danse Apache. Véritable tremplin pour sa carrière naissante, il se produit dans des cabarets avec des numéros de danse et en chantant des airs d’opérettes célèbres. En 1917, il débute au cinéma, chez Nordic Film sous le nom de Carl Villard, dans «Les traces mystérieuses» réalisé par A.W. Sandberg, qui restera sa seule prestation pour le cinéma danois. À Stockholm, il est engagé au cabaret «Fenix» de Ernst Rolf, puis dans la revue «Mosebacke Revues» de 1918 à 1921, avant de partir en tournée en Afrique du Sud. Il acquiert ainsi une énorme popularité et, en 1923, il devient un chanteur d’opéra reconnu, notamment dans le rôle du comte Danilo dans «La veuve joyeuse», une opérette qu’il reprendra à de nombreuses reprises, avec un égal succès, jusqu’au début des années 1950 au Philharmonic Auditorium de Los Angeles.

En 1927 en Angleterre, Alfred Hitchcock lui fait incarner un jeune boxeur dans l’un de ses premiers films en tant que réalisateur, «Le ring», un drame sentimental où Carl Brisson convoite la belle Nelly, interprétée par Lillian Hall-Davis, l’épouse du champion de boxe joué par Ian Hunter. L’année suivante, toujours sous la coupe de Hitchcock, Carl Brisson change de registre en incarnant un jeune pêcheur dans «L’homme de l’Île de Man» où il tombe amoureux de Anny Ondra. Il tourne ensuite en Suède dans «Le triomphe du cœur» (1929) de Gustaf Molander, avec Lissy Arna pour partenaire. Devenu très populaire en Angleterre, il créé sa propre maison de production et apparaît dans une demi-douzaine de films, dont «The american prisoner» (1929) de Thomas Bentley, auprès de la ravissante Madeleine Carroll, et «Le prince d’Arcadie» (1933) de Hanns Schwarz, avec Margot Grahame et Ida Lupino. En 1934, Hollywood le réclame, il y tourne «Rythmes d’amour» sous la direction de Mitchell Leisen et «Sa Majesté s’amuse» de Frank Tuttle où il chante «A little white gardenia» qui lui ouvre les portes de la célébrité internationale. Après «Ship cafe» (1935) de Robert Florey, film qui clôt sa carrière à l’écran, Carl Brisson se consacre essentiellement à la chanson. Il se produit dans des hôtels, des cabarets et des salles de spectacles à travers le monde entier et enregistre plusieurs centaines de disques qui se vendent par millions. À partir de 1955, il anime sa propre émission de télévison pour une chaîne new-yorkaise.

Le 24 octobre 1915, Carl Brisson épouse l’actrice et chanteuse de cabaret Cleo Willard (1894/1975). De cette union naît Ejner, qui se fera connaitre comme producteur sous le nom de Frederick Brisson (1913/84) et qui épousera la comédienne Rosalind Russell. Carl et Cleo restent unis jusqu’à la disparation de l’acteur survenue le 28 septembre 1958, à l’hôtel d’Angleterre de Copenhague, emporté par une jaunisse qu’il avait contracté lors d’un séjour en Jamaïque.

© Pascal DONALD

copyright
1917Les traces mystérieuses ( de mystiske fodspor ) de A.W. Sandberg avec Else Frölich
1927Le ring / Le masque de cuir ( the ring ) de Alfred Hitchcock avec Lillian Hall-Davis
1928L’homme de l’Île de Man ( the Manxman ) de Alfred Hitchcock avec Anny Ondra
1929Le triomphe du cœur ( hjärtats triumf / the triumph of the heart / die verführerin ) de Gustaf Molander avec Lissy Arna
The american prisoner – de Thomas Bentley avec Madeleine Carroll
Knowing men – de Elinor Glyn avec Carl Brisson
Song of Soho – de Harry Lachman avec Edna Davies
CM Chelsea nights – de R.E. Jeffrey avec Mimi Crawford
1933Le prince d’Arcadie ( prince of Arcadia ) de Hanns Schwarz avec Ida Lupino
1934Deux cœurs, une valse ( two hearts in waltz time ) de Carmine Gallone & Joe May avec Frances Day
Rythmes d’amour ( murder at the vanities ) de Mitchell Leisen avec Gertrude Michael
Sa Majesté s’amuse ( all the king’s horses ) de Frank Tuttle avec Mary Ellis
1935Ship cafe – de Robert Florey avec Mady Christians
Fiche créée le 3 avril 2020 | Modifiée le 7 mai 2020 | Cette fiche a été vue 1583 fois
PREVIOUSJean-Claude Brisseau || Carl Brisson || Barbara BrittonNEXT