CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Martin Landau
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Mohamed Djouhri



Date et Lieu de naissance : 27 juillet 1950 (Maison-Carré, Algérie Française)
Date et Lieu de décès : 4 décembre 2020 (Alger, Algérie)
Nom Réel : Mohamed Djouhri

ACTEUR
Image
2009 Hors-la-loi – de Rachid Bouchareb avec Roschdy Zem, Sami Bouajila, Jamel Debbouze & Bernard Blancan
Image
2012 Jours de cendre (ayam alramad / أيام الرماد) de Amar Sifodil avec Lamia Boussekine & Samir El Hakim
Image
2016 En attendant les hirondelles (fi aintizar alsanunu /في انتظار السنونو) de Karim Moussaoui avec Aure Atika
Image
2018 L’adieu à la nuit – de André Téchiné avec Catherine Deneuve, Kacey Mottet Klein & Oulaya Amamra

C’est au sein d’une famille nombreuse, au temps de la colonisation française, que Mohamed Djouhri naît le 27 juillet 1950, à Maison-Carré, commune de la banlieue Est d’Alger, appelée aujourd’hui El-Harrach. Adolescent bagarreur et souvent livré à lui-même, il fuit la pauvreté et les conditions difficiles du quotidien en pratiquant la boxe, en compagnie de six autres de ses frères, avec l’espoir de devenir un grand champion. Il a 15 ans quand il fait sa première incursion à l’écran pour une figuration dans le film de Gillo Pontecorvo «La bataille d’Alger». À 19 ans, il arrive en France, s’installe à Levallois Perret, poursuit la boxe et revient par hasard au cinéma pour une apparition dans «Elise ou la vraie vie» (1970), du réalisateur français Michel Drach.

En 1978, son cousin musicien le présente au réalisateur Okacha Touita. Mohamed Djouhri est alors choisi pour interpréter un de rôles principaux dans son court-métrage, «Rue Tartarin» (1979). Puis, après des erreurs de jeunesse et plusieurs mois passés en prison, il revient en Algérie où il renoue avec Okacha Touita qui le prend sous son aile. Ce dernier lui offre un rôle auprès de Miloud Khetib et Azzedine Bouraghda, dans le film policier «Morituri» (2004). Dès lors, Mohamed Djouhri consacre sa vie à sa carrière de comédien. En 2006, il apparaît aux côtés de Olivier Gourmet, Robinson Stévenin et Charles Aznavour, dans «Mon colonel» de Laurent Herbiet, et dans «Nuits d’Arabie» de Paul Kieffer, avec Sabrina Ouazani. Dans «Hors-la-loi» (2009) de Rachid Bouchareb, il incarne un entraineur de boxe, entouré par Jamel Debbouze, Roschdy Zem, Sami Bouajila et Bernard Blancan. On le voit dans «Zabana!» (2011) de Saïd Ould Khelifa, un biopic sur le héros de l’Indépendance algérienne Ahmed Zabana, interprété par Imad Benchenni. Puis, il joue Hocine dans le drame social «Jours de cendre» (2012) de Amar Sifodil, sur le parcours de quatre personnes aux destins liés qui sombrent dans la délinquance et la violence; suivi de participations dans «Les terrasses» (2013) de Merzak Allouache et «El achiq» (2016), où il retrouve le réalisateur Amar Sifodil.

La soixantaine bien sonnée, Mohamed Djouhri décroche son premier grand rôle dans «En attendant les hirondelles» (2016), le premier long-métrage de Karim Moussaoui, trois histoires dans l’Algérie contemporaine qui ont en commun la lâcheté humaine. Notre acteur incarne un bourgeois aisé qui partage avec son ex-femme la même inquiétude à propos de leur fils, étudiant totalement démotivé. André Téchiné fait de lui le partenaire de Catherine Deneuve dans «L’adieu à la nuit» (2018), un drame au sujet délicat sur l’enrôlement djihadiste. Pour son dernier rôle au cinéma, il est Omar dans «Le sang des loups» (2018), une nouvelle fois sous la direction de Amar Sifodil, un polar qui a pour cadre l’infiltration dans une bande de malfaiteurs du jeune policier Khaled, incarné par Youcef Sehairi; Mourad Oudjit et Abdelkrim Beriber complètent la distribution.

Mohamed Djouhri a aussi été distribué dans bon nombre de séries télévisées algériennes telles que «El Khawa», réalisée par Madih Bela, ou encore «El Djarih», dirigée par le cinéaste syrien Abdelghani Bekaei, en 2019. Admis au centre hospitalo-universitaire Mustapha Pacha d’Alger, Djo, son surnom depuis ces débuts, meurt des suites d’une crise cardiaque le vendredi 4 décembre 2020, à l’âge de 70 ans.

© Pascal DONALD

copyright
1965La bataille d’Alger ( la battaglia di Algeri / معركة الجزائر ) de Gillo Pontecorvo avec Jean Martin
1970Elise ou la vraie vie – de Michel Drach avec Marie-José Nat
1979 CM Rue Tartarin ( sharie Tirtarin / شارع ترتارين ) de Okacha Touita avec Miloud Khetib
2004Morituri ( Murituri / موريتوري ) de Okacha Touita avec Malika Belbey
2006Mon colonel – de Laurent Herbiet avec Charles Aznavour
Nuits d’Arabie – de Paul Kieffer avec Sabrina Ouazani
2009Hors-la-loi – de Rachid Bouchareb avec Jamel Debbouze
2011Zabana! ( زبانة ) de Saïd Ould Khelifa avec Imad Benchenni
2012Jours de cendre ( ayam alramad / أيام الرماد ) de Amar Sifodil avec Lamia Boussekine
2013Les terrasses ( es-stouh / ﺍﻟﺳﻃﻭﺡ ) de Merzak Allouache avec Amal Kateb
2016El achiq / Le désir ( el ashiq / العشق ) de Amar Sifodil avec Aziz Boukrouni
En attendant les hirondelles ( fi aintizar alsanunu /في انتظار السنونو ) de Karim Moussaoui avec Aure Atika
2018L’adieu à la nuit – de André Téchiné avec Catherine Deneuve
Le sang des loups ( dima aldhiyab / دم الذئاب ) de Amar Sifodil avec Mourad Oudjit
    Remerciements à Mourad Oudjit pour ses recherches d’état-civil
Fiche créée le 1 mai 2021 | Modifiée le 1 mai 2021 | Cette fiche a été vue 456 fois
PREVIOUSYoussouf Djaoro || Mohamed Djouhri || DMX NEXT