CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Alan Young
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Agnes Moorehead



Date et Lieu de naissance : 6 décembre 1900 (Clinton, Massachusetts, USA)
Date et Lieu de décès : 30 avril 1974 (Rochester, Minnesota, USA )
Nom Réel : Agnes Robertson Moorehead

ACTRICE

Agnes Robertson Moorehead nait le 6 décembre 1900, à Clinton, dans le Massachusetts. Elle est la fille de John Henderson Moorehead, pasteur presbytérien, et de Mildred McCauley, une ancienne chanteuse. Elle grandit dans le Missouri, à St. Louis, où son père est affecté. Elle poursuit ses études dans l’Ohio, au Muskingum College, obtient son baccalauréat en biologie puis un doctorat en littérature. Elle suit une nouvelle fois ses parents lorsqu’ils déménagent à Reedsburg, dans le Wisconsin. Agnes enseigne durant cinq ans à l’école public tout en étudiant afin d’obtenir une maîtrise en Anglais. Puis, elle s’installe à New York et décide de devenir comédienne. Elle apprend l’art dramatique à l’«American Academy of Dramatic Arts» et en sort diplômée en 1929. L’année suivante, elle épouse John Lee Griffith, acteur connu sous le nom de Jack G. Lee. Ils adopetrons un garçon, Sean, puis divorceront en 1952, Agnes s’unira une seconde fois en 1954, avec Robert Gist, qui se soldera par un nouveau divorce en 1958.

De temps à autres, Agnes Moorehead trouve un emploi dans une radio, prêtant sa voix pour des réclames. Cela lui permet de rencontrer Helen Hayes qui l’encourage à passer des auditions pour le cinéma. Cette période de «vache maigre» dure jusqu’en 1937 où elle rencontre Orson Welles et John Houseman à l’origine du «Mercury Theater Group». Elle joue dans une adaptation de «Jules César» pour une version radiophonique et prête sa voix à «La guerre des mondes» (1939) de H.G. Wells pour CBS, une émission qui, par son réalisme, provoque une gigantesque panique à travers le pays. En 1939, Orson Welles déménage sa troupe sur les collines d’Hollywood et signe un contrat avec la RKO. Elle apparaît pour la première fois à l’écran dans «Citizen Kane» (1941) où elle est la mère du jeune Charles Foster Kane, qu’interprète Orson Welles. En 1942, elle est de la distribution de «La splendeur des Amberson» (1942), toujours réalisé par Welles, et se voit nominée pour l’Oscar du second rôle l’année suivante.

Par la suite, Agnes Moorehead partage l’affiche avec Henry Fonda et Lucille Ball dans «La poupée brisée» (1942) de Irving Reis, puis enchaine avec «The youngest profession» de Edward Buzzell et «L’exubérante Smokey» (1943) de Dudley Nichols, avec Olivia de Havilland et Paul Stewart. Au milieu des années quarante, elle signe avec la M.G.M. et acquiert une belle notoriété an jouant aux cotés des plus grandes stars hollywoodiennes. Durant cette période, Agnes est aussi très demandée pour être l’interpréter de dramatiques radiophoniques. En 1952, elle se lance dans un «one-woman-show» qui est un succès. Puis, elle délaisse la scène pour apparaître à la télévision. En 1964, une nouvelle série est programmée, les aventures de la sorcière Samantha, Eilzabeth Montgomery, épouse d’un mortel au grand dame de sa mère Endorra, incarnée par Agnes. La diffusion est un succès planétaire. Agnes Moorehead n’apparaît que dans quelques épisodes durant première saison, mais, à la demande des téléspectateurs, son rôle prend de l’ampleur. Déjà excellente comédienne et détentrice de deux Golden Globes («Madame Parkington» (1942) de Tay Garnett et «Chut… chut… chère Charlotte» (1964) de Robert Aldrich, la série l’impose en grande vedette du petit écran jusqu’en 1972.

Atteinte d’un cancer de l’utérus, Agnes Moorehead s’éteint le 30 avril 1974. Pour commémorer le vingtième anniversaire de sa disparition, une étoile à son nom est inaugurée sur le célèbre Walk of Fame.

© Christophe LAWNICZAK

copyright
1941Citizen Kane – de Orson Welles avec Joseph Cotten
La femme de l’année ( woman of the year ) de George Stevens avec Katharine Hepburn
    Seulement apparition
1942La splendeur des Amberson ( the magnificent Ambersons ) de Orson Welles avec Anne Baxter
    Prix NYFCC de la meilleure actrice par le cercle des critiques de cinéma de New York, USA

Voyage au pays de la peur / Voyage dans l’épouvante ( journey into fear ) de Norman Foster avec Dolores del Rio
La poupée brisée ( the big street ) de Irving Reis avec Henry Fonda
The youngest profession – de Edward Buzzell avec John Carroll
1943L’exubérante Smokey ( government girl ) de Dudley Nichols avec Olivia de Havilland
Madame Parkington ( Mrs. Parkington ) de Tay Garnett avec Greer Garson
    + chansons
    Golden Globe du meilleur second rôle féminin, USA

La septième croix ( the seventh cross / the seven crosses ) de Fred Zinnemann avec Spencer Tracy
1944Les fils du dragon ( dragon seed ) de Harold S. Bucquet & Jack Conway avec Hurd Hatfield
Depuis ton départ ( since you went away ) de John Cromwell avec Claudette Colbert
Les hommes de demain ( tomorrow, the world ! ) de Leslie Fenton avec Fredric March
Jane Eyre – de Robert Stevenson avec Joan Fontaine
1945La princesse et le groom ( her highness and the bellboy ) de Richard Thorpe avec Hedy Lamarr
L’amour s’en va-t-en guerre ( keep your powder dry ) de Edward Buzzell avec Lana Turner
Nos vignes ont de tendres grappes ( our vines have tender grapes ) de Roy Rowland avec Edward G. Robinson
1946Les passagers de la nuit ( dark passage ) de Delmer Daves avec Humphrey Bogart
Moments perdus ( the lost moment ) de Martin Gabel avec Robert Cummings
Le commencement où la fin ( the beginning or the end ) de Norman Taurog avec Robert Walker
    Scènes coupées au montage – Non créditée
Belle jeunesse ( summer holiday ) de Rouben Mamoulian avec Mickey Rooney
    + chansons
1948La femme en blanc ( the woman in white ) de Peter Godfrey avec Alexis Smith
Johnny Belinda, l’enfant du silence ( Johnny Belinda ) de Jean Negulesco avec Lew Ayres
La cité de la peur ( Station West ) de Sidney Lanfield avec Jane Greer
1949Passion fatale ( the great sinner ) de Robert Siodmak avec Gregory Peck
Je n’ai pas tué / Crépuscule ( without honor / woman accused ) de Irving Pichel avec Laraine Day
Un homme change son destin ( the Stratton story ) de Sam Wood avec June Allyson
1950Dernier témoin / Trafiquants d’opium / Black Jack ( captain Blackjack / Jack, el negro ) de Julien Duvivier & José Antonio Nieves Conde avec Patricia Roc
La taverne de New Orleans ( adventures of captain Fabian / New Orleans adventure ) de William Marshall avec Errol Flynn
Femmes en cage ( caged ) de John Cromwell avec Jan Sterling
Quatorze heures ( fourteen hours ) de Henry Hathaway avec Paul Douglas
1951Show Boat – de George Sidney avec Ava Gardner
La femme au voile bleu ( the blue veil ) de Curtiz Bernhardt avec Charles Laughton
1952Histoire de trois amours ( the story of three loves / equilibrium / three stories of love ) de Vincente Minnelli & Gottfried Reinhardt avec Ethel Barrymore
La forêt en feu ( the blazing forest ) de Edward Ludwig avec John Payne
Vicky ( scandal at Scourie ) de Jean Negulesco avec Walter Pidgeon
1953Main Street to Broadway – de Tay Garnett avec Tallulah Bankhead
Les belles rouquines ( those redheads from Seattle ) de Lewis R. Foster avec Rhonda Fleming
1954Tant que soufflera la tempête / Caravane vers le Sud ( untamed ) de Henry King avec Tyrone Power
Le secret magnifique ( magnificent obsession ) de Douglas Sirk avec Jane Wyman
1955La main gauche du seigneur ( the left hand of god ) de Edward Dmytryk avec Gene Tierney
Tout ce que le ciel permet ( all that heaven allows ) de Douglas Sirk avec Rock Hudson
Viva Las Vegas ! ( meet me in Las Vegas ) de Roy Rowland avec Cyd Charisse
    + chansons
Le sexe opposé ( the opposite sex ) de David Miller avec Joan Blondell
1956Le conquérant ( the conqueror / the conqueror of the desert ) de Dick Powell avec John Wayne
Le cygne ( the swan ) de Charles Vidor avec Alec Guinness
Bungalow pour femmes ( the revolt of Mamie Stover ) de Raoul Walsh avec Jane Russell
Far West folies / Le trouillard du Far West ( pardners ) de Norman Taurog avec Dean Martin
1957Le brigand bien-aimé ( the true story of Jesse James / the James brothers ) de Nicholas Ray avec Robert Wagner
Un seul amour / Un grand amour ( Jeanne Eagels ) de George Sidney avec Jeff Chandler
L’histoire de l’humanité ( the story of mankind ) de Irwin Allen avec Ronald Colman
1958L’arbre de vie ( Raintree County ) de Edward Dmytryk avec Montgomery Clift
La tempête ( la tempesta / tempest ) de Alberto Lattuada avec Van Heflin
Le dernier damier ( night of the Quarter Moon / the color of her skin / flesh and flame ) de Hugo Haas avec Dean Jones
CM Operation Raintree – de ? avec Elizabeth Taylor
    Seulement apparition
CM Screen snapshots : Salute to Hollywood – de Ralph Staub avec George Montgomery
    Seulement apparition
1959Le masque ( the bat ) de Crane Wilbur avec Vincent Price
1960Pollyanna – de David Swift avec Hayley Mills
La sage-femme, le curé et le bon dieu ( Jessica ) de Jean Negulesco avec Angie Dickinson
1961Le roi des rois ( king of kings ) de Nicholas Ray avec Jeffrey Hunter
    Seulement supervision des dialogues – Non créditée
Twenty plus two / It started in Tokyo – de Joseph M. Newman avec David Janssen
1962L’américaine et l’amour ( bachelor in paradise ) de Jack Arnold avec Bob Hope
La conquête de l’Ouest ( how the West was won ) de Henry Hathaway, George Marshall, John Ford & Richard Thorpe avec Gregory Peck
1963Un chef de rayon explosif ( who’s minding the store ? ) de Frank Tashlin avec Jerry Lewis
1964Chut… chut… chère Charlotte / Berceuse pour un massacre ( hush…hush, sweet Charlotte / what ever happened to cousin Charlotte ? / cross of iron ) de Robert Aldrich avec Olivia de Havilland
    Golden Globe du meilleur second rôle féminin, USA

CM Chevrolet’s bewitching Bonanza – de ? avec Lorne Greene
1966Dominique ( the singing nun ) de Henry Koster avec Ricardo Montalban
1968 DA The magic pear tree – de Charles Swenson
    Seulement voix
1971What’s the matter with Ellen ? – de Curtis Harrington avec Debbie Reynolds
    + chansons
1972Dear dead Deliah – de John Farris avec Will Greer
Frankenstein ( Frankenstein : The true story ) de Jack Smight avec Ralph Richardson
DA Le petit monde de Charlotte ( Charlotte’s web / E.B. White’s Charlotte’s web ) de Charles A. Nichols & Iwao Takamoto
    Seulement voix & chansons
Fiche créée le 15 décembre 2008 | Modifiée le 19 novembre 2017 | Cette fiche a été vue 5754 fois
PREVIOUSRoger Moore || Agnes Moorehead || Margarita MoraNEXT