CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Pedro Infante
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Georges Rollin



Date et Lieu de naissance : 6 avril 1909 (Pont-à-Mousson, France)
Date et Lieu de décès : 3 mars 1964 (Paris, France)►
Nom Réel : Georges Constant René Rollin

ACTEUR
Image
1937 La plus belle fille du monde – de Dimitri Kirsanoff avec Véra Flory, Anthony Gildès & Nino Constantini
Image
1945 Les clandestins – de André Chotin avec Suzy Carrier, Constant Rémy & Samson Fainsilber
Image
1951 La femme à l’orchidée – de Raymond Leboursier avec Tilda Thamar, Lucien Gallas & Lucien Callamand
Image
1955 L’aventurière des Champs-Élysées – de Roger Blanc avec Tilda Thamar & Françoise Fabian

Georges Rollin est né à Pont-à-Mousson, en Meurthe et Moselle, le 6 avril 1909. Georges Rollin passe son enfance en Lorraine et y suit sa scolarité jusqu’au baccalauréat pour entamer des études d’architecte. Mais le théâtre le tente aussi et il s’inscrit au Conservatoire d’Art dramatique de Nancy où il décroche un premier prix. À lui la capitale! Il se retrouve engagé dans la Compagnie des Quinze des Pitoëff où il parfait sa formation de comédien. Bien évidemment, il s’essaie également au cinéma, et débute sur les écrans en 1933 dans «Âme de clown» de Gerhard Lamprecht et Roger le Bon. Puis il tourne sous la direction de Jean Grémillon «Pattes de mouches» (1935) et de Julien Duvivier «L’homme du jour» (1936) où il est un journaliste, sur un générique très impressionnant. Il démarre ainsi une carrière de quarante rôles en trois décennies.

Pendant la guerre, Georges Rollin devient vite un des jeunes premiers qui comptent dans notre 7e art et il est à l’affiche onze fois en quatre ans: Citons «Le dernier des six» (1941) de Georges Lacombe, où il est un de ces fameux six, un mauvais garçon. «Le briseur de chaînes» (1941) de Jacques Daniel Norman lui fait partager l’affiche avec Pierre Fresnay. Dans «Annette et la dame blonde» (1941) de Jean Dréville, il est le rival de Henri Garat dans le cœur de Louise Carletti. «Dernier Atout» (1942) de Jacques Becker, lui donne l’occasion de tenir un rôle important, celui d’un jeune inspecteur de police qui, avec son collègue, Raymond Rouleau, réussit à élucider les circonstances de l’assassinat d’un malfrat américain. En 1945, il est un Eugène de Rastignac convaincant dans «Le Père Goriot» (1944), adaptation du roman d’Honoré de Balzac par Robert Vernay, avec Pierre Larquey dans le rôle-titre.

Après la Libération, Georges Rollin décroche encore des rôles intéressants et de premier plan, comme par exemple celui du Curé d’Ars dans «Le sorcier du ciel» (1947) de Marcel Blistène. On l’aperçoit dans «Le guérisseur» (1953) de Yves Ciampi. Dans «Pleins feux sur l’assassin» (1960) de Georges Franju, il campe l’un des 7 héritiers d’un aristocrate incarné par Pierre Brasseur. Est-ce lui l’assassin? Mais hélas sa carrière prend ensuite un tournant bizarre, Que se sera-t-il passé? Georges Rollin a pourtant de bons atouts: un physique avantageux, du talent, une réelle présence sur l’écran et en prenant des années un charme certain. Lui qui avait campé en 1942, «Monsieur», le séduisant parisien de la famille de «Goupi Mains Rouges», sous la houlette de Jacques Becker, (un film culte de notre cinéma!), se retrouve dirigé par Emile Couzinet, dans «La famille Cucuroux» (1953), une œuvrette dont le titre est digne de sa qualité. Et ce n’est que le début! On le retrouve ensuite dans plusieurs opus signés Jesus Franco dont nous retiendrons difficilement «Le sadique Baron Von Klaus» (1962)... Mais qu’a-t-il été faire dans cette galère? Quel dommage!

Georges Rollin tourne par contre deux bons épisodes des fameuses enquêtes télévisées du Commissaire Bourrel, «Les cinq dernières minutes», en 1958. Une pénible maladie l’emporte quelques années plus tard, le 3 mars 1964, de façon prématurée: il n’a alors que 53 ans. Epoux d’Hélène Lenk puis de la comédienne Claire Muriel (Colette Riffier), il avait une fille, Dominique. Son frère, Jean-Pierre Lorrain, était également comédien.

© Donatienne ROBY

copyright
1933Âme de clown – de Marc Didier & Yvan Noé avec Pierre Fresnay
1934Barcarolle – de Gerhardt Lamprecht & Roger Le Bon avec Edwige Feuillère
1935Une fille à papa – de René Guissart avec Josette Day
Pattes de mouches – de Jean Grémillon avec Renée Saint-Cyr
1936L’homme du jour – de Julien Duvivier avec Maurice Chevalier
1937J’accuse ! – de Abel Gance avec Victor Francen
La plus belle fille du monde – de Dimitri Kirsanoff avec Véra Flory
1938Firmin, le muet de Saint-Pataclet – de Jacques Séverac avec Antonin Berval
Ultimatum – de Robert Wiene avec Dita Parlo
Accord final – de Ignacy Rosenkranz avec Käthe von Nagy
1939L’embuscade – de Fernand Rivers avec Valentine Tessier
1940Notre Dame de la Mouise – de Robert Péguy avec Odette Joyeux
La loi du printemps – de Jacques Daniel-Norman avec Pierre Renoir
1941Le dernier des six – de Georges Lacombe avec Michèle Alfa
Le briseur de chaînes / Mamouret ou le briseur de chaînes – de Jacques Daniel-Norman avec Ginette Leclerc
Annette et la dame blonde – de Jean Dréville avec Louise Carletti
1942Dernier atout – de Jacques Becker avec Mireille Balin
Mariage d’amour – de Henri Decoin avec Juliette Faber
L’homme sans nom – de Léon Mathot avec Louise Sylvie
Goupi Mains Rouges – de Jacques Becker avec Blanchette Brunoy
1944Le merle blanc – de Jacques Houssin avec Marcelle Géniat
Le père Goriot – de Robert Vernay avec Claude Génia
1945Les clandestins – de André Chotin avec Suzy Carrier
Impasse – de Pierre Dard avec Marie Déa
Fausse identité – de André Chotin avec Raymond Bussières
1946L’arche de Noé – de Henri Jacques avec Jacqueline Pierreux
1947Le sorcier du ciel – de Marcel Blistène avec Marie Daëms
1948Les casse-pieds / Parade du temps perdu – de Jean Dréville avec Noël-Noël
La vie est un rêve – de Jacques Séverac avec Milly Mathis
1949La nuit s’achève – de Pierre Méré avec Ludmilla Tchérina
1950 CM La nuit du 12 au 13 – de Claude Orval avec Renée Gardès
CM Allo au secours ! – de Claude Orval avec Juliette Faber
1951La femme à l’orchidée – de Raymond Leboursier avec Tilda Thamar
1952Buridan, héros de la tour de Nesle – de Emile Couzinet avec Jacques Torrens
1953Le guérisseur – de Yves Ciampi avec Jean Marais
La famille Cucuroux – de Emile Couzinet avec Nathalie Nattier
CM Zig et Puce sauvent Nénette – de Yvan Noë & Georges Rollin avec Gilbert Forzano
    Seulement réalisation
1954Mourez, nous ferons le reste – de Christian Stengel avec Magali Noël
Le congrès des belles-mères – de Emile Couzinet avec Maximilienne
1955L’aventurière des Champs-Élysées – de Roger Blanc avec Françoise Fabian
1957 DO La nuit des insectes – de ?
    Seulement direction artistique
1959Bal de nuit – de Maurice Cloche avec Pascale Audret
Chaque minute compte – de Robert Bibal avec Dominique Wilms
1960Pleins feux sur l’assassin – de Georges Franju avec Marianne Koch
1962Le sadique / Le sadique baron von Klaus ( la mano de un hombre muerto / the sadistic baron Von Klaus ) de Jesus Franco avec Howard Vernon
Le jaguar ( el llannero / jaguar ) de Jesus Franco avec Sylvia Sorrente
1963Agent 077 operation Jamaïque / O77 opération sexy ( la muerte silba un blues ) de Jesus Franco avec Danik Patisson
Fiche créée le 7 juin 2014 | Modifiée le 1 septembre 2018 | Cette fiche a été vue 2570 fois
PREVIOUSJane Rollette || Georges Rollin || Howard E. RollinsNEXT