CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Anton Walbrook
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Grete Mosheim



Date et Lieu de naissance : 8 janvier 1905 (Berlin, Empire Allemand)
Date et Lieu de décès : 29 décembre 1986 (New York, New York, USA)
Nom Réel : Grete Mosheim

ACTRICE
Image
1926 Derby (Derby, ein ausschnitt aus der welt des trabersports) de Max Reichmann
Image
1927 Le réveil d’une femme (das erwachen des weibes) de Fred Sauer avec Hermannn Valentin & Wolfgang Zilzer
Image
1928 La lanterne rouge (die rothausgasse) de Richard Oswald avec Gustav Fröhlich & Oskar Homolka
Image
1930 Cyankali – de Hans Tintner avec Nico Turoff, Claus Clausen, Margarete Kupfer & Paul Henckels

Fille d’un médecin, Grete Mosheim est née le 8 janvier 1905, à Berlin. Très tôt passionnée par le théâtre, elle délaisse ses études pour apprendre l’art de la comédie au Deutchen Theater de la capitale allemande. Elle débute sa carrière sur les planches en 1922, elle à seulement dix-sept ans. Elle travaille avec Max Reinhardt et se forge rapidement une réputation d’excellente comédienne, notamment avec les pièces «Frühlings Erwachen» (1925) de Frank Wedekind et «Lysistrata» (1926) d’Aristophane.

Entre temps, la talentueuse jeune comédienne, attire l’attention des producteurs de cinéma. Grete Mosheim débute à l’écran, en 1924, dans «Michael» sous la direction du maître danois Carl Theodor Dreyer, un film feutré et sensible, sur le thème latent de l’homosexualité masculine. Entre 1925 et 1933, elle devient une vedette en tournant dans une vingtaine de films. Les plus grands cinéastes de cette époque, exploite son charme et sa blondeur germanique, parmi lesquels, nous pouvons citer: Paul Czinner pour «Le violoncelliste de Florence» (1926); Carl Froelich pour «Die flammen lügen» (1926) et Richard Oswald pour «Feme» (1927), «Die rothausgasse» (1928) et «Dreyfus» (1929). À cette époque, elle est l’épouse de Oskar Homolka, avec qui elle partage l’affiche dans trois productions, «Die rothausgasse» (1928), «Dreyfus» (1929) et «Morale et amour» (1933).

En 1933, après son divorce, Grete Mosheim en désaccord avec la politique de son pays, s’éloigne du cinéma. L’année suivante, elle émigre en Angleterre. Elle s’essaye à une carrière sur scène, avec beaucoup de difficultés, son fort accent germanique ne l’aidant pas du tout. Ce handicap surmonté, elle participe à quelques productions théâtrales anglo-saxonne et tourne dans «Car of dreams» (1935), une comédie musicale avec John Mills.

En 1937, Grete Mosheim se marie une seconde fois avec le riche industriel Howard Gould et s’éloigne momentanément le monde du spectacle. Un an plus tard, le couple s’installe aux Etats-Unis où elle fonde, en 1941, une troupe d’artistes de langue allemande «The players from abroad». Après sa séparation d’avec Gould, en 1947, elle revient en Allemagne. Elle reprend sa carrière théâtrale avec la pièce de John van Druten «Ich bin eine kamera» au Schloßpark-Theater de Berlin. Cette production, qui est un succès, lui vaut les éloges de la critique et relance sa carrière. Mariée une troisième fois avec Bert Cooper, un correspondant du journal américain Times, elle se produit sur scène sans discontinuer jusqu’à la fin des années soixante, notamment dans des pièces de Samuel Beckett, Tennessee Williams et Eugene O’Neill. Elle apparaît aussi dans quelques documentaires et productions télévisées, dont un épisode de la très populaire série «Der kommissar», en 1970.

En 1971, Grete Mosheim est honorée par le Prix du cinéma germanique pour sa contribution au cinéma allemand. On peut encore l’apercevoir, au coté de Andy Warhol, dans le documentaire «Underground and emigrants» en 1976. En 1978, elle tient son dernier rôle au cinéma, celui de la grand-mère, dans «Moritz, lieber Moritz» de Hark Bohn. C’est dans l’indifférence générale qu’elle meurt d’un cancer, le 29 décembre 1986, à New York (New York).

© Philippe PELLETIER

copyright
1924Michaël ( Mikaël ) de Carl Theodor Dreyer avec Walter Slezak
1925La vie des artistes ( ein lebenskünstler ) de Holger-Madsen avec Paul Bildt
Nous sommes de pauvres filles ( wir armen kleinen mädchen ) de Karl Otto Krause avec Olaf Fjord
1926Le sang des jeunes ( junges blut ) de Manfred Noa avec Lya De Putti
Le violoniste de Florence ( der geiger von Florenz ) de Paul Czinner avec Conrad Veidt
Derby ( Derby, ein ausschnitt aus der welt des trabersports ) de Max Reichmann avec Otto Wallburg
Die flammen lügen – de Carl Froelich avec Ferdinand von Alten
Die sporckschen jäger / Bataillon Sporck – de Holger-Madsen avec Otto Gebühr
1927Faschingszauber – de Rudolf Walther-Fein & Rudolf Dworsky avec Jaro Fürth
Amour d’étudiants ( primanerliebe ) de Robert Land avec Wilfgang Zizler
Pauvre petit Sif ( Arme kleine Sif / Sif, das weib, das den mord beging ) de Arthur Bergen avec Paul Wegener
Feme – de Richard Oswald avec Hans Stüwe
Le réveil d’une femme ( das erwachen des weibes ) de Fred Sauer avec Hermannn Valentin
Höhere töchter – de Richard Löwenbein avec Paul Otto
Pauvre gosse ( die kleine sklavrin ) de Luise Fleck & Jacob Fleck avec Fred Louis Lerch
1928Frau Sorge – de Robert Land avec William Dieterle
La lanterne rouge ( die rothausgasse / im haus zur roten laterne ) de Richard Oswald avec Gustav Fröhlich
Die siebzehnjährigen – de Georg Asagaroff avec Hans Adalbert Schlettow
1930Cyankali – de Hans Tintner avec Paul Henckels
L’affaire Dreyfus / Dreyfus / Le procès Dreyfus ( der fall Dreyfus ) de Richard Oswald avec Fritz Kortner
1931Pauvre petite Eva ( arme, kleine Eva ) de Edmund Heuberger avec Harry Hardt
Yorck – de Gustav Ucicky avec Veit Harlan
Le banquier et la dactylo / Pauvre comme une souris d‘église ( arm wie eine kirchenmaus ) de Richard Oswald avec Paul Hörbiger
1932Qui a raison ? / Morale et amour ( moral und liebe / die heilige dirne ) de Georg Jacoby avec Oskar Homolka
1935Car of dreams – de Graham Cutts & Austin Melford avec John Mills
1969Die Glasmenagerie – de ?
1976 DO Underground and emigrants – de Rosa von Praunheim avec Andy Warhol
    Seulement apparition
1978Moritz, lieber Moritz – de Hark Bohn avec Uwe Bohn
AUTRES PRIX :
      
    Prix d’honneur aux Prix du cinéma Germanique, Allemagne ( 1971 )
Fiche créée le 31 janvier 2006 | Modifiée le 16 novembre 2015 | Cette fiche a été vue 4420 fois
PREVIOUSHans Moser || Grete Mosheim || Ivan MosjoukineNEXT