CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Paul Préboist
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Henry Chapier



Date et Lieu de naissance : 14 novembre 1931 (Bucarest, Roumanie)
Date et Lieu de décès : 26 janvier 2019 (Paris, France)►
Nom Réel : Henry Chapier

REALISATEUR
Image
1968 Les idoles – de Marc’O avec Bulle Ogier, Pierre Clémenti, Jean-Pierre Kalfon & Valérie Lagrange
Image
1970 Sex power – de Henri Chapier avec Alain Noury, Jane Birkin, Bernadette Lafont & Elga Andersen
Image
1973 Amore – de Henry Chapier avec Sonia Petrovna, Julian Negulesco, Daniel Quenaud & Daniel Ceccaldi
Image
1996 Comme des rois – de François Velle avec Stéphane Freiss, Maruschka Detmers & Thierry Lhermitte

Henry Chapier est né le 14 novembre 1933 à Bucarest en Roumanie où ses parents se sont installés. Après avoir convoité une carrière d’actrice, sa mère Mariette se consacre finalement à la vie de famille tandis que son père, Jules, est avocat international. En 1947, la famille Chapier est obligé de quitter la Roumanie occupée par l’Union soviétique à la suite du décret d’expulsion frappant les français. Après le lycée à Bucarest, il poursuit ses études à la Sorbonne et à l’Institut des hautes études d’interprétariat à Paris. De 1957 à 1959, il devient professeur de lettres à Suresnes et Paris tout en effectuant ses débuts en tant que journaliste ce qui lui vaut le prix du meilleur pigiste de l’année.

En 1958, Henry Chapier commence sa carrière de critique de cinéma dans l’hebdomadaire «Arts», ainsi que dans «L’Express». En 1959, il devient rédacteur en chef des pages culture du quotidien «Combat» jusqu’à son départ, en 1974, lorsque Philippe Tesson quitte le journal et entraîne l’équipe rédactionnel pour la création du «Quotidien de Paris». Engagé, il milite pour la réintégration de Henri Langlois à la tête de la Cinémathèque Française, évincé par André Malraux au moment des évènements de Mai 68. Comme ses confrères des «Cahiers du cinéma», Claude Chabrol, Jean-Luc Godard, Jacques Rivette, Eric Rohmer ou François Truffaut, il tente une carrière de cinéaste. En 1968, il réalise «Un été américain», documentaire qui évoque la solidarité de jeunes militants de la gauche californienne avec la cause des «Black Panthers». Pour sa première fiction, «Sex power» (1970), il suit un adolescent français, interprété par Alain Noury, à travers l’Amérique où il rencontre des femmes séduisantes qui ne parviennent pas à lui faire oublier une actrice composée par Jane Birkin. Il enchaîne avec le documentaire «Salut, Jerusalem» (1971) avec pour cadre la terre d’Israël, ses citoyens et son lien avec l’identité hébraïque. Son second long-métrage «Amore» (1973) dont le sujet est Venise où un jeune architecte est envoyé par le gouvernement français pour étudier une solution pour sauver la ville des eaux. Ancré dans un cinéma d’auteur, cette fiction passe inaperçue. Dès lors il se consacre au journalisme. Parallèlement, entre 1974 et 1978, il dirige le département des films d’essai du Centre National du Cinéma (CNC).

Le 6 novembre 1978, Jean-Marie Cavada, alors directeur adjoint de FR3, embauche Henry Chapier comme critique de cinéma. Au même titre que France Roche sur Antenne 2, il acquiert une notoriété importante. Il devient la proie des imitateurs avec sa voix nasillarde, ses cheveux en broussaille et ses lunettes d’écaille. Au cinéma, il apparaît dans «Les idoles» (1968) avec Bulle Ogier ou «Sortie de secours» (1970) avec Régine. Devenu rédacteur en chef en 1981, il est le présentateur du journal de la nuit «Soir 3». Passionné de psychanalyse, il imagine «Le divan» diffusé pour la première fois le 4 avril 1987, avec Amanda Lear comme invitée. Durant sept saisons, 327 «patients» se succèdent et parlent de leur vie allongés sur un divan jaune devenu le symbole de l’émission. Mais l’audience s’étiole et la direction de France 3 signifie à Henry Chapier la fin de l’émission le 9 juin 1994. Il quitte France 3 pour fonder avec Jean-Luc Monterosso «La maison européenne de la photographie» dont il devient président jusqu’en décembre 2017. Il rejoint Radio Nova pour une chronique intitulée «Signé Chapier» et la chaîne Pink TV. En 2015, il donne son accord à Marc-Olivier Fogiel pour la reprise du «Divan». Le 26 janvier 2019, le décès de Henry Chapier à l’âge de 85 ans est annoncé par la Maison européenne de la photographie.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1965 TV Pour le plaisir – de Henry Chapier & Guy Gilles avec Léopold Survage
    Série – Réalisation d’un épisode
    Un jeune peintre de 87 ans
1966Pop’ game – de Francis Leroy avec Gaëtane Lorre
    Seulement interprétation
1968Les idoles – de Marc’O avec Bulle Ogier
    Seulement interprétation
Erotissimo – de Gérard Pirès avec Annie Girardot
    Seulement apparition
DO Un été américain – de Henry Chapier avec Kathleen Cleaver
    + directeur de la photographie
TV Chroniques de France – de henry Chapier avec Michèle Morgan
    Série – Réalisation d’un épisode
    Chroniques de France N° 29
1970Sex power – de Henri Chapier avec Jane Birkin
    + scénario
    Coquille d’Argent au festival international du cinéma de San Sebastián, Espagne

Sortie de secours – de Roger Kahane avec Régine
    Seulement interprétation
1971 DO Salut Jérusalem – de Henry Chapier avec Joseph Kessel
    + scénario
1973Amore – de Henry Chapier avec Julian Negulesco
    + scénario
1985Un homme et une femme, vingt ans déjà – de Claude Lelouch avec Anouk Aimée
    Seulement apparition
1996Comme des rois – de François Velle avec Maruschka Detmers
    Seulement interprétation
1997 CM Cinématon #1842 – de Gérard Courant
    Seulement apparition
Fiche créée le 27 janvier 2019 | Modifiée le 12 février 2019 | Cette fiche a été vue 226 fois
PREVIOUSMarcelle Chantal || Henry Chapier || Billy ChapinNEXT