CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Alida Valli
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jean-Marc Bory



Date et Lieu de naissance : 17 mars 1934 (Noville, Suisse)
Date et Lieu de décès : 31 mars 2001 (Locmaria, France)►
Nom Réel : Jean-Marc Charles Henri Bory

ACTEUR
Image
1958 Les amants – de Louis Malle avec Jeanne Moreau, Alain Cuny, José Luis de Vilallonga & Judith Magre
Image
1963 Amours sans lendemain (un tentativo sentimentale) de Pasquale Festa Campanile & Massimo Franciosa
Image
1967 L’étranger (lo straniero) de Luchino Visconti avec Marcello Mastroianni, Anna Karina & Bernard Blier
Image
1981 L’amour des femmes – de Michel Soutter avec Aurore Clément, Pierre Clémenti & Heinz Bennent

C’est à Noville, en Suisse que naît le 17 mars 1934, Jean-Marc Bory. Son père est un acteur amateur et sa mère, elle, est musicienne. Il fréquente l’école du village puis fait ses études à Lausanne. Il commence dans cette ville à suivre des cours d’art dramatique. Il décide de se rendre à Paris en 1953 et s’inscrit aux cours de Maurice Escande. Aussi bizarre que cela paraisse, c’est par le métier de souffleur qu’il entame sa carrière d’artiste. Mais très vite il s’illustre sur les planches en donnant la réplique à des gens tels Maria Casares, Serge Reggiani. Il participe ainsi au Festival d’Angers.

En 1955, André Cayatte lui donne sa chance sur le grand écran et pour un premier rôle au cinéma, celui du jeune juge intègre du «Dossier noir». Déjà un premier rôle pour commencer! 1958: c’est l’année où Jean-Marc Bory tourne aux côtés de Jeanne Moreau, «Les amants» de Louis Malle, une de ses participations les plus marquantes dans un film que l’époque d’alors juge très sulfureux. Il dira plus tard avoir été quelque peu gêné du tapage médiatique autour du film. Dans «Austerlitz» (1960) de Abel Gance, changement total de personnage pour endosser l’uniforme du Maréchal d’empire Soult. En 1962, dans «Le repos du guerrier», sous la houlette de Roger Vadim, le voilà rival de Robert Hossein dans le cœur d’une certaine Brigitte Bardot. L’année suivante il goûte aux fameuses «Dragées au poivre» de Jacques Baratier avec toute une bande de joyeux drilles. Jean-Marc Bory est sur la même affiche qu’Alain Delon, en 1974, dans «La race des seigneurs» de Pierre Granier-Deferre, il y campe un adversaire politique complice de Julien Dandieu, un politicien ambitieux. Yves Boisset le met face au «Juge Fayard dit le Shériff» alias Patrick Dewaere en 1977.

Entre ses emplois dans le cinéma français, Jean-Marc Bory est demandé fréquemment par le cinéma italien dans des opus qui ne seront pas forcément distribués en France mais qui lui auront permis de rencontrer Elsa Martinelli, Massimo Girotti, Luchino Visconti et bien d’autres. En France, il termine sa carrière dans deux réalisations de Jean Delannoy. En 1988 «Bernadette» où il campe un abbé Peyramale très bourru et sans ménagement face à la jeune voyante et on retiendra la scène très convaincante où «il comprend» certaines choses, se prenant la tête dans les mains et écoutant enfin l’adolescente en face de lui et «Marie de Nazareth» en 1994 où il incarne Ponce Pilate. Pour la scène, il est distribué dans une quarantaine de pièces signées entre-autres par Peter Ustinov, Bertolt Brecht, Shakespeare, Harold Pinter, Alfred Jarry, Henrik Ibsen ou Franz Kafka. Sans négliger le théâtre qui reste sa première passion, Jean-Marc Bory prête sa voix pour commenter des documentaires, et vient à la télévision dans des fictions réussies telles «La grande Bretèche» (1960) de Claude Barma d’après Honoré de Balzac, ou «L’affaire Seznec» (1993) de Yves Boisset. Il n’hésite pas non plus à se lancer dans la mise en scène, notamment d’opéras à Lausanne ou au théâtre de Caen.

En 2001, il a alors 67 ans, se reposant et profitant du début du printemps à Locmaria à Belle-Ile en Mer, où il a un havre de calme et de repos. Tandis qu’il s’adonne au plaisir du jardinage et qu’il tond sa pelouse, une crise cardiaque l’emporte, nous privant d’un comédien talentueux, inspiré, discret, très cultivé. Jean-Marc Bory repose pour toujours au cimetière de Locmaria.

© Donatienne ROBY

copyright
1954Le dossier noir – de André Cayatte avec Bernard Blier
1958Les amants – de Louis Malle avec Alain Cuny
1959Les loups dans la bergerie – de Hervé Bromberger avec Françoise Dorléac
Les loups dans l’abîme ( lupi nell’abisso ) de Silvio Amadio avec Massimo Girotti
1960Austerlitz – de Abel Gance & Roger Richebé avec Pierre Mondy
Le tank du huit septembre ( il carro armato dell’8 settembre ) de Gianni Puccini avec Elsa Martinelli
Adorable menteuse – de Michel Deville avec Marina Vlady
1961Maléfices – de Henri Decoin avec Juliette Gréco
1962Ro-Go-Pa-G ( laviamoci il cervello ) de Pier Paolo Pasolini, Roberto Rossellini, Jean-Luc Godard & Ugo Gregoretti avec Alexandra Stewart
    Segment « Le nouveau monde » de Jean-Luc Godard
Le repos du guerrier – de Roger Vadim avec Brigitte Bardot
1963Vacances portugaises / Les égarements / Les sourires de la destinée – de Pierre Kast avec Françoise Arnoul
Dragées au poivre – de Jacques Baratier avec Simone Signoret
Amours sans lendemain ( un tentativo sentimentale ) de Pasquale Festa Campanile & Massimo Franciosa avec Françoise Prévost
1965 DO Les animaux – de Frédéric Rossif
    Seulement voix
1966La fantastique histoire vraie d’Eddie Chapman ( triple cross ) de Terence Young avec Christopher Plummer
1967L’étranger ( lo straniero / amare per vivere ) de Luchino Visconti avec Marcello Mastroianni
1968Les visionnaires ( i visionari ) de Maurizio Ponzi avec Luigi Diberti
1970Comptes à rebours – de Roger Pigaut avec Charles Vanel
Une prostituée au service du public et en règle avec la loi ( una prostitua al servizio del pubblico e in regola con le leggi dello stato / una prostitua al sevizio del pubblico… ) de Italo Zingarelli avec Giovanna Ralli
1972Le dernier tango à Paris ( ultimo tango a Parigi / last tango in Paris ) de Bernardo Bertolucci avec Marlon Brando
    Seulement voix
Au rendez-vous de la mort joyeuse / Lune lune coquelune – de Juan Luis Buñuel avec Françoise Fabian
1974La race des seigneurs – de Pierre Granier-Deferre avec Jeanne Moreau
1975Jamais plus toujours – de Yannick Bellon avec Bulle Ogier
1976Les fougères bleues – de Françoise Sagan avec Gilles Segal
Le juge Fayard dit « le shérif » / Le shérif – de Yves Boisset avec Patrick Dewaere
1981L’amour des femmes – de Michel Soutter avec Aurore Clément
Rosa ( casta e pura ) de Salvatore Samperi avec Laura Antonelli
1984 L’amour braque – de Andrzej Zulawski avec Sophie Marceau
DO Le temps détruit : Lettres d’une guerre – de Pierre Beuchot
    Seulement voix
1985Le meilleur de la vie… – de Renaud Victor avec Sandrine Bonnaire
Derborence – de Francis Reusser avec Bruno Cremer
1987Bernadette – de Jean Delannoy avec Sydney Penny
1994Marie de Nazareth – de Jean Delannoy avec Francis Lalanne
Fiche créée le 11 décembre 2009 | Modifiée le 22 avril 2020 | Cette fiche a été vue 6684 fois
PREVIOUSDieter Borsche || Jean-Marc Bory || Frank BorzageNEXT